De cette explosion subite de cas de rougeole aux Samoa, gravissime en plus, les médias occidentaux n’ont eu de cesse que de réciter un credo confortable et consensuel, tout s’explique par une couverture vaccinale inadéquate et largement insuffisante. Emma Kahn, chercheure spécialisée en virologie, aime les situations compliquées: Elle a été largement servie… Alors, la situation Samoane? Bonne lecture.

Résumé

Un surnombre conséquent de rougeole  a été brusquement diagnostiqué aux Îles Samoa, remarquable par son ampleur et sa sévérité.
Les explications officielles des autorités de santé ne sont pas satisfaisantes et favorisent de nombreuses rumeurs plus ou moins fondées. Il serait temps que l’OMS se penche sérieusement sur les raisons qui y ont présidé. Cet article tente d’en expliquer l’ampleur et la sévérité par comparaison  avec d’autres accès soudains enregistrés dans la région pacifique. Les principales hypothèses plausibles sont formulées simplement dans ce texte. Celui-ci essaie d’expliquer certaines incohérences dans les chiffres officiels publiés du nombre de cas en fonction du temps. Les courbes tracées avec les chiffres officiels collectés jour par jour sont présentées : elles posent de nouvelles questions. L’annexe 1 vous propose un résumé du passé épidémique de la région, en annexe 2 le suivi sanitaire au jour le jour.

(Note de la rédaction: Le Dr Emma Khan a pulvérisé dans cet article le nombre de sources proposées au lecteur: Inouï!)

Introduction

Les experts de l’OMS devraient donner des explications de cette flambée autres que celle de la couverture vaccinale insuffisante, pour mettre fin aux rumeurs qui se propagent ([ii]). Selon certains experts officiels, celle-ci a commencé  lorsque les enfants adressés à l’hôpital pour y être vaccinés ont été contaminés pendant cette visite ([iii]).

La réponse du Dr Nikki Turner de l’OMS aux rumeurs est peu satisfaisante ([iv]) : elle assure:

  • que les vaccins actuels sont totalement efficaces contre les virus circulants, (ce qui  n‘est pas prouvé),
  • qu’il n’y a aucun danger à vacciner un enfant qui fait actuellement une rougeole, (pas prouvé non plus)
  • qu’avant l’ère vaccinale il y avait 1 mort pour 1000 cas de rougeole (comment expliquer alors les 81 morts
    pour 5655 cas ?)

Puis elle donne des conseils assez confus à propos de la vitamine A, de la vitamine C et du paracétamol.

Il reste les chiffres officiels : 5552 cas, 79 morts  au 23 décembre 2019 (population de l’île : moins de 200 000 habitants)([v]) La plupart des décès se retrouvent chez les enfants de moins de 4 ans ([vi])

 

Interprétation officielle de cette crise sanitaire

La flambée se diffuserait (selon les experts locaux et de l’OMS) rapidement car la couverture vaccinale (CV) a beaucoup baissé depuis 2003  (99%), 70% en 2013 ; 42% en 2017, 30% en 2019. ([vii]). Mais selon l’OMS -2019- les statistiques de CV sont à prendre avec beaucoup de précautions : entre 13 et 28% de CV à 2 doses pour le ROR ([viii])

Toujours selon l’OMS, la vaccination aurait prouvé sa grande efficacité pour réduire les cas de rougeole symptomatiques tout en permettant la circulation du virus sauvage à bas bruit ([ix]).

La raison officielle de cette baisse de la CV est la méfiance vis à vis de la vaccination depuis 2018, suite à la mort immédiate de 2 enfants après un vaccin anti-rougeole : 2 infirmières sont en prison après avoir avoué avoir reconstitué le vaccin avec un puissant anesthésique.([x]). Cette erreur semble se reproduire souvent de par le monde ([xi]).

Il faut ajouter que c’est le gouvernement de Samoa qui a interrompu la vaccination ROR en juillet 2018 ([xii])

De plus, lors d’une épidémie de rubéole ([xiii]),  trois enfants sont morts aux Samoa en 2003 avec une CV officielle de 98% ([xiv]) et la confiance en la vaccination en a été ébranlée (99% de CV ROR en 2002, 25% en 2004). La couverture vaccinale (CV) exprime le pourcentage d’enfants (souvent sans précision d’âge) qui ont reçu 2 doses de vaccin ROR.

La flambée a été déclarée le 16 octobre 2019 après qu’un cas suspect ait été repéré le 9 octobre 2019, la campagne de vaccination massive a commencé le 20 novembre 2019 ([xv])

D’après les témoignages (communication personnelle) il y a eu afflux à l’hôpital et devant l’ampleur de la flambée, le gouvernement a décrété la fin des vaccinations à l’hôpital et les a remplacées par des équipes se déplaçant de porte à porte.

« Cependant, nous avons constaté que les personnes qui se faisaient vacciner étaient en fait celles qui étaient infectées et qui propageaient la maladie. » (témoignage d’un habitant qui a enquêté sur l’épidémie).

Les incohérences officielles 

La figure 1 (ci-dessous) a été tracée avec les chiffres officiels cumulés de nombre de cas : on peut noter sur cette courbe la coïncidence entre le début de cette campagne de vaccination et l’inflexion de la courbe au 20 novembre. Les petites cassures de la courbe à ce moment sont dues aux chiffres incohérents trouvés entre le 19 et le 22 novembre sur les rapports officiels et dans la grande presse anglo-saxonne. C’est le seul moment où les chiffres sont incohérents pendant toute l’épidémie.([xvi])

 

La figure 2 a été publiée par l’OMS, on n’y retrouve pas cette inflexion autour du 20 novembre quand commence la campagne intensive de vaccination. Attention, la figure 1 indique l’évolution du nombre de cas cumulés tandis que la figure 2 indique les nombres de cas enregistrés par couples de jours via un traitement des données (Epicurve). Cette façon de procéder masque l’existence d’une brusque augmentation des cas autour du 20 Novembre.

Figure 2-

 

La figure 3 a été tracée avec les chiffres officiels du nombre de cas enregistrés chaque jour. L’incohérence des chiffres collectés entre le 15 et le 21 novembre, ne permet pas de reconstituer l’évolution précise de la flambée. Mais on constate une augmentation brusque du nombre de cas à partir du 20 Novembre confortant les données de la figure 1 plutôt que celles de l’OMS de la figure 2.

Entre le 1er et le 5 décembre, aucune donnée n’a été retrouvée mais la stabilisation de l’épidémie ne fait pas de doute.

La figure 1 nous rappelle étrangement ce qui s’est passé récemment en Ukraine et en Mongolie.  ([xvii], [xviii]), où les campagnes massives de vaccination avaient précédé l’explosion des cas de rougeole.([xix])

Ici, aux Samoa, la flambée a lentement débuté juste avant la campagne massive de vaccination puis explosé après le début de la vaccination massive (si on fait confiance aux documents officiels qui notent la livraison des vaccins par l’UNICEF à partir du 1er octobre mais affirment que la vaccination de masse a commencé le 20 novembre seulement).

Flambée post-vaccinale de rougeole, quatre hypothèses

– Hypothèse 1: Vaccination en pleine épidémie

Si on se réfère au cas historique de la variole et selon l’étude de Buchwald ([xx]), la vaccination des contacts récemment contaminés par le virus sauvage de la variole aggrave ou déclenche la variole.

Aux îles Samoa, il y a bien eu vaccination en pleine épidémie : 17000 vaccination entre le 20 et le 26 novembre ([xxi]) et 95% de la population vaccinée au 28 décembre ([xxii]).

– Hypothèse 2: Une flambée d’origine vaccinale

Une deuxième hypothèse serait une flambée de rougeole vaccinale. Le virus vaccinal en serait responsable. Cette possibilité est bien documentée ([xxiii]); mais pour la discuter il faudrait avoir les génotypes des virus isolés après la campagne de vaccination. Des témoignages d’habitants à Samoa évoquent des cas d’enfants contaminés, supportant bien la maladie, ayant connu une aggravation soudaine et une issue fatale après vaccination.

– Hypothèse 3: Une vaccination d’enfant bien trop jeunes

Une troisième hypothèse concernerait la vaccination des bébés à 6 mois. En effet, la campagne de vaccination qui a débuté le 20 novembre a touché toute la population à partir de l’âge de 6 mois. L’âge minimal de vaccination a été baissé au 8 novembre 2019 à 6 mois ([xxiv]). Dans les études sur des enfants de 6 mois les vaccins sont habituellement injectés à haute dose (pour compenser la moindre réaction immunitaire des jeunes nourrissons ?). Mais l’OMS préconisait en 1993 de ne plus vacciner en routine les enfants de 6 mois (certaines études ont montré une trop grande toxicité à cet âge ([xxv]).
Une grande proportion des cas et des décès à Samoa est enregistrée chez les enfants de moins de 4 ans, contrairement aux autres îles de la région.

– Hypothèse 4: Des déplacements de populations en zones infectées

La quatrième hypothèse (qui n’exclut pas les autres) serait que la contagion aurait été accélérée par les visites à l’hôpital en vue des injections vaccinales. Cette possibilité a été évoquée par un officiel, et en effet, d’après les témoignages des habitants, il y a eu afflux à l’hôpital, le gouvernement a décrété la fin des vaccinations à l’hôpital et les a remplacées par des équipes se déplaçant de porte à porte ([xxvi] et témoignage d’habitants de Samoa). Comme noté en Annexe1 –épidémie à Samoa-, il y a eu également une campagne de vaccinations à l’hôpital en avril 2019, en dehors de toute épidémie.

Au passage, on peut donc supposer que la couverture vaccinale était remontée bien au-dessus des 25-31% au début de l’épidémie.

Comment expliquer la sévérité (létalité) de cette flambée après la campagne de vaccination ?

  • Une première hypothèse serait la coexistence avec des pathologies pulmonaires. La prévalence de la tuberculose serait de 10 à 20 pour 100 000 aux Samoa ([xxvii]).

Aux Samoa, en 2014, 78 % des enfants de moins de 5 ans ont été pris en charge pour une pneumonie ([xxviii]). Il semble donc bien y avoir une susceptibilité aux infections respiratoires particulièrement élevée aux Samoa (déjà évoqué ici : [xxix])

Le fait d’injecter 2 ou 3 virus vivants (selon le type de vaccin utilisé) à des enfants déjà susceptibles aux pneumonies pourrait provoquer une épidémie de pneumonies au cours d’une flambée de rougeole puisque les virus de la rougeole (les virus sauvage et les virus vaccinaux) sont immunosuppresseurs.

  • Une deuxième hypothèse concerne la carence en vitamine A et un état chronique de malnutrition chez les enfants.

La vitamine A est conseillée pour traiter la rougeole ([xxx]) et est conseillée par l’OMS pour réduire la gravité des pneumonies induites par la rougeole ([xxxi]).Des suppléments de vitamine A ont été distribuées en même temps que les vaccins pendant l’épidémie. Pourtant le Dr Nikki Turner de l’OMS a délivré un message confus à propos de la vitamine A ([xxxii]).

Un citoyen samoan a été emprisonné quelques jours pour avoir conseillé d’administrer  cette vitamine aux malades.
La carence en vitamine A est retrouvée aux Samoa, chez 16,1% des enfants d’âge préscolaire ([xxxiii]).

La population de Samoa souffre de malnutrition ([xxxiv]). L’hypothèse de la carence en vitamine A (et de la malnutrition en général) semble recevable pour expliquer l’ampleur et la sévérité de l’épidémie, bien que les chiffres soient comparables dans les autres îles de la région (voir annexe1).

Conclusion

La grande susceptibilité des enfants aux infections respiratoires à Samoa, due peut-être à la carence en vitamine A, aurait été un facteur aggravant. Mais il semblerait que plusieurs décisions prises par les autorités sanitaires aient aggravé l’ampleur de la flambée et sa sévérité :

Le ciblage des enfants à partir de 6 mois dans la campagne de vaccination de novembre,
La vaccination à l’hôpital en début d’épidémie avec les contagions possibles entrainées à cette occasion
Le fait que la campagne de vaccination ait commencé en pleine crise sanitaire

La flambée de rougeoles sévères aux îles Samoa en 2019 suscite de nombreuses questions (sans réponse ferme) et illustre la faiblesse de nos connaissances sur cette pathologie. Une question critique concerne l’utilité ou la dangerosité du vaccin dans de telles circonstances.

Plutôt que des déclarations péremptoires sur le défaut de vaccination comme cause principale de cette sévère flambée (alors qu’aucune étude solide n’a démontrée l’efficacité des vaccins actuels), il serait urgent de promouvoir un vrai programme  de recherche scientifique visant à éclairer les familles et leurs médecins sur les meilleures façons de se protéger des rougeoles sévères.

 

 

Notes et sources:
[ii] https://youtu.be/aKwGy99LNEU
 [iii] https://www.theguardian.com/world/2019/dec/18/these-babies-should-not-have-died-how-the-measles-outbreak-took-hold-in-samoa
[iv] https://www.samoaobserver.ws/category/samoa/53464
 [v] https://reliefweb.int/report/samoa/samoa-govt-moves-lower-mmr-vaccination-age
[vi] Samoa MOH 4th december 2019, MEASLES OUTBREAK IN THE PACIFIC – SITUATION
[vii] https://data.worldbank.org/indicator/SH.IMM.MEAS?end=2018&locations=WS&start=1982&view=chart
[viii] https://www.who.int/immunization/monitoring_surveillance/data/wsm.pdf)
[ix] pour toutes les informations générales sur la rougeole et son virus, voir : Virologie 2011, 15 (1) : 6-22  « La rougeole et son virus » François Freymuth et al., https://pdfs.semanticscholar.org/6c8a/7bdb7e64ae28ad9a921ab38cdceeba6f4695.pdf, et « La Rougeole, bases immunologiques de la vaccination, OMS 1993 » :https://apps.who.int/iris/handle/10665/60537
https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/Joint%20UNICEF%20%26%20WHO%20Pacific%20Islands%20Humanitarian%20Situation%20Report%20No.%208%20%28Measles%29%20as%20of%2023%20December%202019_original.pdf
[x] https://www.abc.net.au/news/2019-08-02/samoa-nurses-sentenced-manslaughter-infant-vaccination-deaths/11378494
https://www.immune.org.nz/hot-topic/infant-deaths-samoa-tragic-outcome-error-preparing-mmr-vaccine
[xi] https://www.reuters.com/article/us-syria-crisis-measles/human-error-seen-in-measles-vaccination-deaths-in-syria-who-idUSKBN0HE1B020140919
https://www.who.int/vaccine_safety/initiative/detection/managing_AEFIs/en/index4.html
[xii] https://www.dailymail.co.uk/news/article-5937461/Samoa-halts-vaccines-MMR-two-babies-die-minutes-receiving-routine-shot.html.
[xiii] http://apps.who.int/immunization_monitoring/globalsummary/incidences?c=WSM
[xiv] http://www.pireport.org/articles/2003/09/30/rubella-claims-three-children-samoa
[xv] https://twitter.com/samoagovt/status/1198810318136176641, https://www.facebook.com/samoagovt/, https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/Joint%20UNICEF%20%26%20WHO%20Pacific%20Islands%20Humanitarian%20Situation%20Report%20No.%202%20%28Measles%29%20-%2026%20November%202019.pdf
[xvi] Chiffres tirés de : https://twitter.com/samoagovt/status/1198810318136176641
https://www.facebook.com/samoagovt/
https://reliefweb.int/country/wsm et de la grande presse anglo-saxonne
[xvii] https://www.aimsib.org/2019/05/26/la-vaccination-anti-rougeole-expliquee-par-une-specialiste-en-immuno-infectiologie/
[xviii] https://www.aimsib.org/2019/06/02/pietres-resultats-du-vaccin-anti-rougeole-derniers-commentaires/
[xix] À ce sujet on peut rappeler les chiffres de l’OMS des cas de rougeole confirmés pendant l’épidémie ukrainienne de 2017-2018 : Dans le même document (http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0004/394060/2019_01_Epi_Data_EN_Jan-Dec-2018.pdf, page 3 et page 5) on trouve 2 chiffres très différents pour la même période (janvier à décembre 2018) et pour la même valeur :
7742 cas confirmés en laboratoire sur le premier tableau et seulement 533 sur le deuxième.
Pour l’année 2017 (pas d’épidémie), les chiffres sont moins discordants : 707 ou bien 788 cas confirmés en laboratoire.
[xx] voir les travaux de Bernard Guenebaud (https://p4.storage.canalblog.com/42/31/310209/121014493.pdf,, ainsi que la série d’articles à venir : https://www.aimsib.org/2019/12/22/eradication-de-la-variole-les-grandes-manoeuvres-ont-commence/).
[xxi] https://www.fbcnews.com.fj/world/pacific-islands/thousands-of-measles-vaccines-destroyed-in-samoa/
[xxii] https://reliefweb.int/report/samoa/national-emergency-operation-centre-update-measles-outbreak-press-release-42-december
[xxiii] https://academic.oup.com/cid/article/58/9/1205/2895266, https://jcm.asm.org/content/55/3/735, Paediatr Child Health Vol17 n° 4 April 2012, Nestibo et al.
[xxiv] https://reliefweb.int/report/samoa/samoa-govt-moves-lower-mmr-vaccination-age
[xxv] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8501567
[xxvi] https://www.theguardian.com/world/2019/dec/18/these-babies-should-not-have-died-how-the-measles-outbreak-took-hold-in-samoa
[xxvii] https://www.samoaobserver.ws/category/samoa/2709,https://www.unaids.org/sites/default/files/country/documents/WSM_2018_countryreport.pdf , page 60 https://extranet.who.int/sree/Reports?op=Replet&name=%2FWHO_HQ_Reports%2FG2%2FPROD%2FEXT%2FTBCountryProfile&ISO2=WS&LAN=EN&outtype=html
[xxviii] http://apps.who.int/gho/data/node.country.country-WSM
[xxix] https://doi.org/10.1093/aje/kwt282
[xxx] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11869601
[xxxi] https://www.who.int/elena/titles/bbc/vitamina_pneumonia_children/en/),
[xxxii] https://www.samoaobserver.ws/category/samoa/53464
[xxxiii] http://www.fao.org/fileadmin/templates/rap/files/nutrition_profiles/DI_Profile_-_Samoa_280714.pdf
[xxxiv] https://thevaccinereaction.org/2019/11/samoas-measles-outbreak-and-response/#_edn19

 

ANNEXE 1: Description des épidémies passées et de l’épidémie actuelle dans la région

En 1893-1894, une épidémie de rougeole a atteint Samoa.Il n’existait pas de statistiques fiables à l’époque et les chiffres varient selon les sources (300 à 1 000 décès pour 34 500 habitants)(i). Les Îles Samoa sortaient d’une guerre civile et de deux épidémies de grippe qui avaient rendus les habitants encore plus réceptifs aux infections respiratoires. La plupart des morts étaient dues à des dysenteries et à la famine. En 1985 ([ii]), une épidémie a touché 1085 personnes (sur 160 000 habitants), la couverture vaccinale à une dose était estimée à 81% ([iii]) selon l’OMS et à 99% selon un rapport officiel du gouvernement ! ([iv]).
On peut donc douter fortement des statistiques dans ce petit pays qui n’a pas les moyens d’entretenir un personnel médical et technique complet pour ce travail ([v])

Selon un témoignage d’habitants de Samoa, dans les années 80, il y avait des centres de vaccination dans les villages et les taux de vaccination étaient assez élevés. Selon les souvenirs des habitants (communication personnelle), il n’y a pas eu de décès (aucune trace retrouvée dans la littérature non plus). Il n’y a pas eu non plus de campagne de vaccination immédiate en réponse à l’épidémie (aucune trace ou souvenir retrouvé chez les habitants, communication personnelle).

L’épidémie actuelle dans la région Pacifique Ouest :

Elle a commencé en Nouvelle Zélande, c’est la plus importante depuis au moins 10 ans ([vi]) Il y a eu 2172 cas depuis le 1er janvier ([vii]) et une flambée au mois d’août 2019 ([viii]). Cette épidémie s’est propagée aux îles de la région à la faveur de la Coupe du Monde de rugby. Elle touche principalement des non vaccinés âgés de 10-50 ans et de 0-2ans parmi les populations maoris et originaires des îles du Pacifique Ouest.

TONGA
L’épidémie a commencé début octobre importée de NZ par un rugbyman, 564 cas au 18 décembre, surtout entre 10 et 25 ans (ce qui confirmerait la perte de l’immunité vaccinale avec le temps chez certains sujets.) Les autorités attribuent les cas chez les vaccinés à des vaccins défectueux (mal conservés au froid ?) [x] La couverture vaccinale est estimée  à 85% par l’OMS-Unicef et à 100% par l’administration locale! [xi]  Il semble y avoir une surveillance intelligente de l’épidémie : les enfants de 6 mois à 11 mois se voient offrir « a zero dose » de vaccin : on comprend que ces enfants ne sont pas vaccinés ?[xii] La campagne massive de vaccination ne touche que les 10-24 ans, elle a commencé le 17 novembre et se propose de revacciner ceux qui l’ont déjà été à 2 doses. ([xiii]) On attend toujours les résultats de typage des virus par PCR (au 22 novembre la PCR a confirmé 11 cas [xiv]). Des doses de vitamine A et d’immunoglobulines antirougeole ont également été mises à disposition des hôpitaux.

FIJI
Début de la vaccination en 1982 ([xv]), CV 94% en 2019. ([xvi]) Début de l’épidémie actuelle le 7 novembre, 23 cas déclarés au 18 décembre.  ([xvii]) Une campagne massive de vaccination commence le 4 décembre mais 100 000 personnes avaient déjà été revaccinées entre le 7 novembre et le 4 décembre, au 18 décembre 235000 personnes ont été revaccinées ([xviii]), la campagne cible aussi les enfants de 6 mois, elle se fait de porte à porte. Les vaccins sont indiens et sans doute les mêmes qu’aux Samoa. ([xix])

SAMOA
Samoa compte une population d’environ 200 000 personnes.
Il y a eu un début de rattrapage de vaccination ROR (interrompue par le gouvernement en juillet 2018) à partir d’avril 2019 ([xx]). D’après les habitants de Samoa (communication personnelle), les parents sont venus à l’hôpital (pas de porte à porte). Il n’y a pas eu de vaccination d’enfant âgé de moins de 12 mois et par contre aussi vaccination d’enfants plus âgés (la réglementation qui permet la vaccination à partir de 6 mois n’a d’ailleurs été promue qu’en novembre 2019).On ne retrouve pas d’apparition de rougeole ou de syndrome rougeoleux en augmentation à cette période ([xxi]) Plus de 5 500 cas ont été comptabilisés au 29 décembre 19. On déplore 81 morts, principalement parmi les enfants de moins de 5 ans, la situation se stabilise, d’après l’OMS-Unicef, taux de mortalité 1,4% ([xxii]). À cette date 95% de la population serait vaccinée (265 000 vaccins envoyés par OMS-Unicef aux Samoas). La morbidité et la mortalité sont très élevées par rapport à celles de Fiji et Tonga. La dernière campagne de vaccination qui a débuté le 20 novembre a touché toute la population à partir de l’âge de 6 mois. Et l’âge minimal de vaccination a été baissé au 8 novembre 2019 à 6 mois ([xxiii])

1- Facteurs externes au virus qui pourraient influencer l’épidémie

Certaines particularités des Îles Samoa ont été envisagées par d’autres publications (compilation non exhaustive).

° Les infections respiratoires et les carences en vitamine A
Aux Fiji, la prévalence de la tuberculose serait de 30 à 50 pour 100 000 habitants ([xxiv]), de 10 à 20 pour 100 000 aux Samoa ([xxv]) et aux Tonga de 10 pour 100 000 ([xxvi])
Aux Fiji, la carence en vitamine A est retrouvée chez 13,6%  de la population d’âge préscolaire ([xxvii]), elle est de 16,1% aux Samoa et de 17% aux Tonga.

° Une susceptibilité génétique plus grande de la population de Samoa à la rougeole
Durant l’épidémie de rougeole en Californie en 1988-1990, les populations originaires des Samoa ont été plus touchées et avec une proportion plus élevée de décès que dans la population générale.[xxviii] C’est également le cas actuellement en NZ (voir plus haut).
Cependant les îles voisines (Fiji et Tonga), dont la population est sans doute proche génétiquement résistent beaucoup mieux à l’épidémie actuelle.

° L’obésité
Il a été proposé que la prévalence de l’obésité à Samoa pourrait expliquer une plus grande sensibilité aux infections. À Samoa, l’obésité touche 45% des hommes et 66% des femmes ; à Fiji, 10% des hommes et 26% des femmes, à Tonga, 46% des hommes et 67% des femmes([xxix]). Étant donné la grande différence entre les épidémies à Samoa et Tonga et la similitude des prévalences de l’obésité, cette explication n’est pas valable.

2- Conditions particulières concernant le virus et la vaccination dans cette épidémie

Rappel sur le virus et ses variants :
Le virus de la rougeole (VR) est considéré comme stable. Il n’y aurait qu’un seul sérovar (les anticorps humains neutraliseraient tous les types de virus) mais plusieurs génotypes (la caractérisation des variants nécessite le séquençage de 450 nucléotides d’une partie du gène N ou de la totalité du gène H). Cependant, il y a des éléments suggérant que le VR pourrait subir une variation au point de n’être plus parfaitement contrôlé par la réaction immunitaire {provoquée par le vaccin} » (Freymuth et al., ct.)
Il n’y a aucune trace de génotypage du virus responsable de l’épidémie aux Samoas.  Le typage génétique du virus n’a certainement pas été effectué malgré l’information donnant la souche D8 comme responsable de l’épidémie. Le génotypage du virus de la rougeole fait appel à une technique sophistiquée de PCR de l’ARN viral (qui est moins stable que l’ADN) pratiquée dans quelques laboratoires seulement dans le monde. De plus les conditions de prélèvement et de transport sont difficilement applicables dans un pays peu développé et manquant de systèmes de réfrigération comme Samoa  (Revue la Rougeole et son virus)(l’Unicef a acheminé des réfrigérateurs en même temps que les vaccins, [xxx])
Ceci explique que les virus circulants à Samoa n’aient pas été typés mais qu’on ait extrapolé à partir des souches circulant dans la région Pacifique Ouest ces dernières années.
Au 20 décembre, on attend toujours le résultat des typages PCR effectués aux Tonga (on ne sait pas si la PCR visait la caractérisation seule du virus et/ou son typage génétique).
La confirmation des cas de rougeole a été effectuée au début de l’épidémie à Samoa, certainement par mesure du taux d’IgM spécifiques dans les prélèvements sanguins ou buccaux. 48 cas ont été confirmés ([xxxi])
L’OMS recommande de ne pas typer les virus lorsque la rougeole apparaît chez un sujet récemment vacciné ou de rejeter le cas si le typage impute la rougeole au virus vaccinal ([xxxii])
Même en Nouvelle Zélande, il ne semble pas y avoir eu de typage : dans ce pays, tous les cas de non vaccinés doivent être confirmés en laboratoire (par sérologie ou  culture du virus ou détection d’ARN, les cas chez les vaccinés ne le sont pas selon la recommandations de l’OMS). ([xxxiii])
Il n’est pas indiqué clairement si les caractérisations des virus pour les petites îles se font en NZ et/ou en Australie : en Australie seulement 78 génotypages en 2018 [xxxiv].
Les personnes vaccinées dans les 14 jours précédant l’apparition de la maladie sont considérées comme « non vaccinées » : il est donc impossible officiellement d’attribuer la maladie au vaccin !
Seuls les échecs de vaccination sont mis en évidence par la caractérisation du virus sauvage (du moins d’après les instructions néozélandaises). [xxxv]

3- Plusieurs hypothèses pour expliquer la différence entre Samoa et les autres îles du Pacifique Ouest

° Un vaccin plus dangereux que le virus sauvage sur certaines populations ?
Mais les vaccins sont les mêmes à Samoa, Fiji et Tonga, semble-t-il, donc le facteur de susceptibilité génétique de la population n’entre pas en compte.
Cependant on peut se poser des questions sur les vaccins utilisés : Il est difficile de savoir si on vaccine avec le ROR ou RR (rougeole rubéole) : l’Unicef a envoyé 100 000 doses de MR et 10500 doses de MMR, à Samoa (17 nov) [xxxvi]. Les vaccins proviennent du Serum Institute d’Inde et contiennent la souche Edmonston-Zagreb ([xxxvii])
La souche Zagreb  semble plus efficace en terme de taux d’anticorps induit (et donc plus toxique ?)[xxxviii], parfois elle semble moins efficace ([xxxix]).

° Une épidémie due à une souche de virus très pathogène ou résistant au vaccin : voir ci dessus
S’il est confirmé que l’épidémie est due à la souche D8, jusqu’à présent celle-ci n’aurait pas présenté une virulence élevée chez les enfants ([xl]).
La souche D8 est aussi bien neutralisée in vitro par les anticorps des vaccinés, que les autres souches circulantes ([xli])

° La transmission du virus vaccinal de vaccinés aux non-vaccinés. Cette hypothèse n’a jamais été démontrée mais est théoriquement possible puisque le virus est excrété par les fraichement vaccinés ([xlii])

Sources pour annexe 1:
[i] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2404975/pdf/brmedj08952-0013a.pdf et Encyclopedia of Plague and Pestilence: From Ancient Times to the Present   de George C. Kohn, Page 404
[ii] http://apps.who.int/immunization_monitoring/globalsummary/incidences?c=WSM
[iii] https://data.worldbank.org/indicator/SH.IMM.MEAS?end=2018&locations=WS&start=1982&view=chart
[iv] http://www.mwcsd.gov.ws/images/stories/division-for-women/CRC%20Report%20%202005.pdf
[v] https://www.who.int/immunization/monitoring_surveillance/data/wsm.pdf

[vi] https://www.nzma.org.nz/__data/assets/pdf_file/0004/93748/Turner-FINAL.pdf
[vii] https://www.health.govt.nz/your-health/conditions-and-treatments/diseases-and-illnesses/measles/2019-measles-outbreak-information#cases
[viii] https://www.nzma.org.nz/__data/assets/pdf_file/0004/93748/Turner-FINAL.pdf
[ix] https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/SITREP8_Measles_Tonga_04122019_final.pdf
[x] https://www.rnz.co.nz/international/pacific-news/405475/tonga-and-health-agencies-to-investigate-faulty-measles-vaccines
[xi] http://apps.who.int/immunization_monitoring/globalsummary/countries?countrycriteria%5Bcountry%5D%5B%5D=TON
[xii] http://outbreaknewstoday.com/tonga-measles-outbreak-tops-400-cases-53264/
https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/SITREP10_Measles_Tonga_17122019.pdf
[xiii] https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/SITREP10_Measles_Tonga_17122019.pdf
[xiv] https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/SITREP10_Measles_Tonga_17122019.pdf
[xv] https://measlesrubellainitiative.org/fiji-and-measles-from-devastation-to-elimination/
[xvi] Measles vaccination coverage in Fiji*
[xvii] https://reliefweb.int/report/fiji/media-release-16-measles-18-dec-2019
[xviii] https://reliefweb.int/report/fiji/media-release-11-measles-3-dec-2019
[xix] https://www.rnz.co.nz/international/pacific-news/404727/200-000-measles-vaccines-arrive-in-fiji
[xx] https://www.samoaobserver.ws/category/article/39705
[xxi] https://reliefweb.int/report/world/pacific-syndromic-surveillance-system-weekly-bulletin-syst-me-de-surveillance-101
[xxii] https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/Joint%20UNICEF%20%26%20WHO%20Pacific%20Islands%20Humanitarian%20Situation%20Report%20No.%208%20%28Measles%29%20as%20of%2023%20December%202019_original.pdf
[xxiii] https://reliefweb.int/report/samoa/samoa-govt-moves-lower-mmr-vaccination-age
[xxiv]http://www.wpro.who.int/health_services/fiji_nationalhealthplan.pdf
[xxv] https://www.unaids.org/sites/default/files/country/documents/WSM_2018_countryreport.pdf
[xxvi] https://extranet.who.int/sree/Reports?op=Replet&name=%2FWHO_HQ_Reports%2FG2%2FPROD%2FEXT%2FTBCountryProfile&ISO2=TO&LAN=EN&outtype=html
[xxvii] https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/44110/9789241598019_eng.pdf
[xxviii] https://pdfs.semanticscholar.org/c081/32e3b67f77f6ea13f8937fe6075c0ffac169.pdf
[xxix] https://www.who.int/ncds/surveillance/steps/2002_Samoa_FactSheet.pdf
https://www.who.int/ncds/surveillance/steps/2002_Fiji_FactSheet.pdf https://www.who.int/ncds/surveillance/steps/2004_TongaFactSheet.pdf
[xxx] https://www.unicef.org/pacificislands/press-releases/news-note-1-pacific-measles-outbreak
[xxxi] https://www.newslinesamoa.ws/news/2019/local/confirmed-measles-cases-tripled-latest-epidemic-update, https://newslinesamoa.ws/news/2019/local/measles-epidemic-confirmed-cases-treated-and-discharged
[xxxii] https://www.who.int/immunization/monitoring_surveillance/burden/vpd/WHO_SurveillanceVaccinePreventable_11_Measles_French_R1.pdf
[xxxiii] https://surv.esr.cri.nz/PDF_surveillance/MeaslesRpt/2019/WeeklyMeasles16122019.pdf
[xxxiv] https://iris.wpro.who.int/bitstream/handle/10665.1/14387/RS-2019-GE-06-PHL-eng.pdf
[xxxv] https://surv.esr.cri.nz/PDF_surveillance/MeaslesRpt/2019/WeeklyMeasles16122019.pdf
[xxxvi] https://www.unicef.org/pacificislands/press-releases/news-note-1-pacific-measles-outbreak
[xxxvii] https://www.who.int/immunization_standards/vaccine_quality/pq_142_143_144_145_mmr_sii_insert.pdf
[xxxviii] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2879981, https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJM199003013220903
https://www.annsaudimed.net/doi/10.5144/0256-4947.1992.110a,
[xxxix] https://portal.findresearcher.sdu.dk/da/publications/trials-of-edmonston-zagreb-measles-vaccine-in-guinea-bissau-serol, https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/49160/bulletin_1991_69(2)_221-227.pdf;sequence=1
[xl] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4457408/, https://www1.health.gov.au/internet/main/publishing.nsf/Content/cda-cdi3003i.htm)
[xli] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=vaccine++d8+strain
[xlii] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=31295941

ANNEXE 2 (Source des chiffres)
30 sept 4 cas, 1 mort
16 oct 19, 7 cas
https://www.vaxbeforetravel.com/samoa-confirms-7-measles-cases-and-1-fatality-2019
1 nov19, 314 cas
https://www.stuff.co.nz/national/health/117079712/samoa-measles-epidemic-immunologist-furious-at-new-zealand
8nov19 513 cas, 48 confirmés
https://www.newslinesamoa.ws/news/2019/local/confirmed-measles-cases-tripled-latest-epidemic-update
13nov19 : 628 cas, 48 confirmés
https://www.vaxbeforetravel.com/measles-outbreaks-pacific-islands-continue-various-countries
13 nov 19 628 officiel
https://reliefweb.int/report/samoa/tonga-and-samoa-measles-outbreaks-dg-echo-governments-and-media-echo-daily-flash-13
14nov19 513 cas
https://www.nzherald.co.nz/world/news/article.cfm?c_id=2&objectid=12284106
15nov19, 700 cas
https://www.rnz.co.nz/international/pacific-news/403384/samoa-s-measles-outbreak-worst-to-come
17nov19 716 cas, 6morts
https://www.theguardian.com/world/2019/nov/17/samoa-declares-state-of-emergency-over-deadly-measles-epidemi
18nov19, 700 cas
https://www.telegraph.co.uk/global-health/science-and-disease/samoas-schools-closed-vaccinations-made-mandatory-measles-outbreak/
18 nov 19,, 700 cas, 14 morts
https://www1.racgp.org.au/newsgp/clinical/measles-out-of-control-in-samoa-with-14-reported-d
18 nov19 1174 cas, 16 morts
https://www.nytimes.com/2019/11/18/world/australia/samoa-measles-deaths-vaccination.html
18 nov 19 716 cas dont 48 confirmés, 15 morts
https://www.abc.net.au/news/2019-11-19/how-did-a-measles-outbreak-become-deadly-in-samoa/11713644
18nov 716
https://www.npr.org/2019/11/18/780576486/samoa-closes-schools-and-mandates-vaccinations-amid-deadly-measles-epidemic?t=1575822724333
https://www.cbc.ca/news/world/samoa-officials-declare-emergency-in-measles-outbreak-that-has-killed-6-1.5363191
le 18 nov 19 1000
https://reliefweb.int/report/samoa/pacific-measles-outbreak-unicef-supporting-government-samoa-respond-outbreak
19nov19, 1000 cas, 15 morts
https://medicalxpress.com/news/2019-11-measles-death-toll-samoa-unicef.html
19nov19 1174 cas, 16 morts
https://www.sbs.com.au/news/samoa-confirms-16-dead-from-suspected-measles-as-outbreak-worsens
20 nov 716
https://reliefweb.int/report/samoa/samoa-tonga-fiji-measles-outbreak-dg-echo-governments-media-echo-daily-flash-21
21 nov 1174
https://reliefweb.int/report/samoa/statement-samoa-measles-outbreak
22nov19, 1644 cas, 20 morts
https://www.reuters.com/article/us-health-measles-samoa/samoa-measles-outbreak-kills-20-mostly-children-idUSKBN1XX04K
23 nov 1644
https://www.theguardian.com/world/2019/nov/23/samoa-measles-epidemic-kills-20
https://www.reuters.com/article/us-health-measles-samoa/samoa-measles-outbreak-kills-20-mostly-children-idUSKBN1XX04K
23 nov 1797 cas
https://www.bbc.com/news/world-asia-50528834
https://www.rnz.co.nz/international/pacific-news/403934/nz-fundraiser-for-samoa-measles-victims
24nov19 2000 cas
https://www.voanews.com/science-health/measles-epidemic-erupts-samoa
25 nov 2194
https://www.newshub.co.nz/home/world/2019/11/samoa-measles-crisis-thousands-of-vaccines-stolen-destroyed-in-midst-of-outbreak.html
25nov, 2194 cas, 25 morts, 17000 vacc depuis 5 jours
https://www.voanews.com/science-health/measles-epidemic-erupts-samoa
25 nov 19, 25 morts, 2200 cas
https://www.cbsnews.com/news/samoa-measles-death-toll-soars-outbreak-today-2019-11-25/
25nov, 2194 cas, 25 morts, 17000 vacc depuis 5 jours
https://www.voanews.com/science-health/measles-epidemic-erupts-samoa
25 nov 2200
https://www.cbsnews.com/news/samoa-measles-death-toll-soars-outbreak-today-2019-11-25/25 nov 19, 25 morts, 2200 cas
https://www.cbsnews.com/news/samoa-measles-death-toll-soars-outbreak-today-2019-11-25/
26 nov 2437, officiel
https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/Joint%20UNICEF%20%26%20WHO%20Pacific%20Islands%20Humanitarian%20Situation%20Report%20No.%202%20%28Measles%29%20-%2026%20November%202019.pdf
27 nov 2427
https://abcnews.go.com/Health/low-vaccination-rate-deadly-medical-mistake-led-samoa/story?id=67317110
28 nov 19
39 morts, 2936 cas depuis le 16 oct, In the past week, more than 45,000 people have been vaccinated in Samoa
https://www.abc.net.au/news/2019-11-28/australian-samoan-influencer-measles-crisis-nazi-germany/11737938
28 nov 19
39 morts, 2936 cas depuis le 16 oct, In the past week, more than 45,000 people have been vaccinated in Samoa
https://www.abc.net.au/news/2019-11-28/australian-samoan-influencer-measles-crisis-nazi-germany/11737938

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de

sed Donec sem, ultricies id massa mattis Aenean id