SARS-CoV-2,origine du SARS-CoV-2,Chauve-souris,Wuhan Institut,WIV,gain de fonction,manipulation génétique
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Comment le SARS-CoV-2 est-il passé de la chauve-souris à l’homme ?

SARS-CoV-2,origine du SARS-CoV-2,Chauve-souris,Wuhan Institut,WIV,gain de fonction,manipulation génétique

Après deux avis plutôt argumentés et concordants successivement  développés dans nos colonnes par le Dr Joseph Mercola (*) puis par Hélène Banoun (**), on démontre que l’origine de SARS-COV-2  n’en finit pas de passionner toute la communauté scientifique mondiale. Voici venir aujourd’hui le grand Professeur Adrian Gibbs (***), virologiste et évolutionniste australien de dimension internationale, et qui s’était penché lui aussi sur la question de l’origine zoonotique ou bricolesque de ce virus. Point de chauve-souris « fer à cheval « dans cette affaire hélas, poisson d’avril, le digne scientifique nous explique pourquoi cette hypothèse n’est absolument plus crédible. Bonne lecture. 

 

SARS-CoV-2,origine du SARS-CoV-2,Chauve-souris,Wuhan Institut,WIV,gain de fonction,manipulation génétique

Introduction

Au cours des trois dernières années, nous avons tous été affectés par la pandémie du virus SARS-CoV-2 (SC2) et par la pneumonie COVID qu’il provoque. Le SC2 est apparu pour la première fois à Wuhan, dans le centre de la Chine, à la fin de l’année 2019, et s’est ensuite propagé à toutes les régions du monde, causant jusqu’à présent plus de 8 millions de décès. Mon intérêt vient du fait que je suis chercheur virologue depuis 68 ans et que le thème de mon travail a toujours été « D’où viennent les virus et quand ». Alors, d’où vient le SC2 et comment a-t-il atteint la population humaine ?

SARS-CoV-2 et les sept familles

SC2 est un coronavirus typique et, comme tous les virus, il est transmis des cellules infectées vers les cellules non infectées de ses hôtes par de minuscules particules appelées virions, qui, pour les coronavirus, sont rondes et couvertes de pointes (protéine Spike) avec de courts pédoncules – de sorte qu’en micrographie électronique, elles ressemblent à une couronne, d’où leur nom. Sept coronavirus infectent les êtres humains : le SRAS-1 (syndrome respiratoire aigu sévère), le MERS (syndrome respiratoire aigu sévère du Moyen-Orient), qui a tué 858 chameliers et leurs chameaux depuis 2012, et quatre coronavirus qui provoquent des « rhumes communs » chaque hiver. D’autres coronavirus infectent les poulets domestiques, les chats, les porcs, etc., mais les chauves-souris, en particulier les chauves-souris fer à cheval, semblent être le principal réservoir de coronavirus. Les grottes situées dans les montagnes du sud de la Chine et des États limitrophes se sont révélées être un habitat important de ces chauves-souris et des virus qui les infectent, et les virus recueillis dans ces grottes comprennent ceux qui sont génétiquement les plus proches du SC2. Wuhan se trouve à environ 1 000 km de ces grottes.

Le SC2 est un proche parent du SARS-CoV (SC1), qui a causé 774 décès en Chine et ailleurs en 2003 ; cette épidémie a donné lieu à au moins six « fuites de laboratoire » avant d’être totalement maîtrisée. Le SC1 a été détecté pour la première fois à Hong Kong et, quelques mois plus tard, il a été trouvé chez des « civettes palmistes » et un « chien viverrin » infectés, des animaux élevés à la campagne, commercialisés et consommés. Ainsi, lorsque le SC2 est apparu et qu’il s’est avéré génétiquement proche du SC1, on a naturellement supposé que le SC2 était entré à Wuhan de la même manière. C’est pourquoi j’ai été intrigué par deux publications dans des revues scientifiques de premier plan au début de l’année 2020, qui m’ont d’abord dit que j’avais probablement raison et que le SC2 était passé des chauves-souris à l’homme, probablement par l’intermédiaire d’un mammifère hôte intermédiaire, mais j’ai été surpris d’apprendre que toutes les autres suggestions étaient des « théories complotistes ». La première, une déclaration du Lancet, me disait que « le partage des données sur cette épidémie est maintenant menacé par des rumeurs et des informations erronées sur ses origines », et l’autre, connue sous le nom de « Proximal origin » (l’origine initiale) d’après le titre de l’article, parut dans Science, et me disait que « nos analyses montrent clairement que le SRAS-CoV-2 n’est pas une construction de laboratoire ou un virus manipulé à dessein », mais ne donnait pas de preuves à l’appui. Incidemment, l’article sur l’origine initiale est peut-être l’article scientifique le plus lu de tous les temps, puisqu’il a été téléchargé plus de 5,7 millions de fois, et a été décrit, peut-être avec justesse, comme « une conclusion à la recherche de preuves ».

Trois théories dont un astéroïde

Cependant, Wuhan, une ville moderne de 11 millions d’habitants située dans le centre de la Chine, compte au moins neuf laboratoires de haute sécurité, dont l’un, l’Institut de Virologie de Wuhan (WIV), étudie les coronavirus et possède la plus grande collection de coronavirus de chauves-souris. Il était donc tout à fait logique de se demander si une fuite de laboratoire était à l’origine de la pandémie, étant donné qu’il a été démontré que le SC1 s’est « échappé » des laboratoires au moins six fois au cours de son épidémie, mais l’article sur l’origine initiale a tenté d’étouffer toute discussion sur les fuites de laboratoire.

Parmi les trois théories d' »émergence » du SC2 que je connais, la plus farfelue est que le virus proviendrait d‘une météorite carbonée entrée dans l’atmosphère terrestre au-dessus de la Chine à la fin de 2019, mais je ne connais aucune preuve à l’appui de cette hypothèse. La deuxième théorie est que le SC2 s’est propagé des chauves-souris à la population humaine par des processus entièrement naturels, impliquant probablement des hôtes intermédiaires, tels que des mammifères d’élevage ou domestiqués ; c’est la théorie de la « zoonati ». La troisième, la théorie de la « fuite de laboratoire », est que le SC2 s’est propagé à partir d’un laboratoire de coronavirus, probablement à Wuhan.

La première preuve significative à l’appui de l’une ou l’autre des théories principales est venue des activités de l’organisation « US Right to Know » qui a cherché à obtenir des informations en vertu des lois sur la « liberté d’information » sur les discussions qui ont aboutit à l’article sur l’origine initiale. Des courriels, etc., souvent très expurgés, ont montré que c’était la possibilité réelle d’une fuite du laboratoire qui avait initié les discussions.

Les virologues ont trouvé dans la séquence génétique (c’est-à-dire le génome) du SC2 des caractéristiques qui suggèrent qu’il a été manipulé en laboratoire.

Les discussions ont été organisées par Jeremy Farrar, directeur du Welcome Trust au Royaume-Uni, et Tony Fauci, chef de la section NIAID des National Institutes of Health aux États-Unis, et ont impliqué un groupe de virologues chevronnés du monde entier. Leur principale préoccupation était que le génome du SC2 codait un « site de clivage de la furine » (décrit ci-dessous) dans son gène spike. Ce site n’a été trouvé dans aucun des plus de 50 plus proches parents connus du SC2, bien qu’il ait été trouvé dans quelques coronavirus plus éloignés. Les virologues savaient que cette caractéristique aurait pu être insérée en laboratoire (c’est-à-dire qu’elle était techniquement réalisable) et qu’elle pouvait également expliquer la propagation très rapide du SC2 dans la population humaine. Toutefois, après avoir exprimé ses inquiétudes lors d’une conversation téléphonique au début du mois de février 2020, le groupe a décidé de préparer le document sur l’origine initiale, qui ne mentionnait ni ses inquiétudes antérieures ni le fait que Farrar et Fauci, qui avaient « suscité » et aidé à préparer le document, avaient décidé de ne pas en être les coauteurs !

Un autre document important qui a fait surface est une demande de subvention faite par l’EcoHealth Alliance auprès de l’organisation militaire américaine de financement de la recherche appelée DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency). L’EcoHealth Alliance de New York est une organisation « à but non lucratif » qui vise à étudier les agents pathogènes humains et à concevoir des méthodes pour les contrôler. Son directeur est Peter Daszak, qui était l’un des coauteurs de la déclaration initiale du Lancet. La demande de 2017 à la DARPA concernait le financement de son projet DEFUSE, qui visait à isoler les coronavirus des chauves-souris, puis, en laboratoire, à augmenter génétiquement leur virulence et à rechercher des moyens de les contrôler ! Le projet DEFUSE impliquait les laboratoires de Ralph Baric en Caroline du Nord, aux États-Unis, et de Shi Zengli à l’Institut de Virologie de Wuhan, à Wuhan. Ce qui est préoccupant, c’est que la demande DEFUSE mentionnait, de manière très détaillée, leur intention d’ajouter des sites de clivage de la furine à de nombreux coronavirus qu’ils avaient isolés chez les chauves-souris, et d’en évaluer les effets. De telles expériences auraient pu produire le SC2 ! La demande DEFUSE n’a pas été retenue, mais un autre courriel de Daszak, publié en FOI, indiquait que le projet serait financé par d’autres moyens.

J’ai parcouru les publications scientifiques et le web, en particulier Twitter et YouTube, à la recherche de preuves à l’appui des théories des « zoonati » et des « fuites de laboratoire », car les principaux médias n’ont pas réussi à en parler de manière équilibrée.

Il semble qu’il y ait peu de preuves à l’appui de la théorie des « zoonati », malgré les campagnes médiatiques qui affirment le contraire – le contraste avec l’épidémie de SC1 de 2003 est évident. Alors que des hôtes intermédiaires infectés ont été découverts dans les semaines qui ont suivi l’apparition du SC1 en 2003, aucun des plus de 1 400 animaux sauvages d’élevage testés, en particulier dans le Yunnan, dans le sud-est de la Chine, n’a été infecté par le SC2. Dans un article publié dans Science en 2022, Worobey et al. ont affirmé que les premières personnes infectées par le SC2 à Wuhan étaient regroupées autour du grand marché central aux animaux Huanan Seafood Market (HSM), mais il a été démontré par la suite que cela était dû au fait que les échantillons avaient été délibérément prélevés autour de la source la plus probable, à savoir le HSM. Le HSM a été fermé en janvier 2020 et plusieurs centaines d' »écouvillons environnementaux » et d’échantillons d’animaux invendus et congelés (18 espèces) y ont été prélevés pour être testés par le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (China Center for Disease Control and Prevention). Les tests de séquençage génétique de ces échantillons, publiés dans Nature par Liu et al. en 2023, n’ont révélé aucun lien entre l’ADN animal et l’ARN du SC2. Il n’y a donc aucune preuve de l’existence d’hôtes faisant le lien entre les chauves-souris des grottes et les humains de Wuhan. Une autre différence importante entre les foyers SC1 et SC2 est que les données phylogénétiques ont montré l’adaptation progressive du SC1 à la population humaine, ce qui n’est pas le cas dans le foyer SC2, où le virus semblait déjà particulièrement bien adapté à l’homme lorsqu’il est apparu pour la première fois.

La fameuse spike

Chaque spike d’un coronavirus est constitué de trois copies identiques de la protéine. Elles s’enroulent et se lient pour former une tête globulaire trilobée avec une longue queue qui attache la spike à la membrane lipidique externe du virion. La membrane lipidique de surface de toutes les cellules est recouverte d’une variété de molécules, dont certaines sont utilisées par les virus comme « récepteurs » spécifiques pour faciliter leur entrée. Les spikes des coronavirus facilitent l’infection des cellules hôtes en deux étapes. La surface extérieure de la tête globulaire du SC2 s’attache spécifiquement à une protéine de surface cellulaire appelée ACE-2, de sorte que le virion se positionne près de la surface de la cellule hôte. Une autre protéine de surface cellulaire, une enzyme protéolytique appelée furine, coupe la spike en son milieu en utilisant le « site de clivage de la furine » (une chaîne de quatre acides aminés seulement, dont deux arginines), ce qui « active » la base de la queue de spike pour qu’elle fusionne avec la membrane de l’hôte et permette au contenu du virion de pénétrer dans la cellule et de l’infecter.

La modélisation informatique réalisée par Nikolai Petrovsky et ses collègues a montré que, sur les quatorze protéines ACE-2 connues, la Spike du SC2 se lie le plus fortement à l’ACE-2 humaine, alors que l’ACE-2 de la chauve-souris fer à cheval n’arrive qu’en neuvième position.

C’est probablement la raison pour laquelle le SC2 s’est répandu si rapidement dans la population humaine. Il semble être arrivé pré-adapté ! En outre, les 12 nucléotides codant pour le site de clivage de la furine sont un ensemble adapté à l’homme !

Fuite ou pas fuite

La plupart des preuves de l’existence d’une fuite de laboratoire proviennent des travaux d’un groupe international diversifié d’analystes de séquences génétiques. L’un d’entre eux, qui, sur Twitter, porte le pseudonyme de « Dog’s Breakfast« , a signalé que les comparaisons par paire de la plupart des séquences de coronavirus de chauve-souris publiées présentent des caractéristiques incompatibles avec une évolution normale par mutations ponctuelles et brassage par recombinaison. Nombreux de ces analystes se font appeler « Drastic » (Decentralized Autonomous Search Team Investigating COVID-19). L’un d’entre eux, Alex Washburne, a montré que la répartition des sites nucléotidiques permettant de découper le génome du SC2 en fragments biochimiquement gérables est probablement celle d’un virus modifié. Le plus grand nombre de preuves de la fuite du laboratoire se trouve dans les nombreux rapports publiés par Drastic et d’autres, qui font état de contaminants habilement analysés dans les données dites SRA (Sequence Read Archives). Ces données constituent une étape intermédiaire du séquençage moderne de l’ADN et sont enregistrées dans la base de données Genbank. Ces contaminants ont révélé que des coronavirus et d’autres virus dangereux (par exemple le Nipah et des virus non déclarés liés au MERS) sont manipulés génétiquement dans plusieurs laboratoires chinois, à Wuhan et ailleurs en Chine. Ces travaux, ainsi que d’autres, sont examinés en détail dans une présentation exhaustive de Valentin Bruttel [1] . D’autres sources d’informations utiles et, je crois, impartiales sur l’origine du SC2 sont les références [2] [3] et [4].

À l’heure actuelle, je pense qu’il n’existe aucune preuve d’une chaîne zoonotique reliant les chauves-souris à Wuhan, mais il est clairement établi que le SC2 est probablement un produit de la manipulation génétique (MG) et que plusieurs laboratoires des environs ont été impliqués dans des travaux de MG avec des coronavirus et d’autres virus ayant un « potentiel pandémique ». Bien entendu, nous devons également envisager la possibilité que le SC2 soit passé des chauves-souris du Yunnan aux humains de Wuhan de plus d’une manière.

Conclusion

L’état actuel de « Far West » de la virologie génétiquement modifiée dans le monde constitue une menace évidente pour l’humanité ; au total, plus de 60 « laboratoires de haute sécurité » ont été construits, ou sont en train de l’être, dans le monde entier, la plupart d’entre eux se trouvant dans des villes ! Il est également évident que les réglementations nationales et internationales actuelles régissant la recherche virologique sur les OGM et son financement sont totalement inadaptées. Un organisme international indépendant comparable à l’OMS et à l’AIEA est essentiel pour établir des protocoles de sécurité adéquats. Son personnel devrait être composé de personnes ayant des connaissances dans de nombreuses disciplines, intelligentes et titulaires d’un contrat à durée déterminée, et non de virologistes spécialisés en MG en proie à des « conflits d’intérêts » financiers, intellectuels ou institutionnels. Les laboratoires certifiés pour la virologie des OGM devraient également disposer d’installations de quarantaine humaine, afin que tout le personnel ayant travaillé dans une installation contenant des agents pathogènes à risque puisse bénéficier d’une quarantaine obligatoire après le travail. Le public doit insister sur ces mesures de sécurité et sur d’autres pour le monde de l’après-CV2 en adhérant à des organismes tels que BioSafetyNow [5] et le Pathogens Project du Bulletin of the Atomic Scientists [6] et en les promouvant.

 

Pr Adrian GIBBS
Avril 2024

 

(Ceci représente le résumé d’un exposé présenté par Adrian Gibbs à la Faculté Émérite de l’Australian National University le 19 avril 2023)

Références :
[*] https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2024/03/17/covid-19-est-bien-une-creation-humaine/
[**] https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2024/03/24/sars-cov-2-serait-ne-dans-le-maryland-ou-la-caroline-du-nord/
[***] https://emeritus.anu.edu.au/members/bios/adrian_gibbs.html
[1] https://www.youtube.com/watch?v=EuuY94tsbls
[2] https://www.pnas.org/doi/10.1073/pnas.2202769119
[3] https://youtu.be/morj-3rdWwM
[4] https://www.researchgate.net/publication/359855384
[5] https://biosafetynow.org/
[6] https://thebulletin.org/

17 réponses

  1. belles explications, je rappelle que notre ami Vincent avait publié sur le site l’idée que la Chauve Souris était bien loin de Wuhan pour infecter à tire Patagium cette belle et gigantesque ville..

  2. Corrélation n’est pas causalité, mais étrange concomitance ! le fruit du hasard ? ou d’un programme ?

    Simultanément à l’exercice de simulation de pandémie Event 201 organisé par le Johns Hopkins Center for Health Security en partenariat avec le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates le 18 OCTOBRE 2019 à New York, NY.

    Event 201 Pandemic Exercise : Highlights Reel (vidéo en anglais) (11’45)
    https://youtu.be/AoLw-Q8X174

    Les Jeux Mondiaux Militaires 2019 qui se sont déroulés à Wuhan du 18 OCTOBRE au 27 OCTOBRE 2019, 9308 personnes venant de 110 pays, dont 415 français, auront pu être un événement idéal pour un départ fulgurant de contamination planétaire !
    https://en.wikipedia.org/wiki/2019_Military_World_Games#Participating_nations

    La délégation française aux Jeux mondiaux militaires, c’était 300 sportifs plus les coachs des fédérations sportives, plus le soutien médical du Service de santé des armées, une équipe, composée de 17 militaires, dont 3 médecins, 2 infirmières, 2 auxiliaires sanitaires, 8 kinésithérapeutes et un ergothérapeute
    http://www.45enord.fr/2019/10/jeux-mondiaux-militaires-dete-2019-4e-place-pour-la-france/

    ce qui pourrait expliquer les contaminations rapides dans le monde, en Europe, dans le Morbihan (bases navales), dans l’Est là où se trouvent le plus de casernements, et région parisienne…

    Des athlètes contaminés ?
    … Et la jeune femme de 31 ans d’expliquer : « On était à Wuhan pour les Jeux mondiaux militaires fin octobre. Et, en fait, il s’avère qu’après on est tous tombés malades. Valentin a loupé trois jours d’entraînement. Moi j’ai été malade aussi. […] J’ai eu des trucs que je n’avais pas eus avant. On ne s’est pas plus inquiété que ça parce qu’on n’en parlait pas encore. »
    Sa conclusion est là aussi sans équivoque : « Il y a beaucoup d’athlètes des Jeux mondiaux militaires qui ont été très malades. On a eu un contact avec le médecin militaire récemment qui nous a dit : je pense que vous l’avez eu parce qu’il y a beaucoup de gens de cette délégation qui ont été malades. »
    http://www.leparisien.fr/international/covid-19-des-athletes-francais-contamines-a-wuhan-en-octobre-05-05-2020-8311221.php
    La Grande Muette ne nous en dira pas plus…

    Soyez prudent il y a les JO à Paris prochainement … et l’OMS en mai qui nous prépare un coup d’état ?

  3. Njama’s comments are very interesting, and agree with the idea that, in fact, the SARS2 pandemic started several months before Dec 2019. There has been endless discussion about Worobey and Pekar’s papers trying to pin the start of the epidemic to the fish market, but these papers seem to merely to provide a distraction – why is there no discussion about the Chinese CDC right next door!!! The most convincing evidence indicating an earlier TMRCA is the BEAST analysis of dated sequences by Xia.

  4. Merci au professeur A. Gibbs pour son commentaire (traduit ici : Les commentaires de Njama sont très intéressants, et je suis d’accord avec l’idée qu’en fait, la pandémie de SRAS2 a commencé plusieurs mois avant décembre 2019. Les articles de Worobey et Pekar, qui tentent d’attribuer le début de l’épidémie au marché aux poissons, ont fait l’objet de discussions interminables, mais ces articles semblent simplement faire diversion – pourquoi n’y a-t-il pas de discussion sur le CDC chinois situé juste à côté ? La preuve la plus convaincante indiquant une origine antérieure est l’analyse BEAST des séquences datées par Xia)

    Je renvoie aussi à mon précédent article
    https://www.aimsib.org/2024/03/24/sars-cov-2-serait-ne-dans-le-maryland-ou-la-caroline-du-nord/
    SARS-CoV-2 serait né dans le Maryland (ou la Caroline du Nord ?)

    C’est d’ailleurs à la suite de cet article que j’ai eu l’honneur d’entrer en contact avec Adrian Gibbs
    Je rappelle que A Gibbs est spécialiste de l’évolution des virus

  5. Thank you Pr Gibbs. The manipulation of viral genomes in the laboratory could be dangerous, indeed, in today’s view of viruses.
    Why is it so difficult to trace the origin of SC2?
    Perhaps there’s another way of looking at it: given that SC2 is found particularly in asymptomatic people, is it really the cause of the disease?
    Why shouldn’t the variants « adapted » to humans be part of the individual’s virome, a virome in constant transformation? And why shouldn’t this virome be specific to the individual himself, in reaction to his environment?
    Forgive me for challenging scientific dogma, but it’s time to question the very foundations of virology.
    Let me explain: based on cellular theory, scientists refute the idea that life is smaller than the cell, attributing it to elements in symbiosis, or others that have introduced themselves.
    The discovery of an internal microbiome, and even that mitochondria are archaeo-bacteria carrying out Our metabolism (As if we weren’t capable of realizing our own metabolism ourselves), should challenge cellular theory.
    There are living elements smaller than the cell in all living organisms, and these elements are specific to the organisms in question.
    A. Béchamp understood this, and it’s a real tragedy to leave scientists in the dark about his work.
    If you’d like to find out more, I’ve written a concise, pragmatic book that summarizes his work.

    You can download it here:
    https://www.bonnes-habitudes.fr/comprendre/la-théorie-d-antoine-béchamp/book/

    En français :

    Merci Pr Gibbs. La manipulation des génomes viraux en laboratoire, pourrait être dangereuse, en effet, dans la vision actuel des virus.
    Pourquoi est-il si difficile de remonter à l’origine du SC2 ?
    Il y aurait peut être une autre manière d’envisager les choses ; Sachant que le SC2 se retrouve en particulier sur des personnes asymptomatiques, celui-ci est-il vraiment la cause de la maladie ?
    Pourquoi les variantes dites « adaptées » à l’humain ne feraient-elles pas partie du virome de l’individu, virome en constante transformation ? Et pourquoi ce virome ne serait-il pas propre à l’individu lui-même, en réaction au milieu.
    Pardon de remettre en cause les dogmes scientifiques mais il est temps de s’interroger sur les fondements même de la virologie.
    Je m’explique : en s’appuyant sur la théorie cellulaire, les scientifiques réfutent le vivant plus petit que la cellule en l’attribuant à des éléments en symbiose, ou d’autres qui se sont introduits.
    La découverte d’un microbiome interne et même celle des mitochondries qui seraient des archéo-bactéries réalisant Notre métabolisme (Comme si nous n’étions pas capables de réaliser nous mêmes notre propre métabolisme) devrait remettre en cause la théorie cellulaire.
    Il y a des éléments vivants plus petits que la cellule dans tous les organismes vivants et ces éléments sont propres aux organismes en question.
    A. Béchamp l’avait compris et c’est un véritable drame de laisser les scientifiques dans l’ignorance de ses travaux.
    Si vous voulez en prendre connaissance, j’ai écrit un livre concis et pragmatique qui en fait la synthèse :
    Vous pouvez le télécharger en anglais ici :

      1. Merci Njama.
        Oui Olivier, le livre papier en français peut être commandé aux éditions Marco Pietteur (les droits d’auteur vont à une association) : https://www.editionsmarcopietteur.com/home/354-antoine-bechamp-la-comprehension-du-vivant-9782872111923.html

        Il est gratuit en numérique, parce qu’il est temps d’avancer sur ce sujet. Vous pouvez y accéder ici : https://www.medicatrix.be/wp-content/uploads/2023/05/FAU-Bechamp-Comprehension-Vivant.pdf

        Désolée, inoxydable, mais la théorie cellulaire a du plomb dans l’aile et il est temps de s’en apercevoir. Ce clip d’une minute soulève les incohérences flagrantes : https://www.youtube.com/clip/UgkxJukjaHbGn3XD2xNKhVVnRvlCbf37zLGL

      2. « Alors ILS ont inventé les Archéobactéries pour expliquer le vivant dans la cellule » ??? Ah ? ce n’est pas ce que j’ai lu sur les Archées ou anciennement Archéobactéries :
        https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/biologie-archee-4607/
        https://www.aquaportail.com/dictionnaire/definition/2460/archeobacterie
        https://encrypted-tbn2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRGoTfTBjplwvLn8Y7viDDiYAEdNgR5gDTiVZUjeoBcD6vx4Cku
        pour résumer : https://fr.wikipedia.org/wiki/Archaea
        j’en conclue que tout l’univers des chercheurs s’est ligué en une cabale contre Béchamp et ses chers Microzimats qui, s’il avait raison sur certains points n’avait pas raison sur tout.
        Bon , on sort de l’article mais j’en ai marre de ces redites sur les Microzimas qui rendent l’objet des articles publiés ici stériles. Et
        je trouve que c’est insultant de renvoyer à revoir leur copie des grands chercheurs comme par exemple Jean Marc SABATIER ou l’auteur de cet article. Le déni, si souvent d »crié ici existe aussi dans l’autre sens.

      3. Ne sous-estimez pas les scientifiques, Inoxydable. Loin de se sentir insulté, Jean Marc Sabatier me suit sur X.
        C’est dur en effet de remettre les fondements de la science en question, mais il faut y penser. Au moins s’interroger. C’est çà la Science !

  6. L’apparition de « pneumopathies atypiques » du côté de Fort Dietrick (un centre biomédical militaire américain de l’US Army ) à l’été 2019, n’est pas incompatible avec les infections respiratoires pendant les Jeux Mondiaux Militaires 2019 (JMM ) en octobre 2019 à Wuhan puisque le même phénomène se succède, caractérisé par des infections respiratoires assez virulentes similaires.

    Si après 4 années la virologie n’a pu démontrer que le SRAS-CoV2 était le résultat d’une zoonose, il reste l’hypothèse d’une fuite d’un laboratoire. A ce stade il faut l’examiner pas seulement sous l’angle de la science, mais également sous un angle de la psychologie et de la sociologique, comme on le ferait pour une enquête criminelle, que la fuite soit accidentelle ou intentionnelle, ou les deux ?

    On pourrait imaginer le scénario qu’une fuite se serait produite aux États-Unis, mais que le sujet étant si extrêmement sensible d’un point de vue politique, pour détourner l’attention, il aurait été reproduit à Wuhan en Chine à l’occasion des JMM, une rencontre internationale, pour ne pas mettre en cause le gouvernement US.

    En criminologie c’est une stratégie assez classique chez des suspects de chercher à égarer les enquêteurs vers une autre piste pour se disculper.

    Anthony Fauci a des liens avec le laboratoire P4 de Wuhan, de même que la France. Il ne faudrait pas que ce genre d’incident de fuite d’un laboratoire qui mène des recherches potentiellement dangereuses, où qu’elle se produirait, ternisse leur image politique à l’international, de même que l’image de la « science », de la recherche, tant les investissements derrière sont importants. Il en va de même pour les intérêts du gouvernement chinois.

    L’attention assez vite portée par les médias sur le Marché de gros de fruits de mer de Huanan (Wuhan Huanan Seafood Wholesale Market) pourrait également être suspecte !
    Une intention de détourner les regards vers la piste d’une zoonose ? qui se révélera jamais prouvée à ce jour.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_de_gros_de_fruits_de_mer_de_Huanan#

    Une chose est certaine, le mutisme des armées témoins en première ligne à l’occasion de ces JMM de ce fort signal infectieux singulier chez des athlètes en parfaite santé, qui ne pouvait passer inaperçu aux médecins militaires, a constitué un énorme préjudice mondial, une entrave complice…

    1. (traduction)
      The outbreak of « atypical pneumonitis » near Fort Dietrick (a US Army biomedical center) in the summer of 2019 is not incompatible with respiratory infections during the 2019 Military World Games (MWG) in Wuhan in October 2019, since the same phenomenon occurs one after the other, characterized by similar virulent respiratory infections.

      If after 4 years virology has not been able to demonstrate that SARS-CoV2 was the result of a zoonosis, there remains the hypothesis of a laboratory leak. At this stage, it needs to be examined not only from a scientific angle, but also from a psychological and sociological one, as one would in a criminal investigation, whether the leak was accidental or intentional, or both?

      We could imagine the scenario that a leak had occurred in the USA, but that the subject being so politically sensitive, in order to divert attention, it would have been reproduced in Wuhan, China, on the occasion of the MWG, an international meeting, so as not to implicate the US government.

      In criminology, it’s a fairly classic strategy for suspects to try to lead investigators down another path in order to exonerate themselves.

      Anthony Fauci has ties to the Wuhan P4 laboratory, as well as France. This kind of incident, involving a leak from a laboratory conducting potentially dangerous research, wherever it may occur, should not tarnish their political image internationally, nor the image of « science » and research, since the investments involved are so substantial. The same applies to the interests of the Chinese government.

      The media attention quickly focused on the Wuhan Huanan Seafood Wholesale Market could also be suspicious!
      An intention to divert attention towards the trail of a zoonosis? which will never be proven to date.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_de_gros_de_fruits_de_mer_de_Huanan#

      One thing is certain, the silence of the armed forces witnessing on the front line on the occasion of these MWG Days this strong infectious signal singular in perfectly healthy athletes, which could not go unnoticed by military doctors, constituted an enormous global prejudice, a complicit hindrance…

  7. L’autre option serait d’imaginer que tout serait criminel mais évitons sans preuves cette hypothèse, d’une supposée intention eugéniste… A elles seules les incohérences dans ce scénario inédit « pandémique » SRAS-CoV2 pourraient suffire à confondre les mauvais acteurs s’ils existent.

    Je ne suis ni biologiste, ni virologue, mais néanmoins armé de connaissances scientifiques solides qui m’ont inculqué qu’en science chaque théorie (hypothèse par définition) doit être susceptible d’être vérifiée par quiconque le souhaite, c’est un grand principe fondateur de la « Science ». Un grand principe démocratique également pour nous prémunir d’obscurantismes, de malversations.

    A ce jour, bien que ayant suivi de près les travaux de nombreux scientifiques sur le sujet, je n’ai jamais trouvé une seule preuve « irréfutable » d’une transmission virale zoonotique qui aurait eu pour conséquence une « pandémie » dont le concept est devenu à géométrie variable dans la définition de l’OMS, frauduleux peut-être…

    Les modélisations de « pandémie » (mondiale) reposent presque uniquement sur le récit « hagiographique » de la grippe espagnole, qui n’avait rien d’espagnole, pas plus que de lien avec une supposée transmission zoonotique entre le cochon et l’homme (swine flu). Une hypothèse fumeuse devenue croyance éthérée… !

    Je peux me tromper, mais j’attends une preuve scientifique solide qui me démontrerait une telle existence historique, toutes les épidémies ayant de tous temps été locales, et rarement fulgurantes.

    Pour vous distraire un peu,
    L’art de la diversion
    https://www.ted.com/talks/apollo_robbins_the_art_of_misdirection/up-next?hasProgress=true&language=fr&goback=.gde_1830899_member_277410621&subtitle=en

    1. (traduction)
      The other option would be to imagine that everything was criminal, but let’s avoid without proof this hypothesis of supposed eugenic intent… The inconsistencies alone in this unprecedented SARS-CoV2 « pandemic » scenario could be enough to confuse the bad players, if they exist.

      I’m neither a biologist nor a virologist, but nevertheless armed with a solid scientific knowledge that has taught me that in science, every theory (hypothesis by definition) must be capable of being verified by anyone who wishes to do so. This is one of the great founding principles of « Science ». It’s also a great democratic principle, protecting us from obscurantism and malpractice.

      To date, although I have closely followed the work of many scientists on the subject, I have never found a single « irrefutable » proof of a zoonotic viral transmission that would have resulted in a « pandemic », the concept of which has become variable geometry in the WHO definition.

      Models of a (global) « pandemic » are based almost exclusively on the « hagiographic » story of the Spanish flu, which had nothing to do with Spain, and nothing to do with a supposed zoonotic transmission between pigs and humans (swine flu). A smoky hypothesis turned ethereal belief…!

      I could be wrong, but I’m waiting for solid scientific proof of such a historical existence, as all epidemics have always been local, and rarely meteoric.

      For your amusement,
      The art of diversion
      https://www.ted.com/talks/apollo_robbins_the_art_of_misdirection/up-next?hasProgress=true&language=fr&goback=.gde_1830899_member_277410621&subtitle=en

    2. Comme Apollo Robbins parle très vite pour la compréhension vous pouvez activer au choix le sous-titrage en anglais, en français, ou autres langues en bas à droite dans la vidéo « Subtitles »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le site est modéré. Ne vous impatientez pas si votre commentaire n'apparaît pas rapidement.

Adhérer à l’AIMSIB

Rejoignez-nous !

Faire un don

Participez à notre développement

Derniers commentaires

  • Bernard Guennebaud sur Les virus existent-ils ? (28/05/2024) :

    Pour ma part je ne fais aucune généralisation à d'autres maladies et d'autres pathogènes à part...

  • Pierre sur Les virus existent-ils ? (27/05/2024) :

    Aucune justification !...

  • Brigitte Fau sur Les virus existent-ils ? (27/05/2024) :

    Oui Bernard, Tissot avait vu ce vivant à l'intérieur des cellules qui n'est pas la cause de la mal...

Comme + de 4000 personnes, ne ratez pas notre prochain article !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le directement dans votre boite email !

Nous sommes aussi sur vos réseaux sociaux préférés ! Venez intéragir !

Aller au contenu principal