Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Trois petits mots à propos des myocardites qui n’existent (presque) pas

La triomphale marche forcée des entreprises du médicament vers toujours plus d’argent frais issu de nos comptes sociaux ne s’est pas interrompue pendant que nous étions à la plage. Si la vaccination Covid pour l’hiver 2023-24 cherche encore son style, il semble que l’énorme signal qu’ont constitué les myocardites post-injections chez les jeunes, bien que nié en haut lieu, ait finalement douché les certitudes de nos décideurs les plus convaincus. Vacciner des enfants contre le Covid était une idée mortifère, nous l’avions parfaitement prévu dès 2021 (*)(**), ce n’est pas grave puisque la presse indépendante n’existe plus et donc ne peut dénoncer cet immense scandale de santé publique. Hélène Banoun par contre, qui est très indépendante, vous permet de réaliser un tour d’horizon (affligeant) de ce phénomène mondial. Bonne rentrée scolaire à tous, commencez à vous préparer un simple bagage-cabine pour notre congrès de Strasbourg du 23 courant, et bonne lecture. 

 

Introduction

Quels sont les risques réels de myocardite après infection Covid et après vaccin Covid ? À chaque décès de jeune athlète vacciné, les médias continuent d’affirmer que l’infection Covid cause plus de myocardites que le vaccin. Pourtant, toutes les études sérieuses montrent le contraire. J’ai pris la peine de réfuter celle des CDC qui a un énorme biais et qui affirme le contraire.

La myocardite, pour qui ?

Le risque absolu de myocardite après infection Covid est quasi inexistant pour un jeune en bonne santé mais il n’est pas négligeable pour un jeune vacciné contre la Covid. J’avais déjà abordé ce sujet dans un article publié avec le Pr Patrick Provost de l’université Laval de Montréal [1] : nous montrions que le virus cause très peu de myocardites, en tous les cas pas chez les jeunes. Les publications citées montraient qu’en France les myocardites commencent à augmenter avec la période de vaccination des jeunes.

En Israël, aucune augmentation de l’incidence de la myocardite n’est notée en période d’épidémie de Covid avant la campagne de vaccination.

D’autres études citées montraient une incidence supérieure de la myocardite chez les vaccinés par rapport aux non-vaccinés. J’y ajouterai, ci-dessous, d’autres publications dont deux provenant de l’équipe chargée de la vaccinovigilance au CDC qui est donc la référence : il sera difficile de les accuser de complotisme !

Le CDC a publié le risque de myocardite après infection Covid en fonction de l’âge du patient : le risque est plus élevé pour les moins de 16 ans (1 330 par million) et les plus de 75 ans (2 380 par million). Chez les adolescents et les jeunes, il est inférieur à 1 000 par million (839 myocardites par million chez les 16-39 ans après Covid). Il faut garder à l’esprit qu’il s’agit de risque chez les malades hospitalisés et nous avons vu qu’il est rarissime qu’un enfant ou un adolescent soit hospitalisé pour Covid. Le risque relatif à la population globale sera donc infiniment plus faible puisque, chez l’immense majorité des jeunes, la Covid ne conduit pas à l’hôpital : le nombre absolu de myocardites chez les jeunes sera donc très faible. Par contre, dans les pays où on a massivement vacciné les adolescents, le nombre absolu de myocardites sera notable.

Entre mars 2020 et janvier 2021, le CDC conclut qu’il y a 7,5 fois plus de risque de myocardite chez un jeune de 16 à 39 ans (sans précision du sexe) s’il est atteint de Covid que s’il n’a pas été infecté [2]. Pour faire la comparaison exacte avec le risque post-vaccinal, il faudrait disposer des données pour les mêmes tranches d’âge, ce qui n’est pas le cas pour les données de pharmacovigilance du CDC. On peut s’en approcher avec les résultats d’un rapport de juin 2021 (figure 1) [3 ].

COVID-19 Vaccine safety updates Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) June 23, 2021 Tom Shimabukuro, page 27 https://www.cdc.gov/vaccines/acip/meetings/downloads/slides-2021-06/03-COVID-Shimabukuro-508.pdf

Le CDC y publiait que, pour les garçons et les jeunes hommes de 12 à 24 ans, le risque de myocardite était 100 fois supérieur dans les 21 jours après la seconde dose d’ARNm par rapport à ce qui était attendu ; cela aurait dû suffire à retirer ces produits du marché.

La myocardite, combien ?

Pour calculer ce risque, le CDC compare le taux attendu de myocardite en fonction de l’âge au taux observé après vaccin en se fondant sur les rapports du VAERS, qui souffre d’une forte sous-notification [4]. La publication de référence du CDC pour l’estimation des taux attendus précise que l’incidence des myopéricardites est inconnue mais est estimée à 1-10 cas/100 000 personnes/an, sans précision d’âge. Donc, il y a beaucoup d’approximations dans ces données mais il faut retenir que, pour le CDC, il y a 7,5 fois plus de risque d’avoir une myocardite chez un jeune de 16-39 ans à cause de la COVID et 100 fois plus de risque chez un garçon de 12-24 ans à cause de la 2ème dose de vaccin ARNm. 

Ce résultat est sans appel et aurait dû suffire à clore le débat. On peut supposer que le sur-risque vaccinal est encore plus élevé car le CDC n’a certainement pas sous-estimé le risque de myocardite après Covid alors que le risque vaccinal est sans doute sous évalué à cause de la sous-notification spontanée des effets indésirables. Je donne quand même, ci-dessous, des résultats de publications qui vont dans le même sens.

Le site des CDC a publié une étude qui conclut au contraire que les adolescents mâles et les jeunes hommes ont jusqu’à 8 fois plus de risque après infection qu’après vaccin. Cette étude comporte un énorme biais : elle est effectuée après le début des vaccinations et tous les participants sont vaccinés : elle ne compare que des vaccinés entre eux. Ceux qui ont été infectés par la Covid et vaccinés dans les 30 jours après un test positif, sont comptés comme infectés et non comme vaccinés ; on sait que le risque d’EI est plus élevé lorsqu’on vaccine un convalescent ; donc les myocardites dues au vaccin sont attribuées à l’infection. Tous ceux qui ont été vaccinés plus de 30 jours avant l’infection Covid et qui font une myocardite sont comptés dans regroupe infecté et non dans le groupe vacciné : la myocardite est aussi attribuée à l’infection et non au vaccin [4a].

Chez des sportifs atteints de Covid, aucune myocardite n’a été détectée [5].

L’injection Pfizer augmente de 133 fois le risque de myocardite chez les 12-15 ans entre décembre 2020 et août 2021 d’après les données du VAERS analysées par le CDC [6].

Chez les hommes de moins de 40 ans, le risque de myocardite est plus élevé chez les vaccinés que chez les convalescents [7]. Une étude israélienne publiée dans Nature Scientific Reports a constaté une augmentation récente de 25% des événements cardiovasculaires d’urgence chez les 16-39 ans. Le nombre d’appels d’urgence était significativement associé aux taux de 1ère et 2ème doses de vaccin mais ne l’était pas aux taux d’infection par COVID-19 [8].

La pharmacovigilance française a étudié les bases de données mondiales et montre aussi un surrisque de myo/péricardites dans les 42 jours après un vaccin ARNm anti-covid à tous les âges [9].

Une autre étude française sur le VAERS, entre mai et octobre 2021, montre un surrisque de myocardite de 13 fois supérieur pour les hommes de 18-24 ans après Pfizer et de 44 fois plus après Moderna par rapport aux non vaccinés (entre 1 et 21 jours après l’injection) ; pour les 30-39 ans le risque est 45 fois plus élevé après Moderna que chez les non-vaccinés et 21 fois chez les 40-50 ans.

Cette étude ne tient pas compte des décès à domicile, ni des myocardites sub-cliniques, ni des myocardites le jour de l’injection, ni plus de 21 jours après [10].

Une étude sur 40 hôpitaux de l’Ouest américain montre clairement une hausse de l’incidence des myo/péricardites à partir de janvier 2021, le début de la campagne de vaccination Covid ; l’incidence pendant le début de la pandémie, entre mars et décembre 2020, était comparable à celle de l’ère pré-pandémique. Les auteurs font remarquer la sous-notification spontanée des EIs qui explique les taux inférieurs trouvés sur les bases de pharmacovigilance : ils observent entre 1 à 2 myo/péricardites hospitalisées pour 100 000 vaccinés contre 0,48/100 000 sur les bases données du CDC [11].

La pharmacovigilance chez les adolescents donne des incidences bien supérieures allant jusqu’à 16 myocardites pour 100 000 adolescents mâles vaccinés (données du VAERS entre janvier et juin 2021). Le risque d’une myocardite post-vaccinale est 13,7 fois plus élevé après la seconde dose vaccin que lors d’une infection Covid chez un adolescent mâle de 12 à 15 ans [12].

Le vaccin Novavax donne la même incidence de myocardite que l’ARNm Moderna [13]. Une étude anglaise montre que le vaccin ne diminue pas le risque de myocardite due à l’infection Covid [14].

Études prospectives

Les études prospectives confirment cette pharmacovigilance : il s’agit de suivre l’apparition de myocardites chez tous les individus vaccinés d’une cohorte. Des cardiologues d’Ottawa au Canada ont suivi tous les vaccinés de leur région entre le 1er juin et le 31 juillet 2021. Ils observent une incidence de 1 myocardite pour 1 000 doses de vaccin ARNm ; leur étude a été retirée : elle ne plaisait pas aux autorités de santé [15]. Mais les résultats d’une étude suisse sont encore plus alarmants avec 2,8% des vaccinés ARNm qui font des myocardites cliniques ou sub-cliniques (détectées par des marqueurs spécifiques d’inflammation cardiaque). Cette étude sur les personnels de santé, donc jeunes et sains, montre que les femmes sont plus atteintes que les hommes [16].

Des médecins thaïlandais ont suivi une cohorte de 301 adolescents de 13 à 18 ans après leur seconde dose de vaccin Pfizer. Des effets cardiovasculaires ont été recensés chez 29% des participants : tachycardie, essoufflement, palpitations, douleurs thoraciques, hypertension. Une myocardite a été confirmée ( 0,33% des participants) et 6 myo/péricardites subcliniques (2% des participants) [17].

Conclusion

Nous n’avons pas fini de voir passer des pseudo-études et des affirmations péremptoires de spécialistes auto-proclamés affirmant que le virus est plus dangereux que le vaccin …

 

Hélène Banoun
Septembre 2023

 

Références
(*) https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2021/05/23/sacrifier-des-enfants-pour-rien-ca-se-payera-un-jour/
(**) https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2021/07/18/bientot-tous-non-vaccines/
(1) A 6-Week Time Period May not be Sufficient to Identify Potential Adverse Events Following COVID-19 Vaccination Hélène Banoun and Patrick Provost International Journal of Vaccine Theory, Practice, and Research 3(1) https://doi.org/10.56098/ijvtpr.v3i1.67
(2) Boehmer Tket al. Association Between COVID-19 and Myocarditis Using Hospital-Based Administrative Data – United States, March 2020-January 2021. MMWR Morb Mortal Wkly Rep.2021 Sep 3;70(35):1228-1232. doi: 10.15585/mmwr.mm7035e5. PMID: 34473684
(3) COVID-19 Vaccine safety updates Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) June 23, 2021 Tom Shimabukuro https://www.cdc.gov/vaccines/acip/meetings/downloads/slides-2021-06/03-COVID-Shimabukuro-508.pdf
(4) https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2022/08/22/sous-notification-des-effets-indesirables-des-vaccins-quelques-references-utiles/  Sous notification des effets indésirables des vaccins Quelques références utiles

(4a)
Cardiac Complications After SARS-CoV-2 Infection and mRNA COVID-19 Vaccination — PCORnet, United States, January 2021–January 2022 
https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/71/wr/mm7114e1.htm?s_cid=mm7114e1_w 

(5) Krzywański J, Mikulski T, Krysztofiak H, Pokrywka A, Młyńczak M, Małek ŁA, Kwiatkowska D, Kuchar E. Elite athletes with COVID-19 – Predictors of the course of disease. J Sci Med Sport.2022 Jan;25(1):9-14. doi: 10.1016/j.jsams.2021.07.003. Epub 2021 Jul 14. PMID: 34334321; PMCID: PMC8277540
(6) Oster ME, Shay DK, Su JR, Gee J, Creech CB, Broder KR, Edwards K, Soslow JH, Dendy JM, Schlaudecker E, Lang SM, Barnett ED, Ruberg FL, Smith MJ, Campbell MJ, Lopes RD, Sperling LS, Baumblatt JA, Thompson DL, Marquez PL, Strid P, Woo J, Pugsley R, Reagan-Steiner S, DeStefano F, Shimabukuro TT. Myocarditis Cases Reported After mRNA-Based COVID-19 Vaccination in the US From December 2020 to August 2021. JAMA. 2022 Jan 25;327(4):331-340. doi: 10.1001/jama.2021.24110. PMID: 35076665
(7) Patone Met al. Risk of Myocarditis After Sequential Doses of COVID-19 Vaccine and SARS-CoV-2 Infection by Age and Sex. Circulation. 2022 Sep 6;146(10):743-754. doi:
10.1161/CIRCULATIONAHA.122.059970. Epub 2022 Aug 22. PMID: 35993236
(8) Sun CLF, Jaffe E, Levi R. Increased emergency cardiovascular events among under-40 population in Israel during vaccine rollout and third COVID-19 wave. Sci Rep. 2022 Apr 28;12(1):6978. doi: 10.1038/s41598-022-10928-z. PMID: 35484304
(9) Chouchana, L., Blet, A., Al-Khalaf, M., Kafil, T.S., Nair, G., Robblee, J., Drici, M.-D., Valnet-Rabier, M.-B., Micallef, J., Salvo, F., Treluyer, J.-M. and Liu, P.P. (2022), Features of Inflammatory Heart Reactions Following mRNA COVID-19 Vaccination at a Global Level. Clin. Pharmacol. Ther., 111: 605-613. https://doi.org/10.1002/cpt.2499
(10) Le Vu S, Bertrand M, Jabagi MJ, Botton J, Drouin J, Baricault B, Weill A, Dray-Spira R, Zureik M. Age and sex-specific risks of myocarditis and pericarditis following Covid-19 messenger RNA vaccines. Nat Commun. 2022 Jun 25;13(1):3633. doi: 10.1038/s41467-022-31401-5. PMID: 35752614; PMCID: PMC9233673.
(11) Diaz GA, Parsons GT, Gering SK, Meier AR, Hutchinson IV, Robicsek A. Myocarditis and Pericarditis After Vaccination for COVID-19. JAMA. 2021 Sep 28;326(12):1210-1212. doi: 10.1001/jama.2021.13443. PMID: 34347001; PMCID: PMC8340007.
(12) Krug A, Stevenson J, Høeg TB. BNT162b2 Vaccine-Associated Myo/Pericarditis in Adolescents: A Stratified Risk-Benefit Analysis. Eur J Clin Invest. 2022 May;52(5):e13759. doi:
10.1111/eci.13759. Epub 2022 Mar 4. PMID: 35156705; PMCID: PMC9111575.
(13) Macías Saint-Gerons D, Ibarz MT, Castro JL, Forés-Martos J, Tabarés-Seisdedos R. Myopericarditis Associated with the Novavax COVID-19 Vaccine (NVX-CoV2373): A
Retrospective Analysis of Individual Case Safety Reports from VigiBase. Drugs Real World Outcomes. 2023 Jun;10(2):263-270. doi: 10.1007/s40801-023-00355-5. Epub 2023 Feb14. PMID: 36788170; PMCID: PMC9928497.
(14) Stowe J, Miller E, Andrews N, Whitaker HJ. Risk of myocarditis and pericarditis after a COVID-19
mRNA vaccine booster and after COVID-19 in those with and without prior SARS-CoV-2
infection: A self-controlled case series analysis in England. PLoS Med. 2023 Jun 7;20(6):e1004245.
doi: 10.1371/journal.pmed.1004245. PMID: 37285378; PMCID: PMC10286992.
(15) mRNA COVID-19 Vaccination and Development of CMR-confirmed Myopericarditis Tahir Kafil, Mariana M Lamacie, Sophie Chenier, Heather Taggart, Nina Ghosh, Alexander Dick, Gary Small, Peter Liu, Rob S Beanlands, Lisa Mielniczuk, David Birnie, Andrew M Crean medRxiv 2021.09.13.21262182; doi: https://doi.org/10.1101/2021.09.13.21262182
(16) Buergin N, Lopez-Ayala P, Hirsiger JR, Mueller P, Median D, Glarner N, Rumora K, Herrmann T, Koechlin L, Haaf P, Rentsch K, Battegay M, Banderet F, Berger CT, Mueller C. Sex-specific differences in myocardial injury incidence after COVID-19 mRNA-1273 Booster Vaccination. Eur J Heart Fail. 2023 Jul 20. doi: 10.1002/ejhf.2978. Epub ahead of print. PMID: 37470105.
(17) Mansanguan S et al. Cardiovascular Manifestation of the BNT162b2 mRNA COVID-19 Vaccine in Adolescents. Trop Med Infect Dis. 2022 Aug 19;7(8):196. doi: 10.3390/tropicalmed7080196. PMID: 36006288

17 réponses

  1. Je n’ai pas réussi jusqu’ici à avoir une réponse solide à cette question : pourquoi mon fils (51 ans), mes deux beaux-fils (57 et 46 ans) injectés trois fois, parmi de nombreuses de leurs ou mes relations, n’ont eu absolument , au moins jusqu’ici, aucun effet négatif apparent ?

    Leur a-t- on injecté de l’ « eau » payée au prix fort à Pfizer et cie ?

    Merci

    1. @ Jean-Marie GLANTZLEN 03/09 18:34

      Bonjour.
      Je ne vais surement pas apporter une « réponse solide » à votre question, mais plutôt vous en poser une autre.
      Comment se fait il que l’on en arrive à se demander pourquoi tout se passe bien.

      C’est bien la moindre des chose que de pouvoir espérer utiliser un véhicule toute sa vie sans mourir sur la route… cela n’enlève rien à la peine de ceux qui y ont vus mourir un proche.
      Mais les fabricants automobiles n’affirment pas preuve à l’appuie qu’il n’y a « aucun risque ».
      Ce n’est pas le cas de notre formidable industrie pharmaceutique qui n’agit que pour le « bien de l’humanité ».

      Le fait que la doxa essaye d’occulter la présence, même si elle était faible, de risques ne fait qu’ajouter à la défiance, alors que dans l’ensemble « tout se passe pas trop mal »… Mais est ce anormal ???

      Et c’est un non injecté qui vous le dit.
      Cordialement.

  2. Un très grand merci pour votre travail de recherche, de synthèse et de pédagogie. Votre œuvre est de salut public!

  3. Ah si tout le monde était devenu un animal il aurait eu le droit à de l’ivermectine sans problème et donc pas de myocardites ! Heureusement, grâce au wokisme, cela devient possible ! Car certains êtres humains se prennent vraiment pour des animaux ! Par exemple, Nano dans cette vidéo, explique avoir réalisé qu’elle était un chat quand elle avait 16 ans. Cette Norvégienne de 20 ans a depuis adopté des manières « félines :
    https://www.dailymotion.com/video/x3pun6h
    http://www.telegraph.co.uk/news/newstopics/howaboutthat/12127067/woman-says-she-is-a-cat-trapped-in-the-wrong-body.html
    Une mère américaine woke prétend que son fils est un chat et qu’il devrait être soigné » par un vétérinaire :
    https://www.youtube.com/watch?v=SRBQRAMdVAQ

    Bre, un médecin de nos jours doit s’adapter et être en même temps véto……

  4. Encore une fois un article très précis et documenté; merci H. Banoun
    Quant à ceux qui s’étonnent qu’il n’y ait pas d’effets secondaires dans leur entourage suite au injections Arn, sont-ce les mêmes qui s’étonnent qu’il n’y ait pas systématiquement des SEP suite à d’autres vaccins énumérés sur ce site , idem pour la honteuse propagande gouvernementale actuelle sur les ondes concernant les vaccins anti HPV qui sont « sûrs » et recommandés chez les enfants à partir de 11 ans( que tous le monde peut administrer, sauf peut-être le boucher du coin ou le boulanger ) ? Sont-ils devenus fous ou ont-ils de la merde dans leurs cerveaux de vicieux pédophiles ?

    1. Donc sur ce site, on peut tranquillement balancer des accusations de type « vicieux pedophiles », passer la moderation et etre publie sur le site. Je rappelle que la moderation est responsable penalement des propos tenus ici.
      Je fais un signalement Pharos.

      1. « Vous sentez visé ? »

        @la moderation :
        Vous vous rendez compte de ce que vous laissez passer comme message ??

      2. venez donc m’expliquer à Strasbourg au congrès, pourquoi mon message devrait être censuré si vous en avez le courage. mais peut-être faites vous partie de ceux qui censurent la pétition « https://alternatif-bien-etre.com/alimentation/le-pr-joyeux-interdit-dexercer-la-medecine-pourquoi-cest-du-revisionnisme/?utm_source=sfmc&utm_medium=email&utm_campaign=Daily+-+Henri+Joyeux&isBat=false&d=LABE%20ALL&sk=aHJnb3R0NkBob3RtYWlsLmNvbQ==&e=0baba3afcca4672df8735b3fc1ca09583e3978b0f00823b52640f52b8a62e348&j=2095845&l=140&b=25012&sid=2773237&senddate=2023-09-11#respond
        Signé un vaccino prudent ce que vous ne semblez pas être puisque vous jouez au cafard lorsqu’un commentaire vous déplait !

      3. Et on continue avec les insultes publiques directes et explicites (cafard).
        Rappelez moi, vous faisiez quel metier avant de perdre toute mesure ?

      4. Et vous ? En fait, ça vous plaît de jouer au Troll. pour ma j’en reste là. et vous invite à venir à Strasbourg.

      5. @Jacques 11/09 9h35

        Bonjour.

        De votre coté, vous auriez pus aussi commencer votre post par ce petit mot « magique ».
        Je ne vais pas polémiquer avec une couche de plus, cela ne le mérite pas.

        Je vais juste préciser à certains qui doivent avoir les mêmes a-priori que vous sur « notre » site infréquentable que la définition d’un « charlatan » pourrait être simplement :
        Celui à qui l’avenir donne tord.
        Et pour étayer un peu plus mes propos, je pose ici un lien qui me semble digne de foi.
        Il est situé sur un site Coréen, mais je veux bien que vous me démontriez que c’est un faux si tel est le cas.

        http://www.koreaherald.com/view.php?ud=20230906000655&ACE_SEARCH=1

        Cordialement.

  5. Réveillez vous : https://www.poesie-francaise.fr/victor-hugo/poeme-a-ceux-qui-dorment.php
    le début : »Réveillez-vous, assez de honte !
    Bravez boulets et biscayens.
    Il est temps qu’enfin le flot monte.
    Assez de honte, citoyens !
    Troussez les manches de la blouse.
    Les hommes de quatre-vingt-douze
    Affrontaient vingt rois combattants.
    Brisez vos fers, forcez vos geôles !
    Quoi ! vous avez peur de ces drôles !
    Vos pères bravaient les titans ! »

  6. Bonsoir et merci a tous, toutes, bien a vous,

    Je pense que nous assisterons à un désastre dans le domaine de la médecine de transplantation, car un nombre important de receveurs de greffe vaccinés à ARNm contre le COVID-19 finiront par rejeter leur greffe en raison de complications découlant de la protéine de pointe du vaccin à ARNm contre le COVID-19.

    Dans les cas où une personne est obligée de prendre des vaccins à ARNm contre la COVID-19 avant d’être éligible à une greffe, je pense qu’il s’agit d’une faute professionnelle médicale qui entraînera de très importantes poursuites judiciaires à l’avenir.

    À l’heure actuelle, la médecine de transplantation est embourbée par la même corruption, la même incompétence flagrante et la même négligence que celles que nous constatons dans d’autres spécialités médicales qui ont tout fait pour se vendre aux actionnaires de Pfizer et Moderna.

    Le Dr William Makis est un médecin canadien possédant une expertise en radiologie, oncologie et immunologie. Médaille du Gouverneur général, boursière de l’Université de Toronto. Auteur de plus de 100 publications médicales évaluées par des pairs.

    https://www.globalresearch.ca/children-hearts-destroyed-covid-19-mrna-vaccines-heart-transplants-not-going-well/5832228

  7. Bon sang de bon sens! Les gros yeux!

    L’art d’être influencé sans le savoir.

    Qui est donc le responsable de la mise en page photo des articles?

    Quelqu’un pour me prendre rendez vous, a Strasbourg, afin de tenter de lui expliquer a quel point ces messages subliminaux sont néfastes, que cela participe a tolérer, consentir, et a faire grandir une force négative.

    Merci,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le site est modéré. Ne vous impatientez pas si votre commentaire n'apparaît pas rapidement.

Adhérer à l’AIMSIB

Rejoignez-nous !

Faire un don

Participez à notre développement

Derniers commentaires

Comme + de 4000 personnes, ne ratez pas notre prochain article !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le directement dans votre boite email !

Nous sommes aussi sur vos réseaux sociaux préférés ! Venez intéragir !

Aller au contenu principal