L’objet de cet article a fait l’objet de maintes discussions en interne. Pour appuyer nos démonstrations avons-nous le droit d’utiliser les outils les plus extrêmes quitte à donner des arguments aux fanatiques religieux de toutes les obédiences? Mais les méthodes des firmes pharmaceutiques employées pour arriver à leurs fins financières ne connaissent jamais aucune éthique, aucune morale, aucun respect de la personne humaine, on l’a amplement vu avec l’affaire Mosquirix (*). Essayez donc pour vous en convaincre de trouver la moindre trace écrite des protocoles d’études AstraZeneca-Oxford qui sont menés dans l’effervescence pour commercialiser au plus vite ces vaccins anti-Covid. On nous répond secret industriel!  Les turpitudes commerciales actuelles pourraient-elles s’apparenter aux incroyables dérives scientifiques précédentes?… Bonne lecture.   

Introduction: Le hoax des fœtus humains

76 fœtus humains parfaitement viables obtenus après avortement dont les organes ont été prélevés et passés au hachoir pour cultiver des virus, des essais cliniques sur des orphelins, des handicapés mentaux, des enfants nés de mères emprisonnées, 1 million d’habitants du Congo Belge utilisés comme cobayes…

Vous n’y croyez pas? C’est pourtant ce que le Professeur Stanley Plotkin a reconnu lors d’une déposition sous serment réalisée début 2018. Bienvenue dans le musée des horreurs de la vaccination moderne, les « décodeurs du Monde » ont déjà travaillé la question, mais de manière trompeuse et incomplète, ici (1)

Le Monde, capt.écran

Demandons l’avis de Stanley Plotkin

Stanley Plotkin est le plus grand chercheur de toute l’histoire vaccinale ! Chercheur émérite au Wistar Institute de Philadelphie pendant plus de 30 ans, professeur émérite de pédiatrie à l’université de Pennsylvanie, consultant pour de nombreux fabricants (Pasteur Mérieux…) Auteur de la référence mondiale sur le sujet (2), vous trouverez la table des matières ici (3).

Si vous vous demandez si l’auteur du chapitre 2 Claire-Anne Siegrist est la propagandiste d’Infovac, oui c’est bien elle.

Plotkin est contributeur principal des vaccins rubéole, rage, rotavirus (le vaccin rage qui fonctionne n’est pas celui de Pasteur mais celui de Plotkin) et a aussi contribué aux vaccins polio, varicelle…

L’affaire Matheson contre Schmitt

Le grand S. Plotkin a été cité comme expert lors d’une affaire civile entre une mère ne souhaitant pas faire vacciner son enfant (Lori Matheson) contre l’avis de son père (Michaël Schmitt). Les vidéos suivantes sont tirées de la déposition en vidéo ayant été captée à New Hope, Pennsylvanie le 11 Janvier 2018. (transcription officielle intégrale téléchargeable en bas de cet article).

Notre maître à tous a fait quelques déclarations étonnantes sur l’histoire vaccinale. Il a donc été interrogé pendant 9 heures par Aaron Siri (l’avocat New-yorkais) et ça donne ceci en version courte : Dans ce premier extrait (4) on vous parle des fœtus découpés en morceaux pour créer des lignées cellulaires pour la culture. Nous vous mettons la traduction en français et la transcription en anglais en dessous. La vidéo est légèrement montée au début pour introduire le propos, l’enregistrement intégral se trouve ici : (5)

Pour les sceptiques, le passage (non monté) sur les fœtus découpés en morceaux se trouve à partir de 7:43:00. Nous transcrivons la version courte montée.

– Avez-vous déjà travaillé à la mise au point d’un vaccin qui aurait finalement été utilisé par le public ?
– Oui
– Lesquels ?
– Eh bien, la rubéole, le rotavirus, la rage, et j’ai apporté des contributions ici et là à l’anthrax, au cytomégalovirus, à la varicelle
– Dans votre travail relatif aux vaccins, combien de fœtus ont-ils participé à ce travail?
– Mon travail personnel ? deux
– Je vais vous remettre ce qui a été marqué comme « pièce versée au dossier 41 » par le plaignant, d’accord? Connaissez-vous cet article docteur Plotkin?
– Oui
– Êtes-vous cité comme auteur sur cet article?
– Oui
– Cette étude a eu lieu à l’Institut Wistar, n’est-ce pas?
– Oui
– Vous étiez à l’institut Wistar, n’est-ce pas?
– Oui
– Combien de fœtus ont été utilisés dans l’étude décrite dans cet article?
– Un certain nombre
[Coupure]
– Donc cette étude a impliqué 74 fœtus correct?
– Je ne me souviens pas exactement combien
– Allez à la page 12 de l’étude
– Et bien 76!
– 76 et ces fœtus avaient tous 3 mois ou plus lorsqu’ils ont été avorté, exact ?
– Oui
– Ok, et ce sont tous des fœtus parfaitement sains, exact?
– Oui
– quels organes avez-vous prélevés sur ces fœtus?
– Personnellement, je n’en ai personnellement récolté aucun, mais toute un ensemble de tissus ont été récoltés par des collègues
– ok et ces prélèvements ont été coupés en petits morceaux, non?
– Oui
– Et ils ont été cultivés?
– Oui
– Ok, certains des morceaux de fœtus étaient des hypophyses coupées en morceaux
– Hmmmm
– Ok, y compris le poumon des fœtus?
– Oui
– Y compris la peau?
– Oui
– Un rein ?
– Oui
– La rate?
– Oui
– Cœur ?
– Oui
– Et la langue?
– [rire] Je ne m’en souviens pas mais c’est probablement oui
– Alors, je veux juste m’assurer de bien comprendre, dans toute votre carrière, et il ne s’agissait que d’une étude. Je vais donc vous redemander, dans toute votre carrière, avec combien de fœtus avez-vous travaillé? à peu près
– Eh bien, je ne me souviens pas du nombre exact, mais pas mal quand nous les avons étudiés avant de décider de les utiliser pour fabriquer des vaccins
– Si vous avez en avez une idée, je veux dire, cette étude en comptait 76, combien d’autres études avez-vous menées sur des fœtus avortés?
– Je ne me souviens plus combien
– Êtes-vous conscient du fait que l’une des objections du plaignant à la vaccination est l’inclusion de tissu fœtal avorté dans le développement de vaccins et le fait qu’il fait partie des ingrédients de vaccins
– Je suis au courant de ces objections et l’église catholique publie en fait un document indiquant que les personnes qui ont besoin de vaccins doivent recevoir les vaccins indépendamment du fait – et que – je pense que cela implique que je suis l’individu qui ira en enfer à cause de l’utilisation de tissus avortés et j’en suis très heureux
– Savez-vous si la mère est catholique?
– Je n’en ai aucune idée
– Êtes-vous en désaccord avec les croyances religieuses?
– Oui
– Vous avez dit que – citation – « la vaccination est toujours attaquée par les fanatiques religieux qui croient que la volonté de Dieu inclut la mort et la maladie »
– Oui
– vous en tenez vous à cette déclaration?
– Absolument
– ok, êtes-vous athée?
– Oui

 

– Have you ever worked on developing a vaccine that was eventually used by the public ?
– yes
– which ones ?
– well, rubella, rotavirus, rabies, and I’ve made contributions here and there to anthrax, cytomegalovirus, varicella
– in your work related to vaccines, how many fetuses have been part of that work ?
– My own personal work ? two
– I’m gonna hand you what has been marked as « plaintif exhibit 41 », ok ? Are you familiar with this article doctor Plotkin ?
– Yes
– Are you listed as an author on this article ?
– Yes
– This study took place at the Wistar Institute correct ?
– Yes
– You were at the Wistar Institute, correct ?
– yes
– How many fetuses were used in the study described in this article ?
– quite a few
[cut]
– so this study involved 74 fetuses correct ?
– I don’t remember exactly how many
– turn to page 12 of the study
– well 76
– 76, and these fetuses were all 3 months or older when aborted correct ?
– yes
– ok, and these were all normally developped fetuses correct ?
– yes
– what organs did you harvest from these fetuses ?
– well I didn’t personally harvest any, but a whole range of tissues were harvested by coworkers
– ok and these pieces were cut up into little pieces right ?
– yes
– and they were cultured ?
– yes
– ok, some of the pieces of the fetuses were pituitary glands that were chopped into pieces
– hmmmm
– ok, including the lung of the fetuses ?
– yes
– including skin ?
– yes
– kidney ?
– yeah
– spleen ?
– yes
– heart ?
– yes
– and tongue ?
– I don’t recall but it’s probably yes
– so, I just want to make sure I understand, in your entire career, and this was just one study, so I’m gonna ask you again, in your entire career, how many fetuses have you worked with ? Aproximately
– well I don’t remember the exact number but quite a few when we were studying them originally before we decided to use them to make vaccines
– If you have any sense, I mean, this one study had 76, how many other studies did you have that used aborted fetuses ?
– I don’t remember how many
– Are you aware that one of the objection to vaccination by the plaintif in this case is the inclusion of aborted fetal tissue in the development of vaccines and the fact that it’s actually part of the ingredients of vaccines
– I’am aware of those objections and the catholic church is actually issuing a document on that which says that individuals who need the vaccines should receive the vaccines regardless of the fact – and that – I think it implies that I’m the individual who will go to Hell because of the use of aborted tissues which I’m glad to do
– Do you know if the mother is catholic ?
– I’ve no idea
– Do you take issue with religious beliefs ?
– Yes
– You’ve said that – quote – « vaccination is always under attack by religious zealots who believe that the will of god includes death and disease »
– yes
– do you stand by that statement ?
– I absolutely do
– ok, are you an atheist ?
– yes

Les essais cliniques sauvages

Dans la seconde partie de cette vidéo à partir de 4:50 (6)  Plotkin reconnaît les expériences sur des orphelins et des handicapés mentaux

En admettant que dans les années 60 c’était courant ! (« not an uncommon practice« ) RA27/3

Texte intégral

Téléchargeable ici

Le passage sur l’utilisation des fœtus humains obtenus par avortement se trouve pages 340 à 346.

Conclusion

Il n’y a pas de « morceaux de fœtus humains » dans les vaccins. Par contre il peut y avoir des résidus du milieu de culture des lignées cellulaires issues des 76 fœtus parfaitement sains initialement obtenus par avortement puis réduits en purée après avoir été passés au mixeur. N’en déplaise aux « décodeurs du Monde » et à Madame Julie Charpentrat, pigiste à l’AFP, qui avaient cru bon de vouloir mettre en doute nos affirmations selon lesquelles on pouvait parfaitement retrouver des fragments de génomes humains dans certains vaccins. (7)

Stanley Plotkin en a fait une confirmation sous serment…

 

Notes et sources
(*) https://www.aimsib.org/2020/04/26/essais-mosquirix-quand-des-investigateurs-meritent-la-prison/
(1) https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/07/24/les-vaccins-contiennent-ils-du-porc-du-chien-et-du-f-tus-humain_5164373_4355770.html
(2) https://www.elsevier.com/books/plotkins-vaccines/9780323357616
(3) https://www.sciencedirect.com/book/9780323357616/plotkins-vaccines
(4) https://www.youtube.com/watch?v=piUAIGMFZQE
(5) https://www.youtube.com/watch?v=nXTaJjfGNAI
(6) https://www.youtube.com/watch?v=ViCUqwDzFfs
(7) https://www.aimsib.org/2020/07/12/quand-lafp-attaque-laimsib-notre-droit-de-reponse/

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de

sem, venenatis leo. commodo ultricies quis, ut ut tristique leo dolor.