Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Provoquer la haine des uns envers les autres à l’aide d’un modèle mathématique parfaitement frauduleux – 2e partie

Le calvaire entamé par ce triste sire Canadien de David Fisman va prendre fin ici, on rappelle qu’il avait commencé à nous expliquer à l’aide d’un modèle mathématique parfaitement frauduleux que les vaccinés pouvaient voir leur vie mise en danger par la seule présence des non vaccinés (*). Mais Bernard Guennebaud n’en a pas fini avec lui, il faut encore lui démontrer une litanie de fautes de calcul additionnelles propres à rendre son « étude » vraiment nauséabonde, s’il pouvait éviter à l’avenir de la laisser trainer par terre afin que personne ne marche dedans… Bonne lecture!

Un article de The Defender [1], la publication américaine de Robert Kennedy Jr de décembre 2023 a retenu toute mon attention et tout d’abord par son titre :

Trad: « L’auteur de l’étude utilisée pour vilipender les non vaccinés avait des liens avec Pfizer. Une nouvelle recherche évaluée par des pairs montre pourquoi l’étude était erronée »

L’article débute ainsi :
« « Une nouvelle étude évaluée par des pairs menée par les chercheurs Joseph Hickey, Ph.D. et Denis Rancourt, Ph.D., a réexaminé les modèles mathématiques utilisés pour vilipender les personnes non vaccinées, les accusant de prolonger la pandémie et préconisant des politiques interdisant aux personnes non vaccinées l’accès aux lieux publics, aux entreprises et à leur propre lieu de travail.

Ils ont découvert que les modèles reposaient sur l’application de modèles mathématiques erronés pour évaluer le risque ».

Cet article de The Defender confirme ainsi que ces décisions politiques très conséquentes pour la vie des populations reposaient sur des modélisations qualifiées de mathématiques, c’est le premier point et que de plus, ces modélisations du risque étaient erronées !

The Defender poursuit : « Mais une étude évaluée par des pairs publiée la semaine dernière dans Cureus montre qu’une étude clé d’avril 2022 réalisée par Fisman et al. – utilisée pour justifier des politiques draconiennes de ségrégation des non vaccinés – était basé sur l’application de modèles mathématiques de risque défectueux qui n’offrent aucun fondement scientifique à de telles politiques. »

     Mais qui est Fisman ?

« Le Dr David Fisman , épidémiologiste à l’Université de Toronto, était l’auteur principal de l’étude d’avril 2022, publiée dans le Journal de l’Association médicale canadienne (JMC), qui, selon les auteurs, montrait que les personnes non vaccinées présentaient un risque disproportionné par rapport aux personnes vaccinées. Fisman a travaillé comme conseiller auprès des fabricants de vaccins Pfizer, Seqirus, AstraZeneca et Sanofi-Pasteur. Il a également conseillé le gouvernement canadien sur ses politiques relatives au COVID-19 et a récemment été nommé à la tête du nouvel Institut sur les pandémies de l’Université de Toronto. Fisman a déclaré aux journalistes que le message clé de l’étude était que le choix de se faire vacciner n’est pas seulement personnel, car si vous choisissez de ne pas être vacciné, vous « créez un risque pour ceux qui vous entourent ». La presse s’en est emparée. Le Parlement canadien a utilisé ce document pour promouvoir des restrictions pour les personnes non vaccinées. »

Ces modélisations valaient quoi ? The Defender rapporte :
– « Cependant, dans la nouvelle étude publiée la semaine dernière, Joseph Hickey, Ph.D., et Denis Rancourt, Ph.D., montrent que le modèle « sensible-infectieux-récupéré (SIR) » de Fisman, utilisé pour tirer ses conclusions, avait un défaut flagrant dans l’un de ses paramètres clés – la fréquence de contact.

Lorsqu’ils ont ajusté ce paramètre pour tenir compte des données du monde réel, le modèle a produit une variété de résultats contradictoires, dont un montrant que la ségrégation des personnes non vaccinées peut augmenter la gravité de l’épidémie parmi les vaccinés – exactement le contraire de ce que Fisman et al. étaient censés montrer »

En clair, ce modèle pourrait aussi montrer, en agissant sur la valeur attribuée à un paramètre, que d’éviter que les non vaccinés rencontrent les vaccinés pouvait accroître l’importance de l’épidémie parmi les vaccinés !
« Hickey et Rancourt, chercheurs au Canada’s Correlation: Research in the Public Interest, ont conclu que sans données empiriques fiables pour éclairer de tels modèles SIR, les modèles sont « intrinsèquement limités » et ne devraient pas être utilisés comme base de politique.

Obstructions à la publication

« Les chercheurs canadiens ont tenté de publier leur article dans le CMAJ, où Fisman avait publié son étude originale, mais l’éditeur – un collaborateur de Fisman – a même refusé de l’examiner. La version en libre accès du JAMC a également refusé de publier l’article même après avoir reçu des critiques favorables par les pairs. Dans une lettre envoyée, avec pièces justificatives, au JAMC et à l’Association médicale canadienne, Hickey et Rancourt ont relaté la « fastidieuse saga » au cours de laquelle les rédacteurs de la revue « ont concocté une multitude d’objections accessoires et inutiles, apparemment destinées à constituer des obstacles insurmontables à la publication de leur étude ».

Ils ont ensuite publié l’étude dans la revue à comité de lecture Cureus. Rancourt a tweeté un lien vers les résultats de l’étude ainsi qu’un montage de clips médiatiques de l’ère pandémique faisant des boucs émissaires des personnes non vaccinées : « Une politique basée sur rien ».

« Les modèles SIR étaient couramment utilisés comme base pour les politiques en matière de pandémie , souvent avec des défauts fatals que les recherches ont montrés depuis. Fisman et coll. ont conçu leur étude pour mesurer les impacts de la séparation de deux groupes – les personnes vaccinées et les non vaccinées – en appliquant un modèle SIR pour prédire si les non vaccinés présentent un risque excessif pour les vaccinés lors d’une épidémie virale respiratoire aiguë grave, sur la base de degrés variables de mélange entre les groupes »

Quelles erreurs Fisman a-t-il pu commettre ?

« Cependant, selon Hickey et Rancourt, le modèle n’a pas pris en compte les impacts de cette ségrégation sur les « fréquences de contact », un paramètre clé pour prédire l’issue de l’épidémie.
Au lieu de cela, il a supposé que les fréquences de contact entre les groupes majoritaires (vaccinés) et socialement exclus (non vaccinés) seraient égales et constantes, ce qui « n’est pas réaliste », a déclaré Hickey au Defender.

En d’autres termes, le modèle supposait que les deux groupes seraient séparés, tout en vivant la même existence parallèle : socialiser, travailler, faire du shopping et entrer en contact avec les autres exactement de la même manière. Mais dans le monde réel, la ségrégation signifiait que les non vaccinés étaient exclus de nombreux lieux publics, de sorte que leurs fréquences de contact étaient considérablement réduites.

Hickey et Rancourt ont de nouveau mis en œuvre le modèle SIR, testant un degré de ségrégation allant de zéro à une ségrégation complète et permettant aux fréquences de contact des individus des deux groupes de varier en fonction du degré de ségrégation. »

Par fréquence de contact, il faut comprendre le nombre de personnes contaminées par un malade qui reste obstinément fixé à 6 par Fisman.

« Lorsqu’ils ont exécuté le modèle en utilisant une estimation plus réaliste de la façon dont différentes politiques de ségrégation pourraient générer des fréquences de contact différentes entre les deux groupes, « nous avons constaté que les résultats étaient dispersés dans toutes les directions », a déclaré Hickey.

En séparant les personnes non vaccinées de la majorité vaccinée, a-t-il déclaré : « Vous pouvez avoir une augmentation du taux d’attaque parmi les personnes vaccinées ou une diminution. Des conséquences épidémiologiques négatives peuvent survenir pour l’un ou l’autre groupe séparé, quels que soient les impacts délétères des politiques elles-mêmes sur la santé », écrivent-ils .

Hickey a déclaré que les résultats variables étaient très sensibles aux valeurs des paramètres du modèle, à savoir la fréquence des contacts infectieux. Mais il a ajouté que dans le monde réel, il n’existe pas de mesures fiables de la fréquence de contact et que sans mesures fiables des entrées du modèle, le modèle n’a pratiquement aucun sens. Ils ont conclu que le degré d’incertitude de ces modèles SIR est si élevé qu’ils ne peuvent raisonnablement éclairer les décisions politiques. Au Final, Hickey déclare :

« C’est une politique basée sur rien » 

« Nous ne pouvons pas recommander que la modélisation SIR soit utilisée pour motiver ou justifier des politiques de ségrégation concernant les maladies respiratoires virales, dans l’état actuel des connaissances », conclut l’étude.

Mes observations sur les modèles SIR

Aux critiques sévères prononcées par tous ces auteurs, je peux ajouter les miennes qui concernent les modèles par systèmes d’équations différentielles. On peut formuler au moins trois critiques fondamentales concernant ces modèles et en particulier les modèles type SIR.

1 – Dans toute modélisation on considère ce qui est appelé ci dessus la fréquence de contact

C’est à dire le nombre de personnes contaminées par un malade, que celles-ci tombent malades ou pas. Le taux d’attaque sera le nombre de personnes tombées malades. D.Fisman avait choisi 6 pour la fréquence de contact, ce qui est très élevé et permanent quelles que soient les conditions.

Mais même si 100 malades simultanés contaminent chacun 6 personnes distinctes, ils ne contamineront pas forcément 600 personnes distinctes car une même personne pourrait avoir été contaminée par deux malades différents.

Ce problème peut se gérer par le modèle de Reed et Frost que j’ai longuement décrit et étudié dans ce billet [2]. Je n’en dirai pas plus ici car les formules sont un peu complexes.

2 – Les contaminations sont implicitement supposées se faire au hasard dans la population étudiée.

Une telle hypothèse n’est compatible que pour des populations de petite taille et certainement pas pour un pays comme la France ou le Canada, pas même pour une ville comme Paris ou Montréal. Pendant la pseudo pandémie H1N1 de 2009 j’avais suivi de près les données françaises publiées région par région. La région parisienne avait un mois d’avance sur d’autres régions qui, elles-mêmes, avaient un mois d’avance sur les autres régions.

La propagation d’une telle épidémie se développe d’abord dans une zone géographique pour, plus tard, déborder sur d’autres zones géographiques. Au sein même de ces zones géographiques, la propagation pourra se faire au sein de groupes beaucoup plus restreints qui déborderont à leur tour vers d’autres groupes.

Cela a son importance car au sein d’un même groupe restreint, plusieurs malades simultanés pourront aisément contaminer les mêmes personnes, ce qui réduira évidement l’ampleur de l’épidémie.

3 – Les modèles supposent que quand une chaine de contamination a été lancée, elle ne s’arrêtera que lorsque l’immunité de groupe aura été atteinte.

En 2009 des spécialistes de la grippe comme Antoine Flahault et Bruno Lina, ayant estimé que chaque malade contaminait 2 personnes, l’épidémie ne pourra s’arrêter que lorsque qu’il y aura 50% d’immunisés en France. Ils furent totalement démentis par les faits, l’épidémie ayant été officiellement déclarée terminée à la mi janvier 2010. Bruno Lina déclarera d’ailleurs qu’il n’y comprenait plus rien. Quant à Antoine Flahault, il écrira, début 2010, qu’en ajoutant les cas qui allaient se produire au cours de l’hiver 2010-2011, les 50% seraient atteints… L’essentiel est de retomber sur ses pieds. Bruno Lina avait raison : il reconnaissait ne rien y comprendre car ses modélisations étaient fondamentalement inadaptées. Mais cela, il ne l’avait pas compris.

Un jeune attrape la grippe à l’école. Le dimanche qui suit il a sortie scouts. Les modèles supposent que le dimanche il va contaminer des scouts qui contamineront d’autres enfants dans leurs classes respectives. Sauf que le dimanche, l’enfant est au lit avec 39 de fièvre.

J’ai vécu l’arrêt d’une chaine de contaminations dans ma propre famille en 1990. Notre fille ainée revient du lycée avec la grippe et nous sommes 5 à la maison. Nous prendrons certaines précautions, il n’y aura pas d’autres cas. Simultanément j’ai connu une autre famille avec 3 enfants tous vaccinés tous les ans pour protéger le papa qui est à risque et qui, encore jeune, décèdera 15 ans plus tard. Ils auront tous la grippe. Et aussi une autre famille de 2 enfants, tous vaccinés chaque année pour protéger papa qui est à risque et mourra quelques années plus tard. Ils auront tous la grippe.

4 – La propagation d’une maladie contagieuse immunisante est fondamentalement rythmée par des discontinuités qui sont la durée de l’incubation, la durée de la contagiosité et celle de l’immunité.

Quand la durée de la contagiosité d’un malade est plus longue que celle de l’incubation, ce qui était très certainement le cas pour la covid, les équations différentielles ne sont plus adaptées pour modéliser cette situation.

 Il est en effet impossible de traiter correctement ces discontinuités par des équations différentielles, même sous forme de systèmes, c’est à dire avec plusieurs équations alors que le modèle dit SIR et d’autres y prétendent pourtant.

  • S comme susceptibles de tomber malade (en fait de devenir contagieux) ;
  • I comme infectés c’est à dire contagieux ;
  • R comme résistants c’est à dire immunisés contre la maladie.

En population fermée, ces modèles produisent une évolution croissante puis décroissante du nombre de malades après être passée par un pic. Cependant, lorsque la durée de la contagion est différente de celle de l’incubation, cette modélisation ne fonctionne plus correctement car elle va adapter la durée de la contagion au nombre de malades en cours.

C’est assez facile à comprendre. Supposons que la durée de la contagion soit 3 fois celle de l’incubation prise comme unité de temps. Au cours de la phase croissante de l’épidémie, on pourra avoir successivement 5, 10 et 15 cas apparus aux temps n-2, n-1 et n. Le nombre total de malades en cours (la prévalence) sera 30. Pour tenter de gérer par la variable t (le temps en continu) sans introduire t-1 et t-2 (auquel cas ce ne seraient plus des équations différentielles mais des équations aux différences) les équations seront fonction de la prévalence et non des incidences aux temps t-2, t-1, t puis t+1…Aussi les équations diviseront la prévalence par 3 soit 10 dans l’exemple alors que le nombre réel de malades qui guérissent au temps n+1 sera seulement les plus anciens c’est à dire 5. En conséquence, pour 5 d’entre eux la durée de la maladie sera plus courte qu’en réalité.

De même, au cours de la phase décroissante on pourra avoir successivement 15 cas puis 10 puis 5. Le modèle SIR retiendra là aussi 10 malades guéris alors qu’il y en a 15 en réalité. 5 d’entre eux vont donc, selon le modèle, devoir patienter une unité de temps supplémentaire pour guérir !

Fisman et la « nouvelle médecine »

C’est la nouvelle médecine telle que modélisée par les modélisateurs professionnels qui vont imposer leur incompétence aux populations. Imaginez que votre médecin vous dise :

« Vous n’avez pas de chance, il y a beaucoup de malades ces temps-ci, vous allez devoir patienter, votre maladie va durer plus longtemps que la normale car il y a embouteillage pour franchir la porte de la guérison !!! »

Ou, au contraire, vous avez de la chance, il y a très peu de malades, vous allez guérir plus vite que la normale !!! Toutes ces prétendues modélisations par des équations différentielles sont à jeter à la poubelle sans hésitation aucune.

Pour plus de détails voir mon article sur les modélisations des maladies contagieuses (novembre 2010) [2]. Au congrès de la SFSP (Société Française de Santé Publique) en novembre 2011 à Lille, j’avais présenté une communication écrite (poster affiché) sur les raisons des échecs des modélisations des épidémies grippales ([3] pour le poster et [4] pour le résumé). Je vois un congressiste qui photographie mon poster. Je l’aborde en me présentant comme étant l’auteur. Il me dit être le modélisateur des épidémies de grippe chez Sanofi. Nous allons échanger pendant un long moment et il paraît très intéressé par ce que je lui explique.

Vous pouvez aller sur un site expliquant la mise en équation directement en continu pour le modèle SIR [5]. Voici la principale erreur commise :

La fonction I(t) représente le nombre total de contagieux au temps t. R(t) représente le nombre d’immunisés au temps t. La formule utilisée exprime que les variations instantanées de R seront proportionnelles au nombre total de contagieux à l’instant t. Or quand il y a des malades plus anciens que d’autres, ceux qui vont guérir pour rejoindre les immunisés seront les plus anciens. Leur nombre ne sera pas dans une proportion constante de la prévalence mais dans une proportion variable.

On peut aisément illustrer la problématique des modèles par systèmes différentiels type SIR quand la durée de la contagion est supérieure à celle de l’incubation avec de l’eau s’écoulant dans un bassin. Initialement, le bassin est vide. On envoie 3 litres d’eau à la minute dans un bassin qui en écoule 1 litre par minute. La première goutte d’eau entre dans le bassin au temps zéro pour en ressortir aussitôt. La dernière goutte du premier litre entre au bout de 20 secondes. Il y a alors 2/3 litre d’eau dans le bassin. Elle devra attendre 40 secondes pour sortir. La dernière goutte du troisième litre entre au bout d’une minute. Il y a alors 2 litres dans le bassin. Il faudra 2 minutes pour qu’ils s’écoulent. Elle y sera resté 2 minutes. Le temps passé dans le bassin pour les gouttes correspond à la durée de la contagion pour les malades.

Avec un tel modèle, il sera impossible de la rendre égale pour tous les contagieux.

Ainsi, avec un modèle par systèmes différentiels type SIR et une durée de contagion égale à 3 fois celle de l’incubation, des contagieux peuvent le rester pendant 20 périodes d’incubation comme j’ai pu le mettre en évidence sur une publication internet qui a été retirée après que j’en ai eu informé les auteurs : des élèves de l’école Polytechnique drivés par la mathématicienne d’Antoine Flahault pour leur mémoire… Ils prétendaient modéliser la propagation de la grippe à Paris, 2 millions d’habitants…

Les auteurs avaient traduit l’hypothèse d’une durée triple pour la contagion par la guérison du tiers des malades en cours, soit 3 fois moins de « débit » à la sortie (la guérison) qu’à l’entrée (quand on devient contagieux). Ces modèles sont donc incohérents. Ils ne seraient acceptables, de ce point de vue, que si les durées de contagion et d’incubation étaient égales.

Les modèles par systèmes différentiels à la poubelle ?

C’est ce qu’il faudrait avoir le courage de faire pour ne les garder qu’à titre pédagogique et historique dans le but de montrer pourquoi ils ne sont pas du tout satisfaisants.

Bernard Guennebaud
Janvier 2024

 

(*) Article précédent

https://www.https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2014/03/410rGOiFI2L._SX332_BO1204203200_-1.jpg.org/2024/01/07/provoquer-la-haine-des-uns-envers-les-autres-a-laide-dun-modele-mathematique-parfaitement-frauduleux-1e-partie/

 

Notes et sources
[1] article de The Defender https://childrenshealthdefense.org/defender/unvaxed-ties-pfizer-new-research-study-flawed/
[2] http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2010/11/30/19748527.html
[3] Poster : https://p3.storage.canalblog.com/33/58/310209/69807519.pdf
[4] Résumés des communications par auteurs : https://www.sfsp.fr/manifestations/congres2011/donnees/fs_tout_auteurs.htm
[5] Le modèle SIR https://nextjournal.com/essicolo/le-mod%C3%A8le-sir

26 réponses

  1. Toutes les hypothèses les plus absurdes sont possibles.
    Mon cardiologue, vacciné trois doses, a attrapé le covid 3 fois , et il m’a donné comme explication que c’est parce que les vaccinés négligent de se laver les mains …c’est pourtant un homme intelligent , mais il oublie un élément de réflexion , c’est que s’il a attrapé le covid parce qu’il ne s’est pas lavé suffisamment les mains… il l’a également transmis plus facilement…
    Bref, au final, tous ces discours ont pour résultat de donner de l’importance à une « maladie » qui n’aurait pas dû en avoir si on n’avait pas refusé intentionnellement de la soigner… après l’avoir intentionnellement distribuée…
    A l’heure actuelle, on rencontre encore des gens qui se font vacciner pour  » éviter les formes graves « …

    1. Il est vrai qu’il a été observé il y a déjà longtemps que les vaccinés ont tendance à prendre moins de précautions que les autres. « Je suis vacciné, je passe ! »

      Par exemple dans les hôpitaux il avait été observé que le fait d’avoir un rappel DTPolio incitait à négliger les mesures pour éviter des maladies nosocomiales ou de négliger une blessure parce qu’on était vacciné contre le tétanos. Dans les hôpitaux le personnel qui n’avait pas un BCG suffisamment récent ne pouvait entrer dans le service des tuberculeux, ce qui pouvait faire croire aux vaccinés qu’ils n’avaient rien à craindre des malades.
      Avec le covid, les vaccinés se rencontraient entre eux dans les bars, restaurants ou autres sans précautions particulières et se contaminaient comme je l’ai décrit dans mon article précédent.
      En définitive la trop grande confiance dans les vaccins a un effet délétère.

    2. Attal:
      «On aura un nouveau programme qui s’appliquera à la rentrée avec pour objectif de réaliser les séances d’éducation à la vie affective, https://urlz.fr/pmZr
      Ce gouvernement semble obsédé par son cul…. Qu’il n’oublie pas d’inviter les drag queens dans les maternelles….
      Il ajoute: « On doit apprendre à l’école primaire le respect de l’intégrité du corps, le fait qu’on ne peut pas atteindre à cette intégrité. Si c’est le cas, ce sont des violences et il faut apprendre aux enfants à les signaler »
      Mais le vaxxin, ce n’est pas une atteinte à l’intégrité du corps et une violence insupportable?
      En même temps?

    3. Ouf! Cela fait du bien de savoir que l’on avait compris l’absurdité des mathématiques « souillées ». Certains médecins appliquent des probabilités générales au lieu d’évaluer des probabilités conditionnelles. C’est plus pratique pour vendre des médicaments. Mais, alors, comment vanter une médecine adaptée à chaque individu? Certains jouent sur la peur du hasard et du risque. Comme on n’apprend pas à évaluer les risques, qui sont de petits nombres, ni les conséquences, qui sont très variables selon les modalités pour gérer les conséquences, on se laisse piéger par la peur. La baisse du niveau en raisonnement logique favorise la soumission !

  2. C’est très bien de remettre en avant la fumisterie que sont l’utilisation des modèles à l’origine de décisions politiques lourdes de conséquences et complaisamment véhiculées par les médias aux ordres.
    Pour ce qui concerne la France, on a eu ce modèle de l’institut Pasteur de Cauchemez et al qui a conduit à toutes les lois crapuleuses validées jusqu’au Conseil Constitutionnel au nom de la « science » : pass sanitaire, pass vaccinal, suspension de nombreux personnels dont les soignants.
    Ce modèle comportait des biais du même type que ce qui est dénoncé ici (et peut-être pire puisque les équations différentielles posées dans le texte pour faire sérieux n’étaient même pas correctement écrites ; je ne suis pas convaincu que les auteurs comprenaient ce qu’ils écrivaient !)
    Cette étude avait été en son temps violemment contestée par Vincent Pavan à la suite d’un travail soigné en l’examinant sous toutes ses coutures, pour y produire une conclusion implacable : cette étude est frauduleuse à plusieurs titres et doit être rétractée.
    Cela s’est poursuivi par une plainte au pénal, qui a été d’abord classée sans suite par un procureur dans un argumentaire d’une indigence qui donne le vertige quant à la crédibilité de la justice de nos jours pour les affaires sensibles.
    Pavan, se posait la question s’il n’était pas concevable de porter plainte contre un procureur qui n’a pas fait son travail, à savoir répondre à la problématique posée; il me semble que oui, mais je ne suis pas juriste ; un magistrat n’est malgré tout pas au dessus de tout, lui aussi doit respecter une certaine déontologie.
    Il y a eu donc un nouveau dépôt avec constitution de partie civile dont j’ignore ce qu’il en est advenu, a priori la procédure doit être en cours.
    Si quelqu’un a des informations plus précises et récentes à ce sujet, je suis preneur.
    Mais ce que je voulais signaler ici et ce qui me taraude depuis le début de ce feuilleton épidémique, c’est l’isolement total dans lequel Pavan s’est trouvé scientifiquement.
    La communauté mathématique où était-elle quand on a commencé à sortir des âneries autour de ce taux de contamination et sa formule magique calculant la proportion d’immunisés ?
    Une seule personne pour se lancer dans un tel combat ?
    j’ai apporté dès le début un soutien moral à Pavan, mais ma spécialité mathématique aux antipodes de ce genre d’études ne me permettait pas de l’accompagner mathématiquement.
    Et si Pavan avait raconté des blagues ? Il est tout aussi symptomatique que personne dans le milieu ne s’est hasardé à l’attaquer de front publiquement, pourtant les grands esprits modélisateurs comme le groupe d’ Alizon auraient pu s’en charger en grands promoteurs de la théorie « 0 covid » favorable à un confinement encore plus drastique que celui des autorités, sur la base qu’un mois de confinement aurait fait baisser le taux de moitié, le ramenant en dessous de 1, le fameux seuil fatidique conduisant à une extinction de l’épidémie. On a d’ailleurs pu voir en réel, que ceci a été complètement faux.
    Quand on pense que Villani, avec son aura de médaillé Fields, et de plus parfaitement dans la spécialité concernée par le sujet (la théorie de la diffusion) aurait pu donner son avis ; le fait de garder le silence malgré l’acceptation initiale d’une rencontre avec Pavan en dit long sur sa motivation à entrer dans l’arène.
    Pourquoi donc ce mutisme des mathématiciens qui auraient pu (et dû) jouer un rôle de premier plan pour informer publiquement du rôle frauduleux que jouent ces études qui bafouent la science ? La réponse est la même que pour d’autres couches de la société, peu de gens sont prêts à se mouiller pour défendre une cause.
    Les confinements avaient été ordonnés sur la base des modèles de Ferguson de l’Imperial College en Angleterre, escroc notoire qui s’était distingué ces 20 dernières années avec des exercices du même style, aux conséquences catastrophiques et en déconnexion complète avec la réalité.
    Cauchemez étant un élève de ce triste sire, qui n’a jamais été discrédité pour autant.
    C’est à ce moment que les vrais scientifiques auraient dû réagir, du moins passée la première période de sidération au courant de l’année 2020.
    De fait Pavan est resté seul.
    Mieux vaut tard que jamais, pour ce qui en est de ces deux articles qui doivent être diffusés partout où on peut le faire. Il est non moins évident qu’ils sont peu lisibles pour la très grande majorité du public, lequel s’affole dès qu’on parle de règle de trois et de pourcentage.
    Mais je pense par contre, qu’au cas où on voudrait essayer de nous refaire le même coup, de dénoncer systématiquement, comme vous le faites dans votre conclusion, ces modèles mathématiques appliquées à l’épidémiologie : ils sont toxiques et discréditent les scientifiques qui les laissent proliférer.
    Peut-être prévoir des textes, plus vulgarisés pouvant atteindre un grand public, permettant de discréditer préventivement une nouvelle utilisation de ces outils frauduleux.

    1. Oui, azibane la communauté mathématique est restée très silencieuse devant tout ce que vous dites et d’autres plus anciennes. Le secrétaire dit perpétuel de l’académie des sciences est un immunologiste très pro-vaccins et qui est intervenu à plusieurs reprises pour les défendre ou les promouvoir au nom de cette académie avec des arguments débiles sans que mathématiciens, physiciens et autres scientifiques pures et dures ne protestent. Avec l’entrée dans cette académie de 2 autres « sciences » la biostatistique et l’épidémiologie représentée par Dominique Costagliola cette académie est devenue une académie de médecine bis.
      Pour vous donner une idée du niveau, à la réunion de consensus des 11-12 septembre 2003 sur le lien entre vaccination HB et sclérose en plaques, elle planche en préliminaires pour présenter les différents types d’études épidémiologiques :

      « «Le résultat d’une étude d’association s’exprime par un risque relatif ou un odds ratio assorti d’un intervalle de confiance. »
      « Un risque de 3 avec un intervalle de confiance [1,1 ; 600] nous dit que l’étude manque grossièrement de puissance puisque le risque peut être à peu près n’importe quoi »

      Peut-on avoir un intervalle de confiance [1,1 ; 600] avec OR= 3 ?
      Le carré de l’odds ratio (3²=9) est le produit des bornes de l’intervalle de confiance : soit 600×1,1=660 !! Avec OR=3 et 1,1 pour la borne inférieure la borne supérieure vaut 8,18 !!!
      La démonstration est facile car on part d’un intervalle de confiance pour une loi normale qui est centré. Pour retrouver les odds ratios on en prend l’exponentielle qui transforme les sommes en produits, l’exponentielle du centre devenant l’odds ratio.

      C’est ça les tests statistiques appris sur logiciel sans support théorique vraiment assimilé… Il y a beaucoup d’autres « plaisanteries » mathématiques de ce genre.

      Vers l’an 2000 je veux parler de ces plaisanteries à un collègue dans un couloir. Il m’arrête aussitôt : « Il y a des gens sérieux qui s’en occupent !  » A la même époque, je partageais un bureau avec le statisticiens du département de mathématiques. Il me dira « on devrait interdire aux médecins d’utiliser la statistique, ils font n’importe quoi avec ! » Il était un peu plus conscient que l’autre collègue !

    2. « Mais je pense par contre, qu’au cas où on voudrait essayer de nous refaire le même coup, de dénoncer systématiquement, comme vous le faites dans votre conclusion, ces modèles mathématiques appliquées à l’épidémiologie : ils sont toxiques et discréditent les scientifiques qui les laissent proliférer.
      Peut-être prévoir des textes, plus vulgarisés pouvant atteindre un grand public, permettant de discréditer préventivement une nouvelle utilisation de ces outils frauduleux. » dit azibane.

      Entièrement en accord avec vous sur la toxicité de telles « études » qui discréditent non seulement les scientifiques mais aussi la discipline les mathématiques qui cautionne ainsi, par la rigueur qui lui est a priori attribuée, une caricature des mathématiques.

      Pour les modèles par équations différentielles j’avais présenté en novembre 2011 une communication affichée sur le sujet au congrès de la SFSP (société française de santé publique). Poster : https://p3.storage.canalblog.com/33/58/310209/69807519.pdf

      Mais le problème est d’avoir un porte voix suffisamment puissant pour se faire entendre ! Et des oreilles pour vous écouter et essayer de comprendre. Ce n’est pas simple, il y a des raisons culturelles bien ancrées qui offrent une résistance, même parmi les contestataires.

  3. En complément de ces deux articles, pour ceux qui sont intéressés par ce scandale Fisman qui a été utilisé chez nous en l’exportant via les agences de presse internationale, voici des références :

    1- https://www.midilibre.fr/2022/04/29/covid-les-non-vaccines-mettent-en-danger-les-vaccines-voici-pourquoi-10266643.php : un des médias français colportant un titre spectaculaire

    2- https://www.cmaj.ca/content/194/16/E573/tab-e-letters :
    La revue publiant l’article de Fisman, et surtout l’abondance des critiques qui se sont déchainées contre lui, dont Rancourt, auxquelles il a essayé, fort maladroitement de répondre

    3- https://viralimmunologist.substack.com/p/fiction-disguised-as-science-to-promote ?utm_source=%252Fprofile%252F60901543-dr-byram-w-bridle&utm_medium=r
    Une critique très détaillée de l’immunologiste le Dr Bridle qualifiant l’étude de « garage in and out »

    4- https://jessicar.substack.com/p/call-for-retraction-of-paper-entitled ?utm_source=%2Fprofile%2F40349025-jessica-rose&utm_medium=reader2&s=r

    5- https://odysee.com/@AussieFighter :8/Viral-Immunologist-Dr.-Jessica-Rose-Explains-The-Concerning-Information-Emerging-About-The-Compromised-Immunity-Of-The-Vaccinated.

    Analyses très détaillées de J. Ro justifiant une rétractation de l’article, comme Rancourt essaya de le faire, mais sans y parvenir. Comme on voit, nous sommes une nouvelle fois en pleine inversion, on publie les travaux frauduleux, et on refuse les travaux scientifiques qui dérangent.

    Sur les conflits d’intérêts :

    16-Pfizer & CMA are in bed together. In 2009 Pfixer gave CMA $780,000 to make continuing education program for doctors. https ://www.theglobeandmail.com/life/health-and-fitness/medical-association-takes-heat-for-pfizer-funding/article568583

    Pour la fin une perle de Fisman en interview : on voit à qui on a affaire !
    https://www.lifesitenews.com/blogs/canadian-doctor-compares-unvaccinated-to-murderous-drivers-citing-insane-study/

  4. Statistiquement, quelle malchance a un président de la République d’avoir près de lui, durant son discours, l’évanouissement de deux personnes ? Calcul à faire avant covid puis après.
    https://www.youtube.com/watch?v=QKxytN0wiB8
    Il est évident qu’après le covid, le pourcentage est plus élevé. Ce ne sont pas les Allemands qui diront le contraire, particulièrement le groupe parlementaire de l’AfD, qui a organisé les 11 et 12 novembre 2023 un symposium sur ce qui sera sans doute appelé plus tard un crime d’état.
    https://www.kla.tv/27938

    Autre calcul, quelle probabilité avait de mourir le célèbre journaliste sportif (59 ans) du Daily Mail, Mike Dickson, celui qui avait copieusement insulté de tous les noms Djokovic pour avoir refusé l’injection ?
    https://www.telegraph.co.uk/tennis/2024/01/17/daily-mail-tennis-writer-mike-dickson-dies-australian-open/

    Et puisque c’est à la mode aujourd’hui, combien y a-t-il de détransitionneurs 1%… 80%… ?
    https://www.youtube.com/watch?v=e4VhO4T5IvE&t=3109s
    Un sujet très occidental car en Russie on n’en fait pas la publicité :
    https://t.me/trottasilvano/32299

    Et pour s’amuser un peu, quelle chance a-t-on de pouvoir rigoler sur les mensonges et incohérences d’un ministre de la santé ?
    https://t.me/trottasilvano/32302

    1. Tétouan, on peut effectivement parler de crime d’état ! Et pas qu’avec le covid ! Pierre Chaillot par exemple a très bien expliqué la corruption de la médecine moderne avec le Gardasil :
      https://www.youtube.com/watch?v=PiGuBxoSJfQ

      Les milliardaires se construisent des bunkers, on pousse les gens à avoir une voiture électrique, des panneaux solaires, des éoliennes….. On cherche à baisser la population par tous les moyens (notamment avec les services de Santé, l’avortement etc….)…. Et on apprend par le pdg de Total Energies, Patrick Pouyanné, que l’Arabie saoudite n’aurait plus de pétrole facile d’extraction vers 2030.
      https://twitter.com/i/broadcasts/1ZkKzjobMDRKv
      Sans un pétrole pas cher on va se retrouver à vivre comme dans les années 1800. On ne pourra plus nourrir 7 milliards d’habitants.
      https://www.youtube.com/watch?v=NKEBmpUDuvI
      Il est donc vital de se préparer à cette échéance. Non pas en se construisant un bunker mais en se cherchant un coin à la campagne afin de vivre le plus possible en autarcie. Reste que si ce raisonnement est vrai, le moyen le plus simple de réduire la population est bien de provoquer une guerre mondiale. Et c’est là qu’un bunker pourrait être nécessaire contre le chaos, les radiations nucléaires, les hommes en armes mais ayant faim…..etc

    2. On peut se demander aussi comment est-ce possible que tant de personnes de la famille royale d’Angleterre mais aussi du pays soient malades :
      https://www.youtube.com/watch?v=pKbd1Ua42Ro

      Comme en France c’est forcément la même chose, saluons l’idée de ce gouvernement de prévoir pour fin mars le doublement des franchises médicales : le moment idéal pour remplir les caisses…
      https://twitter.com/realmarcel1/status/1749489801152143700

      Reste qu’il ne faudrait pas que la ministre de la Santé, Catherine Vautrin, fasse comme Simone Veil, en signant un accord franco-israélien visant à fournir des organes de citoyens français aux Israéliens alors que d’autres Français en attendent… Dans le cas actuel à des Anglais…
      https://lemediaen442.fr/scandale-detat-laccord-secret-franco-israelien-visant-a-fournir-des-organes-de-citoyens-francais-aux-israeliens/

      Mais avec un 1er ministre qui semble souffrir d’un manque de cocaïne et d’avoir déjà de nombreux cheveux blancs, s’attendre à tout !
      https://twitter.com/Poulin2012/status/1744778561167200466
      Il ne risque pas d’aller fourrer son nez du côté de l’ordre des médecins qui punit ses membres qui dénoncent les actes de pédophilie !
      https://twitter.com/silvano_trotta/status/1684807522102702081

      En tant que « Young Leader », Attal n’a pas dû apprécier cette courte vidéo :
      https://vk.com/video836982571_456239606
      ni celle du lendemain :
      https://twitter.com/benoitm_mtl/status/1747754131580756334
      Le discours du libertarien Javier Milei, le président d’Argentine, qui a pour projet l’inverse de celui des hommes de Davos, n’a pas dû non plus lui plaire !
      https://twitter.com/Myltraduction/status/1748026361321558405
      Heureusement, les services d’escorte sont « complets » lors du FEM. Ils sauront redonner confiance à ces young leaders venus grâce à plus de 1500 jets privés parler entre autres de pollution :
      https://www.zerohedge.com/geopolitical/dark-davos-escort-services-completely-booked-wef-begins
      Surtout qu’ils n’écoutent pas le discours du 22 janviers de S. Lavrov au Conseil de sécurité de l’ONU :
      https://www.youtube.com/watch?v=OGOb8S9TdRQ
      Car là drogues et prostitués ne suffiront pas à leur redonner le moral ! Et savent-ils que le corps médical est déjà sous tension ? Même les praticiens d’origine étrangère ont protesté ce 18 janvier devant le ministère de la santé :
      https://www.mediapart.fr/journal/france/180124/indispensables-mais-menaces-les-medecins-etrangers-alertent-sur-leur-precarite

      1. « Car là drogues et prostitués ne suffiront pas à leur redonner le moral ! »

        La couverture The Economist 2024 nous aide un peu à voir notre avenir !
        https://www.economist.com/cdn-cgi/image/width=1424,quality=80,format=auto/content-assets/images/20231118_COP002.jpg
        A gauche de l’urne (rappel que la moitié de la planète votera en 2024) on y distingue des cerveaux comme sous contrôle qui sont à rapprocher du livre ‘Surviving Evil: CIA Mind-Control Experiments in Vermont’ de Karen Wetmore, une des victimes du programme MK-Ultra :
        https://images.gr-assets.com/books/1419740719l/24136203.jpg

        Il ne faut pas s’étonner qu’après, parmi la caste globaliste, certains lobbyistes trans britanniques radicaux exigent que les écoles cessent d’appeler leurs élèves « garçons et filles » :
        https://www.aubedigitale.com/des-lobbyistes-trans-britanniques-radicaux-exigent-que-les-ecoles-cessent-dappeler-leurs-eleves-garcons-et-filles/
        Ils sont bizarres les Anglais. Que penser de cette famille ?
        https://www.dailymail.co.uk/femail/article-12972635/Woman-married-ragdoll-family-life-complicated.html

        Mais pour que les petits français ne soient pas jaloux des petits anglais, Attal prévoit donc ses séances d’éducation à la vie affective et sexuelle liées à des cours d’empathie, sans doute pour améliorer les derniers résultats désastreux des enquêtes PISA.

        Comme quoi il y a aussi plus préoccupant que les substances du vaccin covid que Nexus a traité ici :
        https://www.calameo.com/read/0046846992c05a7ecf5dd?page=1

        La grippe qui pendant ce temps pandémique avait disparu refait surface avec pour l’aider à survivre un chauffage coûtant souvent plus cher que le loyer, comme ici en Allemagne :
        https://www.bild.de/bild-plus/regional/hamburg/hamburg-aktuell/kosten-schock-in-siedlung-heizen-kostet-mich-mehr-als-meine-miete-86878046.bild.html

        Les crises cardiaques suites à des péricardites augmentent de même sur les enfants pré-adolescents. Et cela tout aussi bien en Israël qu’ailleurs en occident. Exemple ici d’un garçon de 8 ans. Mais on ne met pas en cause le vaccin covid (on s’y attendait) mais les médicaments qu’il prenait pour trouble déficitaire de l’attention et hyperactivité.
        https://www.mako.co.il/health-news/local/Article-d821fcae7211d81026.htm

        Tout cela risque de continuer avec les vaccins en patch annoncés par Bill Gates au FEM « Ils durent plus longtemps et couvrent bien plus »
        https://t.me/realwideawakemedia/1654
        Sans oublier ceux aéroportés qui peuvent être administrés directement dans les poumons.
        https://expose-news.com/2023/12/22/airborne-mrna-vaccines-are-being-created/

        Ne serait-il pas enfin temps de s’inquiéter sur l’influence anormale de ces gens et de big pharma comme Pfize ou Moderna ?
        https://expose-news.com/2024/01/03/modernas-influence-over-the-us-and-uk/
        Et cela avant que l’OMS mette en place « une police mondiale » pour empêcher les citoyens de publier des informations dans des médias indépendants.
        https://twitter.com/marianpy1/status/1749406429176357112?s=20

      2. Ah Gabriel Attal et les soirées chemsex !
        https://odysee.com/@PrinceActarus74:a/Gabriel-Attal-et-les-soir%C3%A9es-chemsex—J-D-Michel:3
        Cela semble une caractéristique occidentale. Non seulement on choisit des ministres jeunes sans expérience, avec souvent de faux diplômes, mais qui semblent apprécier la cocaïne. Celle de l’Education en Belgique ira-t-elle en proposer aux enfants du primaire ?
        https://planetes360.fr/belgique-50-pochons-de-cocaine-saisis-au-cabinet-de-la-ministre-socialiste-de-leducation-caroline-desir/

        La génération actuelle n’est plus celle du Prof Raoult, celle qui a connu la résistance :
        https://www.youtube.com/watch?v=cQoW2on8DLc

        Pourtant la population devrait résister à la tentation de l’OMS de s’octroyer toute prérogative à l’échelle mondiale sur la santé. On a bien vu avec le covid le nombre d’effets secondaires occasionnés par la thérapie génique. quand sera-t-il quand l’OMS rendra par son seul jugement (Big pharma l’aidant un peu) une autre thérapie expérimentale obligatoire ? Le nouveau traité sur le Règlement sanitaire international (RSI ) ne devrait-il pas être adopté lors de la 77e assemblée générale de 2024 ? Une chose est sûre, le président Macron l’encouragera :
        https://twitter.com/FranceONUGeneve/status/1528374881649364995
        comme il poussera à une guerre contre la Russie. Autant dire qu’il faut se préparer non seulement à une tyrannie sanitaire mais aussi militaire ! Il est étonnant de voir comment les États-Unis se sont mis dans la poche l’Ukraine. Le ministre russe a noté que les États-Unis avaient acquis les usines et les entreprises les plus précieuses du pays, les terres les plus fertiles sous bail perpétuel de l’Ukraine et tiraient grand profit des fournitures militaires qu’ils faisaient à l’Ukraine (sans oublier la vente aux autres pays européens). Sergueï Lavrov a déclaré que Moscou était prêt à négocier sur la crise ukrainienne, mais uniquement aux conditions de la Russie. Il a conseillé «de bien prêter l’oreille» à l’appel à la paix de la Russie, «il est encore temps». Sans doute que quand la terre en Ukraine s’assèchera au printemps, il sera trop tard. Le représentant chinois, lui, s’est spécialement rapproché du chef du ministère russe des Affaires étrangères et lui a serré la main de manière très visible pour tout le monde.

        Dans le scénario SPARS 2025-28 (publié en 2017) il était déjà prévu la communication que devaient avoir les politiques en cas d’effets secondaires trop difficiles à cacher. Voir le site de l’Université Johns-Hopkins. Cela va rappeler à certains l’EVENT 201 (2019). Mais toutes les mesures appliquées étaient déjà prévues dans l’exercice de simulation 2018 (CLADE X).
        https://twitter.com/Dr_Steph_GAYET/status/1749364926894792959

        S’attendre donc à une autre pandémie et à une guerre en occident. Que les médecins se préparent.

      3. Il est vrai que vu de l’étranger, la France est vue comme étant en pleine décadence :
        https://twitter.com/PChaibriant/status/1750763365717131495
        Il suffit de voir le genre de livres que l’on préconise aux petits, comme celui d’Élise Gravel :
        https://twitter.com/EricArchambaul7/status/1750620899454181584
        On comprend le salaire de la ministre de l’Education (cela la motive à continuer dans la déraison ) :
        https://www.cjoint.com/doc/24_01/NABigC683Bz_Vid%C3%A9o-de-Foulk-Barthelemy.mp4
        Mais ces absurdités viennent d’en haut ! Du cerveau du FEM :
        https://www.aubedigitale.com/cerveau-du-fem-les-droits-de-lhomme-sont-une-fiction-tout-comme-dieu/

        Intéressant témoignage d’un médecin qui répond à la question : pourquoi sa succession était aussi difficile et pourquoi il ne laissait pas tout tomber pour profiter enfin de sa retraite : « vous pensez ce que vous voulez, vous faites ce que vous voulez, mais ces vaccins anti-covid cela tue les gens et les rend malades, je ne peux pas les abandonner maintenant. » Et il explique le nombre de cas d’AVC et de crises cardiaques qui ont explosés, le nombre de cancers fulgurants jamais vu auparavant, mais aussi ces femmes, jeunes, n’ayant plus leurs règles et l’inverse, ces femmes ménopausées, qui se sont mises à en avoir de nouveau. « Les autres médecins et pharmaciens de la ville savent tous que ces vaccins sont un poison, mais ils ont peur. Ils savent que s’ils dénoncent ces vaccins, ils ne pourront plus exercer. Alors ils font tout maintenant pour dissuader les gens de se vacciner, et cherchent les meilleurs solutions pour les soigner. »
        https://twitter.com/silvano_trotta/status/1750964809296691314?s=20

        Steve Connolly, vétéran de la guerre d’Irak et souffrant d’alcoolisme, a lui aussi été horrifié par tous les morts et les mourants qui l’entouraient, non pas dans les champs de bataille irakiens, mais dans les réunions des Alcooliques Anonymes (AA) à partir de 2021, après l’introduction des vaccins Covid-19 :
        https://www.zejournal.mobi/index.php/news/show_detail/29447

        Evidemment, l’excipient dangereux du vaccin Pfizer était caché par les autorités de santé :
        https://crowdbunker.com/v/2FNQBFx4dB

        Cela n’empêche pas l’OMS Europe d’appeler à une nouvelle vaccination « urgente » contre la rougeole :
        https://archive.is/Ylb7T

    1. Ils vont en sauver un peu plus tard car comme disait Kamala Harris : « Lorsque nous investissons dans l’énergie propre et les véhicules électriques, et que nous réduisons la population, davantage de nos enfants peuvent respirer de l’air pur et boire de l’eau propre »
      https://twitter.com/RNCResearch/status/1679988366618624000
      Un facteur oublié par Hélène Banoun qui pense seulement que tout cela n’est dû qu’à une histoire d’argent :
      https://www.youtube.com/watch?v=0lir155lF3c&t=2s

  5. Dans l’article précédent (1ère partie) je supputais que l’HCQ était écartée du marché $$$ pour faire de la place à un vaccin contre la malaria, le vaccin R21/Matrix-M qui vient d’être approuvé par l’OMS
    et bingo ! à ceci près que dans le cas de figure il s’agit du vaccin RTS,S/AS01E, distribué sous la marque Mosquirix, un vaccin à base de protéines recombinantes actif contre Plasmodium falciparum.

    Dans la courte vidéo de l’article france24 on entend (à 1’16) Kate O’Brien, directrice de la vaccination à l’OMS, dire qu’il a été démontré que les vaccins réduisent de moitié les cas de paludisme au cours de l’année suivant la vaccination, et, ce niveau d’efficacité augmente lorsque ce vaccin est administré de manière saisonnière. Dans ce cas cela prévient environ les trois quart des cas de paludisme. »
    D’autres pays d’Afrique doivent se lancer prochainement dans une vaccination à grande échelle, notamment le Burkina Faso, le Niger, et la Sierra Leone.
    Donc efficacité 50%, puis 75 % avec l’abonnement saisonnier…

    « Paludisme : le Cameroun lance la première vaccination systématique au monde »
    https://www.france24.com/fr/afrique/20240122-paludisme-le-cameroun-lance-la-premi%C3%A8re-vaccination-syst%C3%A9matique-au-monde

    Ces vaccins ont-ils été testés sur des nourrissons ?

  6. Les modélisations statistiques, nouvel outil d’asservissement ?

    Pareillement que dans le domaine de la santé, concernant le (supposé ou très relatif) réchauffement climatique ce sont les « modélisations informatiques » (dont l’IA ne sera qu’un appendice probablement plus difficile à mettre en défaut sans connaissance de la programmation du logiciel) qui conditionnent (par ignorance ou volonté d’un obscur biopouvoir pour leurs propres intérêts ?) les politiques dans le monde quand bien même elles sont prises en défaut.

    Ce qui faisait dire à Jacques Duran, physicien directeur de recherche au CNRS fondateur du célèbre site Pensée Unique et pionnier du climato-réalisme en France, « Tant que les modélisations informatiques n’auront pas résolu leurs (graves) problèmes de divergence avec les observations, il est, sans doute, pour le moins prématuré d’anticiper l’avenir de la planète dans l’état actuel de nos connaissances et de mettre en place des mesures contraignantes qui peuvent s’avérer lourdes de conséquences.
    Ainsi, dans l’état actuel des choses, nous ne voyons rien, ni dans les observations objectives ni dans les modèles manifestement pris en défaut qui puisse affecter le bien-être futur de nos enfants et de nos petits enfants (fréquemment invoqué dans les médias et jusques et y compris dans les déclarations politiques les plus officielles) qui, sans doute, dans quelques années, s’ils n’ont pas eux-mêmes sombré dans le pessimisme généralisé, s’interrogeront (ou s’amuseront), au sujet de l’étrange psychose collective qui s’est emparée d’une proportion notable des dirigeants et des communicants de notre planète en ce début du XXIe siècle. »

    Modèles mathématiques et haine du genre humain

    (…) Depuis quelques décennies, un organisme créé par l’ONU, le GIEC, nous pond de temps en temps un rapport d’évaluation avec des modèles mathématiques d’une précision relative puisque les résultats des différents scénarios affichent une dispersion de 300%, une paille. Dans la réalité il se trouve que les observations donnent un résultat inférieur à l’estimation la plus prudente :

    * Image : Global Mid-Troposphéric Temperature Variations- Models vs. Observations
    Si l’on s’en tient aux données des ballons météo et des observations satellite météo Avg 4 Balloon datasets — Avg 3 Satellite datasets, l’augmentation de la T° est de l’ordre de 0,1 degré en moyenne depuis 1979, là où les modélisations statistiques du GIEC CMIP5 – Coupled Model Intercomparison Project Phase 5 — sont 10 fois supérieures sur la base de d’une moyenne de collectes de données éparses*, et donc alarmistes !

    https://i0.wp.com/reseauinternational.net/wp-content/uploads/2023/03/image-262.png?ssl=1

    En 2019, Richard Lindzen déclarait : « Ce que les historiens se demanderont certainement au cours des siècles à venir, c’est à quel point une logique imparfaite, obscurcie par une propagande astucieuse et implacable, a en fait permis à une coalition de puissants intérêts spéciaux de convaincre presque tout le monde dans le monde que le CO2 provenant de l’industrie humaine était un danger, destructeur de la planète. On se souviendra de lui comme de la plus grande illusion de masse de l’histoire du monde – que le CO2, la vie des plantes, était considéré pendant un certain temps comme un poison mortel. »

    Mais ces gens du GIEC sont très compétents, pensez qu’ils parviennent à nous expliquer qu’un gaz rare, comme le CO2, qui représente 0,0415% de l’atmosphère est ce pelé, ce galeux qui est responsable du réchauffement climatique, et que c’est l’homme, qui émet environ 4% des émissions totales de CO2 (96% étant de provenance naturelle, principalement du dégazage des océans qui contient 60 fois plus de CO2 que l’atmosphère). Ces grands scientifiques nous expliquent doctement que c’est à cause de la rétroaction positive de la vapeur d’eau… sauf que dans les nuages à grande dynamique verticale (les cumulonimbus) la rétroaction constatée est… négative !

    https://reseauinternational.net/modeles-mathematiques-et-haine-du-genre-humain/

    http://web.archive.org/web/20150810193724/http://www.pensee-unique.fr/news.html#hvs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Adhérer à l’AIMSIB

Rejoignez-nous !

Faire un don

Participez à notre développement

Derniers commentaires

Comme + de 4000 personnes, ne ratez pas notre prochain article !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le directement dans votre boite email !

Nous sommes aussi sur vos réseaux sociaux préférés ! Venez intéragir !

Aller au contenu principal