Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

OMS et multirésistance bactérienne, quatre bricolages de labos qui pourraient tuer nos libertés

Seconde partie (*) du très angoissant article de Marceau autour des plandémies qui nous attendent sous très peu car celles-ci pourraient déjà être planifiées, voici à présent la liste des solutions inimaginables que nos super-élites ont pourtant retenu avec sang froid pour sauver nos vies futures, pour lesquelles on se demande bien si elles vaudraient vraiment le coup d’être vécues. Quatre bactéries trafiquées en laboratoire pour définitivement mettre la liberté d’aller et venir à genoux et désigner les anti-vax comme des dangers pour l’Humanité, ça ne vous rappelle rien ? Mais ici c’est pour de vrai, pourvu que Marceau ne soit qu’un complotiste un peu un peu illuminé sur les bords… Bonne lecture.

Sortir certains antibiotiques du champ des prescriptions habituelles

Dans ce lien [1] vous trouverez la liste des antibiotiques qui seront limités voire interdits dans les catégories « Watch et Reserve » selon les exigences de l’OMS :

Mais la France en bon toutou zélé de l’OMS s’exécute dès 2022 en incluant bien plus d’antibiotiques dans les catégories restreintes [2] :

https://sante.gouv.fr/prevention-en-sante/les-antibiotiques-des-medicaments-essentiels-a-preserver/professionnels-de-sante/article/professionnels-votre-role-pour-preserver-l-efficacite-des-antibiotiques

Et devinez qui a été à la manœuvre pour élaborer les catégories en France, alors que tout le monde était occupé avec le COVID19 : les usual suspects de la SPILF avec le si sympathique Pr. Jean Paul Stahl et le si innocent Pr. Robert Cohen (0) !

capt. écran

Antibiotiques à utilisation restreinte par exemple : azithromycine…

Voici la liste mise à jour en janvier 2022 par la SPILF avec un coup d’œil sur les auteurs. [3]

https://www.infectiologie.com/fr/actualites/antibiotiques-critiques-disponibles-en-france_-n.html

À noter qu’en France tout s’accélère depuis novembre 2023 avec un site dédié aux biorésistances bactériennes [4] :

https://sante.gouv.fr/prevention-en-sante/les-antibiotiques-des-medicaments-essentiels-a-preserver/

Et tous les pays européens font exactement la même chose, ils se préparent à la prochaine plandémie bactérienne sous nos yeux [5].

https://antibiotic.ecdc.europa.eu/en/campaigns-europe

 

Clostridium, Mycobacterium, Acinetobacter ou Pseudomonas?

En lisant entre les lignes des différentes alertes de l’OMS depuis le début de la plandémie de COVID19, je vous annonce que la prochaine plandémie sera :
– soit une version de la bactérie du Clostridium difficile
– soit une version résistante de la tuberculose (Mycobacterium tuberculosis)

… Contre lesquelles l’OMS met en garde qu’aucun de nos 43 antibiotiques traditionnels ne fonctionne et qu’il faut donc en urgence développer de nouveaux antibiotiques non traditionnels. L’OMS dès 2021 met en garde contre deux autres bactéries qui seraient résistantes aux antibiotiques de la dernière chance répertoriés dans la catégorie « Reserve » donc à accès limité, la classe des Carbapénèmes :

Acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa [6] [7].

https://www.healio.com/news/infectious-disease/20210416/who-no-antibiotic-in-development-sufficiently-addresses-drug-resistancehttps://www.infectiologie.com/fr/actualites/antibiotiques-critiques-disponibles-en-france_-n.html

À noter que plus de la moitié des antibiotiques non traditionnels sont développés contre le clostridium difficile (diarrhées mortelles) ou contre le Staphylococcus aureus (infections de la peau et infections systémiques) [8].

https://www.pewtrusts.org/en/research-and-analysis/issue-briefs/2019/03/assessment-of-nontraditional-products-in-development-to-combat-bacterial-infections

 

Un tiers de ces antibios non traditionnels sont développés par les plus grosses firmes pharmaceutiques qui principalement développent des vaccins dont :

https://www.fiercepharma.com/special-reports/top-20-pharma-companies-2021-revenue

 

Vous l’aurez compris, les nouveaux traitements antibiotiques SERONT des vaccins et des anticorps monoclonaux pour satisfaire Bill Gates et le NIH de Fauci.
Aussi, sans surprise, l’OMS fait le lien entre les vaccins dits traditionnels existants qu’ils aimeraient imposer à tous et l’émergence de souches bactériennes résistantes aux antibiotiques traditionnels. Oui et oui,

ils osent faire le lien afin de bientôt pouvoir justifier d’imposer le passeport vaccinal à tous les habitants de la planète car les non injectés seront rendus responsables de l’émergence de pathogènes mortels pour les habitants du monde, humains comme animaux.

J’étais dans un premier temps encore dubitatif, mais en voici la démonstration…
L‘OMS continue à pousser à la vaccination mondiale avec tous les vaccins possibles comme moyen de se protéger contre ces bactéries résistantes avec une démonstration complètement alambiquée : selon l’OMS, ceux qui ne se vaccinent pas tombent plus facilement malades, poussant à la prescription d’antibios favorisant l’émergence de bactéries résistantes aux antibios et mettant ainsi en danger la planète.

Ils affirment donc que si nous étions TOUS vaccinés avec tous les vaccins développés par Big Pharma, nous tomberions moins malades et donc nous n’aurions pas de surinfections secondaires nécessitant la prescription d’antibiotiques menant à l’émergence de souches résistantes aux antibios, mettant ainsi en danger ceux qui acceptent de se faire injecter.

Imparable démonstration pour les croyants de l’Église de vaccinologie mais regardez autour de vous qui est constamment malade !

Vous voyez le délire et où ils veulent en arriver ?
Nous, les « anti-vax » serons responsables de la mort de millions de personnes car nous refuserons d’être du bétail pour Big Pharma et ne vous trompez pas, ils utiliseront cela pour imposer les passeports vaccinaux à tout le monde, nous empêchant de voyager car nous serons de facto des dangers pour les peuples du monde [10].

https://www.who.int/publications/m/item/leveraging-vaccines-to-reduce-antibiotic-use-and-prevent-antimicrobial-resistance

 

Prévenir les résistances bactériennes par la vaccination

Comment les vaccins (tous ceux disponibles) permettent de prévenir les résistances bactériennes ?
Ça ne s’invente pas, tout mène aux vaccins [11] !

https://www.who.int/teams/immunization-vaccines-and-biologicals/product-and-delivery-research/anti-microbial-resistance#:~:text=WHO%20has%20developed%20a%20strategy,antimicrobial%20resistance%20by%20preventing%20infections

 

Le 28 juillet 2023, l’OMS titre :
« Les vaccins pourraient éviter un demi-million de décès chaque année associés à la résistance aux antimicrobiens » [12]
Ils se réfèrent à une publication récente du BMJ [13] qui affirme qu’en vaccinant la population mondiale contre les 15 pathogènes suivants avec les vaccins déjà existants ET en vaccinant avec les vaccins NON existants, nous pourrions réduire la mortalité liée aux résistances bactériennes.

capt. écran

Alors non seulement cette étude est basée sur des modélisations mathématiques, mais en plus ils inventent de toute pièce les propriétés des vaccins non existants qu’ils mettent dans leur modèle.

Et ensuite, sans honte, ils publient ces conneries.

capt. écran

 

Église de Vaccinologie et biolabs Ukrainiens

La vaccinologie est une religion de malades mentaux et ils nous asserviront par ce biais si nous les laissons faire. Ils veulent pour cela vacciner la planète d’ici 2030, l’agenda du WEF [14] !

Et ça ne s’invente pas, pendant qu’on nous occupe avec la nouvelle grippette en Chine, le 8 décembre 2023 le CDC a identifié une nouvelle forme de pneumonie venant [15]… d’Ukraine (oui oui les fameux biolabs que la Russie a essayé de détruire et a dénoncés devant l’ONU sans réaction de nos pays complices) et qui se propagerait à travers nos frontières dans le silence total des pays de l’UE et d’Ursula Phone SMS éphémères : pneumonie provoquée par une souche résistante de la bactérie Pseudomonas aeruginosa !!!!!

capt. écran

 

capt. écran
capt. écran
capt. écran

Tout ce délire a commencé en 2019 pour s’accélérer en 2022-2023 avec

  • l’OMS qui adopte le pass vaccinal développé par l’UE,
  • le portefeuille numérique, l’ID numérique, avec la BCE qui lance le pilote de l’euro numérique.
  • En France, Macron s’emploie à faire tomber les derniers verrous de la Constitution pour pouvoir imposer ces horreurs qu’il ne peut pas faire en l’état actuel du droit. Il utilise les JO pour introduire la reconnaissance faciale de manière « temporaire » mais qui perdurera bien au-delà, pour réintroduire le QR code cette fois pour circuler dans Paris et il va jusqu’à souffler le ballon d’essai médiatique « confinement olympique »

Tout se met donc en place pour lancer la prochaine plandémie bactérienne. On voudra vous imposer les mêmes obligations que pour la plandémie COVID19 mais en pire,

Car non seulement il faudra être à jour des injections contre cette bactérie nouvelle mais en plus ils expliqueront que cette bactérie n’a pu émerger qu’à cause de ceux qui ne se vaccinent pas/plus car ils tomberaient inutilement malades, nécessitant l’usage d’antibiotiques favorisant les souches de bactéries résistantes aux antibiotiques ayant mené à la mort de millions de personnes. Ils voudront imposer alors ce pass vaccinal au monde entier de manière permanente pour se déplacer hors de son pays. Il faudra s’injecter tout ce que l’OMS mettra sur la liste des injections obligatoires. Là-dessus ils grefferont le pass carbone car l’OMS, si le traité sur les pandémies était ratifié en mai 2024, s’occupera aussi de la pseudo crise climatique anthropique pour nous imposer toutes sortes de restrictions sur nos voyages et notre alimentation, les médicaments à prendre ou ne pas prendre.

Vous voyez comment les choses se mettent en place alors qu’on nous occupe avec des discussions stériles sur l’immigration, ou autre énième 49-3. Il y a BIEN PIRE qui se prépare alors réveillez les endormis et combattons cette horreur absolue ensemble dès à présent !

En conclusion

La prochaine plandémie sera bactérienne ou ne sera pas. Ils mettent tout en place sous notre nez.

À nous de dire STOP. Ils auront des antibiotiques non traditionnels qui seront des vaccins, des anticorps monoclonaux ou autres bactériophages développés par les mêmes criminels de Big Pharma en lien avec l’OMS donc Bill Gates. Ils veulent cette fois-ci détruire notre microbiome. En attendant le lancement de la plandémie 2.0, ils doivent éliminer toute expertise dans le domaine comme celle d’un certain Pr. Raoult et des experts de l’IHU [16] !

capt. écran

 

 

Marceau
Décembre 2023

 

 

(*) Pour revenir au début de cet article:

https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2023/12/17/oms-et-multiresistance-bacterienne-la-prochaine-plandemie-a-commence/

 

 

Notes et sources :
[0] https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2022/08/21/affaire-cohen-et-lina-lassociation-e3m-cherche-plutot-des-vrais-journalistes/
[1] https://www.swissnoso.ch/fileadmin/swissnoso/Dokumente/5_Forschung_und_Entwicklung/9_AB_Stewardship/Benedikt_Huttner_Presentation_WHO_Be_AWaRe.pdf
[2] https://sante.gouv.fr/prevention-en-sante/les-antibiotiques-des-medicaments-essentiels-a-preserver/professionnels-de-sante/article/professionnels-votre-role-pour-preserver-l-efficacite-des-antibiotiques
[3] https://www.infectiologie.com/fr/actualites/antibiotiques-critiques-disponibles-en-france_-n.html
[4] https://sante.gouv.fr/prevention-en-sante/les-antibiotiques-des-medicaments-essentiels-a-preserver/
[5] https://antibiotic.ecdc.europa.eu/en/campaigns-europe
[6] https://www.healio.com/news/infectious-disease/20210416/who-no-antibiotic-in-development-sufficiently-addresses-drug-resistance
[7] https://www.infectiologie.com/fr/actualites/antibiotiques-critiques-disponibles-en-france_-n.html
[8] https://www.pewtrusts.org/en/research-and-analysis/issue-briefs/2019/03/assessment-of-nontraditional-products-in-development-to-combat-bacterial-infections
[9] https://www.fiercepharma.com/special-reports/top-20-pharma-companies-2021-revenue
[10] https://www.who.int/publications/m/item/leveraging-vaccines-to-reduce-antibiotic-use-and-prevent-antimicrobial-resistance
[11] https://www.who.int/teams/immunization-vaccines-and-biologicals/product-and-delivery-research/anti-microbial-resistance#:~:text=WHO%20has%20developed%20a%20strategy,antimicrobial%20resistance%20by%20preventing%20infections
[12] https://www.who.int/news/item/28-07-2023-vaccines-could-avert-half-a-million-deaths-associated-with-anti-microbial-resistance-a-year
[13] https://gh.bmj.com/content/8/7/e011341
[14] https://www.who.int/teams/immunization-vaccines-and-biologicals/strategies/ia2030
[15] https://www.dailymail.co.uk/health/article-12839243/CDC-superbugs-Ukraine-resistant-antibiotics.html
[16] https://www.youtube.com/watch?v=Lt7ONQ1nXto

30 réponses

  1. Je me pose quand même une question : comment les auteurs d’un tel programme se protégeront-ils des retombées ? De tels pathogènes pourraient aussi les atteindre, eux et leurs familles. Avec le covid 19 Fauci avait été touché de même que nombre de présidents comme Trump et Macron ainsi que des ministres comme Roselyne Bachelot et bien d’autres.

    1. Pas besoin que ces pathogènes existent, et encore moins qu’ils fassent de réels dégâts : il suffit que les médias racontent qu’ils existent et qu’ils font des dégâts pour que des personnes croient à ces mensonges.

    2. Donald Trump n’avait pas eu le Covid mais il avait été hospitalisé car il y a eu un attentat contre lui (il y en a plusieurs car il dérange beaucoup), il avait d’ailleurs déclaré que le Covid c’était « foutaise » là on l’a passé pour un fou !!!

    3. Il est grand temps d une union forte de tous de ttes les associations créés pour renverser ce système effrayant

    4. Ils peuvent avoir développé des anti dotés spécifiques à certaines bactéries .
      Comme faisaient les Russes durant la guerre froide avec des cobayes .

    1. En épidémiologie, ce sont des épidémies PLANifiées par des modélisations statistiques dont on s’aperçoit à l’usage qu’elles sont de très mauvaises prédictions.
      Roselyne Bachelot nous prédisait en 2009 que « nous allions tous mouriiiiiiiiir » du H1N1, c’était un pétard mouillé !
      Neil Ferguson nous prédisait 500 000 morts en UK, Macron entre 300 et 500 000 morts…
      « le monstre était une souris » ! surmortalité 23 000 morts en France, « 3,66 % par rapport aux chiffres attendus en 2020 » source IRSAN Laurent Toubiana
      https://www.sudradio.fr/societe/exclusif-laurent-toubiana-publie-une-etude-edifiante-sur-la-surmortalite-relativement-faible-en-2020
      D’une PLANdémie à une épidémie dans le monde réel, il y a un gouffre !

      1. « Ceux qui ne seront pas vaccinés vont mourir ! » avait elle déclaré au journal de 20 heures de France 2, un moment de grande écoute….

        Pourtant, auparavant, le virus était passé sur l’hémisphère sud pendant note été à nous. Pas de vaccins et ils n’étaient pas tous morts …Ce fut un grand moment de télévision dont on se souviendra longtemps, dont il faut se souvenir et qu’il est bon de rappeler.

  2. « Alors non seulement cette étude est basée sur des modélisations mathématiques,  » nous dit Marceau, l’étude qui affirme « que les « anti-vax » serons responsables de la mort de millions de personnes ».

    Une contre-étude a déjà été publiée et rapportée par The Defender de Robert Kennedy

    https://childrenshealthdefense.org/defender/unvaxed-ties-pfizer-new-research-study-flawed/?utm_source=luminate&utm_medium=email&utm_campaign=defender&utm_id=20231222

    «  »L’auteur de l’étude utilisée pour vilipender les non vaccinés avait des liens avec Pfizer — Une nouvelle recherche évaluée par des pairs montre pourquoi l’étude était erronée »

    Cette « étude » utilisait une modélisation SIR par systèmes d’équations différentielles. Ces modélisations ne valent rien et j’explique ici pourquoi. C’est assez simple en fait.

    La propagation d’une maladie contagieuse est fondamentalement rythmée par des discontinuités : durée de l’incubation ; de la contagiosité ; de l’immunité produite par la maladie ou par une vaccination. Aussi, comme on va le voir, il est impossible de traiter correctement ces discontinuités par des équations différentielles.
    Le modèle dit SIR y prétend pourtant. S comme susceptibles de tomber malade (de devenir contagieux) ; I comme infectés c’est à dire contagieux ; R comme résistants c’est à dire immunisés contre la maladie.
    En population fermée ces modèles produisent une évolution croissante puis décroissante du nombre de malades. Cependant, lorsque la durée de la contagion est différente de celle de l’incubation, cette modélisation ne fonctionne plus correctement car elle adapte la durée de la contagion au nombre de malades en cours. C’est assez facile à comprendre :
    Supposons que la durée de la contagion soit 3 fois celle de l’incubation prise comme unité de temps. Au cours de la phase croissante de l’épidémie, on pourra avoir successivement 5, 10 et 15 cas apparus aux temps n-2, n-1 et n. Le nombre total de malades en cours (la prévalence) sera 30. Pour tenter de gérer par la variable t (le temps en continu) sans introduire t-1 et t-2 (auquel cas ce ne seraient plus des équations différentielles mais des équations aux différences) les équations seront fonction de la prévalence et non des incidences aux temps t-2, t-1, t, t+1…Aussi les équations diviseront la prévalence par 3 soit 10 dans l’exemple alors que le nombre réel de malades qui guérissent au temps n+1 sera seulement 5. En conséquence, pour 5 d’entre eux la durée de la maladie sera plus courte qu’en réalité.
    De même, au cours de la phase décroissante on pourra avoir successivement 15 cas puis 10 puis 5. Le modèle SIR retiendra là aussi 10 malades guéris alors qu’il y en a 15 en réalité. 5 d’entre eux vont donc, selon le modèle, patienter une unité de temps supplémentaire pour guérir.
    C’est la nouvelle médecine telle que modélisée par les modélisateurs professionnels. Imaginez que votre médecin vous dise : « Vous n’avez pas de chance, il y a beaucoup de malades ces temps ci, vous allez devoir patienter, votre maladie va durer plus longtemps que la normale car il vous faudra attendre que les autres malades encore dans la file d’attente, soient guéris pour que vous puissiez franchir la porte de la guérison !!!
    Ou, au contraire, vous avez de la chance, il y a très peu de malades, vous allez guérir plus vite que la normale !!!
    Toutes ces prétendues modélisations par des équations différentielles sont à jeter à la poubelle sans hésitation aucune.

    J’ai un article sur les modélisations des maladies contagieuses (novembre 2010):

    http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2010/11/30/19748527.html

    1. Si vous voulez une confirmation de ce que j’ai écris sur les modèles SIR voici :

      https://nextjournal.com/essicolo/le-mod%C3%A8le-sir

      « 1-3 Variation sur R

      « les R accumuleront ce qui sort de l’état d’infection ».

      (suit une formule non reproductible ici mais qui signifie que les variations de R en fonction du temps seront proportionnelles au nombre I d’infectés, ce qui est faux dès que la durée de la contagion est différente de celle de l’incubation comme le montrent mes exemples numériques)

      La mise en équations est faite directement en continu. Cela peut paraitre « savant » mais c’est nul en fait et même dangereux vu l’usage qui en est fait

      1. J’ai trouvé une image suggestive pour exprimer ce que font nos modélisateurs en maladies contagieuses : ils prennent une graine de peuplier (les hypothèses) et il font pousser un baobab (le modèle développé).

    2. Voici le lien vers l’étude incriminée de Fisman.

      https://www.cmaj.ca/content/194/16/E573

      EXTRAITS :

      « La non-vaccination devrait entraîner une amplification de la transmission de la maladie dans les sous-populations non vaccinées, mais la nature transmissible des maladies infectieuses signifie que cela augmente également le risque pour les populations vaccinées, lorsque les vaccins confèrent une immunité imparfaite.

       Par exemple, un vaccin efficace à 80 % permettrait à 80 % des personnes vaccinées de devenir immunisées, les 20 % restants étant sensibles à l’infection. »

      ET SURTOUT : 

      « Nous n’avons pas modélisé le déclin de l’immunité. »

      Comme cette immunité ne dure que quelques mois, selon les affirmations les plus officielles, confirmées par la fréquence exigée pour les revaccinations, on comprend déjà mieux comment, selon leur modélisation, les vaccinés qui ne sont plus immunisés peuvent être contaminés et contribuer à la propagation de l’épidémie, d’autant plus que les autorités leur ouvraient toutes les portes en les fermant aux non vaccinés

      Extraits

  3. Plutôt que de s’effrayer, soyons concrets ! Contre ce genre d’épidémie potentiel, quels remèdes : Dioxyde de chlore ? Les bactéries n’aiment pas le milieu oxydé. Des huiles essentielles (lesquelles prévoir, au cas où ? Pour avoir suffisamment de choix et ajuster selon besoin ) en cocktail choisi, dans de l’huile, quelques gouttes 2 à 4 fois par jour ? Cela rentre directement dans le sang via la muqueuse buccale.

  4. Bactéries résistantes ou médicaments / traitements inappropriés ?

    – soit une version de la bactérie du Clostridium difficile
    – soit une version résistante de la tuberculose (Mycobacterium tuberculosis)
    ? j’ignorais que les bactéries étaient susceptibles de muter !… sauf bricolage en labo peut-être ?

    Témoignage: « La phagothérapie m’a sauvé de l’amputation »
    Publié le 14/06/2016
    Christophe Novou, dit Picot, 47 ans, explique comment la phagothérapie a guéri sa jambe en quinze jours après 34 ans d’infections résistantes aux antibiotiques.

    « J’ai été renversé par une voiture à l’âge de 10 ans. La fracture du fémur s’est infectée sous la peau. Cela m’a valu 19 ans de complications, d’abcès purulents, d’hospitalisations, une enfance volée… Aucun antibiotique n’était efficace. J’ai cru être guéri un moment, mais lors d’une nouvelle fracture en avril 2011, mauvaise surprise: l’infection, notamment un staphylocoque doré, était toujours là, impossible de m’opérer!

    J’ai enchaîné alors des traitements très douloureux, curetage, aspiration et bain d’antibiotiques sur plaie ouverte, bloc opératoire tous les deux jours, rien à faire: l’infection gagnait du terrain. Le jour où le chirurgien m’a dit qu’il fallait envisager l’amputation de toute la jambe, je me suis isolé dans la pièce voisine et je me suis effondré. Par miracle, ma belle-sœur a vu à la télévision un reportage sur la phagothérapie. Elle m’a appelé, j’ai décidé de tenter ma chance.

    La solution: aller en Géorgie pour se faire soigner
    Accompagné par un ancien malade lui-même guéri par les phages, je suis parti en Géorgie. J’ai monté le voyage seul, sans d’aide de la Sécurité sociale pour financer le trajet, la vie sur place, ou le traitement. Le coût total était estimé à 8 000€*, c’est beaucoup pour un informaticien en arrêt maladie. J’ai demandé de l’aide, mes proches, ma famille, mes collègues ont répondu présents, je me suis senti porté! À Tbilissi, je suis resté dans un hôtel, je suis juste allé à l’hôpital pour des consultations.

    Les médecins m’ont d’abord « boosté » en vitamines pour renforcer mon corps. Ensuite j’ai reçu des petites fioles de cocktails de phages à boire chaque jour durant deux semaines.

    Puis le médecin m’a renvoyé chez moi avec ces mots tant attendus: « vous êtes guéri ». Je n’y croyais pas, il m’a dit de retourner faire des analyses à Paris, et c’était vrai! L’équipe médicale en France a confirmé la disparition du staphylocoque doré! Aujourd’hui je remarche, en boitant un peu à cause des opérations, 49 au total, mais je remarche! Je me sens prêt à retrouver du travail, quitte à créer mon job si personne ne m’embauche après une si longue absence… Pour moi, il est scandaleux que les médecins restent frileux devant cette thérapie. Elle marche, la preuve: elle a sauvé ma jambe! »
    *En comparaison, Christophe a chiffré le coût pour l’Assurance maladie des deux ans et demi d’hospitalisation précédent son départ à plus de 700 000€.
    https://www.notretemps.com/sante-bien-etre/medecine/temoignage-la-phagotherapie-m-a-sauve-de-l-amputation-17011

    http://sesoignerengeorgie.com/#

    Le professeur Géorgien Guiorgui ELIAVA est venu travailler à l’Institut Pasteur de Paris et a rencontré le découvreur de la phagothérapie : Félix d’Hérelle. Tous deux ont longuement travaillé ensemble sur la phagothérapie et sont devenus très amis. Au point que Félix d’Hérelle et Guiorgui ELIAVA sont partis ensemble à Tbilissi en 1921 pour y créer un Institut entièrement dédié à la phagothérapie.
    C’est ainsi qu’est né l’Institut Eliava de la phagothérapie en 1923.
    En dépit de l’arrivée des antibiotiques, les Géorgiens n’ont jamais arrêté la pratique de la phagothérapie.

    L’institut Eliava de la phagothérapie (Eliava phage therapy center) a fourni et soigné toute l’Union Soviétique en bactériophages (phages) pendant des décennies, et fournit encore maintenant l’Ukraine, la Pologne, la Russie et bien sûr la Géorgie.

    L’Institut Eliava est le seul centre au monde qui dispose d’une telle banque de bactériophages (6 000) et d’une telle expérience. Leurs docteurs, scientifiques et laboratoires pratiquent sans cesse la phagothérapie et en sont les experts mondiaux

    1. Voici l’histoire que m’avait racontée un jour, il y a plus de 30 ans, une ancienne coopérante travaillant en Côte d’Ivoire (le nom de l’époque). Son fils a un staphylocoque doré sur un genou et ça ne guérit pas bien sûr. Un Père Blanc va lui donner une pierre noire (oui, faut le faire !). En fait une pierre noire est un végétal noirci par le feu. Elle est à appliquer sur le genou. Très vite elle tient toute seule, l’adhésion est complète. Puis au bout d’un certain temps, un mois ou plus, je ne sais plus, la pierre noire va tomber toute seule et le genou sera complètement guéri.
      Comment expliquer une telle guérison ? Pour moi, les pathogènes, préférant la substance végétale de la pierre noire, auront migré vers elle. Cette migration se serait manifestée par l’adhésion très forte de la pierre noire au genou. Puis, quand toute la colonie aura effectué sa transhumance, la pierre est tombée.

      1. @Bernard Guennebaud
        Savez-vous si, par hasard, un morceau de charbon de bois saurait remplacer avantageusement une pierre noire ? Cela m’éviterait un voyage en Côte d’Ivoire… 😉

      2. Internet connaît la pierre noire
        @anthome
        moins cher qu’un billet sur Air Afrique !

        Traditionnellement utilisée en Afrique , Inde…
        La pierre noire des pères blancs est composée d’ os carbonisé travaillé avec des racines de plantes Africaines
        Diffusée par les missionnaires  » les Pères blancs », la pierre noire des pères blancs est un aspirateur de venin , Utile même pour les piqûres dangereuses : méduses ,serpents , scorpions , abeilles , frelons , guêpes , araignées… , épines, épines d’oursin.. enfin bref , tout ce qui est dans la peau et n’a rien à faire là..
        Utilisation…
        Entretien…
        https://www.instantbio-05.com/fr/catalog-3/pierre-noire-aspi-venin/pierre-noire-aspi-venin–pierre-a-serpent

        « Une pierre noire est un fragment d’os torréfié en milieu réducteur, ce qui lui confère des propriétés adsorbantes. » Wikipedia pierre noire (médecine traditionnelle)

        Ici une étude moins enthousiaste sur l’efficacité thérapeutique contre des venins (expérience sur des souris, pas le même gabarit que des humains) mais qui reconnaît une indiscutable adsorption des protéines par la pierre noire.
        https://www.jle.com/fr/revues/san/e-docs/etude_de_laction_de_la_pierre_noire_sur_lenvenimation_experimentale_276648/article.phtml

      3. @@Bernard Guennebaud
        Désolé pour le dérangement, njama veillait ! 😊
        @njama
        Merci infiniment pour ces infos ; j’ai (un peu 😉) honte de n’avoir pas su les trouver moi-même !

      4. Rasssurez-vous, ce n’était que pour la forme.
        Mais j’aime bien la forme !
        NB : N’y voir aucune allusion à quelque slogan publicitaire que ce soit…

  5. L’Azitromycine est « génériquée » depuis de nombreuses années, cet antibiotique est produit par différentes firmes ARROW, BIOGARAN, CRISTERS, EVOLUGEN, KRKA, SANDOZ, PFIZER, TEVA, VIATRIS, ZENTIVA, ZYDUS, ORDIPHA comme on peut le lire sur le page du Vidal qui lui est consacré.
    https://www.vidal.fr/medicaments/substances/azithromycine-5925.html

    Une pénurie d’approvisionnement serait-elle possible avec autant de fournisseurs ?

    Découverte en 1980, brevetée en 1981 (Wikipedia), cela fait une cinquantaine d’années de recul pour apprécier son utilisation qui n’est remise en cause que depuis peu de temps au prétexte de bactéries antibiorésistantes (OMS en 2014).

    L’étude menée par l’IHU Marseille conteste ce postulat (une fois encore) fondé sur des projections statistiques et les « milliers de morts, jusqu’à 12 500 rien qu’en France » chiffre qui figure dans la présentation du Rapport CARLET (2015) dont l’objectif avoué est de limiter l’usage des antibiotiques car peu rentables pour l’industrie pharmaceutique pour permettre « le développement de nouveaux produits luttant contre l’antibiorésistance. »
    https://sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_antibiotiques.pdf

    Marseille, le 04/02/2019
    Au début du mois de décembre, l’IHU Méditerranée Infection a publié l’analyse de 99 932 bactéries isolées chez des patients des hôpitaux de Marseille. Ces données avaient montré qu’en dépit de prédictions alarmistes, il n’y avait pas d’augmentation de la résistance aux antibiotiques depuis 15 ans (Le Page et al., No global increase in resistance to antibiotics : a snapshot of resistance from 2001 to 2016 in Marseille, France).

    Résistance aux antibiotiques – De nouveaux résultats qui réfutent les prédictions catastrophistes
    En effet, depuis quelques années, des analystes ont mené des études basées sur des modèles mathématiques et des projections statistiques. Manquant de modération, ils attribuent à la résistance aux antibiotiques des milliers de morts, jusqu’à 12 500 rien qu’en France. Ces chiffres sont largement repris par médias et décideurs politiques, sans que leur validité ne soit questionnée. Une étude publiée en 2018 dans le journal réputé The Lancet Infectious Diseases attribuait à ces résistances 5 543 morts par an en France (Cassini et al.).

    Or, ces modèles, aussi complexes qu’ils paraissent être, ne sont pas assez confrontés à la réalité du terrain. Ils utilisent des estimations et des extrapolations dont la fiabilité est questionnable. En effet, la microbiologie est complexe et aucun scientifique ne saurait la ramener à des projections mathématiques. Il faut faire remonter les données réelles pour en nourrir de vraies estimations. »

    https://www.mediterranee-infection.com/resistance-aux-antibiotiques-de-nouveaux-resultats-qui-refutent-les-predictions-catastrophistes/

    Et nous y sommes aujourd’hui avec l’apparition « d’antibiotiques non traditionnels qui seront des vaccins, des anticorps monoclonaux [par injection] ou autres bactériophages »…

    À noter le changement de paradigme thérapeutique car les antibiotiques (traditionnels) avaient toujours eu un usage exclusivement curatif – ils ne précédaient jamais l’infection – et non préventif comme se propose de l’être cette récente « thérapie monoclonale préventive contre la bronchiolite » (Beyfortus®).

    Le préventif est bien plus rentable pour Big Pharma !

  6. Ce genre de pandémie n’arrive pas par hasard, le covid était un ballon d’essai pour observer les réactions des populations. Il faut croire que ça été au delà de leurs espérances car ils récidivent. Il n’y aura qu’un seul échappatoire, ne pas tomber malade.

  7. Un grand merci pour votre article tout à fait essentiel, quant au fond, et bien rédigé et compréhensible quant à la forme, pour les non-scientifiques qui vous lisent et doivent toutefois décortiquer au passage les acronymes, les tableaux et passages en anglais, les termes médicaux, voire les statistiques ou les courbes quand il y en a (ce n’est pas le cas ici) qui demandent un effort soutenu et beaucoup de motivation pour suivre l’argumentation jusqu’au bout,
    mais permettez-moi, de relever cette phrase « Et ensuite, sans honte, ils publient ces CONNERIES. » : Vous avez le mot « âneries » qui peut remplacer et n’est ni grossier, ni vulgaire. Vous y gagneriez, il est toujours plus convaincant de faire preuve de self-control dans son expression que de se laisser aller à un langage relâché que même les journalistes ou leurs invités souvent de CSP +++ se permettent dans les médias, effet de mode qui contribue puissamment au nivellement par le bas. Ne m’en veuillez pas, ma remarque est mineure, mais n’enlève rien, au contraire, au bien-fondé de votre site. Encore merci.

  8. Vous ne trouvez pas le raisonnement un peu bizarre. Car en effet si les personnes vaccinées sont protégées contre la bactérie ou le virus alors il n’ont rien à craindre des non vaccinés qui sont seuls à assumer leur choix. Alors pourquoi empêcher les non vaccinés de voyager puisque les vaccinés sont protégés et ne craignent plus rien. Bizarre vous avez dit bizarre ?

  9. Ah s’il y avait moins de mougeons, ne serait-ce qu’en France !

    Ah si Mélinda ex-Gates voulait parler !

    Quoiqu’il en soit, puisqu’il est clair qu’une plandémie a été programmée, on a prévu des constructions de camps de concentration pour les récalcitrants ?

    Y’aura des maquis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le site est modéré. Ne vous impatientez pas si votre commentaire n'apparaît pas rapidement.

Adhérer à l’AIMSIB

Rejoignez-nous !

Faire un don

Participez à notre développement

Derniers commentaires

Comme + de 4000 personnes, ne ratez pas notre prochain article !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le directement dans votre boite email !

Nous sommes aussi sur vos réseaux sociaux préférés ! Venez intéragir !

Aller au contenu principal