Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Condamner le Docteur Labrèze pour avoir prôné un usage approprié de la vitamine C

Les vieux comptes ordinaux ne se soldent jamais juste parce que le temps passe et que les vieilles querelles d’hier doivent tomber dans l’oubli. La preuve, le Dr Jean-Philippe Labrèze retourne se faire juger pour avoir appelé à utiliser la vitamine C à hautes doses comme tant de médecins l’ont fait avant lui depuis presque un siècle. Mais en 2020 il fallait l’interdire plus qu’à tout autre moment de notre histoire car la menace portée contre le développement des futurs vaccins anti-Covid était intolérable. En 2024 en France on poursuit encore les médecins qui démontrent que la vitamine C peut venir à bout de situations gravissimes sans le moindre risque, simplement par obéissance aux industriels en place… Bonne lecture.   

Soigner les patients Covid dès le début de l’épidémie Covid

Dès le 11 mars 2020, le Docteur Labrèze écrit au ministre de la Santé Olivier Véran [1] afin de porter à sa connaissance « l’existence de ressources thérapeutiques validées mais encore insuffisamment connues de la communauté médicale ».

L’un de ces protocoles de soins était d’ailleurs officiellement recommandé par le gouvernement de Shanghai. [2]

Il consiste à traiter les patients atteints de Covid 19 avec de fortes doses de vitamine C par voie intraveineuse, 50-100 mg par kilo de poids corporel et par jour.

La condamnation du Docteur Labrèze

Bonjour à toutes et tous.
J’espère que ce mail vous trouvera en super forme et avec une énergie débordante. J’en profite d’ailleurs pour vous souhaiter une année 2024 aussi prospère et sereine que possible.
J’ai été, comme beaucoup d’entre vous, condamné pour avoir fait ce que je devais faire : soigner et contribuer à diffuser la vérité. Trois ans de suspension dont deux avec sursis  (j’ai repris le 1er septembre dernier) pour avoir assisté et commencé à tirer d’affaire avec des perfusions de vitamine C, une vieille dame qui agonisait dans un service de soins palliatifs (3).
Puis 6 mois de condamnation pour avoir diffusé, dès mars 2020, auprès des ARS, des associations d’urgentistes et réanimateurs et de tous les CD, le protocole de la FLCCC (Front Line Covid 19 Critical Care, que vous connaissez certainement).
6% de mortalité avec ce protocole versus 22% (voire beaucoup plus) avec la prise en charge « standard ».

   Le soutien du Docteur Paul Marik

Le Docteur Paul E. Marik est chef du service pneumologie et soins critiques au sein du département de médecine interne à l’East Virginia Médical School. Il a participé à l’élaboration des protocoles de soins de la FLCCC, et écrit une lettre de soutien au Dr Labrèze [4].

En octobre 2020, il affirme que la mortalité Covid dans son hôpital est de 6,1 % alors que la mortalité au niveau national aux États-Unis et en Europe est d’environ 22 %.

La DREES a publié une étude confirmant cette donnée. Dans cette étude, sur 106 000 patients entrés en soins intensifs durant la période donnée, 80 000 en sont sortis. Cela fait donc 26 000 décès soit près de 25 % [5] !

Une revue systématique et méta-analyse de 157 publication portant sur plus de 948 000 patients retrouvait une mortalité globale moyenne de 25,9% chez les patients hospitalisés pour COVID et de 37,3 chez ceux admis en soins intensifs. (6)

Les résultats avec le protocole du Docteur Marik, même si l’on ne prend en compte que la mortalité globale, montrent une mortalité divisée par 4 avec le protocole de la FLCCC !

À nouveau jugé en appel le 20 février 2024

D’après le jugement de première instance, une nouvelle condamnation ferait sauter le sursis de la précédente (cf « dossier de la vieille dame »). Je ne suis pas avocat, mais ce point-là me semblait très surprenant. J’attends confirmation de mon avocate, mais ce ne serait pas possible. C’est intéressant : aveuglés par leur volonté de me nuire, ils en oublient  même le droit…..
Je passe donc en appel le 20 février prochain à 14h15 au siège du Conseil National de l’Ordre des Médecins, 4 rue Léon Jost, 75017 Paris.
Je diffuse l’info simplement, sans intention particulière. Je sais que vous tous avez déjà beaucoup fait et avez très certainement encore beaucoup de choses à faire. Si vous êtes sur Paris ce jour là, et avez un peu de temps, vous êtes bien entendu les bienvenus.
Si vous pouvez diffuser cette info, ce serait super. L’idée est de frapper les esprits autant que nous le pouvons. Je pense que c’est un levier nécessaire pour édifier et mettre en mouvement un nombre croissant de nos concitoyens.
Sanctionné pour avoir fait mon métier de médecin et pour avoir diffusé des informations qui auraient permis d’éviter 2/3 voire 3/4 des décès….
Pas mal non, comme injustice? Je sais que le parcours du site (ne serait-ce que la page d’accueil) « interpelle » beaucoup. Une pétition peut être signée ici (7) et  il y a un modèle de courrier pour le président du CN (à modifier légèrement car depuis le Conseil d’état a rejeté mon pourvoi, entérinant ainsi notamment la violation de l’article 40 du Code pénal par toutes les juridictions et violant lui-même cet article).

A travers moi, et à travers le dossier des médecins qui ont été injustement sanctionnés, ce sont deux libertés fondamentales qui sont en jeu : celle de pouvoir communiquer, essentielle dans une démocratie,  et la liberté thérapeutique, qui nous permet de déterminer les soins dont on va bénéficier, et qui nous donneront les meilleures chances de guérison et de survie.

Les temps changent…Nos efforts seront bientôt payants. C’est une certitude.
Je vous souhaite une excellente journée. Meilleurs sentiments.
Jean-Philippe LABRÈZE
Janvier 2024
Notes et sources :
(1) Lettre à Mr Véran, Ministre de la Santé
Objet : Épidémie liée au coronavirus.
Mise en œuvre urgente de traitements préventifs et curatifs validés.
Monsieur le ministre,
Dans les circonstances actuelles, faisant craindre le développement d’une épidémie liée au coronavirus et la mort d’un nombre important de nos concitoyens, quel que soit d’ailleurs leur état de santé antérieur et l’existence ou non de comorbidités, il me semble important et urgent de porter à votre connaissance l’existence de ressources thérapeutiques validées mais encore insuffisamment connues de la communauté médicale, notamment dans notre pays.
Ces traitements représentent très vraisemblablement une chance de survie importante pour des patients qui sans cela seront condamnés.
Je vous remercie de trouver ci-joints différents documents qui établissent la nature de ces protocoles ainsi que leur efficacité. Le protocole à base d’injections de vitamine C à fortes doses est déjà largement utilisé avec succès par nos confrères chinois ou coréens et son efficacité est indiscutablement établie.
Le gouvernement de Shanghai a d’ailleurs officiellement recommandé que le COVID-19 soit traité avec des quantités élevées de vitamine C par voie intraveineuse. Les recommandations de dosage varient en fonction de la gravité de la maladie, de 50 à 200 mg/kg de poids corporel et par jour (cf. la publication ci-jointe, en date du 3 mars, émanant de Orthomolecular Medicine News Services) .
Je pense qu’une large diffusion de ces informations apparaît aujourd’hui comme une action de santé publique prioritaire, puisque qu’elle va donner aux équipes médicales hospitalières particulièrement démunies face aux formes sévères des infections à coronavirus, une ressource thérapeutique particulièrement efficace qui leur permettra indiscutablement de sauver des vies.
Je pense qu’elles sont en outre de nature à rassurer nos concitoyens et à faire redescendre le niveau de stress dans notre pays lié à la crainte de contracter une maladie pour laquelle les médecins seraient dépourvus de traitements.
Cela pourrait également atténuer les conséquences désastreuses de cette peur sur notre économie, en rassurant à la fois nos concitoyens et les ressortissants d’autres pays amenés à séjourner en France, que ce soit pour des raisons professionnelles ou personnelles (tourisme essentiellement).
Enfin, je pense que la crise sanitaire à laquelle notre pays, et plus largement encore la communauté internationale sont confrontés, doit nous conduire à repenser certains aspects de notre politique de prévention, en mettant notamment l’accent sur des méthodes éprouvées susceptibles de renforcer considérablement les défenses immunitaires de nos concitoyens.
Je pense notamment à la large diffusion auprès de la communauté médicale du protocole de médecine orthomoléculaire associant vitamine C (3 à 4 g par jour), vitamine D (5 000 UI par jour pendant 2 semaines, pour les adultes, puis au moins 3 000 UI quotidiennes), 20 mg de zinc, 100 microgrammes de sélénium et 400 mg de magnésium (cf. référence ci-jointe) dont l’impact positif sur le système immunitaire est également largement démontré.
Je suis persuadé que le médecin que vous êtes saisira immédiatement la portée des informations que je mets aujourd’hui à sa disposition et, confiant dans votre volonté d’assurer aussi rapidement que possible la plus large diffusion de l’ensemble de ces informations auprès de l’ensemble du corps médical, je vous prie d’agréer, Monsieur le ministre, l’expression de mes très respectueuses salutations.
Docteur Jean-Philippe LABRÈZE
PJ :
Hydrocortisone, Vitamine C, and Thiamine for the treatment of Severe Sepsis and Septic Shock. A retrospective before and after study. Paul E Marik and al. CHEST 2017 ; 151 (6) : 1229 – 1238.
Publication of the Orthomolecular Medicine News Services. Coronavirus Patients in China to be Treated with High-Dose Vitamin C. by Andrew W. Saul. February 13, 2020
Publication of the Orthomolecular Medicine News Services. Le gouvernement de Shanghai recommande officiellement le traitement du COVID-19 avec des quantités élevées de vitamine C par voie intraveineuse by Andrew W.Saul, le 3 mars 2020
Publication of the Orthomolecular Medicine News Services. Vitamin C protects against coronavirus by Andrew W.Saul. January 26, 2020.
Publication of the Orthomolecular Medicine News Services. Hospital-based Intravenous Vitamin C Treatment for Coronavirus and Related Illnesses by Andrew W.Saul and Atsuo Yanagisawa, MD. PhD.
Publication of the Orthomolecular Medicine News Services. Early Large Dose Intraveinous Vitamin C is the treatment of Choice for 2019-nCov Pneumonia. Richard Z.Cheng and al. February 13, 2020
Shanghai Expert Group on Clinical Treatment of New Coronavirus Diseases. Expert Consensus on Comprehensive Treatment of Coronavirus Diseases in Shanghai in 2019 [J / OL]. Chinese Journal of Infectious Diseases, 2020,38 (2020-03-01) .
(4) Lettre du Dr P. Marik au Dr J.P. Labrèze
Le 7 novembre 2022
Objet : Protocole EVMS et MTHA+ FLCCC
Pour faire et valoir ce que de droit
Madame, Monsieur,
La présente lettre a pour objet de réfuter les accusations sans fondement formulées à l’encontre du Dr Labrèze. Mes collègues le Dr Pierre Kory, le Dr Joseph Varon, le Dr Umberto Meduri, le Dr Jose Iglesias et moi-même avons développé le premier protocole EVMS/ MATH+ FLCCC le 24 mars 2020. Je devrais ajouter que le Dr Meduri est considéré comme le meilleur expert mondial de l’utilisation des corticostéroïdes pour le SDRA, et que j’occupe la seconde place sur la liste des médecins de soins intensifs les plus publiés dans le monde, avec un H-Index de 105. Nous avons écrit cette ligne directrice de traitement pour combler le vide évident qui prévalait à cette époque. En effet, conformément aux recommandations et lignes directrices promues par l’OMS, le NIH, le CDC etc… le traitement de l’infection aiguë du COVID était constitué par les « soins de soutien ». Cela incluait les patients hospitalisés atteints de pneumonies induites par la COVID et ceux admis en soins intensifs. Le NIH mettait en avant à l’époque le récit suivant : « Mon docteur m’a dit qu’il n’y avait absolument rien qu’il pouvait me prescrire, et que si mes lèvres devenaient bleues ou si je ne pouvais plus respirer, je devais aller aux urgences ». De plus, selon les rapports venant de New York, le taux de mortalité des patients intubés atteints de pneumonies induites par la COVID était supérieur à 80%. Les médecins sont tenus par le serment d’Hippocrate de faire tout ce qu’ils peuvent pour empêcher le décès de leurs patients, c’est un principe de base de l’éthique médicale. Notre protocole était (et est toujours) basé sur les principes suivants :
• La compréhension de la physiopathologie de la COVID dans tout le spectre des spécialités médicales
• La compréhension de principes pharmacologiques
• L’étude des meilleurs articles scientifiques publiés dans la littérature
• Les observations cliniques directes auprès des patients et le retour de centaines de cliniciens du monde entier ayant une expérience cumulée du traitement de milliers de patients atteints de la COVID-19.
• Le consensus parmi les cliniciens experts du domaine.
Il doit être noté que notre protocole était basé sur l’utilisation du repositionnement de médicaments approuvés par la FDA. La FDA soutient et approuve l’emploi de médicaments repositionnés en précisant sur son site web : « Du point de vue de la FDA, une fois que la FDA a approuvé un médicament, les prestataires de santé peuvent prescrire le médicament
de manière générale pour une utilisation non-approuvée lorsqu’ils estiment qu’il est médicalement approprié pour le patient ». Il doit être noté que les tribunaux américains ont confirmé cette position et que 40% des médicaments prescrits dans les unités de soins intensifs sont prescrits « hors indication thérapeutique ». Il doit en outre être noté que presque toutes les interventions suggérées dans le protocole MATH+ ont été validées ultérieurement par des essais randomisés contrôlés (RCT) ainsi que par des études basées sur des observations de qualité supérieure. Le protocole MATH+ est l’un des protocoles les plus utilisés dans le monde pour le traitement des patients hospitalisés atteints de COVID- 19 ; en effet, ce protocole a été consulté sur notre site internet (flccc.net) plus de 2 millions de fois. De plus, les modifications de notre protocole ont servi de ligne directrice de traitement national dans un certain nombre de pays. Il doit cependant être reconnu que nos protocoles ont évolué significativement au fil du temps avec plus de 50 mises à jour. Ces mises à jour ont été basées sur les dernières données publiées et l’évolution de notre compréhension de cette maladie. Notre objectif a toujours été de fournir des recommandations basées sur les meilleures données scientifiques disponibles.
Salutations distinguées,
Signature: Dr. Paul E Marik, MD, MBBCh, FCP (SA), FRCP (C), M Med (Int Med), BSc Pharmacology (avec mention), DA (SA), DTMH, FACP, FCCP, FCCM.

Avertissement :
La rubrique commentaires est un espace d'échanges et de partages mis à votre disposition. Il vous permet d'exprimer brièvement vos idées, votre accord ou désaccord relatifs à l'article ci-dessus. Cependant vous devez respecter quelques règles simples à savoir vos propos doivent rester dans le cadre du sujet abordé, ils doivent être courtois et conformes aux règles élémentaires de la politesse et de la bienveillance. Tous les commentaires insultants, diffamants, menaçants ou appelant à la haine seront immédiatement supprimés. Nous vous remercions pour votre compréhension

Le site est modéré. Ne vous impatientez pas si votre commentaire n'apparaît pas rapidement.

44 Responses

  1. Pour un médecin aujourd’hui il ne s’agit plus de soigner, imaginer et mettre en œuvre un traitement approprié compte tenu des connaissances acquises et de l’expérience, mais d’appliquer le protocole élaboré par les experts de bigpharma….hors des protocoles dirigistes point de salut….

    1. Soutien aux médecins qui soignent.
      Les autorités sanctionnent les médecins qui ont fait leur métier et refusé de laisser mourir leurs patients en les privant des soins bien connus de la pharmacopée.

  2. Je suis vraiment navré de ce qui vous arrive, c’est scandaleux et d’autres médecins sont également poursuivis pour les même raisons fallacieuses; Vous avez fait confiance à Véran, sous prétexte qu’il est médecin, mais il y a longtemps qu’il n’a pas vu un patient, voyez aussi ceci : Le zapping Canal+ version 2022 par Yoyo https://twitter.com/Yoyo67642627?t=c5McaNyrCjkf_NBaawuK9w&s=09
    et vous aurez tout sur sa personnalité.
    et c’est ça qui était sensé protéger notre santé …

  3. Merci à ce courageux médecin à côté de trop peu d’autres

    Pour comprendre on ne saurait jamais trop promotionner la connaissance de l’intégral du testament politique du président Dwight Eisenhower en terminant son mandat

    Alors que déjà les Rockefeller sévissaient, y compris sur le plan de la santé pas seulement étatsuniSienne, mais ne manipulaient pas encore un certain Bill Gates, sinon son père.

    Evidemment il n’est pas interdit de mourir idiot

    1. Il est regrettable qu’au XXI° siécle on en soit encore à refaire le « procès Galilée ». Je suis médecin, pathologiste et oncologue. Je n’ai pas appris à la faculté de médecine à mettre en doute les vérités validées concernant le diagnostic et le traitement des maladies. Par « vérité », j’entends ce que l’observation et la « science médicale » nous apportent. Je ne souhaite pas intervenir au titre de « spécialiste » que je ne suis pas dans la « saga » de

      la pandémie. Je tiens simplement à dire que la maladie induite par un virus connu n’a rien de particulier…sauf si l’on considère l’intervention indue de cohortes de personnes non compétentes en matière de pathologie infectieuse à partir de 2019 et qui ont détourné l’attention sur autre chose qu’une pathologie qui avait ses spécificités médicales sans plus mais qui auraient dû être gérées par ceux qui sont compétents, en dehors de tout conflit d’intérêt comme il est requis dans tous les protocoles de recherche.

  4. Pouvez-vous mettre en ligne une pétition svp ? Il est temps que nous les patients de nous réveiller pour promouvoir une médecine respectueuse de l’être humain et non des intérêts financiers. Pour ma part, je me suis toujours soignée avec les médecines douces depuis 1974, avec beaucoup de succès. Je suis chercheuse CNRS en retraite, et je ne crains pas d’affirmer ma confiance dans ces médecines douces, au vu des résultats.
    Je dénonce aussi la SS et les complémentaires de santé qui ne remboursent que les médicaments allopathiques, et qui m’astreignent à cotiser pour une médecine que je ne choisis pas, à la cautionner donc, et à ne pas être remboursée pour mes soins naturels. C’est insupportable !

  5. Avec l’Ordre, National ou Départemental, c’est toujours la même rengaine : Fort avec les faibles (nous autres…), mais faible avec les Forts…
    Quand Emmanuel Suprème, Pfizer° et Veran disent :  » Ayez peur ! Restez chez vous ! Votre médecin ne peut rien pour vous ! Il n’y a rien à faire ! Attendez le vaccin ! Mourez chez vous !… alors le CNOM se tait.
    Quand les médecins de terrain disent qu’ils savent bien qu’on n’a pas de médicament anticoronavirus, (mais pas non plus de médicament contre la grippe !), mais qu’on peut essayer de soigner les complications, le terrain etc…, alors les Forts et l’Ordre leur tombent dessus et les traitent de charlatans !
    Ce qui est un comble, de la part de l’Ordre et de son Conseil National…
    CNOM qui n’a toujours pas eu de suite du rapport de la Cour des Comptes qui le trouvait malhonnête financièrement et éthiquement, mais cela c’était avant la CoVid et Cominarty°…
    L’Ordre n’embêtera pas non plus Linus Pauling, qui a popularisé les traitements avec la Vitamine C : parce qu’il est DCD, qu’il était américain et n’était pas médecin
    Il avait seulement 2 Prix Nobel à son compte.
    La probabilité qu’il y ait un jour un Prix Nobel à l’Ordre des Médecins est nulle : c’est pour ça que le CNOM n’a pas défendu le souvenir du Pr Montagnier l’an dernier : un faible sans doute.

  6. Pétition signée bien sûr mais quelle tristesse de ne pas voir remonter ces scandales à répétition au grand public à savoir perdre le droit de soigner sans autorisation de la doxa. Quand je pense à ce que les médecins ont dû supporter sans travail ni salaire en refusant leur satané vaccin. C’est une honte pour ces décideurs qui n’ont aucune grandeur d’âme, incompétents et corrompus ou alors pire machiavéliques. Ils méritent le pilori.
    Quand je pense comment on a traité les personnes âgées dans les Ephads avec le rivotril, les pass, les barbelés pour empêcher l’accès aux plages, idem pour les chemins de rando, s’autoriser à sortir 1h se balader sans s’asseoir sur un banc, contrôlé et amendé par des personnes qui pour certaines corporations n’avaient même pas les mêmes devoirs etc…
    Comment la majorité des gens ont-ils pu accepter celà ?
    Courage à vous et à tous ceux qui se battent pour faire valoir leurs droits.

    1. Crimes contre l’humanité ,ils sont pressés de voir disparaitre les mémoires encore vives de la nation et étaler la médiocrité spéculative et terriblement mercantiles au point d’inverser toutes valeurs morales et faire disparaitre rapidement ceux et celles qui disposent du savoir des erreurs du passé et leurs remèdes à toutes disciplines sociales ,médicales et scientifiques .

  7. On assiste de plus en plus à une inversion complète des valeurs. Cela me rappelle la planète des singes où, après un cataclysme, l’humanité avait disparu, les grands singes en profitant pour prendre le pouvoir. Une poignée d’humains survivants reviennent pourtant. Mais plus ils se montrent humains et plus les singes les persécutent.

    Je me pose une question : quelles sont les propriétés de la vitamine C liposomale par rapport à la vitamine C en perfusion ? La liposomale est évidement beaucoup plus facile à prendre puisqu’on peut le faire seul. A dosage équivalent il faudrait 3,5 à 7 grammes de vitamine C par jour pour une personne de 70kg. Si elle est bien fabriquée, la vitamine C protégée par un liposome ne s’en libérera que quand elle sera entrée dans les cellules alors que la vitamine C orale est éliminée par les reins dès que la concentration plasmatique devient trop élevée.

    Bien sûr tout mon soutien au docteur Jean-Philippe Labrèze.

    1. Vitamine C liposomale :Elle contribue au renforcement des défenses naturelles. Il faut savoir que la vitamine C n’est pas produite par l’organisme, c’est pourquoi il faut lui en apporter. Par voie orale, c’est sous forme liposomale qu’elle est le mieux assimilée par notre corps.
      Vitamine C injectable :https://doctonat.com/vitamine-c-injectable-intraveineuse/
      et là : https://www.vitamin-c-cancer-treatment.com/fr/?gclid=Cj0KCQiA2eKtBhDcARIsAEGTG43rmyvNEH689puqvWTlh_MGWnLXsfaw6QEJcwWw6g3BBEJlKtMmFGIaAgxsEALw_wcB
      Centre de traitement alternatif du cancer
      Dr. med. Hartung
      Hauptstr. 122 | 77694 Kehl/près de Strasbourg/Allemagne | Tél. 0049-7851-480458

    2. J’avais trouvé cette info dans une Thèse de doctorat de médecine de l’Université de Lille (dont je ne retrouve pas le lien):
      4. Métabolisme de l’acide ascorbique :
      4-a. Absorption
      Pour des prises de plus de 10 grammes par jour, l’absorption n’est que de 16%, alors que pour des prises inférieures à 20mg, le taux d’absorption peut atteindre 98 %.
      L’acide ascorbique s’accumule dans l’organisme jusqu’à atteindre le seuil plasmatique de 1500 mg/dl chez l’homme et 1300 mg/dl chez la femme. Au-delà de ce seuil, il est excrété dans les urines avec une demi-vie de 30 minutes. En dessous de ce seuil, il est réabsorbé au niveau des tubules rénaux.
      ———–
      Effectivement il y a un seuil plasmatique de saturation à l’absorption, de toutes les options pour en prendre c’est incontestablement par intraveineuse IV qu’elle est la plus rapide pour l’atteindre, presque fulgurante, celle de la Vit C sous forme liposomale ou pure L-ascorbique ou Ascorbate de calcium (moins acide) étant plus lente et assez équivalente.
      Une fois ce seuil atteint, l’organisme ne la stocke pas et en fait usage assez vite…

      Le litige sur les doses journalières maximum vient – à mon sens – que les études menées ont considéré ce seuil plasmatique comme un maximum, ce qui n’est pas faux, mais en faisant omission, l’impasse, que l’on peut essayer de le maintenir élevé en le renouvelant en espaçant les prises dans la journée.
      Prendre 10 g en une fois ou en cinq prises espacées, ce n’est pas pareil, de même que les apports en vitamine par l’alimentation sont espacées dans la journée.

      Sur ce graphique on voit que le seuil s’abaisse très vite après seulement deux heures, pour être nul au bout d’une dizaine d’heures
      https://www.julienvenesson.fr/wp-content/uploads/concentration-vitamine-C-200-ou-1250-optimized.jpg
      Concentration de vitamine C dans le sang après avoir pris 200 mg ou 1.250 mg de vitamine C. Cercles ouverts : voie orale. Cercles fermés : voie intraveineuse. La ligne du bas représente le niveau de base. © Levine et al. 1996.
      Les cercles noirs représentent les injections et les cercles blancs représentent la voie orale. On voit clairement que même si l’absorption via les injections est très supérieure, la vitamine C ne reste pas plus longtemps dans le sang.

      Source un article critique  » La vitamine C liposomale serait inefficace  »
      https://www.julienvenesson.fr/la-vitamine-c-liposomale-serait-inefficace/
      ————–
      Pour la fabrication de la liposomale
      https://www.pierre-jerome.com/blog/post/23-comment-fabriquer-sa-vitamine-c-liposomale-le-guide-complet
      pour la lécithine de tournesol ou de soja, vérifier qu’elles ne proviennent pas de cultures OGM

      1. Ce que j’avais compris ou cru comprendre de la vitamine C liposomale est qu’elle n’est pas libérée dans le sang ! L’enveloppe liposome la protégerait, le liposome traverserait la membrane cellulaire en transportant son précieux chargement et ce serait seulement quand il serait à l’intérieur de la cellule que la vitamine C serait libérée.

        S’il en est ainsi, les différentes formes de vitamine C ne seraient pas comparables.

      2. @ Bernard
        J’avoue mon ignorance sur l’absorption de la vitamine C par voie orale. Je suppose que comme pour l’alimentation différentes interactions physiologiques (sucs gastriques, biliaires, hépatiques,…) interfèrent… et que d’une façon générale les cellules épithéliales de l’intestin jouent un rôle de barrière pour limiter et réguler l’absorption comme pour beaucoup d’autres éléments, les excès momentanés étant « salutairement » excrétés par les urines.

        Ici se pose la singularité de chaque individu. Je ne comprends pas trop les données de cette Thèse de médecine qui indiquent une plus faible absorption chez les femmes ??? leur « format corporel » est plus léger en taille, en poids, que celui des hommes, souvent les prescriptions associent les doses / kg de poids. D’autre part il n’y a pas d’indication d’âge des sujets de l’expérience… ce qui pourrait être un facteur intéressant en terme de carence physiologique chez les sujets âgés, dénutris / malnutris.

        J’avais lu dans d’autres endroits que le seuil plasmatique était de 1650 mg/dl maximum, 10 % de plus ! Cela ne me paraît pas très rigoureux tout ça… Ce qui remet en question la qualité de ces études, même si elles nous apportent quelques indications.
        Chimiquement l’acide L-ascorbique passe d’une forme réduite à une forme oxydée, les ions H+ se liant à d’autres élément chimiques pour permettre… ? Des synthèses de…, des transformations de …, des inhibitions de…, pour au final rétablir une harmonie physiologique autant que faire se peut.
        https://nutrixeal-info.b-cdn.net/wp-content/uploads/2020/02/acide-ascorbique-Dossier-vitamine-C-Nutrixeal-Info-v2.jpg

        Mystérieuse Vitamine C…

      3. @ Bernard
        J’ai trouvé une explication dans le Guide de Thomas Levy, cardiologist and orthomolecular specialist…

        PDF > The Complete Guide to the Administration of Vitamin C (trad. DeepL)

        1. Vitamine C encapsulée dans des liposomes
        Les liposomes utilisent un système de biodélivrance très unique, qui permet de délivrer un pourcentage substantiel de leur charge utile au niveau intracellulaire sans dépenser d’énergie au cours du processus. Lorsque cette charge utile est la vitamine C, il en résulte que les cellules contiennent davantage de vitamine C, ce qui entraîne une diminution du stress oxydatif intracellulaire sans épuiser les ressources énergétiques de l’organisme pour atteindre cet objectif.

        Toutes les autres formes de vitamine C régulière non encapsulée, administrées par voie orale ou intraveineuse, doivent consommer de l’énergie pour que les cellules se retrouvent avec une teneur accrue en vitamine C réduite active. Alors que la vitamine C oxydée circulant dans le sang peut être absorbée passivement dans les cellules sans consommation immédiate d’énergie, il faut encore dépenser de l’énergie à l’intérieur des cellules pour la ramener à son état d’antioxydant actif.

        La vitamine C réduite (non oxydée) circulant dans le sang, cependant, nécessite un mécanisme de transport actif pour pénétrer dans la cellule, ce qui signifie que de l’énergie doit être consommée pour que le système de transport fonctionne. Par conséquent, même lorsque la vitamine C ordinaire est administrée directement dans le sang, une consommation d’énergie importante doit avoir lieu pour augmenter les niveaux de vitamine C active à l’intérieur des cellules.

        La vitamine C encapsulée dans des liposomes, même si elle est prise par voie orale, n’épuise aucune des réserves d’énergie de l’organisme pour délivrer sa charge utile à l’intérieur des cellules. En plus de leur système d’administration économe en énergie, les liposomes ont une forme d’absorption exceptionnellement rapide et améliorée dans le tractus gastro-intestinal. Contrairement aux formes ordinaires de vitamine C, la quasi-totalité de la vitamine C encapsulée dans les liposomes est absorbée.

        http://orthomolecular.org/resources/omns/Thomas-Levy-Guide-To-The-Optimal-Administration-of-Vitamin-C.pdf

  8. Bonsoir,
    J’ai signé la pétition bien sûr.
    Le Dr Labrèze n’est pas seul. Tout mon soutien pour lui.

    D’autres sont dans le même cas. Par exemple le Gouvernement, il y a 3 jours vient d’annoncer des poursuites disciplinaires contre 3 médecins de l’IHU de Marseille … suite à la parution de l’article frauduleux dans Biomedicine and Pharmacotherapy : « Deaths induced by compassionate use of hydroxychloroquine during the first COVID-19 wave: an estimate »Cet article prétend que les traitements par HCQ ont provoqué 16 000 décès.
    Cet article peut être critiqué directement, ce que chacun peut faire. Pour cela rendez-vous sur https://reinfoliberte.fr/critiquehcq/
    Si vous voulez en savoir plus sur cet article allez voir la vidéo du CSI : https://crowdbunker.com/v/7FzpVm1M
    Cordialement
    Maria

      1. Merci Inox pour ce tweet qui mériterait en aparté à lui seul un article, et plus…, être une pièce d’anthologie médicale, historique, une pièce à convictions aux fins juridiques aussi, … Le grand Navire de l’IHU a gardé le cap dans cette hystérique tempête politico-médiatique et trois années plus tard rien ne dément la pertinence de l’analyse de cette équipe de « sachants marseillais » dont l’expertise est reconnue mondialement.
        Non Didier Raoult ne sortira pas de l’Histoire par la petite porte comme certains députés qui étaient assis sur des maroquins éjectables, je ne doute pas un seul instant que l’Histoire lui rendra son mérite. Longue vie à lui…

    1. Il ne suffit pas d’accuser quelqu’un de charlatanisme pour en faire un charlatan. Veuillez donc étayer votre thèse, je vous prie.
      En parlant de thèse, et puisque vous m’avez l’air si bien renseigné, vous devez également savoir qu’après avoir soutenu sa thèse, l’étudiant en médecine doit prononcer le serment d’Hippocrate. Je ne vais pas vous faire l’injure de vous le rappeler, vous avez dû le prononcer vous aussi.
      Que je sache (vous voudrez bien excuser mon amateurisme, mais je ne suis pas médecin), il n’est pas prévu non plus d’abandonner un patient à son domicile, sans consulter et en attendant que son état empire.
      D’autre part, le code de déontologie médicale (pas besoin de majuscules ronflantes) mentionne, dans son article 37-3, la sédation profonde. Souhaitez-vous que je vous parle davantage de sédation profonde ?
      Grâce au décret Rivotril® (https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000041763328/), le gouvernement s’est permis de mettre fin aux jours de centaines de résidents en Ehpad pour « ne pas risquer d’encombrer les hôpitaux ». Quitte à encombrer les morgues.
      Ça, ce n’est pas du charlatanisme. Puisque vous m’avez l’air d’être un déontologue affuté, je vous laisse le soin de qualifier ce que c’est. En étayant, s’il vous plaît…

    2. @bibi
      Dommage que vous ne n’ayez pas développé votre pensée pour nous démontrer où il y aurait eu violation de l’article que vous citez.
      Article 39 (Article R4127-39 du code de la santé publique): Les médecins ne peuvent proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé. Toute pratique de charlatanisme est interdite.

      A preuve du contraire la vitamine C est sans danger, même à des doses qui dépassent celle admise de 1 gr/jour dans la médecine allopathique, dose étalonnée pour soigner le scorbut la maladie des marins, également des prisonniers de guerre, des pauvres, des dénutris en général… en raison de carences alimentaires. La raison en est qu’il se trouve que dans le règne animal, contrairement à d’autres espèces, l’homme ne synthétise pas la vitamine C, que les apports naturels se font par l’alimentation. « 5 fruits et légumes par jour », le mantra pour une alimentation saine, équilibrée, même l’OMS le préconise https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/healthy-diet
      Cette carence peut être compensée par une supplémentation en vitamine C de (bio)synthèse, connue sous la référence E300 Acide ascorbique et sels d’ascorbate, largement utilisé dans les produits alimentaires pour son action antioxygène (antioxydant) qui évite le brunissement des produits à base de fruits et de légumes. Associé aux sels de nitrite, il maintient aussi la couleur rouge des charcuteries et concourt à limiter la formation de nitrosamines.

      Aucun médecin ne vous garantira il me semble dans l’absolu qu’un remède est « salutaire », tant différents facteurs peuvent interférer suivant la singularité des patients, leur résilience immunitaire, leur environnement, leur âge, les interactions avec d’autres traitements…

      Les vaccins proposés pour se protéger du Covid-19 étaient tous expérimentaux, validés en procédures accélérées, non testés préalablement suivant les protocoles classiques pour des vaccins, sur des animaux, des femmes enceintes…, tous en phase 3 jusque fin 2023. Étaient-ils selon vous « suffisamment » éprouvés ? remède salutaire ? sans danger ?
      Les fabricants Pfizer, Moderna, Astrazeneca communiqueront-ils en 2024 les résultats de cet inédit essai clinique à l’échelle mondiale ?
      Après leur commercialisation, les médicaments continuent à faire l’objet d’un suivi strict à long terme, dit post-AMM (phase IV), afin d’identifier tout effet secondaire grave et/ou inattendu dû à son administration. C’est précisément le rôle de la pharmacovigilance, et sur les données recueillies que vous devriez disserter.

      1. L’article 39 s’adresse au gouvernement, bien entendu !
        J’explique à mes proches et à ceux qui veulent bien l’entendre que le principe de précaution hippocratique n’existe plus.
        Ou alors si, mais dans sa nouvelle version : « d’abord protéger les intérêts de l’Industrie pharmaceutique » !
        Toutes les poursuites des soignants , et j’en fais partie, sont liées à ce principe nouveau.
        Un membre du Conseil de l’Ordre me l’a dit haut et fort « vous devez faire preuve de prudence » quand j’ai critiqué le vaxxin Pfizer ! Et 1 mois plus tard après cet avertissement la plainte du CDOM m’a été adressée… De plus il est clairement signifié dans mon accusation que je suis condamné pour non obéissance, comme Galilée, et pas sur des faits scientifiques.
        Maintenant qu’attendent les avocats pour attaquer Pfizer pour tromperie aggravée comme pour l’affaire du Médiator ?

    3. Pour moi, le charlatan était, sans aller chercher une définition officielle, celui qui propose une poudre de perlimpinpin pour parler vite. Le charlatan sait qu’il n’y a rien à en attendre.

      Il y a les traitements reconnus par une autorité et ceux qui ont un effet thérapeutique. Ce sont deux caractéristiques qui peuvent être très différentes. Il y a des traitements reconnus qui n’ont pas les effets annoncés (comme par exemple les vaccins covid annoncés comme protégeant de la transmission et de la maladie) et des traitements non reconnus mais qui ne sont pas dépourvus d’effets thérapeutiques. C’est sans doute le cas pour la vitamine C en perfusion à doses élevées et bien d’autres.

  9. Mégadoses de Vitamine C ? le Vidal indique de ne pas dépasser 1 g par jour, et pendant un mois pas plus. Cette dose (maxi) est dérisoire, nous pouvons en absorber bien plus… Explication :
    Linus Pauling : la dernière interview
    [……]
    LP : Je me suis souvent posé cette question. Lorsqu’on a commencé d’utiliser des molécules médicamenteuses en médecine, les médecins se sont demandé : « Si nous avons une substance intéressante pour traiter une maladie, quelle quantité faut-il donner ? » Ils se sont dit : « Les agents chimiothérapeutiques peuvent sauver la vie de quelqu’un, mais ils sont aussi toxiques. On ne peut pas augmenter sans cesse les doses. Alors, ils se sont mis d’accord sur les doses qui sont habituellement efficaces. Ensuite, ils sont arrivés à la vitamine C. Ils se sont posés la même question : « Qu’est-ce qu’elle contrôle ? Le scorbut ! Donc, nous allons déterminer les doses nécessaires pour prévenir le scorbut. » C’est ce qu’ils ont fait, et on a depuis les doses admises pour la vitamine C. Il ne leur est pas venu à l’esprit que des doses massives de vitamine C pouvaient avoir un intérêt supplémentaire contre d’autres maladies, et qu’elles améliorent la santé en général. Ou ça leur est venu à l’esprit, et ils l’ont rejeté. Voilà ce qui s’est passé, même si de nombreux docteurs ont observé les bénéfices pour leurs patients de mégadoses de vitamine C. Quoi qu’il en soit, la profession médicale était braquée contre les vitamines à hautes doses. Et elle l’est toujours.

    TS : Prenez-vous toujours 18 grammes de vitamine C par jour ?

    LP : Qui, oui. Oh…, parfois j’oublie. Je répartis les doses au long de la journée, et parfois ça me sort de l’esprit. Mais oui, oui, je prends à peu près cette quantité. Et bien sûr d’autres vitamines aussi. De la vitamine E. Essentiellement ce que le docteur Hoffer (voir encadré) donne à ses patients : 800 mg de vitamine E, 1000 à 2000 mg de niacine [vitamine B3 ou PP] et du sélénium. Hoffer prescrit ce traitement orthomoléculaire à ses patients depuis des années.
    https://www.lanutrition.fr/interviews/linus-pauling-la-derniere-interview

  10. Sur le rôle de la Vitamine C associée à des acides aminés comme la L-Lysine et la L-Proline, on peut se référer aux recherches de Linus Pauling … Il prenait lui-même par voie orale jusqu’à 18 g de Vitamine C par jour …
    S’il y a des membres ou lecteurs experts en biochimie… qui pourraient nous renseigner sur la pertinence de ces associations biochimiques/biologiques avec la vitamine C…
    Lysine https://fr.wikipedia.org/wiki/Lysine
    Proline https://fr.wikipedia.org/wiki/Proline

    Book Excerpt Chapter 7 – The Pauling Therapy Protocol
    PDF 12 pages > http://practicingmedicinewithoutalicense.com/protocol/excerpt_chp7.pdf

    (traduction DeepL du début)
    « Bien que les médecins, dans le cadre de leur formation, apprennent que le dosage d’un médicament prescrit au patient doit être très soigneusement déterminé et contrôlé, ils semblent avoir du mal à se rappeler que le même principe s’applique aux vitamines ». – Linus Pauling
    Chapitre 7
    La thérapie Pauling

    Les cardiologues ont été tenus dans l’ignorance du lien entre la vitamine C et les maladies cardiaques. La plupart des médicaments cardiovasculaires compensent un apport insuffisant en vitamine C. Il existe des médicaments cardiovasculaires qui exacerbent les problèmes cardiaques. Certains médicaments cardiovasculaires exacerbent les problèmes cardiaques. À mon avis, pour que le patient réagisse le mieux possible, le médecin serait bien avisé de remplacer le plus grand nombre possible de médicaments cardiaques standard par le protocole suivant à base de vitamine C et de lysine.

    REMARQUE : Linus Pauling a spécifiquement recommandé des doses orales élevées et généralement égales de vitamine C et d’acide aminé lysine, comprises entre 5 000 et 6 000 mg, dans sa conférence sur la théorie unifiée (disponible en vidéo). Toute dose inférieure, par définition, n’est pas la thérapie de Linus Pauling.

    Le protocole étendu comprend des conseils donnés par Linus Pauling dans son livre de 1986, « How To Live Longer and Feel Better » (Comment vivre plus longtemps et se sentir mieux).
    Les autres recommandations tiennent compte de variables telles qu’une mauvaise alimentation, l’âge avancé et/ou l’utilisation de médicaments prescrits couramment aux patients cardiaques. J’ai tenté de présenter les substances nutritionnelles supplémentaires dans l’ordre de leur importance.

    Linus Pauling a inventé le terme orthomoléculaire – molécules justes – pour désigner les vitamines, les acides aminés et d’autres molécules non toxiques avec lesquelles notre corps est familier. Les nutriments orthomoléculaires sont généralement dépourvus de toxicité et peuvent être pris en toute sécurité en quantités beaucoup plus importantes que les médicaments toximoléculaires délivrés sur ordonnance.
    Il convient de noter que les oligo-éléments ne sont orthomoléculaires qu’à l’état de traces et que, contrairement aux vitamines, ils peuvent devenir toxiques à des doses plus élevées.

    Recommandations orthomoléculaires de base pour le contrôle des maladies cardiaques
    Recommandations de Linus Pauling
    1. Prendre 6 000 à 18 000 mg de vitamine C sous forme d’acide ascorbique par jour (une partie de la vitamine peut être prise sous forme d’ascorbate de sodium) jusqu’à la tolérance intestinale (6 à 18 g).
    (…….)

    bonne lecture pour la suite

    1. 18 gr/jour cela parait un peu énorme, mais 6 gr/jour (en plusieurs prises question du métabolisme de l’acide ascorbique, de son absorption), même un régime 100 % crudivore (les vitamines se dégradant dans la cuisson) ne pourrait les apporter

      Dans l’optique d’une thérapie des maladies cardio-vasculaires, l’association Vitamine C et Lysine a une logique dans l’hypothèse d’une déficience d’apport nutritionnel suffisant (sorte de scorbut chronique), celle de booster la production de collagène, d’élastine… c’est l’hypothèse formulée par Linus Pauling qui a obtenu de très bons effets sur de nombreuses personnes :

      Linus Pauling : la dernière interview
      Sur quoi votre hypothèse repose-t-elle ?
      Linus Pauling : Eh bien, tout le monde est d’accord pour dire que ces maladies commencent par une lésion des parois vasculaires. Il y a quelques années, je me suis demandé pourquoi de telles lésions apparaissent. Et la réponse est probablement que l’organisme manque de vitamine C. La vitamine C est indispensable à la synthèse de collagène et d’élastine, les substances qui rendent les vaisseaux forts et sains. Si vous manquez de vitamine C, vous ne fabriquez pas assez de collagène, ou alors il est de mauvaise qualité. La plupart des animaux fabriquent de la vitamine C, et ils n’ont pas le type de maladies cardio-vasculaires que nous avons. Il leur arrive d’avoir des problèmes, mais pas dans les régions de stress, où le pouls est fort, comme les artères coronaires ou le cerveau. La plupart des gens manquent de vitamine C et le déficit en vitamine C est la première cause des maladies cardio-vasculaires.
      https://www.lanutrition.fr/interviews/linus-pauling-la-derniere-interview
      Évidemment question business ce n’est pas rentable pour l’industrie par rapport aux traitements conventionnels qui se reconnaîtront…

  11. Observations empiriques dans la nature dans le règne animal qui ont présidé aux supplémentations en Vitamine C

    Source : Médecine Orthomoléculaire
    (Wikipedia 2017… car les ciseaux d’Anastastie ne fatiguent pas à faire du découpage dans leurs publications)

    La vitamine C, illustration de l’approche orthomoléculaire

    … le gorille des montagnes (pesant de 120 à 160 kg) ingère quotidiennement entre 2 000 et 4 000 mg d’ascorbates (vitamine C) et parfois bien plus. L’humain occidental moyen ne prenant pas de suppléments en consomme quelques dizaines de milligrammes, et les apports journaliers recommandés de vitamine C sont de 60 mg.

    La majorité des animaux et des plantes synthétisent leur propre vitamine C dans des quantités variables en fonction des stress subis qui équivaudraient, en tenant compte de la masse corporelle (pour les grands mammifères), à 10 000-20 000 mg par jour pour un humain adulte de corpulence moyenne. Quelques groupes d’animaux incluant les humains ne peuvent synthétiser l’enzyme L-gulonolactone oxydase (GULO)7 intervenant dans la dernière étape de la conversion du glucose obtenu par glycogénolyse en acide ascorbique. La perte de cette enzyme, considérée comme une erreur génétique, remonterait à l’apparition des primates Haplorrhiniens, il y a environ 63 millions d’années. Phylogénie des infra-ordres actuels de primates, d’après Perelman et al. (2011) :

    La médecine orthomoléculaire propose de corriger ce déficit par l’apport de quantités comparables à celles consommées par les anthropoïdes ancêtres de l’humain, lorsqu’ils vivaient dans l’écosystème où est survenue la mutation (entre 2 et 6 grammes, approximativement), ou alors des quantités équivalentes à celles synthétisées par les autres mammifères, à savoir plusieurs grammes par jour (quantité normalisée suivant la masse corporelle). En général, les plus fortes doses sont recommandées en cas de stress ou de maladie.

    https://web.archive.org/web/20170518055810/https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9decine_orthomol%C3%A9culaire#La_vitamine_C,_illustration_de_l'approche_orthomol%C3%A9culaire

  12. Un usage récent de la vitamine C à hautes doses bizarrement peu connu ???…

    Vitamine C à la rescousse !
    par Julien Coblence
    mardi 9 octobre 2012
    (…) « Il s’agit d’une étude menée par le professeur Atsuo Yanagisawa du « Japanese College of Intravenous Therapy » sur des personnes travaillant sur le site de la désormais fameuse centrale de Fukushima. Grâce à ce docteur, ces pauvres bougres qu’on envoie se faire irradier à hautes doses ont reçu une injection de 25 000 mg de vitamine C par voie intraveineuse avant d’aller travailler sur le site radioactif. L’équipe du Dr Yanagisawa a ensuite procédé à une évaluation médicale des individus « vitaminés ». L’analyse a montré que leur ADN n’avait pas subi de dommages et qu’ils ne présentaient pas d’indicateurs précancéreux. Chez les travailleurs n’ayant pas été traités à la vitamine C, l’ADN avait subit des dommages et les indicateurs précancéreux étaient bien présents. Par la suite, l’équipe de recherche leur a administré des hautes doses de vitamine C intraveineuse et ils ont tous récupéré de ces dégats radioactifs.

    Toutefois, l’étude a été présentée en Mai 2012 et, à ce jour, on a pas encore entendu parler de ces informations fantastiques. Aucun des principaux intéressés (si on se borne à l’administration de vitamine C pour protéger des radiations ionisantes), TEPCO [ Tokyo Electric Power Company ], le gouvernement japonais ou les principaux médias japonais, n’ont fait écho de cette étude. Les implications sont pourtant phénoménales. Imaginez qu’on puisse protéger des radiations nucléaires les populations habitant aux abords de ce désastre environnemental. Cela ne vaudrait-il pas le coup d’essayer ? Surtout si on considère toutes les données concernant l’innocuité de cette vitamine qu’on ne manque pas d’ajouter dans nombre de plats préparés sous le pseudonyme mystique de E300. »

    https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/vitamine-c-a-la-rescousse-123799

    Source pour cet article : http://www.orthomolecular.org/resources/omns/v08n17.shtml

    1. Pour faire connaître ce traitement contre des radiations ionisantes basé au final sur les propriétés anti-oxydantes de la Vitamine C peu de chance de compter sur l’OMS qui est sous le joug de l’AIEA (Agence Internationale de l’Énergie Atomique) depuis l’Accord WHA 12-40 du 28 mai 1959, par lequel l’OMS doit déclarer toutes ses intentions d’études à l’AIEA et travailler avec ou céder la place à l’AIEA.
      L’accord précise qu’aucune des deux agences ne doit subir de nuisances de la part de l’autre : LE NUCLÉAIRE NE DOIT DONC PAS PÂTIR D’ ÉTUDES MÉDICALES QUI POURRAIENT L’ENTRAVER !
      https://web.archive.org/web/20160303200229/http://www.criirad.org/actualites/dossiers%202007/accord_oms-aiea/Accord%20OMS-AIEA.pdf

      Yuri Bandajevsky, recteur de l’Institut de Médecine de Gomel en Biélorussie, avait été condamné à 8 ans de prison en juin 2001 pour avoir rendu publics les résultats de ses recherches
      Il établissait un lien de cause à effet entre le Césium 137, ingéré à faibles doses, et les pathologies anormales chez les enfants (maladies cardiaques, cataractes…) dans les zones contaminées. Il avait, de plus, critiqué le gaspillage des fonds internationaux par le ministère de la santé de son pays.
      http://tchernobyl.verites.free.fr/

      La descente aux enfers du professeur Youri Bandajevsky
      … « Radioactivité », « césium 137 » : des mots interdits…
      En dehors de l’irradiation par exposition directe, la thèse officielle ne veut connaître que les effets sur la thyroïde de l’iode 131, qui perd de sa nocivité au bout de huit jours. Elle ne veut rien savoir des effets possibles des autres radionucléides comme le césium 137, le strontium 90, etc. Ce sont même des mots « interdits »…
      https://www.cairn.info/revue-sud-nord-2004-1-page-149.htm

  13. J’aurais imaginé que cet article qui au delà de l’assignation du Dr Labrèze devant le CNOM porte sur l’usage et les vertus de la Vitamine C aurait suscité plus de participation…???

    La figure de Linus Pauling est souvent mise en avant, mais son inspiration et ses déductions sur la vitamine C il les tire de toutes les intuitions, déductions et thérapies du Dr Fred R Klenner…
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Fred_R._Klenner

    Bibliographie
    Klenner, Fred R. « Virus Pneumonia and its Treatment with Vitamin C », February 1948. Southern Medicine & Surgery, vol. 110, no. 2, pp. 36-8 & 46.[1] [archive]
    Klenner, Fred R. « Treatment of Poliomyelitis and Other Virus Diseases with Vitamin C », July 1949. Southern Medicine & Surgery, vol. 111, no. 7, pp. 209-14.[2] [archive]
    Klenner, Frederick R. « Observations on the Dose and Administration of Ascorbic Acid When Employed Beyond the Range of a Vitamin in Human Pathology, » winter 1971. Journal of Applied Nutrition, vol. 23, numbers 3 & 4, pp. 61-88.[3] [archive]
    Klenner Fred R. « Use of Vitamin C as an Antibiotic, » 1953. Journal of Applied Nutrition, vol. 6, pp. 274-8.[4] [archive]
    Klenner, Frederick Robert. « Significance of High Daily Intake of Ascorbic Acid In Preventive Medicine, » spring 1974. Journal of the International Academy of Preventive Medicine, vol. 1, no. 1, pp. 45-69.[5] [archive]

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Fred_R._Klenner

  14. La plupart du temps lorsqu’on lit des informations sur l’athérosclérose il s’agit d’une maladie touchant les artères de gros et moyen calibre (aorte et ses branches, artères coronaires, artères cérébrales, artères des membres inférieurs), et caractérisée par l’apparition de plaques d’athérome.

    La science à ma connaissance ne sait pas répondre pourquoi une plaque d’athérome se forme là, à gauche ou à droite mettons concernant les artères iliaques, ou sur les jugulaires, les coronaires… et que le phénomène (prétendument dû au cholestérol) ne soit pas diffus un peu partout.
    Les « maladies cardio-vasculaires », un mot un peu valise qui amalgame des cas différents, peut-être sans rapport les uns entre les autres (?)

    Mais qu’en est-il des artères de petits, voire très petits calibres ?
    Certes l’on nous présente depuis l’école de très jolis schémas pour représenter la vascularisation du corps
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/21/Circulatory_System_fr.svg

    Mais ils sont aussi grossiers qu’une carte routière de la France par rapport à la réalité de toutes les routes, chemins, sentiers qui la parcourent dont le détail n’apparaît que sur des cartes à plus petite échelle, et des cartes IGN.
    L’évidence est là, une petite écorchure et ça saigne !
    La vitamine C emprunte toutes ces voies artérielles, jusque dans le fond de l’œil !

    CardioRetinometry
    BREAKTHROUGH: RETINAL PHOTOS CONFIRM VITAMIN C PILLS CAN REVERSE ARTERY DISEASE

    Dr Sydney Bush

    Dans le cadre de sa pratique consistant à mettre les patients sous vitamine C pour prévenir ou traiter les problèmes de lentilles de contact, le Dr Bush a découvert par hasard qu’une dose élevée de vitamine C inversait la tendance à la maladie artérielle, observée à la fois sur les images de l’œil externe et interne, et qu’il disposait des preuves photographiques pour l’attester. La lettre du Dr Bush pourrait être historique. Si le Dr Bush a raison, des millions d’accidents vasculaires cérébraux, d’infarctus et d’opérations des artères coronaires pourraient être évités grâce à une supplémentation précoce en vitamine C. Le Dr Bush appelle cette nouvelle approche de la santé cardiovasculaire issue d’une étude des vaisseaux sanguins de la rétine la CardioRétinométrie. Il affirme qu’avec des recherches plus approfondies, elle pourrait s’avérer être un meilleur prédicteur de la maladie coronarienne que les systèmes de diagnostic actuels.

    La photographie rétinienne prise en 2002 (à gauche) révèle une maladie artérielle (rétrécissement des vaisseaux, disparition de certains vaisseaux). La photo rétinienne (à droite) prise en 2004 après une supplémentation quotidienne en vitamine C confirme que les artères se sont élargies et que certaines réapparaissent. L’aspect flou à gauche est dû à un excès de cholestérol et peut disparaître dans certains cas, en quelques mois.

    Mais la communauté médicale est-elle prête à adopter une technologie aussi simple qui permettrait d’éviter une grande partie des maladies cardiovasculaires traitées aujourd’hui ?

    https://www.vitamincfoundation.org/bush/

    1. Il y a déjà de nombreuses années, j’avais entendu sur une radio que la vitamine C en intraveineuse à haute dose permettait de déboucher les coronaires.

      1. Sur la même page on peut lire :
        « Dr. Bush has already been the victim of some dirty tricks, in this case a false accusation that he placed the name of a physician on one of his CardioRetinometry brochures without the doctor’s permission, but that allegation soon disappeared. He fears cardiologists will retaliate in some fashion over a technology that could turn many of them into cab drivers. (…) He mulls over how entrenched medical authorities will attempt to maintain the status quo. One approach could be the upcoming limitation on doses of vitamins and minerals now being established by a world trade body called Codex. If Codex can limit vitamin C pills to no more than a few milligrams, it will be more expensive to practice vitamin C therapy.  »

        Le Dr Bush a déjà été victime de quelques sales tours, en l’occurrence d’une fausse accusation selon laquelle il aurait placé le nom d’un médecin sur l’une de ses brochures de cardiorétinométrie sans la permission du médecin, mais cette allégation a rapidement disparu. Il craint que les cardiologues ne ripostent d’une manière ou d’une autre à cause d’une technologie qui pourrait transformer nombre d’entre eux en chauffeurs de taxi. (…) Il réfléchit à la manière dont les autorités médicales bien établies tenteront de maintenir le statu quo. Une approche pourrait être la limitation prochaine des doses de vitamines et de minéraux, actuellement établie par un organisme commercial mondial appelé Codex. Si le Codex peut limiter les pilules de vitamine C à quelques milligrammes au maximum, il sera plus coûteux de pratiquer une thérapie à la vitamine C.

        Je pense que chaque fois qu’une découverte apparaît et qu’elle pourrait remettre en question une organisation, des professions, malgré l’importance évidente qu’elle pourrait avoir au sens du « bien commun », de santé publique comme dans ce cas-ci – diagnostic facile, et préventif – , planétaire peut-être (?), le même phénomène psychologique se produit. On essaie de la discréditer dans un premier temps, (souvent son auteur) ou on se tait pour ne pas la propager, la faire connaître, la glisser sous le tapis, voire tout faire pour qu’elle soit oubliée, on la rend difficile d’accès… et tant pis pour les « pertes de chances », diagnostics tardifs, personnes irradiées, intoxiquées…
        Il n’y a pas que en médecine, en sciences… c’est quand même bien étrange cette volonté administrative de vouloir bannir, ou limiter l’usage de la Vit C qui n’a jamais tué personne !

  15. Après un article précédent (https://www.xavier-bazin.fr/ce-medecin-qui-a-courageusement-defendu-la-vitamine-c-a-ete-doublement-condamne-par-lordre-des-medecins-soutenez-le/) où il parlait de vos ennuis, Docteur Labrèze, Xavier Bazin remet le couvert sur la vitamine C :
    L’incroyable histoire d’Alan Smith, un Néo-Zélandais ressuscité grâce à la VITAMINE C, au grand dam de ses médecins
    https://www.xavier-bazin.fr/lincroyable-histoire-dalan-smith-un-neo-zelandais-ressuscite-grace-a-la-vitamine-c-au-grand-dam-de-ses-medecins/
    Mais quand donc ces médecins de pacotille cesseront-ils de confondre science et $cienc€, en préférant leur compte en banque privé à la santé publique ?

  16. Courage Docteur, votre intégrité est remarquable. Et je confirme, ma soeur a eu une hépatite C il y a plusieurs années. Elle a suivi la trithérapie classique de l’époque. Elle ne s’en sortait pas, je la voyais maigrir a vue d’oeil, perdre ses cheveux…..etc…..je l’ai dirigé vers un médecin dont je tairais le nom qui lui a fait des injections de plasma marin (c’est interdit) et une prise quotidienne de Vitamine C à haute dose (3 à 4gr par jour). Et je l’ai vu remonter la pente et guérir. Merci à ce médecin d’avoir osé faire ce que sa conscience lui disait de faire et de ne pas se soumettre aux dictats de big pharma.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérer à l’AIMSIB

Rejoignez-nous !

Faire un don

Participez à notre développement

Derniers commentaires

Comme + de 4000 personnes, ne ratez pas notre prochain article !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le directement dans votre boite email !

Nous sommes aussi sur vos réseaux sociaux préférés ! Venez intéragir !

Aller au contenu principal