Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Quand Bigpharma s’attaque aux malades de la SEP et engrange des milliards de dollars

Pour ceux qui doutent de l’éthique lamentable qui peut régner dans certains  grands laboratoires pharmaceutiques, en voici un exemple radical ici: Par l’utilisation de deux biais statistiques absolument volontaires (arrêt prématuré de l’étude, biais d’attrition d’une ampleur éhontée) la société Biogen a réussi à hisser en tête des ventes un interféron sans intérêt, avec prix Galien 1998 à la clé. C’est « Encéphalix » qui s’y colle aujourd’hui, sa femme ayant subi ce traitement pendant quelques mois avec des résultats désastreux à la clé, mais pour quelle raison? Bonne lecture.

 

Dans des articles précédents 1,2,3,4 nous avons pu voir que les auteurs d’études et méta analyses réalisées pour dédouaner la vaccination (notamment anti-HBV) dans la survenue de la sclérose en plaques (SEP) sont passés à côté de signaux statistiques forts.

La sclérose en plaque est une pathologie inflammatoire démyélinisante du système nerveux central dont l’unique traitement était l’administration de corticoïdes lors des poussées jusque dans les années 1990, date à laquelle les premiers traitements de fond ont été mis sur le marché.

Aujourd’hui ces traitements sont des immunomodulateurs et des immunosuppresseurs5. Ils sont classés en traitements de première ligne (interférons, acétate de glatiramère, diméthylfumarate…) et de deuxième ligne en cas d’échec des premiers ou de pathologie très active (natalizumab, fingolimod et ocrelizumab).

Parmi les 4 interférons aujourd’hui sur le marché (Betaferon©, Rebif©, Plegridy© et Avonex©), intéressons-nous à l’Avonex© qui est rapidement devenu le leader mondial.

Les interférons font partie des « blockbusters » qui ont rapporté plus de 2.36 milliards de dollars en 2018 à Biogen6 :

Tab-1: Répartition du chiffre d’affaire apporté par différentes molécules du laboratoire Biogen

 

L’étude qui a permis d’obtenir l’AMM (autorisation de mise sur le marché) auprès de la FDA (Food and Drug Administraition) et de l’EMA (European Medicines Agency) comportait malheureusement un biais manifeste.

Contrairement à l’EMA, la FDA ré-analyse les données qui lui sont présentées par le fabricant en vue de l’obtention de l’AMM et a vu la supercherie. Cependant, l’AMM a pourtant bien été délivrée.

Cet article reprend des informations publiées par un neurologue qui travaillait pour un laboratoire pharmaceutique concurrent et qui fabriquait également des interférons pour le traitement de la SEP7.

La première « bizarrerie » du dossier présenté à la FDA est que la molécule testée lors de l’étude n’était pas celle qui fut commercialisée sous le nom Avonex©.

L’interféron de l’étude et l’interféron Avonex© sont obtenus par des techniques différentes. Nous l’apprenons grâce à une plainte déposée par le laboratoire Berlex qui détenait le monopole du traitement de la SEP par interféron aux USA8 (Betaferon©).

Extrait de la plainte du laboratoire Berlex

Trad: « L’autorisation de mise sur le marché d’Avonex© par la FDA le 17 mai 1996 marqua la première fois que la FDA approuvait la fabrication et la vente d’un produit biologique sans exiger la réalisation d’essais cliniques complets sur ce produit. En autorisant Avonex, la FDA a autorisé Biogen à s’appuyer sur les résultats d’une étude clinique de l’interféron bêta d’une autre société, connu sous le nom de BG9015, après avoir conclu que le BG9015 était « comparable » à Avonex©. »

En lisant le rapport de la plainte, on remarque que la FDA avait refusé une première fois de délivrer l’AMM en indiquant que les deux interférons (celui de l’étude et celui qui sera commercialisé) ne sont pas comparables. La deuxième fois fut pourtant la bonne…

L’étude initiale, de phase III, devait inclure 301 patients répartis en deux groupes : 158 patients reçoivent l’interféron, 143 reçoivent le placebo. La durée de l’étude devait être un suivi des patients pendant 2 ans. Le critère d’évaluation principal est la progression du handicap qui est représentée sur des courbes de survie :

Tab-2: Progression du handicap

Un des critères secondaires était la fréquence des poussées. Les résultats de l’étude concernant les poussées sont présentés dans le rapport de la FDA en 199610. Un résumé est présenté dans le tableau ci-dessous :

Tab-3: Fréquence des poussées de SEP

On remarque que sur les 301 patients inclus dans l’étude au départ, seulement 57.1% ont été suivis pendant les 2 ans prévus initialement (87 patients dans le bras placebo et 85 patients dans le bras Avonex©). L’essai a donc été arrêté prématurément par le sponsor qui en regardant les courbes de survie concernant la progression du handicap a estimé que son produit était efficace sans besoin d’aller au bout de l’étude.

Pour analyser des courbes de survie, il faut respecter certains critères : les patients qui ont été sortis de l’étude ou suivis sur une période plus courte doivent avoir le même profil évolutif que ceux qui seront suivis pendant la totalité de l’étude.

Malheureusement, ces critères ne sont pas respectés.

Nous voyons dans le tableau précédent que les patients suivis moins de 2 ans font plus de poussées sous Avonex© (+28.8% par rapport au bras placebo). En éliminant les « mauvais patients » dans les analyses à 2 ans de suivi, le résultat ne peut être que bénéfique…

La FDA l’a bien remarqué dans son rapport :

FDA, extrait

Trad: « Ces analyses montrent que les patients qui ont été suivis dans l’étude au moins 2 ans ont bénéficié du traitement par interféron aussi bien la 1e année que la seconde. Cependant, les patients qui ont été inclus plus tardivement dans l’étude n’ont semble-t-il pas tiré profit du traitement pendant la 1e année. En réalité, la tendance est vers plus de poussée sous interféron. »

Pour justifier cette différence, le laboratoire Biogen a prétendu que l’efficacité d’Avonex© augmentait avec le temps… Cela permettait de passer sous silence la différence entre les patients suivis moins de deux ans et ceux suivis 2 ans. De plus, cela justifiait la faible efficacité sur la population totale après un an de traitement (-9.6% bras Avonex© vs bras placebo).

Là encore, cet argument est faux puisque les patients traités par Avonex© suivis pendant les 2 années ont des taux annualisés de poussée plus faibles de -28.7% et -30.8% respectivement en année 1 et 2 par rapport au bras placebo. Ces taux sont très proches.

La meilleure efficacité apparente d’Avonex© chez les patients suivis 2 ans est uniquement liée à l’élimination des « mauvais répondeurs ».

La conclusion logique de la FDA est donc :

Trad: « Rien n’indique que le bénéfice de l’interféron soit retardé après le début du traitement. Il y a peut-être une différence entre les patients inclus tôt et ceux inclus plus tard dans l’étude » (c’est-à-dire entre ceux suivis pendant deux ans et ceux suivis moins de deux ans).

Trad: « Les patients retirés de l’étude avant d’avoir atteint les durées de suivi à 1 an et 2 ans ont été éliminés des calculs. Cela peut fausser les résultats en éliminant les patients qui se sont retirés de l’étude à cause d’une progression de l’activité de leur maladie. L’analyse du sponsor élimine de ses calculs énormément de patients. »

La FDA confirme que les patients éliminés ont un profil évolutif différent des patients inclus dans les calculs !

Le seul résultat qui a été obtenu sur l’ensemble des patients randomisés est le -9.6% du tableau précédent. Les patients sous Avonex© ne peuvent donc espérer qu’une baisse de 9.6% de la fréquence des poussées. Malheureusement, ce résultat n’est pas significatif d’un point de vue statistique et peut donc être lié au hasard… (cf tableau ci-dessous, extrait du rapport de la FDA) :

La progression du handicap souffre du même biais puisqu’en début de maladie, le handicap progresse en fonction des poussées (cf courbe de survie en début d’article).

La revue Cochrane a publié une méta-analyse des traitements de la SEP11. Dans cette étude, le rapport bénéfice risque est négatif pour Avonex© car les comparaisons avec d’autres interférons ont montré sa plus faible efficacité.

Conclusion :

L’essai ayant permis d’obtenir l’AMM a été truqué et les autorités en charge de la régulation ont délivré l’AMM en toute connaissance de cause comme le démontre le rapport de la FDA.

Très rapidement, Avonex© est devenu le leader mondial des interférons et donc des traitements de première ligne dans la SEP. Ce succès s’explique par son mode d’administration pour les patients (1 seule injection par semaine contre 3 pour le Rebif© ou Betaferon©) et une molécule un peu mieux supportée par rapport au Rebif (interféron bêta-1-a comme Avonex©) puisqu’elle est plus faiblement dosée (30 µg/semaine vs 3×44 µg/semaine pour Rebif©).

Jusqu’à preuve du contraire, Avonex© ne semble pas être plus efficace qu’un placebo concernant la fréquence des poussées de SEP. Il est pourtant remboursé à 65% par la sécurité sociale. Au 18/08/2019, son prix est de 698,94€ pour 4 seringues soit 1 mois de traitement12.

La perte de chance pour les patients traités avec Avonex© est énorme. La progression de la maladie suivra au mieux l’évolution naturelle et au pire sera accélérée comme nous avons pu le voir dans les données publiées plus haut (plus de poussées chez les patients sous interféron vs placebo). Comme pour toute molécule, Avonex© présente évidemment des effets secondaires. Ils sont fréquents et peuvent diminuer la qualité de vie du patient (syndrome grippal, fièvre, fatigue…).

Dans tous les cas, un patient qui fera une poussée sous Avonex© sera considéré en échec thérapeutique par son neurologue qui lui prescrira alors un traitement de deuxième ligne tel que le natalizumab de chez… encore Biogen.

Ce traitement de deuxième ligne implique pour le patient une hospitalisation une fois par mois et une prise de risque concernant des effets secondaires graves non négligeables à court, moyen et long terme qui aurait pu au moins dans un premier temps être évité si le patient s’était vu prescrire un interféron efficace.

Cette situation honteuse dure depuis plus de vingt ans. Combien de patients et de neurologues continuent encore à utiliser ce produit non seulement inefficace mais qui en plus éloigne les malades de prises en charges thérapeutiques efficaces? Mais qui s’en soucie…

 

Sources
1 – https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2019/07/18/coqueluche-hepatite-b-vaccins-combines-tout-comprendre-en-180-pages/
2 – https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2019/06/11/sep-et-vaccination-anti-hepatite-b-derniers-developpements-tres-agacants/
3 – https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2019/02/03/vaccin-hepatite-b-et-sclerose-en-plaque-comment-bien-sorganiser-pour-ne-rien-voir/
4 – https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2018/08/09/sep-et-vaccination-anti-hbv-bernard-guennebaud-repond-a-lordre-des-medecins-partie-1/
5 – https://www.has-sante.fr/jcms/p_3077218/fr/sclerose-en-plaques-le-point-sur-la-strategie-therapeutique
6 – https://www.sec.gov/Archives/edgar/data/875045/000087504519000006/biib-20181231x10k.htm
7 – http://www.etudes-et-biais.com/454/
8 – https://www.leagle.com/decision/1996961942fsupp191959.xml
9 – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8602746
10 – https://www.accessdata.fda.gov/drugsatfda_docs/nda/96/103628Orig1s000rev.pdf
11 – https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23744561
12 – http://www.doctissimo.fr/medicament-AVONEX.htm

Image source : https://www.woltersadvertising.com/portfolio-posts/biogen-idec/

8 Responses

  1. Le Prix Galien (équivalent du prix Nobel pour la recherche bio-pharmaceutique) doit-il rester une référence ?

    Il fut accordé au Vioxx™ (rocecoxib MSD) en France en 1999 avant d’apprendre que cette « innovation pharmaceutique » avait peut-être tué plus de 20 000 américains entre 1999 et 2003, et probablement des dizaines de milliers de morts dans le monde.
    FDA Estimates Vioxx Caused 27,785 Deaths https://www.consumeraffairs.com/news04/vioxx_estimates.html
    Face à des erreurs d’appréciation scientifique aussi énormes sur des nouveaux médicaments, un peu d’humilité et de prudence devrait naturellement s’imposer dans la communauté scientifique et médicale.

    1. La liste des cochonneries majeures distinguées par le prix Galien fera certainement l’objet d’un article un de ces jours. Tu oublies la Simvastatine, le Gardasil, le Protelos…

      1. Ravi de vous inspirer cher Vincent.
        Biogen est abonné au Prix Galien, après l’AVONEX© en 1998, le TYSABRI® (natalizumab) en 2009, il le décroche en 2018 avec le SPINRAZA®(nusinersen), utilisé dans le traitement de l’amyotrophie spinale, mais attention, présentant selon l’ANSM des risques d’hydrocéphalie communicante … Une collection de médailles qui devrait blockbuster ses ventes, enfin pour l’instant.

  2. En 2014 Elena Pasca avait publié sur son site Pharmacritique un article sur le même sujet fort bien troussé et documenté du Dr Alexis CLAPIN, neurologue de formation qui a travaillé 20 ans dans l’industrie pharmaceutique (…) dont l’analyse et les conclusions vont dans le même sens que celui-ci. Il ne manquera pas j’imagine d’intéresser beaucoup d’aimsibiens et de lecteurs qui ne le connaîtraient pas déjà.
    Bonne lecture

    Avonex dans la sclérose en plaques: Essai clinique biaisé et mauvaise évaluation rapportent 28 milliards à Biogen
    http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2014/09/10/avonex-dans-la-sclerose-en-plaques-exemple-de-mauvaise-evaluation-des-medic.html

    Pour en savoir plus sur l’auteur et même davantage, comme il a eu la discrète amabilité de mettre un lien dans son article vers son Blog autant que tout le monde en profite:

    Début de l’histoire
    Posted on 25 mars 2013 by Alexis in Article, Relations EMA
    Pourquoi ce blog ?

    J’aime beaucoup les biais dans les évaluations scientifiques, en particulier dans les essais cliniques.

    Ayant longtemps analysé des essais cliniques ou des études épidémiologiques, je me suis très souvent posé la question suivante : et si j’avais voulu biaisé l’essai comment aurais je pu faire ?

    Et puis un jour, j’ai eu l’impression d’avoir trouvé mon maître.

    Comme les biais m’amusent, j’ai décidé de créer un blog sur ce sujet.

    Je vais d’abord me présenter puis je vous présenterai mon maître.
    [……………..]
    http://www.etudes-et-biais.com/454/

    1. @ djama. Ben mon fils qui est chercheur en Suisse a bien fait de ne pas accepter un poste dans ces labos de big pharma, il n’aurait pas supporté qu’on lui force la main. Post Doc et chercheur Junior il travaille heureusement dans un domaine peu connu et demandé pourtant dans les deux plus grands site de recherche de ce pays et hormis le « tracasseries » administratives de la belle Helvétie, il « s’éclate là bas … bien plus qu’à Grenoble

  3. Atteinte d’une SEP peu évolutive (2 poussées en 27 ans), j’ai des troubles cognitives modérés, la fatigue & quelques signes de faiblesse côté motricité.

    Diagnostiqué en 1993, le cortison était un remède très efficace & peu couteux (donc pas de traitement de fond). En France depuis 2001, j’ai consulté des neurologues qui voulaient absolument me prescrire, un traitement de fond, En 2013, suite à un gros coup de fatigue, je vais voir un neurologue qui insistait lourdement pour me faire démarrer un traitement de fond avec aubagio ou tecfidera sans avoir pris le temps de consulter mes IRM (des contrôles annuelles). J’avais l’impression qu’il y essayait de faire travailler les entreprises pharmaceutiques à tout prix sans prendre en compte l’état du patient. ça aura coûté cher au prix de vente de ces 2 médicaments.

    Étant trilingue, je me suis documenté & renseigné ce qu’il se passe en Suisse, aux États-Unis, Canada & en Allemagne. Donc de sérieux doutes sur la médecine conventionnelle & les critères de choix des neurologues.

    En 2019, je tombe sur un neurologue à Toulouse qui m’explique qu’a mon âge (54 ans) et vu l’évolution de ma SEP, la mise en place d’un traitement de fond était complètement inutile et donc pas nécessaire. Me voilà rassuré ! Le patient est un marché & les bénéfices & CA des entreprises pharmaceutiques & les RDV au long d’une vie d’une SEP, ça représente beaucoup d’argent.

    1. Avez-vous lu le Seignalet ? (précautions alimentaires uniquement)

      Sur 46 cas il obtenait († en 2005) 13 rémissions complètes, 20 améliorations nettes, 8 améliorations de 50%, 1 échec.

      Encore ne parlait-il pas (à ses patients) du Dr Catherine Kousmine (pourtant son inspiratrice de départ) ni de (j’ai mis 20 ans à le reconstituer à partir de ses 3 bouquins) son exclusion des lipides à plus de 14 % de saturés (saturés qui consomment 1 à 2 fois leur poids de pluri-insaturés pour les lécithines nécessaires à leur digestion), ni de ses 15 g/j d’acide linoléique (di-insaturé) et 5 g/j d’acides linoléniques [tri-iinsaturés (dont l’acide gamamlinolénique, extraordinaire anti-inflammatoire bien que classé oméga.6 par les poseurs : les cascades enzymatiques n’ont aucun intérêt pratique en nutrition)].

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le site est modéré. Ne vous impatientez pas si votre commentaire n'apparaît pas rapidement.

Adhérer à l’AIMSIB

Rejoignez-nous !

Faire un don

Participez à notre développement

Derniers commentaires

Comme + de 4000 personnes, ne ratez pas notre prochain article !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le directement dans votre boite email !

Nous sommes aussi sur vos réseaux sociaux préférés ! Venez intéragir !

Aller au contenu principal