Tout a été fait – et tout est fait – pour nous faire croire que baisser le cholestérol ou prendre une statine nous protégerait des affections pulmonaires, provoquées notamment par des bactéries ou des virus. Des études épidémiologiques et des analyses de sous-groupes extraits d’essais cliniques (après les avoir désaveuglés, quelle honte !) organisés pour de toutes autres hypothèses, puis des méta-analyses supposées dire LA vérité – simplement parce qu’elles sont « méta » ; certes seuls des grands naïfs (il y en a beaucoup …) peuvent se laisser piéger – ont proclamé ces sornettes, évidemment reprises en chœur par des médias compatissants …

Et tout ça en l’absence totale d’essai clinique bien fait susceptible de donner quelques consistances à des théories qui vont à l’encontre du simple bon sens ; à condition de posséder un minimum de connaissance de notre physiologie.

Pourquoi aucun industriel n’a organisé un tel essai clinique ?

Parce que, malgré les apparences, il y a quelques cerveaux, dans les états-majors de BigPharma et dans une période où de Nouvelles Règles des Essais Cliniques ont été imposées – et en conséquence biaiser les essais cliniques devient un sport dangereux – ils ont sans doute pensé que le jeu n’en valait pas la peine.

Contrairement à des investigateurs rémunérés par l’État français qui, eux (naïfs ou cyniques) ont trouvé un financement public pour tester cette hypothèse.

Ces investigateurs français publient leurs résultats totalement négatifs début octobre 2013 dans le journal officiel des médecins américains, le très fameux JAMA. Le premier auteur est un certain Papazian Laurent, sans doute un gentil garçon, domicilié à Marseille. On pourrait penser que ces investigateurs rendent service à la science et à la médecine en démontrant que les statines ne protègent pas les patients en détresse respiratoire, mais leur façon de présenter les choses n’est pas correcte.

Pourquoi ?

Ils nous disent en effet qu’ils ont arrêté leur essai après avoir recruté 300 patients pour cause de “futility”. C’est comme ça qu’on dit en Anglais pour justifier l’arrêt d’un essai qui à l’évidence ne vérifie pas l’hypothèse testée, rendant sa continuation inutile, façon de traduire futile.

Curieusement, nos amis éludent le fait qu’ils observent avec la statine (et par rapport au placebo) une augmentation de la mortalité à 28 jours de près de 50%. On est à la limite de la signification statistique, 3 patients de plus et c’était significatif.

Il était donc urgent de stopper cet essai ; mais pour d’autres raisons qu’une quelconque “futility” ; parce que la statine tuait certains patients.

C’était donc pour des raisons éthiques et humanitaires qu’il fallait arrêter prématurément cet essai !

Cette évidente toxicité aurait dû être anticipée. En effet, les lipoprotéines (notamment celles qui sont riches en cholestérol) constituent notre première défense immunitaire, y compris contre les virus. Abaisser leurs concentrations dans le sang ne pouvait qu’aggraver les conditions immunitaires de ces patients – leur risque d’infection maligne – ce qu’on a vu dans cet essai évidemment ; ils ne pourront plus dire qu’ils ne le savaient pas !

Ils auraient dû le savoir ! Il eût suffi de m’avoir lu … moi en français ou d’autres en anglais !

Les médecins doivent savoir que les statines augmentent la sévérité des pneumopathies infectieuses et probablement augmentent aussi le risque de les attraper ! Simple bon sens !

Tous (à Marseille et ailleurs) devraient savoir que les personnes qui naissent avec des capacités faibles de synthétiser le cholestérol (par transmission d’anomalies génétiques) ont un système immunitaire défaillant ; et la première chose que les médecins qui prennent en charge ces patients doivent faire c’est augmenter leur cholestérol pour les protéger des maladies infectieuses. On y arrive un peu par des stratégies nutritionnelles spécifiques, mais seulement pour le cholestérol (ou les lipoprotéines) circulant(es) !

Mon conseil : si vous avez l’impression que vos défenses anti-infectieuses sont un peu faibles, arrêtez votre statine ; si vous avez des problèmes pulmonaires, arrêtez votre statine !

Évidemment, il faut en parler avec votre médecin. Apportez-lui mes livres, ça aidera …

Malheureusement, pour le cholestérol du cerveau – dont la synthèse est également diminuée chez ces patients, avec des conséquences tragiques pour les capacités intellectuelles, et affectives – on est incapable de corriger le défaut (en cholestérol) car les lipoprotéines ne passent pas la barrière hémato-méningée et ne peuvent pas compenser le défaut de synthèse cérébrale …

Par contre, les statines passent la barrière hémato-méningée et, de façon variable (fonction des doses et autres paramètres), perturbent les fonctions neuronales.

La FDA – l’équivalent d’une Autorité du médicament aux USA – a d’ailleurs lancé une alarme en 2012 pour avertir les médecins américains que les statines provoquaient des troubles de la mémoire.

C’est aussi comme ça que commence l’Alzheimer.

Mon conseil aux médecins et aux familles qui suspectent un début d’Alzheimer chez un proche : d’abord stopper la statine, puis supplémenter avec des oméga-3, avant de persister dans ce diagnostic. On a vu des miracles !

Comme pour l’effet des statines sur le diabète, les Autorités Françaises n’ont pas encore, à ma connaissance, alerter les médecins français à propos de la toxicité neurologique des statines.

J’aimerais qu’on m’explique où le système français s’avère défaillant !

Au contraire, certains experts – certains proches des Autorités – persistent à dire que les statines protègent le cerveau, probablement la même engeance qui prétendait que les statines protégeaient nos poumons …

La honte les fera-t-elle disparaître sous terre, ces mécréants ?

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de

nunc dapibus adipiscing quis commodo ut facilisis