Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Essais Mosquirix®, quand des investigateurs méritent la prison

La situation africaine concernant l’état de la recherche autour de ce vaccin anti-paludéen s’avère proprement intolérable sur tous les plans qu’il s’agisse de l’éthique, de la science, de la médecine et ce n’est pas nouveau, également sur le plan du droit. Ainsi le groupe anglais GSK a recruté des milliers d’enfants en tant que matériel humain à des seules fins d’études de tolérance, s’agissant de leur nouveau produit . C’est absolument interdit depuis les accords de Nuremberg. Pour apprendre quoi de pire que nous ne sachions déjà ? Toutes les irrégularités procédurales ont déjà été utilisées et les résultats catastrophiques déjà publiés sont en plus sciemment minorés… Comment les arrêter ? Bonne lecture.

 

Résumé

Retour sur les deux premières études épidémiologiques qui ont réussi à faire obtenir une AMM au vaccin anti-paludéen Mosquirix©.
Ces deux essais ont été menés en testant l’innocuité de ce produit contre des vaccins anti-méningococciques et antirabiques dont l’importance des effets secondaires est notoire, en lieu et place d’un placebo, dans le but de fausser le profil de tolérance de Mosquirix© à son avantage.
Le gain allégué par ce vaccin est nul en terme de létalité générale, la mortalité des enfants de sexe féminin est doublée par rapport aux garçons, les formes graves d’accès palustres sont significativement augmentées ainsi que le nombre des pneumopathies post-vaccinales bien que cet effet adverse n’ait pas été imputé au vaccin par les investigateurs aux ordres de GSK.
Dans un des deux essais les enfants décédés en cours d’étude ou qui ont été retirés prématurément pour cause de mauvaise tolérance des protocoles ont disparu des statistiques générales de morbi-mortalité en infraction flagrante avec toutes les règles d’analyses épidémiologiques.
Une des deux études a usé intentionnellement de la technique du « melting-pot vaccinal » en sur-vaccinant toutes les populations étudiées dans le but de noyer toute analyse de toxicité propre au Mosquirix©.
L’ensemble de ces  résultats impose un retrait immédiat de l’AMM pour Mosquirix© et nécessite que des poursuites judiciaires puissent voir le jour à l’encontre de l’ensemble des investigateurs et de leurs donneurs d’ordre, deux pétitions circulent en ce sens actuellement dont nous mentionnons les liens en fin d’article.

 

Voici des détails supplémentaires sur ces études cliniques Africaines effectuées avec le vaccin Mosquirix©, anti-paludisme : un véritable  scénario de film d’horreur !

Première étude Mosquirix®, Mars 2009-Janvier 2011

Les résultats de l’essai concernant le vaccin nom de code RTS,S/AS01 ont été publiés dans le Lancet en 2015 (1), dont on peut se demander par quel miracle le comité de lecture a pu lui accorder une autorisation de parution tant les anomalies majeures y sont nombreuses.

Lancet, capt. écran

Il s’agit d’un essai ouvert, il n’y a donc aucun double aveugle. Il y fut enrôlé 8 922 bébés et 6 537 jeunes enfants issus d’Afrique sub-saharienne entre mars 2009 et janvier 2011, répartis, on nous dit,  en 3 groupes :

  • Le premier groupe reçut le Mosquirix®, trois doses à un mois d’intervalle et une quatrième dose après 20 mois.
  • Le second groupe reçut trois doses de Mosquirix® à un mois d’intervalle puis une dose de vaccin « contrôle » à 20 mois.
  • Le groupe « contrôle » reçut le vaccin « contrôle » à un, deux, trois puis 20 mois après le début de l’étude.

À ceux qui charitablement –voire par le plus pur souci d’éthique scientifique– imaginent que le vaccin « contrôle » correspond à un produit biochimiquement neutre, changez de paradigme. Les produits contrôles choisis ici furent ou le vaccin anti-méningococcique ou le vaccin antirabique (contre la rage!) en fonction de l’âge, tous deux universellement connus pour leurs effets secondaires fréquents et graves.

Pour les scientifiques indépendants (diamétralement opposés à ceux travaillant pour l’industrie des vaccins), il est absolument révoltant d’oser utiliser des vaccins notoirement toxiques comme « vaccins contrôle » dans une étude visant à évaluer l’innocuité d’un vaccin.

Pour se faire une idée précise de la toxicité neurologique des vaccins contre les méningocoques merci de consulter le Livre 5 du Dr de Lorgeril dans la Collection « Vaccins et Société » (2).

Il fallait évidemment utiliser en comparaison un vaccin placebo, c’est-à-dire une substance inerte. Le fait de lui substituer un produit connu pour sa toxicité constitue un aveu spontané et prémédité de la part des auteurs de leur intention de maquiller le profil de tolérance du vaccin testé .

Comme on pouvait s’y attendre l’interprétation des résultats de cette étude par les investigateurs eux-mêmes se révèle positive et encourageante. S’agissant des résultats, du coup sans surprise les SAEs (Serious Adverse Events, effets indésirables graves) sont rencontrés de manière banale ou presque, méningites mises à par t:

(extrait)

 

Trad: La fréquence des EIG dans l’ensemble était équilibrée entre les groupes. Cependant, la méningite a été signalée comme une EIG chez 22 enfants: 11 dans le groupe R3R, 10 dans le groupe R3C et 1 dans le groupe C3C. L’incidence des crises convulsives généralisées dans les 7 jours suivant le RTS, rappel S / AS01 était de 2·2 pour 1 000 doses chez les jeunes nourrissons et de 2·5 pour 1 000 doses chez les enfants.

Quant aux résultats finaux de l’étude RTS,S/AS01, acceptés en l’état par le comité de lecture du Lancet, le voici :

(extrait)

Trad: – » RTS,S/AS01 a prévenu un nombre important de cas de paludisme clinique sur une période de 3 à 4 ans chez les jeunes nourrissons et les enfants lorsqu’ils étaient administrés avec ou sans dose de rappel. L’efficacité a été améliorée par l’administration d’une dose de rappel dans les deux catégories d’âge. Ainsi, le vaccin a le potentiel d’apporter une contribution substantielle à la lutte contre le paludisme lorsqu’il est utilisé en combinaison avec d’autres mesures de lutte efficaces, en particulier dans les zones de transmission élevée. »

Des lacunes analytiques énormes de la part du Lancet

La publication du Lancet omet de mettre en évidence quelques « détails » qui auraient dû faire sourciller leurs relecteurs : sur le site du gouvernement américain rassemblant l’ensemble des études cliniques (3), on ne retrouve pas trois groupes d’enfants… Mais quatre !  De plus les deux groupes tests (avec Mosquirix®) sont aussi divisés en deux, sans plus de précision. 
On découvre que dans le 2ème groupe-test les bébés reçoivent aussi trois doses de vaccin polio oral plus une dose supplémentaire en rappel : où a été autorisé ce protocole de rappel pour le vaccin polio oral?
Mais les bébés ont aussi reçu le vaccin anti-hépatite B (selon le calendrier en vigueur) : ils ont donc reçu deux fois cet antigène puisque le Mosquirix® est combiné à l’Ag HBs (ceci ne correspondant pas non plus au protocole).
Au final cet essai est encore plus difficile à interpréter : c’est évidemment volontaire, on n’aurait pas pu rêver mieux pour brouiller les pistes.
Cette technique du « melting pot » vaccinal visant à multiplier les vaccinations diverses et variées pour ne plus pouvoir discerner le moindre effet adverse attribuable à la valence étudiée est devenue courante chez les industriels en charge du développement des vaccins (4).

 

Le vaccin RTS,S/AS01: détail des premiers résultats

Une surmortalité féminine doublée

C’est Peter Aaby dès 2016, dont on ne peut suspecter l’attachement de toujours à l’idéologie pro-vaccinale, qui lève le premier le voile sur une réalité soigneusement camouflée (5) alors que l’EMA (Agence Médicale Européenne) avait tiré les mêmes conclusions, dans le plus grand silence, dès l’année précédente (6) puis à nouveau en 2017 (7).

Mbio, capture

 Peter Aaby conclut que l’efficacité de Mosquirix® pour prévenir les accès palustres ne se situe pas au-dessus de18 à 36 %, ne réduit pas la mortalité globale et double la mortalité chez les filles.

À noter que les investigateurs avaient pris soin d’offrir des moustiquaires imprégnées d’insecticide aux groupes testés, ne jamais oublier le moindre détail qui pourrait aider votre démonstration.

Fait incroyable Aaby demandera au final que l’on reprenne les études cliniques chez les animaux après l’étude de phase III sur les enfants, suite à ces chiffres d’excès de mortalité, ceci afin de vérifier l’effet de la surmortalité due au sexe des enfants !

Une mortalité globale volontairement travestie

C’est à ne pas croire, mais dans cet essai,

Les enfants décédés après le début de l’étude mais sans avoir reçu l’ensemble des quatre injections prévues ont été exclus des calculs de résultats de mortalité. Ainsi les enfants les plus fragiles et qui n’ont pas résisté aux premières doses vaccinales ont disparu des statistiques finales et ne sont pas comptabilisés dans les décès !

Idem pour les enfants qui ont été retirés de l’étude pour raison médicale : pas comptabilisés dans les effets indésirables graves. Il s’agit d’une violation manifeste d’un principe élémentaire de la méthodologie des essais cliniques, ce que l’on appelle « intention-to-treat analysis » ou analyse par intention de traiter.

L’ignorer c’est soit avoir fait preuve d’un grand amateurisme, ce qui ruine toute l’étude, soit avoir procédé ainsi de façon intentionnelle afin d’augmenter les chances de faire naître un effet bénéfique factice en faveur du vaccin testé. C’est biaiser volontairement la réalité et cela ruine encore toute crédibilité à cette étude.

Curieusement, les auteurs de l’article prétendaient respecter ce principe…

Une morbidité nettement augmentée chez les vaccinés par Mosquirix®

Alors que les investigateurs se félicitent de la réduction des accès palustres chez les enfants vaccinés (dans des proportions ridicules comme énoncées ci-dessus), l’ensemble de leurs résultats démontre qu’en plus :

-Les risques de paludisme sévère sont augmentés chez les vaccinés.
-Un excès de méningite est retrouvé chez les vaccinés du groupe 1 par rapport aux autres groupes.

Second essai, Mosquirix® testé sur enfants atteints par le HIV

Considérant que les zones de contaminations entre SIDA et paludisme se recoupent, un second essai eut lieu entre juillet 2010 et mai 2013 dans l’ouest du Kenya sur une population de 200 enfants, de manière cette fois-ci randomisée et en double aveugle, la méthode n’a encore pas fait sourciller le comité de lecture du Lancet manifestement très enclin à la « mansuétude désintéressée » à l’endroit du groupe GSK :

Lancet, 16/10/2016

L’essai aura lieu sur des bébés âgés de 6 semaines à 17 mois, infectés par le HIV (virus du Sida) par 3 doses de vaccin anti-malaria. Mais ces enfants recevaient déjà une trithérapie anti-HIV ainsi que du co-trimoxazole (9), un mélange de deux antibiotiques dont la toxicité ne fait plus aucun doute depuis des lustres (10).

On notera comme à l’habitude une satisfaction finale non feinte des investigateurs, comme énoncée ici :

extrait

Trad:- « RTS, S / AS01 a été bien toléré lorsqu’il a été administré à des enfants atteints du VIH de stade clinique 1 ou 2 de l’OMS ainsi que d’une forte utilisation d’anti-rétroviraux et de cotrimoxazole. Les enfants infectés par le VIH pourraient être inclus dans les futurs programmes de vaccination RTS, S / AS01″.

Ici la tolérance de Mosquirix® n’a pas été comparé à un placebo, ni à vaccin anti-méningococcique mais à nouveau à un vaccin antirabique.

Qu’est-ce qui a poussé les investigateurs à choisir le vaccin contre la rage comme « challenger » face à Mosquirix® ? Probablement la faiblesse des travaux publiés sur la toxicité de ce produit en utilisation pédiatrique, bien que certaines descriptions peu engageantes soient néanmoins accessibles (11).

Mosquirix® contre anti-rabique, les résultats réels

Encore une fois la lecture complète de cet article révèle une face considérablement plus sombre que celle proposée en tête de parution :

  • Des effets secondaires chez près d’un enfant sur deux, quel que soit le vaccin utilisé,

  • Deux fois plus d’effets secondaires graves dans le groupe vacciné contre le paludisme dans le mois suivant les vaccins, en particulier s’agissant de pneumonies,

  • 4 % à 5 % de décès dans les deux groupes traités.

Comme à l’habitude la surreprésentation de ces pneumonies ne sera pas imputée à la vaccination anti-paludisme. Elles ne seront imputées… à rien, mais surtout pas au vaccin.

Comme à l’habitude les dégâts majeurs sur la santé des enfants étant globalement équilibrés dans les deux groupes, on déclarera que Mosquirix® est un vaccin « bien toléré ».

Composition du Mosquirix®

Il en est de la composition d’un vaccin comme d’un plat en cuisine, la simple liste des ingrédients ne peut pas vous donner l’idée du résultat final. Mais s’agissant de ce produit, quelques éléments doivent attirer l’attention vigilante des futurs prescripteurs (12).

Fragments actifs

  • Ce vaccin est combiné à l’antigène Hbs de l’hépatite B,
  • Portion de la protéine circumsporozoïte de P. falciparum fusionnée avec l’antigène de surface de l’hépatite B (RTS), et combinée avec l’antigène de surface de l’hépatite B (S) sous forme de particules non infectieuses de type viral (VLP) produites dans des cellules de levure (Saccharomyces cerevisiae) par la technologie de l’ADN recombinant,
  • L’adjuvant AS01E (13), sans doute toxique puisque très immunogène, comparable à celui du Pandermix (grippe H1N1), de Quillaja saponaria Molina, fraction 21 (QS-21) (25μg) et de 3-O- desacyl-4′- monophosphoryl lipide A (MPL) (25μg)

Excipients

  • Poudre : saccharose, polysorbate 80, phosphate disodique dihydraté, dihydrogénophosphate de sodium dihydraté.
  • Suspension : Dioleoyl phosphatidylcholine (DOPC), un équivalent du squalène, cholestérol, chlorure de sodium, phosphate disodique anhydre, dihydrogénophosphate de potassium, eau pour injection.

L’examen de la toxicité des adjuvants notamment du polysorbate 80 et du Dioleoyl phosphatidylcholine (squalène équivalent), sera utilement guidé par la lecture du Livre 2 de la collection sus-citée (14).

Conclusion

De l’étude de ces deux essais cliniques, associée à celle précédemment réalisée et parue en février 2020 (15) sur plusieurs centaines de milliers d’enfants, plus rien ne vient supporter l’idée que Mosquirix® puisse continuer à poursuivre sa carrière en santé humaine.

Il est grand temps de réclamer une enquête afin de mettre à jour par quelle irrégularité l’Agence Médicale Européenne a pu délivrer une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour ce vaccin. Les auteurs de cette infamie sanitaire doivent impérativement être poursuivis.

Nous informons nos lecteurs que le Dr. Jérôme Munyangi a lancé une pétition accessible ici :
https://www.change.org/p/oms-exigez-le-respect-des-lois-%C3%A9thiques-de-l-essai-du-vaccin-rts-s-chez-les-enfants-africains-who-demand-compliance-with-the-ethical-laws-of-the-rts-s-vaccine-trial-in-african-children
Cette pétition est déjà relayée sur le site du très respectable British Medical Journal, par le non moins respectable Peter Doshi de Cochrane :
https://www.bmj.com/content/368/bmj.m734/rr-11

Peut-être devriez-vous diffuser toutes ces informations et signer aussi ces deux appels à la raison !
 

 

Note et sources:
(1) https://www.ncbi.nlm.nih.gov//25913272
(2) Dr Michel de Lorgeril, « Les vaccins du nourrisson, livre 5 – Méningites Bactériennes – Une analyse scientifique à l’intention des familles et de leurs médecins », Ed. Chariot d’Or, 2019, p.121-159
(3) https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT00866619
(4) https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2020/01/19/dernieres-nouvelles-peu-reluisantes-concernant-le-ror/
(5) https://mbio.asm.org/content/7/2/e00514-16
(6) European Medicines Agency. Risk management plan. 2015. https://www.ema.europa.eu/en/documents/medicine-outside-eu/mosquirix-risk-management-plan-summary_en.pdf
(7) https://www.ema.europa.eu/en/documents/medicine-outside-eu/mosquirix-procedural-steps-taken-scientific-information-after-authorisation_.pdf
(8) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27394191
(9) trimethoprime et sulphamethoxazole
(10) MC1416313/pdf/bmjcred00461-0057a.pdf
(11) https://clinicaltrials.gov/ct2/show/results/NCT01680016term=vaccine&recrs=ehl&cond=Rabies&age=0&draw=3&view=results)
(12) https://www.ema.europa.eu/en/documents/medicine-outside-eu/mosquirix-product-information_.pdf
(13) https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/14760584.2016.1213632
(14) Dr Michel de Lorgeril, « Les vaccins du nourrisson, livre 2 – Analyse générale de la toxicité des vaccins – Une analyse scientifique à l’intention des familles et de leurs médecins », Ed. Chariot d’Or, 2019
(15) https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2020/04/19/paludisme-covid-19-et-miracle-vaccinal/
(16) https://www.bmj.com/content/368/bmj.m734

 

Avertissement :
La rubrique commentaires est un espace d'échanges et de partages mis à votre disposition. Il vous permet d'exprimer brièvement vos idées, votre accord ou désaccord relatifs à l'article ci-dessus. Cependant vous devez respecter quelques règles simples à savoir vos propos doivent rester dans le cadre du sujet abordé, ils doivent être courtois et conformes aux règles élémentaires de la politesse et de la bienveillance. Tous les commentaires insultants, diffamants, menaçants ou appelant à la haine seront immédiatement supprimés. Nous vous remercions pour votre compréhension

Le site est modéré. Ne vous impatientez pas si votre commentaire n'apparaît pas rapidement.

84 Responses

  1. Se servir de ces malheureux enfants pour leurs essais d’un vaccin sans réelle efficacité mais bousillant la santé de la plupart, ça s’appelle un holocauste.

    1. Inox, le terme holocauste me paraît très indésirable, déplacé, anachronique, dans le cas de figure surtout, et encore plus sur le site de l’AIMSIB, même si l’article peut soulever l’indignation… « abus de faiblesse » me paraitrait plus caractériser le cadre de ces essais de vaccins, acte qui consiste à exploiter l’état d’ignorance ou de vulnérabilité psychique ou psychologique d’une personne pour l’amener à prendre des engagements dont elle est incapable de voir l’importance.
      Au pénal, l’abus de faiblesse est passible d’un emprisonnement de trois ans et d’une amende de 375 000 euros (Code pénal, article L 223-15-2). Si l’auteur de l’abus de faiblesse est une entreprise, l’amende peut être portée à 10% de son chiffre d’affaires. (Loi Hamon 2014).

      Cela me rappelle mon beau-frère tout jeune ingénieur fraichement sorti de l’École Centrale parti fin des années 80 informatiser une Banque à Abidjan, et déjà qu’il était « l’informaticien » (le début d’une révolution dans le mode de fonctionnement « papier » de l’époque) les employés le regardaient avec attirance autant qu’avec un vague sentiment de crainte, l’informatique avait quelque chose de mystérieux qui dépassait leur compréhension, et ce jeune homme devait avoir « des pouvoirs » (?), être un peu sorcier quelque part… le bruit courait… Et voilà qu’un jour, parce qu’il est à ses heures perdues (et encore aujourd’hui) prestidigitateur (chevronné), champion de France junior à ses 16 ans, et passionné par ça, qu’il s’entrainait à cet art, son boy (impossible de ne pas en avoir un, leur salaire fait vivre une famille) le surprit en train faire apparaître et disparaître des balles de ping-pong comme par enchantement !… et là il est devenu « le MAGICIEN »… la nouvelle s’est répandue comme un feu de poudre, il devait avoir des super-pouvoirs ! et tout le monde se mit à lui demander ses services pour n’importe quoi … de chasser un mauvais sort ou autres souhaits très éclectiques.
      L’Afrique est merveilleuse, j’ai eu la chance d’en voir un bout, et je sais qu’il serait très facile d’abuser de la crédulité des gens là-bas… les analphabètes y sont légions. Ce ne sont pas les vaccins qui manquent à l’Afrique, mais l’école, l’éducation, de l’eau potable, des réseaux d’assainissements… ni Bill Gates, ni l’OMS, ne semblent l’avoir compris. L’indignation ce sont aussi ces dizaines ou centaines de millions de dollars $$$ dépensés en vaccins alors que là n’est certainement pas la priorité.

      1. @ njama. Pour l’essentiel je suis d’accord avec vous bien que je ne connaisse pas l’Afrique (trop chaud pour moi, je suis un pur Nordique) mais j’ai employé le mot « holocauste » à la place de génocide car pour moi un « abus de faiblesse » ne se termine jamais, surtout dans le beau monde (conf. L’affaire Françoise Bettencourt) par une condamnation exemplaire et dans les affaires plus proches des citoyens lambda, croyez m’en mon expérience d’ancien « flic », les sanctions sont du pipi de chat. Mis a part ça, lorsqu’on sacrifie des milliers d’enfants et peut-être plus tard des millions sur l’autel de la vaccination … je trouve que le mot que j’ai employé n’est inapproprié. Mais bon, peut-être que je suis trop compassionnel…

      2. Inox, sans vouloir le moins du monde vous chagriner toutes considérations faites de vos états de service, je vous lis avec bienveillance, le mot génocide ne me paraît pas plus approprié sauf preuve « intentionnelle » du contraire que vous pourriez produire (?) préméditation (?). La question du génocide n’est pas une question d’historien, pas plus que de science, c’est un jugement moral pas même juridique. La question du génocide est surtout une question politique. Je pense que sur un forum qui se voudrait scientifique il faudrait éviter de mélanger les genres pour éviter d’être discrédité et catalogué complotiste. Si vous suspect(i)ez on ne sait jamais… une possible intention eugéniste, il vous appartiendrait de le prouver car ça ne rapporterait pas un kopeck aux « Labos », sauf erreur c’est un marché que cherche cette nouvelle industrie de la santé. Donc en attendant d’avoir des éléments crédibles, scientifiquement imparables, si toutefois ils existeraient (?), abstenons-nous de ce genre de procès d’intention à l’encontre d’organismes et d’institutions par ailleurs respectables. Et recentrons-nous sur les faiblesses des études qui valident trop hâtivement ce genre de vaccins.

      3. @njama : Je ne suspecte pas une intention eugéniste ( on a assez parlé de Bill Gates, le vaccinaliste fou sur ce site), je ne crois pas a un complot mais une ou des opportunités pour certains, notamment Bigpharma qui n’a aucun scrupule pour faire de l’argent ( de milliards de dollars) sur le dos des plus pauvres.
        C’est tout;

    2. Peut-être pourrait-on imaginer une action juridique collective contre GSK pour le Mosquirix, une autre contre Sanofi-Pasteur pour le Dengvaxia… qui pourraient aboutir en plus de l’indemnisation des victimes à en sus une amende de 10 % de leur chiffre d’affaires… de quoi les calmer, ruiner les dividendes des actionnaires, pour leur faire reprendre le droit chemin, celui de l’éthique.
      Parfois il faut frapper au portefeuille, l’État ne se gêne pas trop à ce niveau, 135 € si absence d’attestation de déplacement …

      1. Peu après l’affaire du Dengvaxia, j’avais participé à Paris à une réunion avec des cadres de Sanofi. L’un d’eux avait dit que c’était un très bon vaccin mais que l’affaire était politique.
        Pour ma part, j’ai dit que personne ne pourrait contraindre l’industrie pharmaceutique, personne sauf les échecs répétés et cuisants. A la sortie, l’un d’entre eux m’a remercié pour ce que j’avais dit, ceci et d’autres.

        Les échecs sur le terrain, beaucoup plus que les amendes qu’aucun « pouvoir » ne peut se permettre de leur imposer. Avez-vous remarqué la prudence de Sanofi pour le vaccin : 18 à 24 mois quand d’autres l’annoncent pour Noël ? Rien de tels que les échecs pour apprendre. C’est vrai aussi pour chacun de nous, n’est-il pas vrai ? Ils savent que des vaccins précipitamment généralisés au monde entier pourraient générer une catastrophe sanitaire qui rebondirait sur eux. Ils le savent. Alors le vaccin contre le sars-cov-2 …

  2. Le vaccin contre le méningocoque C comme placebo ?

    Voilà ce qu’en écrivait Didier Raoult dans son livre « La vérité sur les vaccins » (janvier 2018) page 216

    « Le risque acceptable est celui qui est accepté. Le vaccin contre le méningocoque par exemple n’est pas à recommander à tout le monde. Dans moins de 1% des cas le virus provoque septicémies ou méningites et la vaccination n’est pas anodine. Son rapport bénéfice-risque est donc faible.

    Le sérotype A est rarissime ; pour le B et le C c’est typiquement le vaccin à recommander à la carte. Il faut expliquer le risque relatif et laisser chacun décider. Evidemment, cette pédagogie passe d’abord par le médecin. »

    Sur la dangerosité du vaccin contre le méningocoque C il existe au moins un résultat qui fut publié sur le site du ministère pour y disparaître en 2011 au moment de la refonte du site comme j’avais pu le vérifier auprès de l’équipe qui s’occupait de cette refonte et que l’on pouvait contacter à l’époque. Ce résultat avait été présenté au cours d’une réunion internationale de 47 experts dans le cadre d’un lien éventuel entre la vaccination HB et la SEP. Elle s’était déroulée le 21 septembre 1998 dans les locaux de l’Agence du médicament à Paris. Deux auteurs, Lucien Abenhaim et M. Sturkenboom présentaient les résultats obtenus par une étude cas-témoins sur les données britanniques du GPRD :

    Vaccin contre le méningocoque C : OR=4,8 IC 95% [1,2 ; 20] ce qui correspond à une probabilité 1,33% d’obtenir un écart au moins aussi important par le seul fait du hasard, le seuil de signification choisi étant 2,5%.

    « Cette étude a également permis d’observer que le délai entre le premier symptôme ou signe de démyélinisation et le diagnostic de sclérose en plaques était plus court chez les personnes vaccinées que chez les non vaccinées. Ceci peut être le résultat d’un meilleur suivi chez les personnes vaccinées ou la conséquence d’une forme accélérée de la maladie chez les personnes vaccinées. »

  3. Les mots manquent après la lectrure d’un tel article… c’est tellement répugnant! C’est à vous dégouter de l’espèce humaine, et de ces scientifiques sans aucune éthique au service de groupes que seul le profit intéresse. Comment avoir confiance face un tel manque d’éthique??

    Je me garde bien de tout amalgame, mais ces passe-droits scintifques et éthiques dont bénéficie la mythologie vaccinale sont un fléau. Qui pour stopper ce genre de pratiques? L’Aismib est-elle active sur les RS pour diffuser cela?

  4. C est proprement incroyable ! Il faudrait trouver attache avec l avocat Kennedy , qui a un blog de defense des enfants devant les exces de Big-pharma !

    1. Cher Ami,

      Vous qui avez le bras aussi long que l’autoroute A6 nous ne doutons pas que vous pourrez diffuser cet article consternant auprès de certains décideurs, à certains médias…

      Nous transférons ce jour la version anglaise de ce billet à Jérôme Munyangi et Peter Doshi, l’AFP est systématiquement mise en copie de nos parutions.

    2. Il y a des liens indirects entre l’AIMSIB et l’équipe de RF Kennedy jr : cette équipe est au courant de nos publications.
      D’ailleurs il existe une version anglaise pour chaque article que vous pouvez diffuser à vos contacts anglophones!

  5. Je viens de lire votre article qui m’a scandalisée et en même temps je venais de regarder cette interview du Dr Jérôme Munyangi ici : https://www.youtube.com/watch?v=kgkIfiGILGU
    L’interview est longue mais elle vaut le détour vraiment!
    Il raconte tout ce qu’il a subi (enlèvement, tentative d’empoisonnement, refus de l’OMS etc) à cause de ses recherches sur l’Artemisia qui est plus efficace et sans danger que tout médicament et qui plus est les vaccins. Ensuite il explique que l’Artemisia est efficace contre le covid, ce qui est en cours de mise en place à Madagascar.
    Quel homme! C’est de lui que le salut peut venir mais quel courage! Je tremble à l’idée de ce qu’il pourrait subir. Force et honneur!

  6. Voilà qui met fin au débat Raoult vs l’étrange Collectif FakeMed
    IHU de Marseille, 24 avril 2020
    L’étude publiée le 27 mars 2020 n’entrait pas dans le cadre juridique d’une RIPH (Recherche Impliquant la Personne Humaine)
    https://www.mediterranee-infection.com/letude-publiee-le-27-mars-2020-nentrait-pas-dans-le-cadre-juridique-dune-riph-recherche-impliquant-la-personne-humaine/
    ——————————-
    COVID-IHU #9
    Version 1 du 22 avril 2020
    Combination of hydroxychloroquine plus azithromycin as potential treatment for COVID 19 patients: pharmacology, safety profile, drug interactions and management of toxicity.
    Guillaume Hache, Jean Marc Rolain, Philippe Gautret, JeanClaude Deharo, Philippe Brouqui, Didier Raoult, Stéphane Honoré
    Abstract :
    The coronavirus disease COVID-19, caused by infection with SARS-CoV2, has recently emerged worldwide. In this context, there is an urgent need to identify safe and effective therapeutic strategies for treatment of such highly contagious disease. We recently reported promising results of combining hydroxychloroquine and azithromycin as an early treatment option. Ongoing clinical trials are challenging the efficacy of this combination, many clinicians claim the authorization to- or have already begun to use it to treat COVID-19 patients worldwide. The aim of this article is to share pharmacology considerations contributing to the rational of this combination, and to provide safety information in order to prevent toxicity and drug-drug interactions, based on available evidence.
    https://www.mediterranee-infection.com/wp-content/uploads/2020/04/azithroquine_manuscript-soumis.pdf

    1. Akira… l’efficacité des vaccins n’est jamais que supposée, au moins sur la durée. Quant au nombre d’anticorps présents il ne présage pas d’une efficacité il me semble (de mémoire). L’immunité de groupe existe-t-elle ? laquelle, humorale, cellulaire (pour reprendre les remarques de Emma Khan). Je pense que spéculer sur les (im) / probables résultats d’une vaccination est de loin beaucoup plus loufoque que d’évaluer les résultats d’un traitement curatif assez immédiatement visible, mesurable. Vous et d’autres scientifiques avaient bien le droit de considérer que la ligne thérapeutique suivie par l’IHU de Marseille ne répond pas aux exigences modernes de la science, néanmoins elle est parfaitement orthodoxe dans l’état actuel des connaissances et de la déontologie médicale. A l’opposé l’essai Discovery s’il répond aux canons de cette rigueur scientifique il est très expérimental… et abusif.
      Je voulais juste souligner ce point qu’en principe si le débat Raoult vs « médecins parisiens » n’est pas clos et qu’il continuera à faire couler de la salive en quelques alcôves académiques j’imagine, il n’a plus lieu d’être dans les médias, le Conseil de l’Ordre ne pourra être que paralysé par la légalité de cette bi-thérapie HCQ -AZ…

      1. dans la cohorte observationnelle il n’y a pas d’enfant, là où ils ont merdé c’est sur le premier essai.

      2. Akira… il vous faudrait développer…, car je ne vois pas où l’IHU de Marseille pris médiatiquement (plus que juridiquement) en la personne du Pr Raoult pourrait être déontologiquement inquiété par le Conseil de l’Ordre des médecins (?).
        De ce point de vue, qui accessoirement libère les médecins d’une pseudo- crainte d’employer des antibiotiques (ils le pouvaient, mais certains hésitaient peut-être ?) ce que l’on pourrait appeler « l’affaire Raoult » me semble close.
        Je ne vois pas bien quel but pour vous poursuivez sur ce sujet (?)…

    2. @ Surya, c’est p’t-être pas faux dans la torpeur générale ambiante*… après qu’un tout p’tit gouvernement occasionnel dont on ne sait pas au juste ce qui l’a tétanisé (les recommandations de l’OMS ?) , a (par des effets délétères du principe de précaution (?)) décidé d’anesthésier « la France entière » ! par psittacisme parce que ses voisins faisaient la même chose (?)
      Il s’agit maintenant pour lui de sauver la face !
      Il est vrai que l’erreur politique comme celle médicale (je raccroche au sujet de l’article) est un sujet délicat, mais pourtant essentiel ! il y aurait beaucoup à dire… la sécurité dans les hôpitaux, comme dans nos administrations est très très loin d’être celle en vigueur dans le milieu de l’aéronautique, la meilleure au monde, forcément parce que ce sont les aviateurs eux-mêmes qui en ont jeté les bases, ils n’ont pas envie de se casser la figure, un crash est souvent la mort assurée, sauf exception. On les comprend ils étaient extrêmement pointilleux là-dessus… pour la bonne cause.
      Mon beau frère dont je parlais plus haut est (devenu) un expert dans ce domaine… aviateur lui-même, brevet de pilote de ligne, responsable des vols Concorde à une certaine époque, avant le crash…
      Le jour où la sécurité aérienne sera appliquée à la médecine, comme dans bien d’autres domaines, on aura fait un pas plus important que celui d’aller sur la lune, un pas de géant pour l’humanité ! La science n’est pas tout, la facteur humain est énorme !
      ———-
      * […] « Une fois qu’on a généré un état de panique […], c’est très difficile pour nous de changer une cognition erronée »
      « On a vu un embrayage s’actionner, allant vers la stérilisation de la pensée et un déni de réalité » […]
      mais il faudra bien un jour en sortir de cet état de sidération ubuesque !
      26 avril 2020
      Covid-19 | A ne pas manquer | Notre interview de crise avec Jean-Dominique Michel GRAND FORMAT | Les propos de Jean-Dominique Michel peuvent choquer – ou rassurer. Le Genevois est depuis 30 ans l’un des plus grands spécialistes mondiaux de santé publique. Il a travaillé nuit et jour ces dernières semaines pour comprendre ce qui nous arrive. Interview grand format par ATHLE.ch et PHUSIS.ch Philosophie. A écouter avant de vous faire votre propre idée de la crise que nous vivons.
      https://www.athle.ch/2020/04/26/covid-19-a-ne-pas-manquer-notre-interview-de-crise-avec-jean-dominique-michel/

    3. De l’huile du côté de Marseille ??? »nie rozumiem ». Connais-tu Marseille akira ? D’olive alors, ou de canabis dans certains endroits… Moi oui, je l’ai pratique pendant des décennies et y ai vécu : La ville « bordelique » par excellence. Un ex : La Préfecture à « autorisé » la réouverture du marché au Puces … Mais il n’a jamais été fermé, personne n’y a jamais réussi et le fréquentation est toujours la même. Y a t’il pour autant plus de cas d’infection qu’ailleurs ( paris par ex.) ? Non, et ça va en s’amenuisant. Conf. le lien qui suit .

      Point sur l’épidémie : risque-t-on vraiment une … – YouTube
      http://www.youtube.com › watch › v=FcvDi6tjldk
      https://www.youtube.com/watch?v=FcvDi6tjldk

  7. En parallèle avec « l’affaire Raoult » il y a Christian Perronne qui dirige le service des maladies infectieuses à Garches. Le 17 avril, sur CNews il disait des choses très, très fortes. Je l’avais entendu en direct et je viens de le réécouter, ça valait la peine.

    Il se montre lucide et courageux. En 2006 je l’avais vu et entendu en direct à l’audition sur l’obligation du BCG (2 jours) alors qu’il était président du CSHPF-CTV. Là il était tenu par le devoir de réserve comme ensuite quand il fut pendant 10 ans président de la commission des maladies infectieuses au HCSP.

    Mais là il se lâche, ce n’est plus du tout le même homme.

    https://www.youtube.com/watch?v=0t24PrPw4vw

    1. Oui c’est très intéressant ce qu’il dit.
      Je ne suis pas médecin, ce n’est pas mon domaine d’expertise, mais des proba et des stats j’en ai « bouffé » dans ma vie professionnelle, et pour moi les résultats du Pr Raoult ne s’expliquent que par deux hypothèses, soit son protocole marche, oui bien ses stats sont fausses et c’est une imposture.
      Je suis peut-être naïf, mais je n’imagine pas qu’un scientifique de ce calibre s’amuse à bidonner ses résultats, donc, jusqu’à preuve du contraire, je constate que son protocole fonctionne si il est appliqué au bon moment (avant les problèmes respiratoires).
      J’entends bien tous les reproches de méthodologie qui sont faits au Pr Raoult (absence de double aveugle, biais dans la sélection des malades…), ces reproches sont fondés mais hors sujet, compte tenu de l’urgence, de la maîtrise et du retour d’expérience sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine.
      Par ailleurs, le Pr Perronne indique que nous n’avons pas assez de stocks d’hydroxychloroquine et d’azithromycin pour traiter tous les malades, je ne pense pas que ce soit la cause du blocage (depuis qu’on en parle, rien n’est fait pour palier le manque…).

      1. Je viens de voir sur BFMTV plus de 2 heures d’émission sur et avec Didier Raoult (1 h) plus une présentation d’une demi heure avant plus un débat avec en particulier Philippe Douste Blazy qui a annoncé à la fin la sortie très prochaine d’une étude où le virus persistait pendant 25 jours chez ceux qui n’avaient pas été traités et pendant 9 jours chez ceux qui avaient été traités au début puisqu’on sait que plus tard c’est trop tard.

        A ce sujet il y avait aussi sur le plateau un médecin de l’hôpital Avicenne de Bobigny qui répétera qu’il fallait attendre les résultats des études … Discovery sans doute. On connait le résultat puisque seuls les cas graves sont traités avec HCQ. D’ailleurs ce médecin dira aussi qu’à la demande de patients ils avaient utilisé ce traitement sur des cas graves et que comme ça ne marchait pas ils l’avaient pratiquement abandonné dans son hôpital …

        Douste Blazy répétera à plusieurs reprises que ça ne marche qu’en traitant tôt mais cela ne changera rien, la même ritournelle reviendra périodiquement …On tourne en rond. Ce fut d’ailleurs dit. Mais pourquoi ? On le sait très bien ! Ce ne fut pas dit mais je présume que Douste Blazy le savait très bien et je pense l’avoir dit ici à plusieurs reprises mais je suis plus libre qu’un ancien ministre à la télé.

        Une remarque à ce sujet : beaucoup rêvent d’avoir du pouvoir. Ils ne savent pas qu’en ayant du pouvoir ils perdront leur liberté de dire voire de penser. Pour être libre de dire et même de penser sans dire, il faut n’être rien car sinon notre parole prend de l’importance et alors nous ne nous appartenons plus et nous cessons d’être libre.

  8. J’avais il fut un temps un professeur d’informatique, ancien électrotechnicien réparateur de TV et machines électriques en tous genres reconverti… , qui nageait dans le hardware comme dans le software comme un poisson dans l’eau ! Ses « colles » souvent nous désarçonnaient… et pour nous sortir du grand désarroi qu’il lisait sur nos têtes … il esquissait avec bienveillance et humour et malice quelques petits indices … pour nous mettre sur la piste.
    En rapport avec le sujet de la sécurité aérienne qui pourrait inspirer le mode de la santé, et plus, pas la peine aux lecteurs de vous prendre le chou avec une explication scientifique alambiquée sortie d’une tête savante, la solution n’a rien de technique, de scientifique, elle n’est que purement humaine, ou sociologique.
    Bon comme me disait cet excellent professeur après nous avoir réconfortés un peu je vous laisse dans votre désarroi…
    ramassage des copies dans deux heures…
    bonne nuit

  9. Quand on voit que les études qui sont faites dans tous les sens n’aboutissent à aucun consensus… et qu’on arrive début mai. On est bien confiner chez nous non? On n’est pas pressé…

    > toujours pas de port de masques obligatoire pour tous déplacements dans l’espace public,
    > pas de drive test déployés dans chaque département,
    > pas de tests obligatoires pour toutes personnes présentant des symptomes (ca ne me dérangerait pas d’adresser a un drive test tout salarié se présentant sur site avec des symptomes),
    > pas de création de structures d’accueil supplémentaires pour garder les enfants des parents qui veulent revenir travailler mais qui sont confrontés à des problèmes d’organisation pour les écoles qui pratiquent le 1 semaine sur 2.
    > toujours pas de traitement préventif ou à délivrer en début de symptomes (comme en Italie ou au Portugal ou en Grèce?).

    https://www.ilfattoquotidiano.it/2020/04/28/coronavirus-da-nord-a-sud-1039-pazienti-trattati-a-casa-con-idrossiclorochina-il-punto-sulla-sperimentazione-crollo-dei-ricoveri/5783544/
    https://www.iltempo.it/cronache/2020/04/22/news/coronavirus-cura-idrossiclorochina-aifa-novartis-regioni-dove-arriva-dosi-pasquale-frega-farmaco-1318784/#.XqiILxvCrw4.twitter

    Des parents qui veulent revenir travailler mais à qui on dit ce matin, même pas 24h après l’annonce du plan de déconfinement, « attention alerte des pédiatres sur un syndrome inflammatoire similaire à la maladie de Kawasaki ».

    Est-ce sérieux ou est-ce encore un effet d’annonce des marchands de peur qui ont oublié un segment de marché dans leur business plan? Y -a-t-il de la matière scientifique à transmettre aux parents afin qu’ils fassent un choix éclairé sur le fait de remettre ou non leurs enfants à l’école?

    merci

    1. Kawasaki (maladie auto-immune) chez des enfants atteints de Covid-19?

      Suite à une alerte d’une société pédiatrique britannique, il semble que des cas aient été retrouvés un peu partout dans le monde.
      Peu d’infos circulent encore.

      Voici un thread twitter avec des infos
      https://twitter.com/PICSociety/status/1254508725227982848
      Et ceci sur relation entre coronavirus (avant le Covid-19) et Kawasaki
      https://academic.oup.com/jid/article/191/4/499/937208
      Et ceci
      prépublication : https://hosppeds.aappublications.org/content/hosppeds/early/2020/04/06/hpeds.2020-0123.full.pdf

      Serait-ce lié à une vaccination faite juste avant?
      Les vaccins provoquant une inflammation et la réaction des malades du Covid-19 au virus se caractérisant par une forte réaction inflammatoire, il pourrait y avoir une potentialisation et ceci pourrait mener à une maladie auto-immune.

      1. « previously healthy and fully immunized female »:
        Dites-moi que ça signifie autre chose que «[bébé] fille vaccinée en bonne et due forme»!
        Dites-moi que je me trompe si je dis que nulle part dans ce «pre-print» on ne trouve la moindre allusion ou discussion d’un lien possible et plausible avec les (16 ou 20? combien au juste?) doses de vaccins que ce malheureux petit nourrisson (je renonce à «petite nourrissonne») a déjà reçu (sans parler de toutes celles qui l’attendent encore sans l’ombre d’un doute au tournant?…)

      2. Sorry! correction du commentaire précédent:
        « previously healthy and fully immunized female »:
        Dites-moi que ça signifie autre chose que «[nourrisson] de sexe féminin antérieurement en bonne santé et vacciné en bonne et due forme»!
        Dites-moi que je me trompe si je dis que nulle part dans ce «pre-print» on ne trouve la moindre allusion ou discussion d’un lien possible et plausible avec les (16 ou 20? combien au juste?) doses de vaccins que ce malheureux petit nourrisson (je renonce à «petite nourrissonne») a déjà reçu (sans parler de toutes celles qui l’attendent encore sans l’ombre d’un doute au tournant?…)

      3. « Serait-ce lié à une vaccination faite juste avant? » coronavirus ou vaccination des enfants ? interférence virale ?

        Des cas de Maladie de Kawasaki ont été rapportés suite à des vaccinations…
        https://www.who.int/vaccine_safety/committee/topics/rotavirus/rotarix_and_ro tateq/Jun_2007/fr/
        « L’éruption est particulièrement importante sur le site d’une précédente vaccination par le BCG, ce qui est très caractéristique de la maladie »[5].
        [5] (en) Harnden A, Takahashi M, Burgner D, « Kawasaki disease » [archive] BMJ 2009;338:b1514. PMID 19416993 [archive] DOI:10.1136/bmj.b1514
        source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_de_Kawasaki#Sympt%C3%B4mes_et_clinique

        Les vaccins, le « quinvaxem » (interdit aujourd’hui par l’OMS !) :
        « Il est tout à fait possible que nombre de ces enfants aient souffert d’une réponse auto-immune après qu’on leur ait injecté ce vaccin. Je base mon opinion sur une série d’articles et d’études effectuées sur la maladie de Kawasaki. La maladie de Kawasaki est une maladie auto-immune qui peut survenir après une vaccination. En fait, les scientifiques qui ont étudié de près cette maladie disent que des preuves suggèrent fortement qu’un agent infectieux comme un virus ou un vaccin puisse provoquer la maladie. Les enfants souffrant de la maladie de Kawasaki souffrent de symptômes très proches de ceux des enfants qui ont été vaccinés avec le Quinvaxem ».

         » Un autre signe clinique qui n’est pas repris dans les critères de diagnostic et qui est relativement spécifique à KD (Maladie de Kawasaki), est l’apparition d’un érythème et d’une induration aux sites de la vaccination BCG… Comme un nombre croissant de nourrissons reçoivent le BCG au Royaume Uni, il est probable que ce signe deviendra de plus en plus habituel et la prise de conscience de ce fait pourrait permettre un diagnostic et un traitement plus précoces. »
        http://initiativecitoyenne.be/article-26-enfants-decedent-dans-des-pays-pauvres-apres-un-vaccin-qui-avait-ete-approuve-par-l-oms-116887429.html

        L’OMS suspend le Quinvaxem, (la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B et HiB (Haemophilus influenzae de type b).
        https://neptunya.fr/loms-suspend-le-quinvaxem-la-diphterie-le-tetanos-la-coqueluche-lhepatite-b-et-hib-haemophilus-influenzae-de-type-b/

        Le vaccin contre la grippe augmente les risques de coronavirus de 36 % selon une récente étude du Pentagone
        Par Julie Lévesque, Mondialisation.ca, 26 avril 2020
        Une étude du Pentagone parue le 10 janvier dernier dans la revue Vaccine [ Influenza vaccination and respiratory virus interference among Department of Defense personnel during the 2017–2018 influenza season https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0264410X19313647?via%3Dihub ]
        a démontré que le vaccin contre la grippe augmentait significativement les risques d’attraper un coronavirus :
        « Se faire vacciner contre la grippe peut augmenter le risque d’attraper d’autres virus respiratoires, un phénomène connu sous le nom d’interférence virale […] L’interférence virale dérivée de vaccins a été associée de manière significative au coronavirus et au métapneumovirus humain. » (C’est l’auteure qui souligne.)
        Bien qu’elle ne comporte pas de données sur le SARS-CoV-2, le coronavirus responsable de la COVID-19, on ne peut nier l’importance de cette étude en pleine pandémie de coronavirus.
        lire l’article :
        https://www.mondialisation.ca/le-vaccin-contre-la-grippe-augmente-les-risques-de-coronavirus-de-36-selon-une-recente-etude-du-pentagone/5644767

    1. Bonjour Madame,
      Le référencement web autorise toutes les introductions possibles mais demande à ce que vous donniez le lien de notre article en redirection de celui-ci: Il est interdit de le tronçonner sans en mentionner la source exacte (plagiat) ni vous être assuré que la rédaction de l’AIMSIB vous en donne l’autorisation pour une utilisation plus large.

      Pour tout travail d’écriture complexe merci de vous mettre en relation avec president@aimsib.org

      A bientôt et merci de vous intéresser à notre travail.

  10. @ Maludos

    Je vais vous dire ce qui devrait nous dissuader, parents, de remettre nos enfants à l’école et ce qui devrait nous amener, tous, à nous révolter en tant que citoyens, contre ces mesures liberticides au nom de la LUTTE CONTRE LE COVID-19 (la crise sanitaire la plus grave depuis la grippe espagnole (ouarf)).

    Voici les modalités d’accueil des enfants de maternelle (enfants qui viennent de passer pas loin de 2 mois isolés avec leurs parents avec interdiction d’aller au parc, d’aller jouer au ballon dehors (plusieurs parents de mon entourage se sont pris des amendes) et j’en passe…

    « L’accueil des enfants ne se fera que sur 4 jours : lundi, mardi, jeudi et vendredi, selon une rotation par petits groupes, à intervalles plus ou moins rapprochés en fonction du nombre d’enfants qui reviendront à l’école.

    En effet , vous vous doutez bien qu’il ne s’agira pas de reprendre l’école «comme avant», que le déconfinement nous imposera à tous une adaptation et des changements dans le vivre ensemble.

    La réouverture concernera l’ensemble des GS dans un premier temps et dans la limite de 7 enfants par classe.
    Les PS et MS seront accueillis dans un second temps afin de garantir la sécurité de tous.

    Les règles de distanciation ne nous permettront pas de laisser les enfants jouer comme avant, avec des jeux et des espaces partagés, en application du protocole sanitaire.

    Les enfants ne seront pas forcément accueillis avec leur maîtresse, ni avec leurs copains. Il se peut qu’ils ne soient pas dans leur classe d’origine.
    Dans la classe, il n’y aura plus de coin dînette, de coin voitures, de jeux à 2 ou plus, d’accès au coin bibliothèque
    Au moment des récréations, les enfants ne pourront pas jouer comme avant…. Il n’y aura ni ballon, ni vélo, ni bac à sable, ni jeux à deux. Ils devront garder les distances imposées.
    Le midi, ils seront accueillis, dans les classes , pour déjeuner en gardant les distances préconisées. Les parents fourniront un pique-nique.

    Nous tentons donc d’évaluer dans un premier temps, les effectifs d’élèves susceptibles d’être présents afin d’envisager divers scénarios d’organisation pouvant garantir la sécurité de chacun. »

    Sous prétexte de SECURITE, on MALTRAITE en toute impunité nos enfants. Comme nos vieux abandonnés de tous dans les EPAHD et piqués comme des bêtes pour un oui ou pour un non. Comme le reste de la population que l’on a parquée comme du bétail, abrutie par la psychose collective.
    Tout ce délire au nom de la lutte contre le COVID-19 doit cesser.
    Pendant que le bon peuple discute de Chloroquine et de Didier Raoult, du port du masque obligatoire, des tests et du gel hydro-alcoolique, des mesures d’une violence sans précédent sont adoptées dans l’indifférence générale. D’ailleurs, ça n’est même pas de l’indifférence, la population cautionne toutes ces mesures: comment en est-on arrivé là?
    Personne pour ouvrir sa gueule, pour réagir humainement, prendre position. PERSONNE à part quelques dissidents à qui l’on demande de la fermer. Le sujet du coronavirus est un sujet sérieux, réservé aux scientifiques ou aux experts (à la botte).

    Pas une personne sur le site de l’AIMSIB pour dénoncer ce scandale.
    Merci à tous de réfléchir.

    Sinon, pour ceux qui s’intéressent à autre chose que la Choloroquine et Didier Raoult, un documentaire sur Arté à voir de toute urgence (ça permet de se préparer à ce qui nous attend si l’on continue de gober la propagande sous prétexte de SECURITE):

    https://www.arte.tv/fr/videos/083310-000-A/tous-surveilles-7-milliards-de-suspects/

    1. MT, la nouvelle Rosa Luxembourg de l’anesthésie-réanimation!
      Merci à toi de nous faire partager ta colère, tes enfants seront fiers de toi plus tard et nous on est déjà contents de te lire. Il faut regarder Arte pendant le confinement? Bon, c’est vraiment parce que c’est toi…

      1. Ce doc est stupéfiant et réellement angoissant. Surtout la deuxième partie qui traite de la Chine (notre modèle actuel si j’ai bien compris?)
        Pour tous ceux qui ne connaissent pas encore les nouvelles routes de la soie numérique.
        La France, qui accepte sans rechigner le confinement, le traçage numérique et j’en passe aura peut-être bientôt droit au crédit social. Vive la sécurité.

      2. MT vous êtes depuis longtemps dans ma base de données, alors mon logiciel de reconnaissance des pseudos vous a immédiatement identifiée.

        Pour en rester sur le problème actuel si on veut pouvoir en sortir rapidement et sans dommages présents et futurs et donc en particulier sans que cela contribue à favoriser l’implantation de systèmes de surveillances, il faut 2 conditions : un moyen de détection des contaminés et un traitement pas cher, efficace et peu nocif. Sans ces 2 conditions ce n’est pas jouable, il ne servirait à rien de protester.

        C’est pourquoi, pour ma part, j’oriente mes commentaires dans ces 2 directions. On pourrait tout à fait envisager de tout autres moyens que ceux pointés ici et Luc Montagnier y avait fait allusion et disant qu’on pourrait envisager de traiter (et de dépister) par des ondes. Mais pour cela il demandait des moyens. C’est peut-être la principale raison, même si elle ne fut pas évoquée, de l’acharnement qui s’est abattu contre lui.
        La vie n’est pas de nature biochimique. Quand il ne reste que le biochimique, il n’y a plus qu’un cadavre. Malheureusement nous ne cherchons que des solutions biochimiques qui nous enferment dans des situations sans issues. Mais même ici il n’est pas possible d’en dire plus sur ces questions alors je n’en dirai pas plus.

      3. J’en conclus que tu l’as entendu hier soir dans le webinaire de Biosanté? Merveilleux Professeur, on aime tout chez lui, sa vision objective de la problématique vaccinale, la transduction de l’ADN, sa gourmande fraternité ondulatoire avec Marc Henry…
        Pour le reste, son identification de fragments de HIV dans l’ARN du CoV-2 je n’ai pas été emporté…

    2. Personne?!
      Si, si, détrompez-vous!
      Je l’ai déjà fait, et je ne suis pas le seul à penser, écrire et dire que nous sommes dans un délire sanitaire collectif, une hystérie mondialisée, et que les mesures adoptées (confinement et freinage brutal de l’économie) dans la plupart des pays feront à l’arrivée plus de morts que l’épidémie elle-même…
      Mais il faut aussi traiter les aspects techniques et médicaux, ce qui représente déjà en soi un vaste sujet…

      1. C’est ce que disait hier soir le Pr Raoult dans son interview par Appoline de Malherbe sur BMF TV : pire que le Covid c’est la peur qu’on nous a instillé.
        Par ailleurs, dans ses réponses à la « journaliste » et malgré ses minauderies et ses tentatives de déstabiliser le Pr il a affirmé que le traitement par HCQ devait être administré également aux patients victimes de la tempête de cytokines, les Chinois l’administrent. C’est là :
        https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.27.20073379v1?fbclid=IwAR1TdlAPG_QLh3faVd4Ta3pWxNHIvPOhRztVRQsFhQaeFcxj71OthA8TlYk
        Bien sût ça demande à être confirmé mais….

    3. @ Bernard Guennebaud

      Vous dites:

      « Pour en rester sur le problème actuel si on veut pouvoir en sortir rapidement et sans dommages présents et futurs et donc en particulier sans que cela contribue à favoriser l’implantation de systèmes de surveillances, il faut 2 conditions : un moyen de détection des contaminés et un traitement pas cher, efficace et peu nocif. Sans ces 2 conditions ce n’est pas jouable, il ne servirait à rien de protester. »

      Vos propos prêtent à penser que les mesures gouvernementales seraient valables et fondées sur des faits.
      Vous admettez donc qu’il y a un grave problème sanitaire qui ont justifié les mesures de confinement? Que sans mesures (tests + traitement), nous ne nous en sortirons pas? L’épidémie ne s’arrêtera jamais?
      Sur quels arguments?

      Au moment où le confinement a été déclaré, le nombre de morts en France était inférieur à 2018.

      Par ailleurs, en sortir sans dommages présents et futurs: vous avez bien compris qu’il était trop tard? Les dommages sont déjà là et ne vont aller qu’en s’amplifiant. C’est irréversible.

      Je peine réellement à suivre votre raisonnement.

      Pour ce qui est des systèmes de surveillance, la reconnaissance faciale est déjà utilisée à Nice; En outre, l’état a acheté 651 drones il y a peu (probablement pour faire de la photo artistique vue du ciel). Notre président a reçu il y a quelques temps le président chinois pour discuter des nouvelles routes de la soie numérique.

      Vous semblez penser que l’état est encore le garant de la sécurité de ses citoyens et qu’il n’y a aucune volonté de tromper. Réveillez-vous mon cher Bernard. Epidémie ou pas, le problème est ailleurs.

      Marc Girard met en ligne son livre Alertes grippales » sur la grippe porcine. Si tout le monde avait lu ce livre, nous pourrions enfin discuter d’autre chose. Pensez-vous qu’en 2009, il n’y avait aucune volonté de tromper?

      Il ne servirait à rien de protester? Je lâche l’affaire.

      1. TOUS CONFINES dans le TOUT BIOCHIMIQUE !!!

        Qu’il y ait un grave problème sanitaire, peut-on le nier ? En France on n’a pas vraiment traité les malades. Tout a été fait pour compromettre l’utilisation généralisée du traitement proposé par Raoult et qui, sans être la panacée, fonctionne quand même quand ses conditions d’utilisations sont respectées. Tout a été fait pour lui barrer la route, y compris en permettant à Karine Lacombe ( Je ne vous la présente pas ?) de parler aux côtés du premier ministre et sur un pupitre de la République. A moins que ce soit le gouvernement qui ait été contraint de l’accepter ainsi ?

        Si les malades sont là, très graves et très nombreux, il ne servira pas à grand chose de dénoncer les mesures coercitives car la population, dans sa très grande majorité, les acceptera. On s’épuise alors à rien.

        Il y a d’autres choses à faire. Oui le problème est ailleurs mais peut-être pas dans le même ailleurs pour vous et pour moi ? “Ma réponse” ce serait plutôt, et je l’ai dit ici dès le début, les protéodies (musique des protéines) de Joël Sternheimer, cad une musique en correspondance avec l’accrochage des acides aminés successifs qui constituent la protéine de surface du virus : 4 par seconde, une note pour chaque acide aminé différent, ce qui fait une musique avec seulement 20 notes. Ces musiques peuvent soit booster la construction des protéines soit la défavoriser. C’est une question de phase. Faut pas se tromper ni mettre cela entre toutes les mains !!! On peut ainsi favoriser la croissance des tomates même en zone aride (Sénégal), des salades, des concombres … soit endiguer un champignon (l’Eska de la vigne). Tout cela a été réalisé en Fr&nce à l’échelle d’exploitants agricoles. Alors pourquoi pas avec le cov2 qui est à ARN avec une enveloppe de protéines ?

        Sur les protéodies, comme première introduction (il y a beaucoup d’autres choses plus poussées) :

        https://www.youtube.com/watch?v=35Rv4sAzV_4 France 3 Centre-Val de Loire 2014

        La nature même de la vie permet des actions totalement différentes de celles dans lesquelles on veut nous maintenir tous confinés. « Pas d’autres solutions que des réponses biochimiques ! » Et si c’était ça le confinement dont il nous faudrait enfin sortir ? Il ne suffira pas d’aller libre dans la rue et les transports pour sortir de ce confinement dans lequel les industriels du biochimique, que ce soit l’agrochimique ou l’industrie pharmaceutique, veulent nous maintenir avec le relais des experts, des médias, des institutions gouvernementales etc …

        OUI, nous sommes tous confinés et depuis fort longtemps, dans le TOUT BIOCHIMIQUE et il ne sera pas aisé d’en sortir. Les attaques contre l’homéopathie ne font que confirmer cette volonté de renforcer encore ce confinement. Si nous voulons éviter le pire et en particulier la surveillance généralisée, il nous faudra sortir de ce confinement qui est d’abord culturel. Il faut se réveiller, vous avez raison mais se réveiller de quel sommeil pour s’ouvrir à quelle vie ? C’est toute la question !

        Amitiés Bernard

      2. @ Bernard Guennebaud

        « Si les malades sont là, très graves et très nombreux, il ne servira pas à grand chose de dénoncer les mesures coercitives car la population, dans sa très grande majorité, les acceptera. On s’épuise alors à rien. »

        La population accepte la coercition parce que le gouvernement, leurs experts pourris, le corps médical et des gens comme vous (désolée, Bernard parce que je vous trouve plutôt sympathique) leur serinent du matin au soir que l’on vit une des plus graves pandémies du siècle avec des malades TRES GRAVES et TRES NOMBREUX. La population est terrorisée par un discours alarmiste dont je peine à trouver la justification.

        Alors que le nombre de morts ne cesse de diminuer, que l’on galère pour avoir des données fiables sur le nombre de morts réellement attribuables au COVID-19, on nous parle maintenant de la deuxième vague, de cas étranges et inquiétants chez les enfants avec la maladie de Kawasaki.

        Ca s’appelle de la propagande et désolée de vous le dire mais je pense que vous alimentez la psychose.

        J’ai personnellement été effarée de voir l’agitation sur le site de l’AIMSIB à ce sujet. Ca doit être lié à la peur de mourir.

        Maintenant, j’ai une question: qu’entendez-vous par « grave problème sanitaire », « malades très graves et très nombreux »?
        Car si je ne conteste pas qu’il y ait une épidémie qui puisse poser problème, je suis avant tout préoccupée par les conséquences des mesures délirantes prises par le gouvernement.

        Il y a entre 400 et 500 morts par cancer tous les mois en France; 400 pour les maladies cardiovasculaires si mes sources sont exactes.
        Parle t’on d’hécatombe pour autant du matin au soir?
        Qu’en est-il du COVID-19? J’ai entendu grosso modo le même ordre de grandeur.

        Mr Véran nous a dit que le confinement favorisait la circulation du virus donc j’imagine que l’on aurait pu diminuer ce nombre.

        Vous affirmez que l’on ne peut nier qu’il y ait une grave crise sanitaire, que les malades très graves sont très nombreux: sur quels arguments?

      3. Chère MT,
        Le débat sur la gravité du Covid-19 dans le monde ne se mesure pas à mon sens au nombre de patient touché, il y avait jusqu’en 2009 (de mémoire) dans la définition d’une pandémie, retenue par l’OMS, la notion de sévérité de l’infection. Donc globalement si 90% des habitants de la planète avait le nez qui coulait, avant H1N1, ce n’était pas une pandémie. Les firmes ont depuis réussi à éjecter cette notion gênante pour leurs affaires.
        Aujourd’hui le seul argument qui fait sens à mon avis pour imposer des mesures exceptionnelles de précaution repose uniquement sur la crainte abominable de ne pas pouvoir assumer la réanimation d’une quantité supérieure de malades gravissimes par rapport à nos capacités. En clair, laisser mourir un quadragénaire sans histoire, sur son brancard, par manque de moyen. Cette notion est-elle réelle ou purement construite par nos professionnels vendeurs de peur? On saura un jour…
        Le critère dur et définitif, à savoir la sur-mortalité liée à Covid, est encore mal défini à ce jour puisque l’affaire n’est pas terminée. Qu’un grand vieillard soit mort à un moment attendu de son histoire par intrusion de la grippe, du Covid, voire de la iatrogénie habituelle des soignants qui l’entourent, il est trop tôt pour savoir si ce sont les causes de décès qui se déplacent ou également leurs quantités.

        Coq à l’âne énorme j’ai visionné ton doc sur l’ethnocide incroyable que le PC Chinois a mis en oeuvre contre les Ouïghours, on devrait bien comprendre que la Chine ne sera jamais nos amis sur rien, liberté, santé, business….

      4. @MT
        Aïe… c’est plutôt 500 morts PAR JOUR pour le cancer en France, même ordre de grandeur pour les maladies cardiovasculaires, les drogues (tabac, alcool, stupéfiants)…
        PAR JOUR !

      5. J’avais mis en titre :

        « TOUS CONFINES dans le TOUT BIOCHIMIQUE !!! »

        Pour moi c’est cela l’important et de ce confinement là on n’en est pas sorti.

        Je discutais un jour avec un biologiste de l’université où j’enseignais des programmes pour les étudiants. « La seule chose qui nous intéresse dans la physique c’est l’optique à cause des microscopes ». Alors la musique des protéines, ils ne sont pas prêts !

        Pourtant c’est une réalité bien établie : quand une protéine se forme à raison de 4 accrochages par seconde d’un acide aminé, il se produit, pendant un instant très bref, une onde d’accrochage dont la fréquence dépend de l’acide aminé. C’est un fait scientifiquement établi.
        Ce qu’a montré Joël Sternheimer c’est que si on fait écouter une « musique » au même rythme de 4 notes par seconde et avec des notes en harmonie avec la fréquence associée à chaque acide aminé, on peut favoriser ou défavoriser la construction des protéines.

        Les conséquences de cela pourraient être énormes et j’en parlais pour donner de l’espoir. Mais, comme les poisson rouges dans leur bocal qui, une fois plongés dans un grand aquarium continuent à tourner en rond, nous préférons ressasser que la vie c’est biochimiques et que … Les propriétés de la nature nous permettraient de tout changer pour le plus grand bénéfice des êtres vivants mais nous ne voulons même pas nous y intéresser un peu. Pourquoi ? La Peur tout simplement, la peur ! Je ne voulais pas faire peur, je voulais donner de l’espoir même si ce ne peut être pour dans 8 jours. Mais ce sera jamais si on ne s’y intéresse pas car les Puissants n’en veulent évidemment pas.

      6. @ Albatros

        Bien sûr: par jour. C’est le surmenage, le confinement m’épuise les neurones.

    4. Dans le souci d’informer les jeunes parents, voici le PROTOCOLE SANITAIRE REOUVERTURE DES ECOLES MATERNELLES et ELEMENTAIRES‎
      http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Documents/docsjoints/protocole300420.pdf
      pour les collèges le protocole est disponible sur le même site
      C’est une véritable usine à gaz ! quasi impraticable.
      Comme le document fait 63 pages à peu près toutes du même acabit maladivement précautionneux, pour ceux qui n’ont pas le temps de l’explorer allez directement à la page 6 consultez les consignes pour le lavage des mains juste pour avoir une idée…

      1. Il me faut apporter cette précision que le document que j’ai indiqué n’est pour l’instant qu’un « Projet » du Gouvernement.
        Mon épouse est directrice d’une (très grosse) école maternelle et primaire dans le nord d’environ 550 élèves.
        Rien n’a été pour l’instant publié au Journal Officiel mais dans l’état actuel des précisions la concernant avec concertation des quatre autres écoles existantes sur la commune où elle exerce comme dans les environs les activités pédagogiques (normales) sont impraticables pour les enfants de PS et MS … et en concertation écoles publique / privée les enfants en bas âge ne seront pas réintégrés, au moins dans un premier temps

      2. Mais y a-t-il une seule personne dans ce pays qui croit que ces protocoles peuvent être et seront appliqués ?!!!

  11. Étude à l’appui, un collectif de médecins plaide pour la liberté de prescrire en ville l’hydroxychloroquine contre Covid-19
    Par Damien Coulomb – Publié le 30/04/2020
    Le collectif #COVID19-laissons les médecins prescrire demande, dans un rapport rendu public ce jeudi 30 avril, que l’on rétablisse la liberté de prescription de l’hydroxychloroquine des médecins de ville. Ils publient dans le même temps les résultats d’une étude rétrospective menée chez 88 personnes infectées par le SARS-CoV-2, principalement des médecins et leurs proches.
    […….] https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/etude-lappui-un-collectif-de-medecins-plaide-pour-la-liberte-de-prescrire-en-ville

  12. Vidéo sur les conflits d’intérêts de l’OMS:

    https://drive.google.com/file/d/1sCWza0TC04RSmN54QOpo-2B7eFhyo20z/preview?fbclid=IwAR1IeXBXFP58d38T5_GF8VEGz7p18obzXPPSGjxGJhE4R9xUAC9xsxiBLw0

    Regarder à partir de 16 min pour la grippe porcine.

    Comprendre que l’OMS avait modifié les critères pour déclarer une pandémie pour que les labos puissent vendre leur vaccin contre le H1N1. Des contrats privés entre de nombreux pays dont la France et l’industrie pharmaceutique avaient été passés avant et seul le déclenchement du niveau 6 pouvait leur permettre d’engranger les bénéfices.
    18 milliards de dollars investis par l’OMS.

    On y parle même de Neil Ferguson, blindé de conflits d’intérêts notamment avec les labos qui produisait le vaccin contre H1N1 (on prédisait alors 2 milliards d’infectés par le H1N1 dans le monde!).

    Le même Neil Ferguson qui a modélisé l’épidémie de coronavirus avec des chiffres encore une fois TERRIFIANTS et nécessitant bien entendu le confinement de la population mondiale en attendant le vaccin j’imagine.

    « Neil Ferguson, épidémiologiste britannique, mise sur un respect strict du confinement pendant une durée de 18 mois afin d’endiguer la propagation du coronavirus en l’attente d’un vaccin. »

    Allez, je me tais.

  13. Y-a-t-il vraiment une pandémie ??? faut-il considérer le coronavirus Covid-19 comme un « nouveau » virus ? faudrait-il considérer chaque haplotype (groupe de gènes hérité d’un seul parent au sein d’un organisme) comme autant de « nouveaux » virus ? le Covid-19, une nouvelle maladie ? ou un rhume sévère comme le déclarait le 6 mars le Pr Jean-Michel Molina chef du service infectiologie de l’hôpital parisien Saint-Louis.

    16 dec 2009 […]Dans une interview donnée au magazine allemand Der Spiegel, un membre de la Cochrane Collaboration, une organisation de scientifiques indépendants qui évaluent toutes les études menées sur la grippe, l’épidémiologiste Tom Jefferson montrait les conséquences de la privatisation de l’OMS et la marchandisation de la santé.

    « T. Jefferson : […] l’une des caractéristiques les plus ahurissantes de cette grippe, et de tout le roman-feuilleton qui en a découlé, est que, année après année, des gens émettent des prévisions de plus en plus pessimistes. Jusqu’à présent, aucune ne s’est jamais réalisée et ces personnes sont toujours là à répéter leurs prédictions. Par exemple, qu’est-il arrivé avec la grippe aviaire qui était censée tous nous tuer ? Rien. Mais, ce n’est pas cela qui arrête ces gens de faire leurs prédictions. Parfois, on a le sentiment que c’est toute une industrie qui se prête à espérer une pandémie.

    Der Spiegel : De qui parlez-vous ? De l’OMS ?
    T. J : L’OMS et les responsables de la santé publique, les virologistes et les laboratoires pharmaceutiques. Ils ont construit tout un système autour de l’imminence de la pandémie. Beaucoup d’argent est en jeu, ainsi que des réseaux d’influence, des carrières et des institutions tout entières ! Et il a suffit qu’un des virus de la grippe mute pour voir toute la machine se mettre en branle. » [20]
    Lorsqu’on lui a demandé si l’OMS avait délibérément déclaré l’urgence pandémique dans le but de créer un immense marché pour les vaccins et les médicaments contre le H1N1, Jefferson a répondu :
    « Ne trouvez-vous pas frappant que l’OMS ait modifié sa définition de la pandémie ? L’ancienne définition parlait d’un virus nouveau, à propagation rapide, pour lequel l’immunité n’existe pas, et qui entraîne un taux élevé de malades et de décès. Aujourd’hui, ces deux derniers points sur les taux d’infection ont été supprimés, et c’est ainsi que la grippe A est entrée dans la catégorie des pandémies. » [21]

    [20] Tom Jefferson, Entretien avec l’épistémologiste Tom Jefferson : ‘A Whole Industry Is Waiting For A Pandemic’, Der Spiegel, 21 juillet 2009 https://www.spiegel.de/international/world/interview-with-epidemiologist-tom-jefferson-a-whole-industry-is-waiting-for-a-pandemic-a-637119.html
    [21] Ibid.
    source de la citation https://www.voltairenet.org/OMS-le-pape-de-la-grippe-A-accuse

    OMS DÉFINITION Qu’est-ce qu’une pandémie ?
    24 février 2010 On parle de pandémie en cas de propagation mondiale d’une nouvelle maladie. Une pandémie de grippe survient lorsqu’un nouveau virus grippal apparaît et se propage dans le monde entier, en l’absence d’immunité dans la grande majorité de la population.
    https://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/pandemic /fr/

    La déclaration de pandémie par l’OMS le 11 mars 2020 ne fut-elle pas clairement hâtive et abusive ! « hors de Chine, 118 000 cas dans 114 pays et 4291 ‎décès », un taux élevé de malades et de décès ?
    https://www.who.int/fr/dg/speeches/detail/who-director-general-s-opening-remarks-at-the-media-briefing-on-covid-19—11-march-2020

    1. Covid-19
      LE PEUPLE MUSELÉ

      Comprenez-vous que nos gouvernants se sont tiré—nous ont tiré—une balle dans le pied en nous confinant comme des moutons?
      Comprenez-vous que toutes ces mesures vont faire beaucoup plus de morts que l’épidémie elle-même?
      Qu’elles seront plus délétères que le virus sur votre gagne-pain? Sur votre emploi? Sur vos indemnités de chômage? Sur votre retraite? Sur votre santé (physique et mentale)?
      Car nous aurons droit, n’en doutez pas, au SARS-CoV-2.0, au SARS-CoV-2.1, au SARS-CoV-3.1 etc. (ce corona va muter, vous y pensez?). Sans oublier les centaines d’autres virus… Et ne comptez pas sur les vaccins pour vous protéger: en admettant que les futurs vaccins ne seront pas des bricolages biologiques improvisés et hasardeux, plus dangereux que bénéfiques, il seront toujours en retard d’un métro: ils arriveront au mieux après la bataille… (et après avoir procuré des profits indécents aux cadres dirigeants des grandes entreprises pharmaceutiques).
      Qui peut raisonnablement penser que nous pourrons nous permettre chaque année, voire deux ou trois fois par an, plusieurs semaines ou mois d’oisiveté (pour les uns), de travail forcené (pour les autres), que nous pourrons accepter de subir ou de faire subir la solitude (par exemple à nos anciens dans les EPHAD) ou au contraire la promiscuité à des millions de personnes, que nous pourrons accepter les inégalités monstrueuses qui se manifestent au fil des jours (quoi de commun entre un «confinement» à la campagne, à la lisière d’une forêt dont les frondaisons vous mettent à l’abris des caméras et des haut-parleurs de drones, ou au pied d’un massif montagneux et ses mille chemins solitaires… et le confinement d’une famille nombreuse dans un appartement exigu, avec vue sur cour?
      Quelle rationalité peut justifier par exemple d’interdire de se promener seul sur une plage, et «en même temps» d’enjoindre de retourner au travail, même s’il faut pour cela attendre le métro sur un quai bondé (tiens… encore le métro!)? Masque ou pas. Distanciation «sociale» ou pas (la «distanciation sociale» est en fait une distanciation physique: fini les poignées de main, les bisous, les tapes sur l’épaule, les étreintes… bonjour les regards soupçonneux et le quidam qui change de trottoir pour ne pas vous croiser…)
      Les gouvernants en ont rêvé? Le Covid-19 l’a fait! «Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes.» (Machiavel). Pas besoin de théorie du complot: tout se passe «comme si»!
      En un claquement de doigt.
      Votre peur vous confine plus sûrement que les plus lourdes amendes, en même temps qu’elle vous ronge de l’intérieur (et mine vos défenses immunitaires).
      Réveillez-vous! Ouvrez les yeux! Pourquoi acceptez-vous que l’on vous traite comme des enfants, des ados inconscients, des adultes inconséquents et irresponsables?
      Comment peut-on organiser la déliquescence de notre système de santé et «en même temps» déplorer le manque de lits de réanimation? Affirmer que les masques ne sont pas utiles, puis les rendre obligatoires?
      Faites appel à votre jugement, lisez, regarder des vidéos pertinentes, recoupez les infos, apprenez à détecter les fake-news et la propagande officielles, et à les distinguer des données scientifiques pertinentes! (par exemple, comment serait-il possible qu’un spécialiste mondial des maladies infectieuses—je ne vais pas le nommer—soit moins crédible qu’un Président de la République, ou qu’un Directeur de la Santé qui égrène chaque soir le nombre de morts par le SARS-CoV-2?)
      Et d’ailleurs pourquoi ne pas égrener chaque soir le nombre de morts par cancers (4 à 500 tous les jours), par maladies cardiovasculaires (même ordre de grandeur), par le tabac et l’alcool (250 à 300 par jour)?
      PAR JOUR!
      En France.
      Ou le nombre d’enfants (8000 par jour) qui meurent de dénutrition dans le monde…
      CHAQUE JOUR!
      Observez l’évolution de la MORTALITÉ TOUTES CAUSES au fil des mois: ce sera la pierre de touche qui dira si, oui ou non, cette épidémie est aussi délétère qu’on le serine à longueur de journées…
      Nous ne sommes pas, nous ne pouvons pas être «en guerre contre le virus»: on ne peut pas être en guerre contre les virus. Ils sont dans la biosphère depuis bien plus longtemps que nous: il faut simplement apprendre et continuer à vivre, et à mourir, avec eux.

      1. Albatross, je peux souscrire à une bonne partie de ce que vous écrivez et décrivez. Je ferai une réserve sur la comparaison entre les morts par maladies contagieuses et par maladies chroniques. On a rarement vu sans doute un médecin mourir d’un cancer 15 jours après avoir soigné un cancéreux qui lui aurait transmis. On ne peut pas faire ce type de comparaison.
        Après le 11 mai nous observerons la résultante de 3 actions générales : 1- les conséquences de changements éventuels du virus dans un sens ou un autre. 2- les conséquences d’une plus grande circulation des individus. 3- La mise en oeuvre sur le terrain et par la population des mesures barrières préconisées. Quelle sera cette résultante ? Je ne me risquerai pas à la prédire.

        Nous voulons tous sortir de ce confinement. Mais quelle en est l’origine profonde ? La gestion désastreuse des gouvernants actuels et passés ? Oui sans doute. Les analyses erronées des experts présents et passés ? Oui sans doute aussi. Mais surtout le confinement mental généralisé qui nous est imposé depuis très longtemps sur les propriétés de la Vie végétale, animale et humaine, au sens biologique du terme.

        J’en parlais hier un peu au dessus de ce commentaire. Nous sommes confinés, la science est confinée, les enseignants sont confinés, les experts et gouvernants sont confinés, tous depuis fort longtemps dans la croyance que la Vie est biochimique et qu’il ne peut y avoir d’autres réponses aux maux de ce monde que le tout biochimique, médicaments et vaccins. Les attaques récentes contre l’homéopathie sont l’illustration de cette volonté de confinement imposé à la science et au peuple.

        Si nous voulons sortir vraiment des confinements physiques dans l’avenir il nous faudra d’abord sortir de ce confinement de l’esprit et de la connaissance. C’est à cela qu’il nous faudrait œuvrer désormais. Y’a du boulot !

  14. La conséquence d’avoir présenté le Covid-19 comme un « nouveau » virus, et in fine d’en avoir fait dans les médias comme dans les communications scientifiques une nouvelle maladie, a été de poser le postulat (non pas un axiome) qu’il n’existait aucun traitement connu et qu’il en faudrait un spécifique… pour juguler ce fléau pandémique encore imaginaire à ce stade d’analyse en début d’année, d’où le litige entre les « médecins parisiens » qui saisissaient l’occasion d’en faire un sujet de recherche pour valider peut-être telle ou telle nouvelle molécule avec l’essai Discovery et le Pr Raoult qui l’a simplement traité « médicalement » comme une variante d’infections respiratoires.
    Dès lors qu’il y avait un biais sémantique dans l’énoncé du problème cela ne pouvait déboucher que sur des incompréhensions entre scientifiques, médecins ou chercheurs.

    1. Merci pour la réponse Akira
      N’ayant pas les compétences sur l’influence des virus sur le « tropisme pour les cellules cardiaques » je vais attendre l’avis de Emma Khan… ou/et d’autres commentateurs qui pourraient s’exprimer sur le sujet, car au doigt mouillé le tropisme… c’est encore une notion bien vague scientifiquement.
      « une prise en charge épidermique différente »… c’est là précisément la nuance que je soulevais il me semble, mais ne dépend-t-elle pas de la lecture que nous faisons des événements ? maladie nouvelle, pas nouvelle ? si la problématique est mal posée…
      La « recherche » a opté pour la 1ère option, l’IHU de Marseille comme des généralistes l’ont traité de manière générale comme une infection respiratoire particulière… avec de bons résultats sauf erreur.

    2. @ akira
      simple question, vu de votre lanterne s’agit-il vraiment d’une pandémie ? oui ou non ? tout avis subjectif est autorisé bien évidemment, mais c’est un peu pour vous situer par rapport à cette perception que nous avons des événements et parce que votre réponse vient un peu à l’encontre de ce que je m’efforçais de démonter sans rien m’apporter d’éléments contradictoires.

    3. désolé pour la coquille « une prise en charge épidémique différente »
      et pas épidermique.

    4. Sur les éléments contradictoires que vous présentez n’étant pas médecin, de ceux qui sont en première ligne, je vais laisser réagir les MG.

  15. « La peste était en route vers Damas et croisa la caravane d’un chef dans le désert. Où allez-vous si vite s’enquit le chef ? À Damas, j’ai l’intention d’y prendre mille vies. Et au retour de Damas la peste croisa de nouveau la caravane. Le chef dit c’est cinquante mille vies que vous avez prise et non mille. A non dit la peste j’en ai pris mille, c’est la peur qui a pris le reste. »
    Les Contes de Canterbury..
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Contes_de_Canterbury

    Cela vaudrait-il moins comme conséquences délétères du confinement que les « oracles » de certains experts sanitaires qui dans leur boule de cristal ou après consultation de Madame Irma nous prédisent une « deuxième vague » ?
    Les poètes sont souvent de vrais visionnaires… la science n’expliquera jamais pourquoi avant longtemps…

  16. A ce stade, je voudrais alerter. Médecin du Travail en retraite, j’ai l’habitude de ne pas être entendue et même d’être discréditée ! Je me lance quand même.
    Je fais une synthèse de tout ce que j’ai lu ou entendu.
    Les causes réelles de l’épidémie ne sont pas concentrées sur le seul virus qui mute et mutera toujours.
    Les causes réelles sont tous les éléments qui concourent à l’émergence puis à la multiplication du virus.
    Dans un premier temps qui justifie le confinement, soigner les personnes qui déclenchent une maladie est indispensable. Leurs symptômes seront fonction de leur état de départ. L’organe le plus atteint sera sans doute le plus fragile de leur corps.
    Dans le temps plus long, pour prévenir les aggravations au début et surtout les récidives, il faudrait recueillir pour les synthétiser les différentes informations concernant les facteurs de risques médico-psycho-sociaux.
    Cela demande d’accepter de travailler en équipes multidisciplinaires et avec les patients.
    Cela demande de travailler ensemble sans jugement de valeur

  17. « Le professeur Neil Ferguson, grand-prêtre de la gestion libérale des hôpitaux et inventeur du confinement généralisé contre le Covid-19. »

    Escroquerie intellectuelle Covid-19 : Neil Ferguson, le Lyssenko libéral
    par Thierry Meyssan 18 avril 2020
    Jadis les dirigeants politiques européens cédaient aux injonctions de leurs astrologues. Aujourd’hui, ils s’en référent identiquement aux statisticiens de l’Imperial College.
    […….] Le charlatanisme du professeur Neil Ferguson
    Le professeur Ferguson est toujours la référence européenne en matière de modélisation des épidémies.
    – Pourtant c’est lui qui, en 2001, avait convaincu le Premier ministre Tony Blair de faire abattre 6 millions de bovins pour stopper l’épidémie de fièvre aphteuse (une décision qui coûta 10 milliards de livres et qui est aujourd’hui considérée comme aberrante).
    – En 2002, il calcula que la maladie de la vache folle tuerait environ 50 000 britanniques et 150 000 de plus lorsque elle se transmettrait aux moutons. Il y en eu en réalité 177.
    – En 2005, il prédit que la grippe aviaire tuerait 65 000 Britanniques. Il y en eu au total 457.

    Peu importe, il est devenu conseiller de la Banque mondiale et de nombreux gouvernements. C’est lui qui fit parvenir le 12 mars une note confidentielle au président français Emmanuel Macron annonçant un demi-million de morts en France. Affolé celui-ci prit la décision de confinement généralisée le soir même. C’est encore le professeur Ferguson qui annonçait publiquement, le 16 mars, que, si rien n’était fait, on compterait jusqu’à 550 000 morts au Royaume-Uni et jusqu’à 1,2 million aux États-Unis, contraignant le gouvernement britannique à revoir sa politique.
    Simon Cauchemez, qui était en 2009 son bras droit, dirige aujourd’hui l’unité de modélisation de l’Institut Pasteur. Il est bien sûr membre du Comité scientifique de l’Élysée où il a proposé le confinement généralisé. Ce comité a été constitué par le directeur général de la Santé, le professeur Jérôme Salomon, fils spirituel et ancien conseiller technique de Bernard Kouchner.

    […] La prise de pouvoir de l’équipe Ferguson est fondée sur une escroquerie intellectuelle. La « biologie mathématique » (sic) pourrait justifier la gestion libérale des services de santé.
    Malheureusement si les statistiques permettent d’évaluer après coup les effets de telle ou telle mesure, elles ne peuvent pas prévoir le comportement d’un organisme vivant, d’un virus.
    […] Le professeur Ferguson a reconnu, le 22 mars, avoir effectué ses calculs sur l’épidémie de Covid-19 exclusivement avec une base de données vieille de 13 ans relative aux épidémies de grippe.
    […] https://www.voltairenet.org/article209740.html

    1. Akira comment expliquer la décision d’un confinement général de la population et de l’anesthésie complète d’un pays, décision tellement plus politique que sanitaire, extrêmement gravissime, liberticide, seulement basée sur un futur épidémiologique très hypothétique ? Ce sont donc bien les modélisations mathématiques qui sont en cause plus que ceux qui y « croient » il me semble.

      Pour recoller au sujet des vaccins, j’ai un autre exemple en magasin de modélisations épidémiologiques aux conclusions contradictoires au sujet du Gardasil. D’un côté la modélisation Policy1-Cervix publiée dans The Lancet The projected timeframe until cervical cancer elimination in Australia : a modelling study (Le délai prévu jusqu’à l’élimination du cancer du col de l’utérus en Australie : une étude de modélisation)
      https://www.thelancet.com/journals/lanpub/article/PIIS2468-2667(18)30183-X/fulltext
      qui « prophétise » une baisse de l’incidence alors que le taux de mortalité repart à la hausse depuis l’introduction du vaccin en Australie
      Cancer Type : Cervix – Annual mortality, by sex, 1968 to 2018
      https://ncci.canceraustralia.gov.au/outcomes/cancer-mortality/cancer-mortality

      De l’autre la modélisation autrichienne faite en 2007 par Ingrid Zechmeister, experte internationale en santé publique, du prestigieux – et indépendant – Institut Ludwig Boltzmann Evaluation der Impfung gegen humane Papillomaviren (HPV-Impfung) in Österreich. HTA-Projektbericht 2007 ; 9, qui est loin d’être aussi « optimistic » que la modélisation australienne Policy1-Cervix.

      Même une vaccination systématique par un Gardasil supposé efficace n’aurait qu’un faible impact sur l’incidence du cancer du col de l’utérus, selon une modélisation autrichienne
      « […]La conclusion d’Ingrid Zechmeister est sans appel, alors même que l’analyse est faite selon le meilleur scénario possible : même si on vaccinait 85% des jeunes filles de 12 ans par Gardasil jusqu’en 2060 – et ce en supposant qu’il est efficace à 100% et immunise à vie – on n’atteindrait au bout de 52 ans qu’une diminution de 10% des cas de cancer du col de l’utérus. Et la mortalité ne baisserait que de 13%…

      L’intervention d’Ingrid Zechmeister lors de ce colloque se base sur le rapport détaillé qu’elle a dirigé et qui a été commandé par le ministère autrichien de la santé. L’équipe qui l’a rédigé est internationale, comprenant aussi des experts scandinaves et britanniques. »
      https://pharmacritique.com/2008/07/02/meme-une-vaccination-systematique-par-un-gardasil-suppose-efficace-naurait-quun-faible-impact-sur-lincidence-du-cancer-du-col-de-luterus-selon-une-modelisation-aut/

      voir dans le PDF page 93 > 7 Diskussion
      Die Analyseergebnisse zeigen, dass eine HPV-Impfung von 12-jährigen Mädchen zusätzlich zum Zervixkarzinomscreening bei einer Durchimp-fungsrate von 65 % und einer Wirksamkeit von 90 % gegen persistierende HPV-Infektion in 52 Jahren die Anzahl der Krebsneuerkrankungen potenziell um 2.244 (9 %) und die Anzahl der Todesfälle um etwa 768 (11 %) senkt. Unter maximal optimistischen Annahmen wäre in 52 Jahren mit 2.489 (10%) weniger Neuerkrankungen und 869 (13 %) weniger Todesfäl-len zu rechnen. Das entspricht im Jahresdurchschnitt etwa 48 Neuerkrankungen und 17 Todesfälle weniger, wobei die Reduktion verzögert und auf niedrigem Niveau beginnt und bis 2060 kontinuierlich steigt.
      http://eprints.hta.lbg.ac.at/760/2/HTA-Projektbericht_009.pdf

      1. La décision est effectivement politique et largement partagée par l’ensemble des Etats de la planète et non à la lumière de la seule décision de M. Ferguson.
        Attention tout de même à vos sources ! Le dit Meyssan n’étant pas en la matière le mieux désigné pour apporter sa contribution à une meilleure compréhension.

      2. @ Éric Marquant
        Je comprends bien que le Réseau Voltaire est sur une ligne de publication très politique, géostratégique, avec des analyses fort éloignées de celles de l’Aimsib. Néanmoins on peut s’étonner que ce statisticien Professeur Neil Ferguson aurait pu faire autant d’énormes erreurs dans sa carrière que la Madame Irma du coin… ça questionne.
        En attendant je garde ce sentiment que la déclaration de pandémie de l’OMS est clairement abusive, de même que la décision de confinement général absurde, qu’une stratégie de « SURVEILLANCE-ENDIGUEMENT » aurait été préférable.

      3. Certainement njama que la surveillance-endiguement aurait été infiniment préférable. C’est d’ailleurs ce que j’avais dit depuis le début : recherche active des cas ; puis remonter et descendre les filières : qui le malade a pu contaminer ? Par qui a-t-il pu être contaminé ? Puis isolement et traitement des cas découverts. Pour la variole il n’y a jamais eu de confinement généralisé.

        Ce fut pratiquement la stratégie de la Corée avec 51 millions d’habitants et de très hautes densités de populations. Mais pour mettre en oeuvre cette stratégie il fallait des moyens dont la France ne disposait pas, ce fut là le problème. Le confinement généralisé fut visiblement décidé pour se donner le temps d’acquérir les moyens nécessaires à cette stratégie. Il n’est pas certain qu’au 11 mai la France sera prête. Cela n’exclut pas quelques arrières pensées de contrôle des populations mais la première raison c’est d’abord de se mettre en ordre de bataille avec des armes qu’on n’avait pas.

      4. @ Eric Marquant

        Il est parfaitement documentable que Mr Ferguson s’est d’une part trompé à multiples reprises en utilisant des modélisations délirantes avec les conséquences que l’on connait et qu’il est d’autre part blindé de conflits d’intérêts.
        Pour prendre l’exemple de la grippe porcine pour laquelle on a aujourd’hui un certain recul, les faits sont là, peu importe que la source soit discutable.

        Est-ce une volonté de nuire ou uniquement celle d’engranger des bénéfices? La question reste ouverte, les deux hypothèses n’étant pas incompatibles à mon sens.

        Que l’ensemble des états de la planète aient décidé de nous mettre en prison n’est pas un argument pour justifier les mesures de confinement ni pour dédouaner Ferguson de ses conseils calamiteux. N’est pas expert qui veut, un peu de sérieux!

        En ce qui concerne la France, j’attends toujours (et je ne suis pas la seule) un argumentaire sérieux justifiant cette mesure dictatoriale, c’est-à-dire l’analyse du bénéfice-risque et non une vague impression d’apocalypse imminente. A ce compte-là, on risque la récidive pour un oui ou pour un non. L’avenir nous le dira.

        C’est bien beau de pleurer pour avoir des études testant scientifiquement la Chloroquine mais je pense que l’urgence est ailleurs. C’est quand même terrible cet aveuglement collectif… Je suis désespérée…

      5. La source n’est jamais anodine, les faits n’existent pas en eux-mêmes, le point de vue qui les analyse est déterminant. Je ne défends en rien M. Ferguson, je dis seulement qu’il faut être prudent quant aux sources de l’information.
        Il est de votre droit de critiquer les choix faits par ce gouvernement qui s’inscrivent dans un choix quasiment planétaire, non ?

      6. « les faits n’existent pas en eux-mêmes »? Je ne comprends pas. C’est la source qui détermine les faits et non les actions?

        Transmettre une info non vérifiable à partir d’une source douteuse, OK.
        Mais cette info est parfaitement documentable. Peut-être aurait-il été plus judicieux de citer une source plus « crédible ».

        Enfin, combien d’infos trafiquées dans les « meilleures » revues scientifiques? Sûr que si c’était sorti du BMJ, ça en jèterait un peu plus.
        C’est la pertinence de l’information qui est intéressante ici.

        Il n’est pas de mon droit, il est de mon devoir de critiquer cette décision « planétaire ».

        Bon, Ferguson avait demandé à ce que l’on reste confiné 18 mois jusqu’à la sortie du vaccin, il me semble? (je n’ai pas été vérifié la véracité de la source):

        https://www.capital.fr/economie-politique/un-confinement-de-18-mois-cest-la-recommandation-dun-prestigieux-epidemiologiste-britannique-1366621

        Si cette décision avait été planétaire, j’imagine qu’il aurait été raisonnable de s’y plier.

      7. Non, évidemment non, la source ne détermine pas les faits, mais souvent plusieurs sources sont nécessaires à être confrontées pour vérifier ou pas les faits. Simple principe de précaution et de justice. Le point de vue de M. Meyssan, qui par ailleurs tient des propos très controversés, ne suffisait donc pas, dans le commentaire que je faisais à Njama. C’est tout.

      8. J’hésite à m’immiscer dans cette discussion tendue mais je voudrais quand même souligner un point, un seul, indépendamment de Fergussson et autres …

        QUESTION : était-il envisageable d’envoyer les gens tout nus dans le métro et autres transports en communs bondés pour aller travailler ? Vu ce qui s’est produit dans notre porte avion on a le droit d’hésiter ? Comme la France était dans l’incapacité de fournir les masques nécessaires pour équiper les voyageurs il n’y avait pas d’autres solutions que de développer le télétravail en limitant l’usage des transports en communs aux seules personnes indispensables à l’économie minimale.

        D’ailleurs la guerre des masques se poursuit au sein de la France et pas seulement entre les Etats. Les masques achetés par la grande distribution sont très enviés par les hospitaliers. j’ai même entendu l’un d’eux dire que ces masques devraient être réquisitionnés pour être donnés aux hôpitaux. On pourrait rétorquer que si l’on veut réduire le nombre de malades hospitalisés, l’une des conditions est que les gens portent des masques dans les transports en communs. C’est le minimum.

        A ce propos des masques, il y eut en Bretagne une usine de masques qui produisait 200 millions de masques par an. Par contrat, l’Etat achetait la production afin de permettre à l’entreprise d’exister. Elle fut achetée par un groupe américain mais les commandes de l’Etat cessèrent. Le groupe l’a laissa tomber. En 2018 elle fut démantelée, les machines détruites et les murs rasés.

        La raison de cette cessation des commandes fut sans doute de faire des économies … On en voit le résultat aujourd’hui.

        Ceci dit cela ne justifie pas d’interdire l’accès aux plages et aux forêts, quitte à en contrôler le flux ni d’arrêter un cycliste sur la piste cyclable de l’ile de Ré, de pister par des hélicos les rares randonneurs en montagne ou de verbaliser des surfeurs seuls sur leur planche. « Le confinement c’est pas des vacances » disaient les fonctionnaires du ministère enfermés dans leurs bureaux parisiens.

    2. @ akira. Peut-être y a t’il quelques exagérations concernant ce Neil Fergusson mais il suffit de taper son nom qur la recherche google et vérifier : C’est un prophète de malheur qui s’est planté plusieurs fois, la prochaine étape sans doute, selon lui, sera d’abattre tous les malades du Covid comme s’il s’agissait de chiens enragés.
      Et sûr qu’un vaccin sera pour lui et « Bill » du pain béni…

  18. Un demi million de morts en France avec la pandémie ? C’est pas nouveau ça : en septembre 2005 paraît l’ouvrage de 325 pages de Jean-Philippe Derenne et François Bricaire toujours sur la brèche à la télé, « Pandémie la grande menace Grippe aviaire 500 000 morts en France ?  »

    C’était donc le H5N1 qui lancera entre autres l’affaire du Tamiflu et le match au couteau entre l’OMS d’une part, l’OIE et la FAO d’autre part qui défendent qu’il ne s’agira que d’une maladie animale. Match arbitré par la Banque Mondiale. A qui ira le plus d’argent ? Ce sera à l’OMS et de très loin mais ce fut l’OIE et la FAO qui eurent raison sur le terrain.

    Ceci rappelé, il est risqué de s’appuyer sur les épidémies passées afin de prévoir l’avenir, que ce soit pour minimiser le présent comme pour l’amplifier. Le Premier ministre britannique n’a pas voulu respecter des mesures barrières. Il s’est retrouvé aux urgences en réa. Notre navire amiral en opération fut contraint de rentrer au port avec au moins 50% de ses marins contaminés, certains gravement.

    J’ai écouté le discours d’un parlementaire autrichien qui oppose la stratégie suédoise à celle suivie par l’Autriche qui parait proche de celle de la France. Voici ce que j’ai trouvé pour la Suède :

    https://www.lasuedeenkit.se/le-covid-19-en-suede/

    1er mai Mesures et informations annoncées par les autorités suédoises

    « Après inspection, un restaurant à Göteborg et deux à Stockholm ont été fermés pour non-respect des règles de distanciation.
    Dans son discours du 1er mai diffusé sur Facebook, Stefan Löfven a rappelé que “c’est notre endurance qui est mise à l’épreuve par la crise, le facteur décisif de la capacité du système de santé est que tout le monde respecte les restrictions que l’Autorité de Santé Publique rappelle chaque jour”.

    Il souligne que la crise est loin d’être finie, que de nombreuses personnes vont tomber malades, mourir ou perdre leur emploi. Il a appelé tout le monde à penser à un avenir où nous repenserons à cette époque et nous nous féliciterons d’avoir assumé notre part de responsabilité individuelle envers la société. Il a regretté que le coronavirus ne connaisse pas de frontières et frappe très durement les pauvres.  »
     » Les voyages à l’intérieur du pays peuvent aussi être limités, étant donné que les régions de Suède sont contaminées à des niveaux différents. Plusieurs communes ont déjà signalé qu’elles donneront la priorité à leurs habitants permanents pour ce qui est des soins médicaux et des aides à domicile. »

     » Le gouvernement souhaite également mettre en place une campagne des tests pour détecter les anticorps. Les tests devraient être effectués en partie pour protéger le personnel soignant, mais aussi pour s’assurer que les gens peuvent retourner au travail. »

    L’État débloque 39 milliards de couronnes suédoises pour aider les entreprises à se restructurer. Cette mesure vise les entreprises qui réalisent un chiffre d’affaire de plus de 250 000 couronnes par an et qui accusent maintenant un déficit de 30 %. L’aide apportée est proportionnelle aux pertes, jusqu’à maximum 150 millions de couronnes par entreprise. Le ministère de l’économie estime que 180 000 entreprises pourront en bénéficier et que cela coûtera 39 milliards de couronnes à l’État. »

    « En raison des services de soins intensifs surchargés dans certaines régions, plus de 100 patients ont été transférés d’un hôpital à l’autre, ce qui, selon les chercheurs, est très risqué et entraîne un taux de mortalité plus élevé de 24 %. »

    « L’OMS reconnaît l’échec de la Suède quant à la protection des patients des maisons de retraite (40 % des décès), tout en soulignant que la situation est semblable dans de nombreux autres pays européens (50 % des décès) »

  19. Les gouvernements ne semblent pas voir acter que l’OMS commet des erreurs qui par effet domino ont engendré d’énormes erreurs politiques aux coûts colossaux !
    la pandémie H1N1 2009 c’était de la science-fiction !

    Données du Cepidc_Inserm (Centre d’épidémiologie sur les causes médicales des décès) FRANCE ENTIÈRE Années : 2010 / 2009
    Décès toutes causes confondues : 549962 / 545852
    Total Maladies de l’appareil respiratoire : 32534 / 34445
    dont Grippe : 140 / 532
    Pneumonie : 10563 / 11368
    Asthme : 963 / 1013
    Autres maladies chroniques des voies inférieures : 8210 / 8169
    Autres maladies de l’appareil respiratoire : 12658 / 13363

    ( Données de 2016 à 2000 ici : https://www.agoravox.fr/commentaire5718441 )

    The number of lab-confirmed deaths reported to the WHO is 18,449,[7] though this 2009 H1N1 flu pandemic is estimated to have actually caused about 284,000 (range from 150,000 to 575,000) deaths.[14] A follow-up study done in September 2010 showed that the risk of serious illness resulting from the 2009 H1N1 flu was no higher than that of the yearly seasonal flu.[15] For comparison, the WHO estimates that 250,000 to 500,000 people die of seasonal flu annually.[9]
    https://en.wikipedia.org/wiki/2009_swine_flu_pandemic

  20. Pourquoi dans la traduction ci-dessous vous avez rajouté « de L’OMS « ?

    Trad:- « RTS, S / AS01 a été bien toléré lorsqu’il a été administré à des enfants atteints du VIH de stade clinique 1 ou 2 de l’OMS ainsi que d’une forte utilisation d’anti-rétroviraux et de cotrimoxazole. Les enfants infectés par le VIH pourraient être inclus dans les futurs programmes de vaccination RTS, S / AS01″.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérer à l’AIMSIB

Rejoignez-nous !

Faire un don

Participez à notre développement

Derniers commentaires

Comme + de 4000 personnes, ne ratez pas notre prochain article !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le directement dans votre boite email !

Nous sommes aussi sur vos réseaux sociaux préférés ! Venez intéragir !

Aller au contenu principal