Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La résistance à la vaccination Covid-19 est-elle un « problème » ?

escape

Nous nous faisons ici le relai d’un très bel article canadien* qui, bien que long et complexe, expose magistralement deux champs importants de la crise Covid : quel fut l’apport réel et documenté des vaccins à ARNm pour traverser cette crise, et par quelles fourberies sémantiques le public a dans l’ensemble accepté de s’y soumettre, personnel soignant en tête pour une grande partie d’entre eux. Comment réussir à faire rejeter l’autre avec horreur et répulsion, s’il n’est pas vacciné ? Facile, les auteures vous en expliquent la méthode, absolument immorale autant que profondément efficace. Bonne lecture. 

 

Résumé : Avec le lancement de la campagne mondiale de vaccination COVID-19 en décembre 2020, la vaccination est devenue obligatoire pour de nombreux professionnels de la santé dans le monde entier. D’importantes minorités se sont opposées à cette politique, et les réponses des autorités à cette résistance ont entraîné des atteintes à la réputation professionnelle, des pertes d’emploi et la suspension ou la résiliation des autorisations d’exercer. L’effet conjugué des licenciements, des retraites anticipées, des changements de carrière et des lésions dues aux vaccins, qui ont empêché certains travailleurs de la santé d’être performants, a exacerbé les crises existantes au sein des systèmes de santé. Néanmoins, les principales autorités sanitaires ont maintenu que les avantages d’une main-d’œuvre entièrement vaccinée – censée protéger les systèmes de santé, les populations de patients vulnérables et même les travailleurs de la santé eux-mêmes – obtenus par le biais de l’obligation vaccinale, si nécessaire, l’emportent sur les inconvénients potentiels. S’inspirant des traditions politiques et discursives critiques, nous examinons la littérature spécialisée sur les vaccins obligatoires pour les travailleurs de la santé. Nous constatons que cette littérature néglige les preuves qui contredisent les affirmations officielles sur la sécurité et l’efficacité des vaccins COVID-19, rejette la science qui soutient la nature contextuelle de la virulence microbienne, évalue mal les préjudices des politiques de vaccination au niveau du patient et du système, et ignore ou légitime les éléments coercitifs intégrés dans leur conception. Nous discutons des implications de nos conclusions pour la durabilité des systèmes de santé, pour les soins aux patients et pour le bien-être des travailleurs de la santé, et nous suggérons des orientations pour une pratique clinique et politique éthique.

 

1. Introduction

Avec le lancement de la campagne mondiale de vaccination COVID-19 en décembre 2020, la vaccination est devenue obligatoire pour de nombreux travailleurs de la santé (TS) dans le monde entier [1-5]. La réaction a été mitigée, de nombreux travailleurs de la santé s’opposant à cette politique malgré des coûts importants – perte de réputation, d’emploi, d’autorisation d’exercer et de relations personnelles [6-9]. Il est prouvé que l’effet conjoint des licenciements, des retraites anticipées, des changements de carrière et des lésions dues aux vaccins, qui empêchent certains travailleurs de la santé de s’acquitter correctement de leurs tâches, a exacerbé les crises existantes dans des systèmes de santé déjà surchargés [10-16]. Néanmoins, les principales autorités sanitaires ont maintenu que les avantages d’une main-d’œuvre entièrement vaccinée dans le secteur de la santé – dont on pense qu’elle protège les systèmes de santé, les populations de patients vulnérables et même les travailleurs de la santé eux-mêmes – obtenus par le biais de l’obligation vaccinale, si nécessaire, l’emportent sur les inconvénients potentiels [17-19].

S’inspirant de la tradition des études critiques des politiques et du discours, en particulier du cadre proposé par Carol Bacchi et intitulé « What is the problem represented to be » (WPR), nous examinons la littérature spécialisée sur la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé dans le cadre de l’initiative COVID-19. Nous constatons que cette littérature néglige les preuves médicales contredisant les affirmations officielles sur la sécurité et l’efficacité de la vaccination, rejette des connaissances scientifiques vieilles de plusieurs décennies sur la nature contextuelle de la virulence des agents microbiens, calcule mal l’impact des politiques de vaccination obligatoire sur les soins aux patients et sur la durabilité des systèmes de santé, et ignore ou légitime les éléments coercitifs intégrés dans leur conception. Nous commençons par présenter certains aspects de l’épidémiologie et de la physiopathologie du COVID-19 afin de permettre aux lecteurs de mieux évaluer notre étude et notre thèse générale. Ensuite, nous décrivons les approches théoriques et méthodologiques qui sous-tendent l’étude. Cette section est suivie de nos résultats et de notre analyse, puis d’une discussion de notre étude et de ses limites dans le contexte de la littérature générale. Nous concluons en développant les implications de notre étude pour la durabilité des systèmes de santé, la qualité des soins aux patients, le bien-être des travailleurs de la santé et les pratiques cliniques et politiques éthiques. Cette étude est le premier volet d’un projet visant à évaluer l’impact de la réponse politique du COVID-19 sur les travailleurs de la santé et sur les systèmes de santé (Open Science Frame Registration, https://osf.io/z5tkp), qui fait partie d’un projet plus large examinant la géopolitique, la médicalisation et le contrôle social à l’ère du COVID-19.

2. Contexte

En octobre 2020, un article paru dans The Lancet et intitulé « Scientific consensus on the COVID-19 pandemic » (consensus scientifique sur la pandémie de COVID-19) a exposé en termes très clairs ce à quoi devrait ressembler une réponse politique appropriée à la pandémie de COVID-19 : l’auteur affirmait que le COVID-19 avait une létalité « plusieurs fois supérieure à celle de la grippe saisonnière », que toute personne, quel que soit son âge ou ses antécédents cliniques, pouvait être gravement malade et mourir, qu’il y avait peu de raisons de compter sur l’immunité naturelle, et que le masquage de masse, le confinement, les tests rapides, la recherche des contacts et l’isolement étaient essentiels pour contrôler la transmission virale « jusqu’à l’arrivée de vaccins et de thérapeutiques sûrs et efficaces », toute autre solution étant une « dangereuse erreur non étayée par des preuves scientifiques » [20 p. e71-e72]. À ce jour, le « consensus scientifique » reste largement incontesté. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) y a ajouté la question de « l’équité vaccinale », affirmant qu’en dépit des perceptions publiques contraires, « COVID-19 n’est pas terminé » et que « tout le monde, partout, devrait avoir accès aux vaccins COVID-19 », y compris les travailleurs de la santé, qui sont considérés comme un « groupe hautement prioritaire » [21].

Au fil du temps, cependant, des faits se sont accumulés qui ont remis en question ce consensus ostensible : dès le printemps 2021, il est apparu clairement que des infections se produisaient parmi les personnes vaccinées, appelées « percées infectieuses ». Par exemple, les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont indiqué qu’en avril de la même année, 46 États avaient volontairement signalé 10 262 cas d’infection et qu’à partir du mois de mai, seuls les cas d’hospitalisation seraient recensés [22]. À partir de ce moment-là, chaque fois qu’un suivi était effectué, environ 75 % des cas continuaient à se produire parmi les populations entièrement vaccinées [23]. Par ailleurs, une étude publiée dans l’European Journal of Epidemiology portant sur 68 pays et 2 947 comtés américains n’a montré aucune corrélation entre les taux de vaccination contre COVID-19 et les cas [24], remettant ainsi en cause les affirmations selon lesquelles la vaccination aurait permis d’éviter la transmission, l’hospitalisation ou le décès. Cette conclusion n’est pas surprenante : dès 2020, d’éminents scientifiques avaient noté que les essais initiaux d’au moins l’un des produits les plus acclamés, le vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech, n’avaient jamais inclus la transmission, l’hospitalisation ou le décès comme critères d’évaluation clinique [25, 26], ce qui indiquait que, toute éthique mise à part, il n’y avait jamais eu de justification rationnelle pour les vaccins obligatoires.

Par ailleurs, il a été noté très tôt qu’un test PCR positif – destiné « à la recherche [et non aux procédures de diagnostic] » – ne doit pas nécessairement indiquer une maladie clinique, et que chez « un individu asymptomatique sans contact étroit connu avec un individu infectieux, en particulier dans un contexte de faible prévalence, la découverte d’un résultat positif au test RT-PCR devrait soulever la possibilité que le résultat soit un faux positif » [27] (p. e160). Il s’ensuit que l’utilisation d’un grand nombre de « cas » – indiqués par des tests PCR positifs – pour obtenir un soutien en faveur de mesures de santé publique (voir par exemple [28, 29]) n’est pas justifiée. Très tôt également, une étude portant sur près de 10 millions de personnes à Wuhan, en Chine – le « Ground Zero » du COVID-19 – n’a révélé aucun test positif parmi 1 174 contacts étroits de cas asymptomatiques [30], remettant en question l’affirmation des principales autorités sanitaires selon laquelle les personnes ne présentant aucun symptôme mais dont le test PCR était positif menaçaient la santé publique et devaient être isolées [31, 32]. Très tôt également, un article paru dans The Lancet a montré que pendant la vague dite Delta, « les personnes entièrement vaccinées [avaient] une charge virale maximale (25 %) similaire à celle des cas non vaccinés (23 %) et [pouvaient] transmettre efficacement l’infection dans les foyers, y compris à des contacts entièrement vaccinés » [33], remettant en cause les affirmations officielles selon lesquelles la vaccination stoppait ou réduisait la transmission, affirmations invoquées pour justifier l’obligation de vaccination [34, 35].

Plus de quatre ans après le début de la crise du COVID-19, il est bien établi que les risques de mauvais résultats pour la santé ne sont pas répartis de manière égale : le taux de létalité de l’infection commence à 0,0003 % (presque zéro) chez les enfants et les adolescents et augmente jusqu’à 0,5 % chez les personnes âgées de 60 à 69 ans [36], et les personnes présentant des comorbidités, comme on s’y attend, courent un risque nettement plus élevé de résultats graves que celles qui n’en présentent pas [37-39]. En outre, l’efficacité vaccinale de 95 % qui a fait l’objet d’une grande publicité et qui a fait croire à un public non averti que le vaccin permettait de prévenir la maladie 95 fois sur 100 se référait à une réduction relative, et non absolue, du risque, ce qui signifie qu’en cas d’exposition et d’infection, et seulement en cas de développement de la maladie COVID-19, les vaccins offraient une protection contre les maladies mineures inférieure à 1 %, sans compter les risques d’effets nocifs [40]. Il est également bien établi que l’exposition ne conduit pas toujours à l’infection [41], que les niveaux d’anticorps ne permettent pas de prédire la gravité de la maladie [42], que l’immunité naturelle est durable, complète et forte, y compris chez les travailleurs de la santé et par rapport à une immunité vaccinale qui s’affaiblit plus rapidement [43-46], et qu’un traitement précoce avec des médicaments adaptés a permis de réduire les maladies graves, les hospitalisations et les décès [47-50].

En outre, une étude portant sur plus de 50 000 employés de la Cleveland Clinic aux États-Unis a abouti à la « découverte inattendue » qu’un renforcement plus important est corrélé à un risque d’infection plus élevé, et non plus faible [51 p. 7], et des documents rendus publics sur décision de justice en août 2022 ont révélé environ 1,6 million d’effets indésirables qui avaient été dissimulés au public [52]. Même les principales agences de santé ont désormais renoncé à affirmer que les vaccins COVID-19 empêchaient la propagation du virus [53], un aveu qui remet encore plus en question la vaccination obligatoire. En effet, les autorités mêmes qui, à plusieurs reprises, ont rassuré le public sur l’innocuité des vaccins ont admis leurs effets néfastes. Par exemple, en décembre 2023, le gouvernement britannique a admis avoir une « expérience limitée de l’utilisation du vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2 chez les femmes enceintes » et avoir constaté des effets indésirables après la vaccination, notamment une hypersensibilité, une anaphylaxie et une myopéricardite [54]. En effet, à l’heure où nous écrivons ces lignes, il ne fait guère de doute que les vaccins COVID-19 sont associés à un large éventail d’effets indésirables graves. Ces effets comprennent un rapport observé/attendu de 3,78 pour l’encéphalomyélite aiguë disséminée, de 3,23 pour la thrombose du sinus veineux cérébral et de 2,49 pour le syndrome de Guillain-Barré [55], ainsi qu’un excès de risque d’effets indésirables graves d’intérêt particulier, y compris le décès, compris entre 10,1 et 15,1 [56]. En conséquence, deux sociétés médicales ont demandé le retrait mondial des vaccins COVID-19 du marché, pour des raisons scientifiques et éthiques [57, 58]. Enfin, la base empirique de la justification de la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé pour protéger les patients vulnérables a été remise en question par l’accumulation de preuves. À titre d’exemple, une étude sur le personnel des maisons de soins pour personnes âgées du NHS en Angleterre a montré que si la vaccination obligatoire a effectivement réduit les taux de travailleurs de santé non vaccinés – ce qui n’est pas surprenant étant donné que le refus est sanctionné par une perte d’emploi – ils ont également entraîné une réduction importante – entre 3 et 4 % – de la main-d’œuvre, ce qui équivaut à 14 000 à 19 000 travailleurs de santé en moins, avec un impact négatif sur la santé et le bien-être des résidents de ces établissements, sapant ainsi l’objectif même de la politique [59].

Ce bref compte rendu, ainsi que les travaux et les déclarations publiques de nombreux scientifiques et médecins praticiens dissidents dans le monde entier [50, 60-62], devraient remettre en question l’existence d’un « consensus » – qu’il soit scientifique, politique ou éthique – sur ce que devrait être la réponse de la santé publique au COVID-19. L’objectif de notre recherche est donc de « problématiser » la « représentation du problème » dominant, le « problème » des travailleurs de la santé indisciplinés, comme nous l’expliquons dans la section suivante.

3. Méthodes et données

Comme nous l’avons déjà mentionné, notre étude s’inscrit dans la tradition des études politiques critiques, en particulier dans les travaux de Carol Bacchi, qui a proposé un cadre conceptuel guidé par la question « Quelle est la représentation du problème » (ci-après WPR) pour informer la recherche sur les questions sociales susceptibles d’avoir une incidence sur les politiques [63]. Ce qui distingue le WPR des autres cadres, c’est qu’il ne part pas des représentations des problèmes sociaux véhiculées par les institutions ou les personnes officielles, ci-après « représentations dominantes », pour discuter ensuite des interventions qui « fonctionnent ». Au contraire, l’approche de la RPM propose une série de questions pour aider à identifier les représentations dominantes, en examinant les politiques proposées pour s’attaquer à ces problèmes. En d’autres termes, Bacchi propose non pas d’identifier les « problèmes » politiques, mais de « problématiser » les représentations dominantes des problèmes en examinant minutieusement les hypothèses et les dynamiques de pouvoir sous-jacentes [63 p. 30]. Guidés par ce cadre, nous avons formulé les questions de recherche suivantes :
1) Quel est le problème représenté dans la littérature spécialisée concernant la politique d’obligation vaccinale pour les travailleurs de la santé, et quelles sont les hypothèses qui le sous-tendent ?
2) Qu’est-ce qui n’est pas problématique dans cette représentation du problème ?
3) Comment cette représentation peut-elle être remise en question ?

Nous nous sommes également inspirés d’autres traditions qui s’intéressent au rôle du pouvoir dans l’organisation des affaires sociales. C’est le cas de l’appel à « étudier vers le haut », proposé par l’anthropologue Laura Nader, qui a invité les chercheurs à étudier le pouvoir et la domination non seulement du point de vue des impuissants, mais aussi de celui des puissants [64]. La perspective de Nader a guidé notre choix d’un expert socialement reconnu, c’est-à-dire d’une littérature évaluée par des pairs, comme point d’entrée pour évaluer les politiques de vaccination obligatoire des travailleurs de la santé, et de documents émanant d’autorités sanitaires nationales et internationales de premier plan, telles que le CDC et l’OMS, comme représentant le consensus officiel sur la politique COVID-19. De même, les notions d' »ingroup/outgroup« , aspects de la sociologie de la stigmatisation, ont éclairé notre analyse de la manière dont les politiques contingentes de vaccination des travailleurs de la santé ont pu être évaluées. Les catégories sociales – nationalité, ethnicité, idéologie politique, comportements, etc. – sont déployées pour indiquer que quelqu’un n’appartient pas au groupe dominant, le « Nous » [65-67]. Ces notions permettent également d’expliquer comment, lorsque l’outgroup est perçu comme une menace pour l’ordre économique, politique, social et/ou moral, il peut devenir permis, voire moralement impératif, de le « cibler pour la discrimination, les préjugés, l’hostilité et même la violence » [68] (p. 6). Enfin, nous nous sommes inspirés de l' »analyse critique du discours », qui étudie la manière dont les diverses formes de communication reproduisent ou remettent en question les relations de domination [69], de l' »analyse de documents », qui considère les documents comme des « faits sociaux » capables de capturer et de transmettre du sens [70], et de l’analyse thématique, qui invite les chercheurs à identifier les messages saillants dans les données [71]. Informés par ces traditions, nous avons examiné une sélection systématique d’articles de revues à comité de lecture qui traitaient de l’obligation vaccinale chez les travailleurs de la santé afin d’identifier la « représentation du problème » dominante, les stratégies discursives et les tensions conceptuelles et éthiques au sein de ce domaine de recherche. Compte tenu de notre formation commune et de nos travaux dans le domaine des sciences sociales, des sciences humaines, de la politique de santé et de la médecine, nous nous sommes également fortement appuyés sur l’épidémiologie, l’immunologie et la physiopathologie de COVID-19 pour interpréter nos observations.

Dans le présent document, nous utilisons les termes  » vaccin  » et  » vaccination  » pour désigner tous les produits étiquetés comme vaccins par l’OMS à partir de décembre 2023 [72], en notant que ceux qui utilisent la plateforme ARNm (par exemple BNT162b2 ou ARNm-1273) entrent dans la définition des produits de  » thérapie génique  » (GTP) [73, 74]. Indépendamment de la technologie, nous soutenons que le terme « vaccin » est pertinent pour notre enquête à au moins deux égards : l’un est juridique, dans la mesure où le fait d’appeler un produit « vaccin » confère aux sociétés pharmaceutiques qui le produisent des protections uniques en matière de responsabilité dont ne bénéficient pas d’autres produits [75, 76] ; le second est sociologique, dans la mesure où le terme « vaccin COVID-19 » suscite la confiance sociale accordée, à juste titre ou non, aux vaccins « traditionnels ». Par ailleurs, lorsqu’il est question de vaccination/vaccins, nous nous référons spécifiquement à la vaccination/vaccins COVID-19, et lorsqu’il est question d’obligation, nous nous référons à la vaccination COVID-19 imposée comme condition d’emploi, sauf indication contraire. Enfin, lorsque nous discutons de l’utilisation de la « désinformation » dans l’ensemble des données – définie par le Surgeon General des États-Unis comme « une information qui est fausse, inexacte ou trompeuse selon les meilleures preuves disponibles à ce moment-là » [77 p. 4] – nous ne faisons aucun effort pour évaluer si les auteurs la distinguent de la « désinformation » qui, selon la National Library of Medicine, indique l’intention de répandre de fausses informations [78]. Nous supposons également que les auteurs parlent de « désinformation » lorsqu’ils font référence aux « théoriciens de la conspiration ». En effet, la « théorie du complot », qui désigne des informations fausses ou trompeuses, ainsi qu’invraisemblables et irrationnelles, est la définition que donnent de ce concept les prétendus experts en la matière (voir par exemple [79, 80]).

Le 13 octobre 2023, nous avons recherché dans PubMed, Web of Science et CINAHL des articles sur les vaccins COVID-19 et l’obligation vaccinale pour les travailleurs de la santé. Pour la recherche PubMed, nous avons combiné les termes MeSH (Medical Subject Heading) « health personnel« , « COVID-19 vaccines » et « mandate » ou « policy« . Pour les autres recherches, nous avons remplacé « health personnel » par « healthcare workers« , car ce dernier terme a permis de trouver plus d’articles que le premier. La recherche PubMed a permis d’identifier 208 articles, la recherche Web of Science 41 et la recherche CINAHL 86 que nous avons examinés pour vérifier leur pertinence par rapport au thème de vaccination obligatoire ou des politiques de vaccination pour les travailleurs de la santé, en limitant notre sélection à des études empiriques. Notre recherche a abouti à 22 études PubMed, 7 Web of Science et 12 CINAHL, soit un total de 41 études incluses dans l’analyse (Figure 1). Nous avons lu les articles sélectionnés dans leur intégralité et les avons codés en fonction de nos questions de recherche, en notant les thèmes saillants, en illustrant nos interprétations par des citations et en résolvant les divergences par la discussion. Nos données étant des documents accessibles au public, aucune approbation de l’IRB n’a été nécessaire. Dans la section suivante, nous décrivons les caractéristiques démographiques et autres des données, suivies d’une section présentant nos conclusions et l’analyse des thèmes les plus saillants, organisée autour de nos questions de recherche.

Figure 1. Organigramme de la sélection des études.

4. Constatations

Notre recherche ne comportait pas de restrictions géographiques ou temporelles, mais nous n’avons identifié que les documents publiés entre 2020 et 2023, car l’un des critères d’inclusion était de se concentrer exclusivement sur l’obligation vaccinale du COVID-19. Les 41 études empiriques incluses étaient diversifiées sur le plan méthodologique et comprenaient études quantitatives d’observation (N : 25/41, 61 %), études qualitatives (N : 9/41, 22 %), et études à méthodes mixtes (N : 7/41, 17 %). Les études ont également été menées dans divers pays, notamment aux États-Unis d’Amérique (N : 19/41, 46 %), au Canada (N : 4/41, 10 %), au Royaume-Uni (N : 3/41, 7 %), en Australie, en Belgique, en Suisse et au Nigeria (N : 2/41, 5 %), ainsi qu’à Oman, en République tchèque, en Finlande, en Grèce, en Inde, en Pologne et dans toute l’Europe (N : 1/41, 2 %). Les premiers auteurs des revues étaient affiliés à des institutions de 15 pays, les États-Unis présentant le plus grand nombre d’affiliations d’auteurs (N : 20/41 ; 49 %). Les sources de financement ont été déclarées dans la plupart des études (N : 32/41, 78 %), la plupart d’entre elles (N : 22/32 ; 69 %) dépendant d’un financement. La plupart des études (N : 38/41 ; 93 %) ont fourni une déclaration de conflit d’intérêts, la plupart d’entre elles n’en signalant aucun (N : 31/38, 82 %). Parmi celles qui ont fait état de conflits d’intérêts (N : 7/38, 18 %), les exemples comprenaient le financement ou les honoraires de consultation des fabricants de vaccins COVID-19 tels que Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson ; être membre du conseil d’administration d’un fabricant de vaccins tel que MSD European vaccine, AstraZeneca ; recevoir un soutien financier du Vaccine Confidence Project, hébergé à la London School of Hygiene and Tropical Medicine et dont la mission consiste à « mieux comprendre le scepticisme croissant à l’égard des vaccins dans le monde » [81] ; et faire partie du bureau des conférenciers de Pfizer (tableaux 1 et 2).

Les populations de travailleurs de la santé étaient diverses, les plus étudiées étant les travailleurs à faible revenu, comme les employés des soins à domicile et des maisons de soins infirmiers (N : 9/41, 22 %) ; tous les employés d’un service médical, d’un hôpital ou d’un système de santé particulier (N : 8/41, 19 %) ; les travailleurs de la santé de toutes les professions, y compris le personnel non clinique et de soutien (N : 6/41, 19 %) ; et les fournisseurs de soins aux patients, y compris des groupes multiples sélectionnés (p. ex., médecins, infirmières, ambulanciers) (N : 5/41, 12 %). Voici quelques exemples d’autres populations étudiées par plus d’une étude : prestataires de soins de santé (médicaux, paramédicaux) et administrateurs (N : 3/41, 7 %) ; infirmières (N : 3/41, 7 %) ; étudiants en soins infirmiers et sages-femmes (N : 2/41, 5 %) ; et étudiants en médecine et prestataires de soins de santé (N : 2/41, 5 %). Les autres populations étaient propres à chaque étude, notamment les travailleurs des services médicaux d’urgence (N : 1/41, 2 %) ; les travailleurs de la santé fournissant des soins aux patients et des services de laboratoire (N : 1/41, 2 %) ; et les aumôniers des soins de santé (N : 1/41, 2 %) (Tableau 3).

4.1. Quel est le problème représenté dans la littérature spécialisée concernant la politique des obligations vaccinales pour les travailleurs de la santé et quelles sont les hypothèses qui le sous-tendent ?

Conformément à l’approche WPR, nous avons déduit la réponse à la question de la représentation du problème à partir des plans d’action, à savoir les politiques proposées par le message dominant que nous avons identifié dans les données. L’idée maîtresse était qu’il était impératif de persuader, de gérer les expressions de résistance et de désaccord et, si nécessaire, de contraindre les travailleurs de la santé réticents à se faire vacciner, étant donné leur participation « sous-optimale » au vaccin – « sous-optimale » même lorsque la participation déclarée était reconnue comme étant significativement plus élevée chez eux que dans la population générale [82]. Il s’ensuit que le « problème » était représenté comme étant une minorité de travailleurs de la santé qui, pour des raisons que les auteurs de l’étude considéraient comme injustifiées, n’étaient pas disposés à se conformer à ce qui était, et continue d’être, considéré par les autorités sanitaires comme la seule mesure de santé publique scientifiquement valable et moralement justifiable capable de protéger les systèmes de santé, les patients et les communautés, et même les travailleurs de la santé eux-mêmes, d’une prétendue menace sans précédent, à savoir l’infection par le SRAS-CoV-2 et ses répercussions.

Conformément à la logique de cette représentation, le thème de la « prise en charge sous-optimale », omniprésent dans les études, signifiait tout ce qui n’était pas une prise en charge universelle. Par exemple, Achat et al. ont constaté un taux d’acceptation de la vaccination « exceptionnellement élevé » chez les travailleurs de la santé – une observation confirmée par Shaw et al. qui ont constaté un taux de vaccination de 87,7 % chez les travailleurs de la santé [83], et par une enquête menée auprès d’infirmières en Europe qui a révélé des taux de couverture « bien supérieurs à la moyenne » au-dessus du seuil de 70 % préconisé par l’OMS » [84 p. 133] – tout en évoquant des taux de vaccination « sous-optimaux » [85 p. 169]. Pourquoi cette inquiétude ? Parce que, comme le notent Tylec et al., les travailleurs de la santé « sont en première ligne dans la lutte contre les maladies infectieuses » [86 p. 237] et, selon Hubble et al., ils peuvent « agir comme un vecteur et transmettre la maladie à des patients, des collègues, des amis et des membres de la famille sensibles, [il est donc] essentiel qu’ils soient tous vaccinés contre COVID-19 » [87 p. 571]. En outre, Thaivalappil et al. ont affirmé qu’il était important que les travailleurs de la santé surmontent leur « hésitation » parce qu’ils « sont souvent la source d’information préférée des patients […] et l’acceptation généralisée du vaccin parmi les prestataires peut améliorer la couverture vaccinale au sein du public » [88 p. 696]. Cette position a été partagée par Heyerdal et al., qui ont écrit que les travailleurs de la santé  » sont les sources les plus influentes des décisions vaccinales des profanes  » [89 p. 890]. Lucia et al. ont étendu ce rôle aux futurs travailleurs de la santé, c’est-à-dire aux étudiants, parce qu’ils « seront chargés de conseiller les patients qui hésitent à se faire vacciner », et que leur confiance en eux est donc « essentielle pour présenter un message unifié de soutien solide à la vaccination de la part de la communauté médicale » [90 p. 448].

Comme le révèle notre analyse, la représentation dominante du problème s’articule autour d’au moins trois hypothèses : premièrement, que les travailleurs de la santé (ou les personnes en général) non vaccinés, contrairement aux vaccinés, représentent une menace pour la santé des personnes vulnérables, principalement les patients dans les établissements de santé ; deuxièmement, que les vaccins COVID-19 sont sûrs et efficaces et que, quels que soient les risques liés à l’inoculation massive des travailleurs de la santé en fonction du lieu, du temps, des caractéristiques démographiques ou des antécédents cliniques, même s’ils sont parfois admis, ils sont toujours compensés par les avantages supposés de la pratique ; et troisièmement, que les préoccupations concernant les effets néfastes des vaccins ou les alternatives proposées à la vaccination sont fondées sur des « informations erronées ». Par conséquent, dans l’ensemble des données, les auteurs ont insisté sur le fait que les travailleurs de la santé devraient être vaccinés pour protéger « les patients, les collègues, les amis et la famille », ce qui implique qu’une fois vaccinés, ils ne constitueraient plus une menace [87 p. 571], et que l’innocuité des vaccins ne devrait pas être remise en question, et que les inquiétudes concernant la sécurité de ces travailleurs de la santé n’étaient pas fondées en raison de « l’efficacité et de l’innocuité prouvées des vaccins COVID-19 » [91 p. 442], parce que ces produits avaient « fait l’objet d’études cliniques randomisées pour garantir qu’ils sont de haute qualité, sûrs et efficaces » [92 p. 2]. Un autre auteur a rapporté le cas d’un travailleur de la santé qui avait subi des lésions vaccinales qui l’avaient conduit à ne pas poursuivre l’administration de doses supplémentaires, mais dont les préoccupations avaient été ignorées par ses collègues [89]. D’autres auteurs ont discuté du rôle de l’immunité naturelle dans les décisions de vaccination et ont même reconnu que les travailleurs de la santé non vaccinés étaient plus susceptibles d’avoir guéri de l’infection [93-95], mais ils ont rejeté cet effet protecteur parce que les CDC ont recommandé la vaccination  » sans égard à une infection antérieure au SRAS-CoV-2  » [95 p. 5].

Mais les lecteurs peuvent se demander, si la vaccination complète est la seule option fondée sur des preuves et moralement acceptable pour les travailleurs de la santé, pourquoi certains d’entre eux, en dépit de leur formation médicale, hésitent-ils ou la rejettent-ils ? Les auteurs ont proposé plusieurs explications, qu’ils ont qualifiées de « désinformation » et de « pensée conspiratrice », notamment des préoccupations non fondées concernant les effets néfastes des vaccins, la sous-estimation de la menace posée par le COVID-19, une confiance excessive dans l’immunité naturelle ou la « politisation de la pandémie de COVID-19″ [87,96-99]. À titre d’exemple, après avoir écarté les préoccupations relatives à la fertilité liées à la vaccination, Hoffman et al. ont déclaré qu' »il serait utile que [les travailleurs de la santé] luttent contre la désinformation […], y compris les préoccupations relatives à l’innocuité du vaccin pendant la grossesse ou l’allaitement » [100 p. 756], tandis que Shaw et al. ont recommandé que « les perceptions erronées, telles que le manque de données de recherche, la précipitation du développement du vaccin et la désinformation concernant l’impact du vaccin sur la fertilité et la reproduction » soient corrigées par « l’éducation » [83 p. e820].

Certains auteurs ont reconnu que les travailleurs de la santé racialisés – le terme « racialisé » est recommandé par la Commission canadienne des droits de la personne (101) au détriment de celui de « minorités visibles » – acceptaient moins bien les vaccins COVID-19 (93, 95-102). Cependant, bien que cette « méfiance » ait été jugée excusable en raison de ses racines dans des expériences négatives, historiques ou actuelles, avec les institutions médicales [103, 104], elle a toujours été présentée comme mal informée, c’est-à-dire qu’elle n’était pas fondée sur des preuves réelles de préjudice, mais plutôt sur une application erronée de cette méfiance dans l’affaire COVID-19. Il a également été présenté comme problématique en raison de son potentiel à « exacerber les disparités raciales/ethniques dans les résultats de COVID-19 » lorsque ces travailleurs de la santé ont servi des populations de patients dans leurs propres communautés [102 p. 286]. Par exemple, dans leur étude sur les travailleurs de la santé au Nigeria, Iwu et al. ont déclaré que « malgré leurs connaissances et leur formation, les travailleurs de la santé hésitants vis-à-vis des vaccins risquent toujours d’être pris au piège dans le cycle de la désinformation et de la peur de la vaccination » [99 p. 7].

Une variante intéressante du thème de la reconnaissance du point de vue des travailleurs de la santé qui n’ont pas adhéré sans réserve au discours dominant est le cas des auteurs qui reconnaissent que les décisions de vaccination sont complexes et influencées par de nombreux facteurs, mais qui disqualifient cette complexité dans l’acte même de la reconnaître, en l’attribuant en dernière instance à des attributs psychologiques de travailleurs de la santé « déviants ». Par exemple, une étude portant sur le personnel des services médicaux d’urgence a révélé qu’environ 50 % des travailleurs de la santé non vaccinés ont invoqué comme raisons principales « des préoccupations concernant la sécurité, l’efficacité, les effets secondaires, [la crainte de] contracter une maladie due au vaccin lui-même, et le sentiment général d’antivaccination », c’est-à-dire « une interaction complexe de facteurs, comme l’indique le rapport de la Commission européenne sur la sécurité des vaccins », clairement une interaction complexe de facteurs selon la propre description des auteurs, qui ont néanmoins réduit cette complexité à la « désinformation », car même si « les raisons des non-vaccinés sont compliquées […] les idées fausses [sur la sécurité] prévalent » [87 p. 575].

Plusieurs auteurs sont allés plus loin et ont présenté les préoccupations liées aux vaccins non seulement comme le résultat d’une « désinformation » mais aussi de « théories du complot » – c’est-à-dire non seulement de fausses croyances mais aussi des croyances paranoïaques sur les motivations des promoteurs des vaccins ou sur les effets néfastes de la vaccination – dans ce cas, les travailleurs de la santé en question ont été présentés non seulement comme ignorants mais aussi comme ayant franchi les limites d’un comportement moral acceptable en tant que travailleurs de la santé et membres de la société civile, et donc comme méritant peu d’empathie, voire même une punition. Par exemple, un auteur a expliqué comment les organismes de santé pouvaient rejeter les demandes d’exemption en éliminant les demandeurs mal informés ou qui croyaient à des « théories du complot », comme « une personne qui pense que les vaccins COVID-19 contiennent une puce 5G ou qu’ils sont utilisés pour créer un nouvel ordre mondial » [105 p. 144]. Les auteurs d’une autre étude portant sur les aumôniers chargés d’évaluer les demandes d’exemption religieuse ont indiqué que « les commentaires des aumôniers faisaient état de la difficulté à gérer les demandes dans le contexte d’un discours public anti-science, anti-vaccins et politiquement chargé » et de « la consternation devant le fait que le personnel s’appuie sur des informations inexactes et utilise la politique d’accommodement religieux pour contourner l’obligation vaccinale pour des raisons politiques » [103 p. 7]. Dans une autre étude, menée auprès d’étudiants infirmiers et sages-femmes australiens, les auteurs ont rapporté que les participants s’étaient indignés que leurs camarades étudiants ne soutiennent pas la vaccination contre le COVID-19 en raison de leur croyance dans les conspirations, déclarant que « les étudiants en soins de santé qui ne comprennent pas l’importance des vaccins dans les pandémies et pour la santé publique en général ne devraient pas travailler dans le secteur des soins de santé » et qu' »il devrait y avoir très peu de tolérance pour les infirmières et les étudiantes infirmières qui adhèrent à des théories de conspiration alors que nous avons accès à un énorme corpus de preuves examinées par des pairs » [92 p. 5]. Les auteurs ont semblé excuser les manifestations d’intolérance des participants à l’étude, comme en témoigne leur conclusion selon laquelle « le COVID-19 reste un risque sanitaire mondial et il est donc nécessaire de poursuivre les recherches sur l’acceptation des vaccins parmi les futurs personnels de santé » [92 p. 6]. Compte tenu de cette représentation du problème, la seule solution était de parvenir à une vaccination universelle des travailleurs de la santé par tous les moyens nécessaires – idéalement par l’éducation, la persuasion et la fourniture d’informations « exactes », ou par l’obligation vaccinale si nécessaire. C’est ainsi qu’un auteur a déclaré que « l’obligation de vacciner les travailleurs de la santé avec le COVID-19 pourrait en fin de compte être la seule stratégie viable pour atteindre un niveau adéquat de vaccination parmi les travailleurs de la santé », en particulier pour les travailleurs de la santé qui étaient « sur la corde raide » mais qui présentaient des « obstacles modifiables à la vaccination » – tels que les travailleurs de la santé qui attendaient davantage de données sur l’innocuité à long terme [102 p. 294]. L’appel à la vaccination obligatoire pour les travailleurs de la santé. L’idée de l’obligation vaccinale s’est répandue sur tous les continents, et des études réalisées dans des pays à revenu faible ou intermédiaire l’ont également recommandé en raison des inquiétudes suscitées par l' »hésitation vaccinale » [99, 106-108] et des problèmes de santé qu’une « hésitation » entraînerait.

Cependant, l’appel à la vaccination obligatoire n’a pas toujours été brutal, et certaines études, après avoir identifié une résistance significative parmi les rangs et les dossiers des travailleurs de la santé, les ont recommandés « comme un outil de dernier recours » [109 p. 12]. De nombreux auteurs ont même averti que lla vaccination obligatoire pouvait être « injustifiée » compte tenu des taux élevés d’adoption ou de l’adhésion significative constatée chez les travailleurs de la santé [13, 85, 102]. Au lieu d’imposer des obligations, ces auteurs ont recommandé des « interventions ciblées pour lutter contre les appréhensions » [85 p. 96], ou une « éducation » pour persuader les travailleurs de la santé d’accepter la vaccination à l’avenir [110].

D’autres auteurs ont soutenu que « la séparation dichotomique ‘anti-vaccins’ et ‘pro-vaccins’ des travailleurs de la santé pourrait ne pas être adéquate pour informer les interventions », et ont préconisé des interventions ciblées selon que les travailleurs de la santé étaient « hésitants », « non concernés », et ainsi de suite [111]. En outre, étant donné que la « désinformation », présentée comme un obstacle majeur au rétablissement complet de la société, était considérée comme le résultat de psychismes endommagés enclins à des croyances erronées, les auteurs ont recommandé des interventions fondées sur les sciences du comportement, tandis que ceux qui ont identifié une « hésitation » au sein des communautés racialisées ont également appelé à rétablir leur confiance en recrutant des « influenceurs » au sein de ces communautés pour encourager la vaccination [102].
Enfin, un autre thème marquant était la nécessité perçue de protéger les systèmes de santé de la menace posée par les travailleurs de la santé non vaccinés, ainsi que la confiance dans le fait que la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé ne pouvait pas causer de dommages. Ainsi, par exemple, dans une étude sur les maisons de retraite américaines, les auteurs ont présenté comme preuve de l’absence de préjudice pour les soins aux patients et les systèmes de santé (l’objet de leur étude) le fait que « l’obligation fédérale de vacciner contre le COVID-19 n’a pas entraîné de changements cliniquement significatifs dans les niveaux de dotation en personnel des maisons de retraite et des infirmières autorisées », alors même que leurs données montraient, et que les auteurs admettaient, que les obligations étaient « (au plus) modestement associées à des changements dans les niveaux de dotation, indépendamment du statut de l’obligation de l’État » dans une direction descendante [112 p. 451].

La nécessité de maintenir l’ordre social au sein de la main-d’œuvre du secteur de la santé, qui exigeait un investissement émotionnel continu de la part des travailleurs de la santé qui n’étaient pas très enthousiastes à l’égard de la vaccination, constituait une préoccupation secondaire. Comme l’ont noté Heyerdahl et al., pour garantir une affiliation totale au groupe dominant, il fallait non seulement se conformer aux pressions sociales et institutionnelles en faveur de la vaccination, mais aussi dissimuler toute préoccupation liée au vaccin, une situation décrite par les auteurs comme une « hésitation vaccinale inexprimée », car « le simple fait d’exprimer des préoccupations liées au vaccin entraîne le risque d’être sermonné, moqué, stigmatisé ou étiqueté comme théoricien du complot et ‘anti-vaxxiste' » [113 p. 1].

En résumé, la conviction, ou du moins l’espoir, semblait inébranlable que le remède proposé, la vaccination universelle des travailleurs de la santé, par le biais del’obligation vaccinale si nécessaire, ne pourrait jamais causer plus de dommages que la « maladie » qu’il était censé guérir, à savoir l’adhésion incomplète des travailleurs de la santé à la vaccination contre le COVID-19. C’est sur l’évaluation de ces dommages que nous allons maintenant nous pencher.

4.2. Qu’est-ce qui n’est pas problématique dans la représentation dominante du problème ?

Malgré la conviction et l’espoir de ne pas nuire, les répercussions professionnelles et personnelles sans précédent – sociales, financières, émotionnelles et physiques – de la politique de vaccination obligatoire étaient évidentes dans l’ensemble des données, même si elles n’étaient pas problématiques, généralement considérées comme des « dommages collatéraux » d’une « guerre » menée une fois par siècle contre un virus mortel, et toujours susceptibles de faire l’objet de « correctifs politiques ». Par exemple, dans une étude canadienne, la plupart des travailleurs de la santé ont décrit « un cercle social pro-vaccin » qui rendait l’expression d’opinions divergentes extrêmement difficile [88], tandis que deux études britanniques ont également fait état d’une norme sociale forte sur le lieu de travail – « pression sur le lieu de travail » – pour être vacciné [104, 114], ce qui, en fin de compte, a permis d’obtenir des résultats très positifs pour la santé contraindre les personnes interrogées réticentes à se faire vacciner contre leur gré. De même, les participants aux entretiens et aux groupes de discussion d’une étude belge ont fait état de « silences stratégiques », c’est-à-dire de l’évitement par les travailleurs de la santé du sujet de la vaccination afin d’éviter les conflits avec leurs collègues et de conserver leur emploi [89]. Même les études qualifiant les travailleurs de la santé dissidents de « mal informés » semblaient être conscientes des impacts négatifs de l’obligation vaccinale sur eux, sur les soins aux patients et sur les systèmes de santé, notant que la vaccination obligatoire risquait « d’isoler complètement [les travailleurs de la santé non vaccinés] et de les perdre pour la profession » à une époque de pénurie de personnel [111 p. 12]. Selon les auteurs, cet impact négatif pourrait toutefois être compensé, du moins en partie, en recommandant par exemple aux employeurs « d’encourager ou d’exiger que les rappels de vaccins soient effectués les jours de congé prévus (tels que les week-ends ou les vacances) ou immédiatement avant » afin d’améliorer la productivité [115 p. 3 179].

Outre la nature « non problématisée » des multiples préjudices causés aux travailleurs de la santé par la vaccination obligatoire, les préjudices causés aux systèmes de santé ne sont pas passés inaperçus. Ainsi, par exemple, une étude sur les vaccins obligatoires dans une maison de retraite américaine les a présentés comme une réussite, puisqu’ils avaient atteint un taux de conformité de 100 %, ce qui semblait valoir la perte de 18 travailleurs de la santé qui, selon les auteurs, avaient démissionné, et de sept autres qui avaient été exemptés ou avaient pris un congé [116]. Une autre étude a fait état d’un « impact minime » de la vaccination obligatoire sur la dotation en personnel dans un service de radiologie aux États-Unis, notant qu’en anticipant les perturbations potentielles des soins aux patients résultant de la vaccination obligatoire, certains établissements recrutaient « des infirmières des Philippines pour combler le manque de travail dans le secteur des soins de santé » [91 p. 444]. De même, une étude réalisée en Colombie-Britannique (Canada) a montré qu’après l’introduction d’une obligation vaccinale, 6,4 % des travailleurs de la santé en milieu rural n’étaient toujours pas vaccinés, contre 3,5 % des travailleurs de la santé en milieu urbain, « malgré la cessation d’emploi qui s’ensuivait » [117 p. 55]. Les auteurs ont ensuite conclu que si « la politique n’a pas réussi à atteindre des niveaux élevés de participation » – vraisemblablement, les taux de vaccination de 93,6 % et 96,5 %, respectivement, n’étaient pas assez élevés – l’augmentation de la participation restait critique, et qu’il faudrait peut-être explorer des « stratégies communautaires » et des « leaders locaux de confiance », en veillant à ne pas « aggraver les pénuries de personnel », en particulier dans les zones rurales [117 p. 56-57]. Cependant, les auteurs n’ont pas expliqué comment les pénuries de personnel pourraient être évitées avec la même politique qui les a provoquées, même s’ils ont reconnu les « inconvénients » potentiels de l’obligation vaccinale, tels que les pénuries de personnel qu’ils ont eux-mêmes reconnues, avec des « effets à long terme qui ne sont pas encore connus » [117 p. 54]. Cependant, d’autres auteurs ne semblent pas découragés et recommandent l’obligation vaccinale indépendamment de son impact sur le personnel. Par exemple, une étude sur les maisons de retraite a montré que les obligations vaccinales assorties d’une dispense de test s’étaient avérées largement inefficaces pour augmenter l’utilisation des vaccins [118]. Pour résoudre ce problème perçu, les auteurs ont recommandé des politiques telles que ne pas offrir d’options d’essai aux nouveaux employés et rendre obligatoire la vaccination « aux [travailleurs de la santé] dans d’autres contextes et dans d’autres emplois faiblement rémunérés, limitant ainsi la possibilité pour le personnel non vacciné de travailler ailleurs » [118 p. 765].

Enfin, la nature coercitive de la pratique, bien qu’admise par au moins quelques auteurs, a été normalisée, c’est-à-dire présentée de manière à ce que le monde soit ainsi fait, si tant est qu’elle ait été mentionnée. Par exemple, une étude a noté, de manière factuelle et sans autre développement, que « certains [travailleurs de la santé] de notre étude se sont conformés à la procédure de vaccination, non pas parce qu’ils étaient convaincus de ses avantages, mais plutôt en raison de la pression exercée par les sanctions de suspension du travail imposées par le gouvernement » [109 p. 12]. Une autre étude menée auprès d’étudiants en soins infirmiers et de sages-femmes australiens a rapporté qu’au moins certains étudiants se sentaient contraints ou forcés par les obligations vaccinales et pensaient que la politique était injuste [92], une fois de plus sans que les auteurs de l’étude n’apportent de précisions à ce sujet. Une étude menée en Suisse auprès du personnel des maisons de retraite s’occupant de personnes handicapées a révélé que les décisions en matière de vaccination étaient décrites par les participants comme « éprouvantes » et semblaient être guidées par de multiples facteurs, notamment la « peur de la discrimination » à l’encontre des personnes incertaines ou opposées à la vaccination. Cependant, plutôt que de conclure que la politique de vaccination obligatoire était peut-être malavisée, les auteurs ont expliqué comment, pour « encourager la vaccination », les employeurs et les autorités devraient fournir des « informations de qualité », assurer la « présence d’interlocuteurs dignes de confiance » et, en général, « promouvoir la pensée critique et la culture scientifique pour atténuer les obstacles courants à une prise de décision éclairée et autodéterminée » [119], psychologisant ainsi les raisons des inquiétudes des participants.

Malgré la détresse émotionnelle bien documentée causée par la politique, certains auteurs sont restés convaincus qu’il valait la peine de l’appliquer, pour le bien de tous et celui des dissidents eux-mêmes. Ainsi, Lee et al. ont affirmé que la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé était plus « équitable » que la non-obligation, parce que leur analyse des données d’une enquête nationale américaine avait révélé un taux de vaccination plus élevé chez les travailleurs de la santé dans les établissements où la vaccination était obligatoire, et des taux de refus plus élevés chez les travailleurs de la santé plus jeunes, ayant fait des études secondaires ou moins, vivant sous le seuil de pauvreté et non assurés, concluant que les travailleurs de la santé les plus vulnérables seraient les plus avantagés par la vaccination obligatoire [120]. Le raisonnement des auteurs semblait être que, bien que la corrélation n’implique pas la causalité, les taux plus élevés de refus de vaccination parmi les travailleurs de la santé socialement défavorisés indiquaient qu’ils seraient les plus « avantagés » par l’obligation vaccinale, dont il a été démontré qu’elle augmentait l’adoption [120], soutenant « l’équité vaccinale », même si elle est imposée par la coercition.

4.3. Comment la représentation dominante du problème pourrait-elle être remise en question ?

Malgré la représentation remarquablement homogène des problèmes, indépendamment de l’appartenance de l’auteur à un pays à revenu élevé, moyen ou faible, du contexte disciplinaire et de la population ou de la conception de l’étude, et sur les trois années couvertes par nos données, la résistance des travailleurs de la santé à la politique del’obligation était apparente, même parmi les travailleurs de la santé qui, pour une raison ou une autre, l’avaient respectée. Par exemple, une étude menée auprès d’étudiants australiens en soins infirmiers et sages-femmes a révélé que certains participants étaient à la fois « anti-obligation » et « pro-vaccination » [92], ce qui indique que le fait d’avoir été vacciné, même volontairement, n’est pas un signe de soutien à l’obligation vaccinale. Une autre étude menée auprès de professionnels des services médicaux d’urgence a révélé que seuls 18,7 % d’entre eux étaient favorables à l’obligation de vaccination [87]. Une autre a rapporté que lorsqu’ils avaient été consultés avant l’introduction d’une obligation vaccinale, les travailleurs de la santé des maisons de retraite avaient répondu que les obligations « envoyaient le mauvais message sur la sécurité des vaccins et la coercition » [116 p. 1999). Une autre étude a recommandé des « approches multidimensionnelles [qui] s’éloignent de la coercition et des punitions » [88 p. 703], tandis qu’une autre a constaté que même les cadres supérieurs des services de santé « soulignaient l’importance du choix personnel et anticipaient le recul de la vaccination obligatoire » [104 p. 1566]. En effet, dans une étude montrant un soutien élevé (62 %) pour l’obligation vaccinale parmi les travailleurs de la santé, de nombreux participants s’y sont opposés si la conséquence était la cessation d’emploi, l’un d’entre eux notant que  » tirer parti de l’emploi des gens pour leur faire faire un rappel n’est pas la bonne façon de procéder. Vous ne faites que créer une pénurie de personnel qui pourrait être évitée « , et un autre a déclaré « Je suis entièrement vacciné, mais je n’apprécie pas l’obligation pour les rappels – en particulier le licenciement pour non-conformité » [121 p. e2144048-5].

Enfin, une étude portant sur les attitudes des employés des maisons de soins en Angleterre a révélé une forte opposition la vaccination obligatoire, la plupart des participants déclarant qu’ils préféreraient démissionner plutôt que d’être vaccinés si la vaccination était une condition d’emploi [114]. Dans d’autres études, les participants ont remis en question les obligations vaccinales au motif qu’ils s’étaient occupés de patients avant qu’un vaccin ne soit disponible. S’ils avaient été qualifiés de « héros » à l’époque [122], pourquoi étaient-ils aujourd’hui considérés comme dispensables ? Selon les termes d’un travailleur vacciné, « Au [début] de la pandémie, nous n’avons pas été vaccinés et nous devions quand même travailler […]. Alors maintenant [ils nous disent] que nous ne pouvons pas travailler à cause du même vaccin que nous n’avons pas reçu lorsque nous travaillions au plus fort de la pandémie ? [123 p. 665]. D’autres études ont montré un « refoulement » décrivant, par exemple, comment certains travailleurs de la santé ont résisté à la menace de la vaccination obligatoire et ont organisé des manifestations et des campagnes sur les médias sociaux, réussissant à contraindre le gouvernement britannique à abandonner cette politique [124]. Il est intéressant de noter que les réactions négatives ne sont pas l’apanage des pays à revenu élevé. Par exemple, une étude explorant le soutien à la vaccination obligatoire parmi les travailleurs de la santé au Nigeria a rapporté que la plupart des participants estimaient que la vaccination était un choix individuel, et ont commenté que des problèmes médicaux plus urgents étaient restés sans réponse dans le pays depuis la campagne, avec un participant, assistant de laboratoire médical, décrivant cela comme « une priorité mal placée par le gouvernement… destinée à plaire à leurs partenaires internationaux » [108 p. 10].

L’ensemble des données a également révélé que les efforts « éducatifs » ont généralement échoué et que les efforts visant à contrer la « désinformation » se sont souvent retournés contre eux. Par exemple, une étude a rapporté que l’obligation vaccinale n’avait pas eu d’impact « significatif » sur la prise de la première dose parmi un échantillon de travailleurs de la santé canadiens, « indiquant un manque de changement significatif parmi ceux qui ont résolument rejeté la vaccination » [117 p. 56]. Une autre étude a affirmé que pour les travailleurs de la santé qui s’opposent aux vaccins – parce que, selon les auteurs, ils sont mal informés – « les messages basés sur l’information seuls sont susceptibles d’être inefficaces » et peuvent avoir conduit à un « effet de retour », par lequel les individus « deviennent encore plus enracinés dans leur acceptation de la désinformation » [87 p. 576]. Les auteurs ont également reconnu que l’insistance sur la vaccination obligatoire avait parfois sapé la confiance du public dans les institutions sociales. Par exemple, un participant à l’étude s’est demandé si les vaccins de rappel n’étaient pas une « prise d’argent » par les sociétés pharmaceutiques et s’ils n’étaient pas imposés par les employeurs ou les gouvernements pour cette raison, plutôt que pour leurs avantages supposés [88 p. 701]. Néanmoins, de nombreux auteurs ont insisté sur le fait que la politique de vaccination obligatoire bénéficiait d’un soutien important de la part des travailleurs de la santé, en supposant, sans aucune preuve, que ce soutien était indiqué par le taux de participation très élevé constaté chez les travailleurs de la santé [92].

5. Débat

Dans l’ensemble des données, les auteurs semblaient désireux de fournir des preuves à l’appui de la politique de vaccination universelle des travailleurs de la santé, obligatoire si nécessaire, et ils ont orienté leur recherche vers l’examen, la compréhension et la proposition d’une gamme d’interventions visant à surmonter toutes les formes de résistance. Pour cette raison, nous avons conclu que le « problème » était représenté comme étant les cibles de ces interventions, à savoir les travailleurs de la santé dissidents qui, prétendument pour le bien de tous, et même pour leur propre bien, devaient être vaccinés. C’est au nom de cet argument que l’on a constaté que le taux de vaccination des travailleurs de la santé était élevé, plus élevé que celui du grand public, ce qui a été interprété comme une acceptation de la pratique, sans tenir compte du fait que « l’acceptation » peut être le signe non pas d’une acceptation mais d’une coercition, si elle est obtenue par le biais de menaces de conséquences indésirables. Même les auteurs qui semblaient plus compréhensifs et ouverts à l’idée de considérer l’expérience des travailleurs de la santé dans leurs propres termes ont complètement éludé les preuves de la résistance de ces travailleurs. Cela ressort clairement du fait que l’hésitation, la méfiance ou le rejet de la vaccination n’ont jamais été interprétés comme des réponses raisonnables à des préoccupations légitimes concernant sa sécurité, son efficacité et sa nécessité, ou comme un rejet de principe des interventions médicales obligatoires en général, mais plutôt comme des caractéristiques particulières des cognitions, des attitudes, des émotions et des comportements des travailleurs qui pourraient être « gérées » si seulement leur confiance était regagnée, ou leur volonté pliée.

La seule exception à cette tendance était la méfiance exprimée par les travailleurs de la santé racialisés, qui a été excusée comme résultant d’expériences collectives historiques ou actuelles de racisme, bien qu’elle ne repose sur aucune preuve de méfiance à l’égard de la vaccination COVID-19 en tant que telle. C’est sur la base de cette hypothèse que les auteurs ont présenté la méfiance comme « corrigeable » par l' »éducation » et l’amélioration des « messages » à l’égard des communautés racialisées. Cependant, de nombreux travailleurs de la santé ont résisté. D’autres ont « choisi » de se faire vacciner, mais ont été  maltraités ». En outre, les politiques de « vaccination ou d’interruption de grossesse » semblaient très impopulaires, quel que soit le statut vaccinal. En fin de compte, les études ont encore montré que les travailleurs de la santé vaccinés et non vaccinés étaient affectés par leurs différentes positions vis-à-vis de la vaccination, et qu’ils avaient des relations rompues avec leurs pairs, les membres de leur famille et l’ensemble de la communauté.

Plusieurs mécanismes discursifs ont été déployés pour parvenir à cette représentation dominante, parmi lesquels les sophismes logiques [125], le double langage [126] et le cadrage [127]. L’une des erreurs logiques les plus fréquentes était l’utilisation de deux poids deux mesures, de sorte que la représentation des opinions des partisans et des opposants à la vaccination obligatoire était traitée différemment sans raison légitime : les secondes étaient rejetées comme injustifiées, tandis que les premières étaient simplement affirmées comme étant fondées sur la science et sur un bon jugement, ce qui « confirmait » les hypothèses des auteurs de l’étude. Ce mécanisme impliquait également des raisonnements circulaires fallacieux dans lesquels les affirmations – par exemple, que les travailleurs de la santé sont « mal informés » – reposaient sur les hypothèses mêmes qui devaient être prouvées. Les appels à l’autorité ont également été largement utilisés, comme l’autorité des CDC, pour contrer des décennies de recherche sur le rôle protecteur de l’immunité naturelle. Un autre sophisme consistait à faire appel aux émotions, c’est-à-dire à la bonne nature des lecteurs, susceptibles de réagir favorablement à l’adoption par les travailleurs de la santé d’une politique présentée comme nécessaire pour protéger les patients et les systèmes de santé, et inversement, défavorablement à ceux qui ne le font pas. Le sophisme de la plaidoirie spéciale a été appliqué pour présenter les préoccupations et la méfiance exprimées par les travailleurs de la santé racialisés comme légitimes, tout en les rejetant subtilement comme fondées sur des expériences passées ou contemporaines d’abus, mais non applicables au cas de la politique COVID-19. Les auteurs semblaient supposer que les lecteurs accepteraient comme du « bon sens » que les travailleurs de la santé racialisés fassent confiance aux autorités parce que, cette fois-ci, ils avaient raison. Enfin, des sophismes ad hominem ont été déployés pour discréditer les contestations du « consensus scientifique », qui dispensait les auteurs des affirmations de la nécessité de fournir des preuves.

Le double langage a permis de présenter les interventions médicales coercitives comme « équitables » – bénéficiant prétendument aux bénéficiaires les plus vulnérables, même s’ils ne le souhaitaient pas – alors que le même acte de langage rejetait discursivement les valeurs d’équité, de diversité et d’inclusion, en encourageant l’exclusion inéquitable de divers points de vue parmi les travailleurs de la santé. Le cadrage en faveur de la politique de vaccination obligatoire a été réalisé en omettant des éléments contextuels qui auraient permis aux lecteurs indépendants d’évaluer pleinement les affirmations des auteurs. Les contextes manquants comprenaient la nature dynamique de la virulence microbienne – fondée sur des recherches vieilles de plusieurs décennies sur la relation complexe entre les hôtes, leur environnement et les agents microbiens [128, 129], le rôle des déterminants sociaux de la santé dans la diminution de la morbidité et de la mortalité sur près de 200 ans, et le fait que les maladies infectieuses ne peuvent être traitées qu’à l’aide de vaccins, avant l’existence ou la mise en œuvre massive de toute intervention médicale majeure telle que les antibiotiques ou les vaccins [130-132], le rôle protecteur essentiel joué par l’immunité naturelle [45, 133] et l’impact immunologique potentiel de la détresse psychologique [134, 135] causée par les contre-mesures COVID-19 [136, 137].

Enfin, la souffrance d’un nombre inconnu de travailleurs de la santé dans le monde, et son effet d’entraînement sur les familles et les communautés, n’a pas été mentionnée ou a été justifiée comme une réponse scientifiquement et éthiquement informée aux particularités de certains travailleurs de la santé. On a supposé que ces travailleurs de la santé étaient « hésitants » parce qu’ils étaient au mieux « mal informés » – pas assez « compétents en matière de santé » pour comprendre le « consensus scientifique » – ou au pire « conspirateurs », non pas en raison de la substance de leurs croyances, qui n’a jamais été réfutée, mais parce que ces travailleurs de la santé n’étaient pas d’accord avec les opinions des « autorités épistémiques » reconnues, c’est-à-dire des autorités approuvées par les « experts » eux-mêmes [138]. En effet, nous avons constaté que ces hypothèses sont récurrentes dans une grande partie de la littérature d’experts sur la vaccination COVID-19 [139-142]. Pendant ce temps, la coercition intégrée dans la structure de cette politique « à notre façon ou à l’autoroute » était ignorée ou justifiée par sa contribution au « bien commun », une démarche discursive qui présentait les préférences morales sous l’apparence d’un « bien commun » et d’un « bien commun » d’une expertise médicale mystifiante [143], tandis que les tensions entre la politique préférée et les principes bioéthiques de longue date – consentement éclairé, autonomie corporelle, d’abord ne pas nuire, et ainsi de suite – n’ont pas été mentionnées. Notre constatation est cohérente avec l’étude sur les maisons de retraite en Angleterre citée plus haut, dans laquelle les chercheurs ont également identifié – sans surprise, à notre avis – qu’un élément de coercition était plus efficace pour atteindre les objectifs de vaccination dans les zones à fort taux de chômage, c’est-à-dire avec moins d’options alternatives pour les travailleurs qui refusent l’obligation vaccinale [59]. Il convient de noter une fois de plus que la vaccination obligatoire a également réduit les niveaux de personnel dans ce secteur d’environ 14 000 à 19 000 travailleurs de la santé, ce qui a eu un impact négatif important sur les soins aux patients [59]. Notamment, le fait que de nombreux travailleurs de la santé dissidents, en plus de subir des préjudices personnels et professionnels, se sont vus interdire l’accès aux espaces publics, et que beaucoup d’entre eux sont toujours tenus à l’écart des emplois dans le secteur de la santé, a été totalement absent des discussions autour de cette politique.

Notre étude présente des limites, notamment la taille réduite de l’échantillon, sa nature interprétative et les préjugés personnels et professionnels. Une autre limite est que nos ressources ne nous ont permis d’inclure que des articles en langue anglaise, un critère qui peut avoir introduit un biais linguistique dans nos résultats. Néanmoins, l’affiliation nationale des auteurs était suffisamment diversifiée pour garantir que la représentation du problème que nous avons identifiée est partagée par des experts au-delà du monde anglophone. Une autre limite est la nature documentaire des données, car le fait de contacter les auteurs aurait pu élargir notre compréhension de la représentation du problème que nous avons identifié. D’autre part, ces limites sont partagées par d’autres chercheurs, par exemple les auteurs de la littérature que nous avons analysée, dont les travaux comportaient des restrictions linguistiques et de type de données. Pour compenser ces limites, nous avons présenté des arguments détaillés et rendu notre processus de recherche aussi transparent que possible afin que d’autres chercheurs puissent en évaluer la qualité et la fiabilité [144].

6. Les conclusions

La question reste cependant posée : qu’est-ce qui explique la remarquable homogénéité de la représentation dominante du problème ? Nous ne pouvons apporter que des réponses provisoires, matérielles et idéologiques. Les explications matérielles peuvent inclure le fait que si la plupart des auteurs ont déclaré ne pas avoir de conflits d’intérêts, environ 20 % d’entre eux ont déclaré en avoir. Étant donné le pouvoir bien documenté que les conflits d’intérêts exercent, par exemple, dans le domaine de la pratique, de la politique et de la recherche médicales [145, 146], il y a des raisons de croire que cette influence s’étend également aux chercheurs qui se consacrent à l’étude des modèles de comportement au sein de la main-d’œuvre du secteur de la santé, en particulier lorsque les auteurs tirent des avantages financiers des fabricants de vaccins, des sociétés pharmaceutiques et des organisations dont la mission présuppose que tout degré de « scepticisme à l’égard des vaccins » est un « problème » qui doit être « résolu » (voir par exemple [81]), ou qu’ils occupent des postes de conseillers auprès de ces sociétés. Les conflits d’intérêts financiers n’expliquent cependant pas pourquoi la représentation dominante du problème a prévalu même parmi les auteurs qui n’ont pas fait état de ces conflits.

Nous avons développé ce point ailleurs et reprenons ici l’idée maîtresse de notre argumentation : nous proposons que les récits de blâme et de honte à l’encontre des travailleurs de la santé qui présentent divers degrés de résistance à la politique officielle dans le secteur de la santé ne soient pas un phénomène isolé. En effet, les récits de santé générateurs de peur qui s’appuient sur des idées (pseudo-)scientifiques et des consensus réels ou imaginaires ont été déployés tout au long de l’histoire. Bien que leurs objets aient changé au fil du temps, ils se ressemblent en ce sens qu’ils ont efficacement supprimé la dissidence et l’agitation, en s’appuyant sur ce que l’on a appelé un « culte de l’expertise » [147]. Parmi les exemples choisis, citons la peur des Juifs européens, accusés d’être responsables de la peste bubonique pour gérer les luttes sociales à la fin du Moyen Âge [148], la peur des lépreux, ravivée depuis l’époque biblique à la fin du XIXe siècle pour isoler les immigrants des populations locales [149], la peur des personnes d’ascendance chinoise qui, en 1900, ont été mises en quarantaine de force et inoculées en masse avec des vaccins expérimentaux après la détection de cas de peste bubonique dans le quartier chinois de San Francisco, afin de légitimer le sentiment sinophobe existant [150], et la peur des « clochards », accusés d’être responsables de la variole au début du XXe siècle [151], afin de détourner la colère populaire des conditions de vie désastreuses qui exposaient les masses au risque de maladie et de mort dont on accusait les sans-abri [152].

Nous soutenons qu’à notre époque, COVID-19 joue un rôle idéologique fonctionnellement équivalent. Contrairement au passé, l’identité sociale de « l’Autre » dans le cadre du COVID-19 est multiple, recoupant la race/l’ethnie, le sexe, la classe et l’idéologie politique, mais elle est unifiée en ce qu’elle menace l’ordre social mondial en matière de santé. Ainsi, les documents officiels mettent en garde contre la « désinformation » qui menace la santé mondiale ainsi que la finance mondiale, la survie de la planète, la confiance dans les institutions politiques et la nature même de la démocratie, appelant à « gérer », voire à « supprimer » les dissidents en fixant des limites « sûres », physiques et virtuelles, aux cognitions, attitudes, comportements et même actes de langage autorisés (voir par exemple [153-157]). Ces limites ont rendu « l’impensable pensable » [158], légitimant un « état d’exception » permanent [159] par le biais de « nudges » promus par l’État [160], et la coercition si elle est perçue comme nécessaire pour mener des guerres contre des menaces sanitaires qui ne sont pas encore connues, mais qui ne manqueront pas d’arriver [161].

En cours de route, un système a été mis en place qui discrimine les « autres » dans de multiples espaces sociaux, comme le monde universitaire et les médias, et, dans le monde de la santé, les travailleurs de la santé « déviants », même au risque de leurs moyens de subsistance et de leur vie, comme le montrent de manière convaincante les données. Il est important de noter que ce système discriminatoire viole également des principes bioéthiques fondamentaux, tels que le consentement éclairé, c’est-à-dire le droit d’être pleinement et honnêtement informé des risques et des avantages de toute intervention médicale, ainsi que des solutions de remplacement, de se voir proposer l’alternative de ne rien faire et de pouvoir choisir sans coercition. Elle est également en contradiction avec les principes d’équité, de diversité et d’inclusion, tenus normativement en haute estime [162-165] par les mêmes institutions qui semblent les subvertir dans la pratique. Une évaluation complète de tous les aspects scientifiques, éthiques et juridiques de la politique de vaccination obligatoire des travailleurs de la santé dépasse la portée de cette étude, de nos ressources et capacités personnelles, et de toute autre étude. Nous sommes toutefois convaincus que notre travail peut contribuer à un débat public mieux informé sur la vaccination obligatoire et, plus généralement, sur la politique relative à la COVID-19.

 

 

Claudia Chaufan
Natalie Hemsing
Juillet 2024

 

(*) Une enquête politique critique sur les obligations vaccinales pour les travailleurs de la santé
École de politique et de gestion de la santé, Université de York, 4700 Keele St, Toronto, ON, M3J 1P3, Canada
Correspondance : Courriel : cchaufan@yorku.ca.

Remerciements
La première auteure remercie les nombreuses organisations professionnelles et non professionnelles, les étudiants, les stagiaires, les amis et les proches qui lui ont offert des espaces de réflexion et de débat au cours de ces dernières années, et tout particulièrement son mari, Julian Field, pour ses commentaires et son soutien éditoriaux inestimables. La deuxième auteure souhaite remercier sa famille et ses amis pour leurs encouragements et leur soutien constants, ainsi que le Dr Chaufan pour son mentorat. Les deux auteurs souhaitent remercier les réviseurs pour leurs commentaires utiles et constructifs.
Ce travail a été financé par l’appel spécial 2022 du Fonds pour les nouvelles frontières de la recherche (NFRF), NFRFR- 2022-00305.

Conflits d’intérêts
Les auteurs n’ont aucun conflit d’intérêt à déclarer. 
AIMS Public Health Volume 11, Issue 3, 688-714.

 

Références :

[1] Centers for Medicare and Medicaid Services COVID-19 Vaccination Requirements for Health Care Providers and Suppliers. Available from: https://www.cms.gov/files/document/covid-19-health-care-staff-vaccination-requirements-infographic.pdf
[2] Dyer O (2020) WHO retracts opioid guidelines after accepting that industry had an influence. BMJ 368: m105. https://doi.org/10.1136/bmj.m105
[3] Ontario Government NewsroomOntario Makes COVID-19 Vaccination Policies Mandatory for High-Risk Settings (2021). Available from: https://news.ontario.ca/en/release/1000750/ontario-makes-covid-19-vaccination-policies-mandatory-for-high-risk-settings
[4] Vinceti SR (2021) COVID-19 Compulsory vaccination of healthcare workers and the Italian constitution. Annali di Igiene, Medicina Preventiva e di Comunità .
[5] White HouseFact sheet: Biden administration announces details of two major vaccination policies, Washington (DC) (2021). Available from: https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2021/11/04/fact-sheet-biden-administration-announces-details-of-two-major-vaccination-policies/
[6] Iacobucci G (2022) Covid-19: How prepared is England’s NHS for mandatory vaccination? BMJ 376: o192. https://doi.org/10.1136/bmj.o192
[7] Ledda C, Rapisarda V, Maltezou HC (2023) COVID-19 vaccination refusal and suspension of work among healthy healthcare personnel in Italy: A cross-sectional study of their knowledge and attitudes toward vaccinations. Vaccine X 13: 100275. https://doi.org/10.1016/j.jvacx.2023.100275
[8] Peterson CJ, Lee B, Nugent K (2022) COVID-19 Vaccination Hesitancy among Healthcare Workers—A Review. Vaccines 10: 948. https://doi.org/10.3390/vaccines10060948
[9] Picelli S, Danielis M, Zanotti R (2023) Better to Be Unpaid than COVID-19 Vaccinated! A Qualitative Study on Italian Nurses Suspended from Work without Salary. Vaccines 11: 1239. https://doi.org/10.3390/vaccines11071239
[10] Bardosh K, Figueiredo A de, Gur-Arie R, et al. (2022) The unintended consequences of COVID-19 vaccine policy: why mandates, passports and restrictions may cause more harm than good. BMJ Global Health 7: e008684. https://doi.org/10.1136/bmjgh-2022-008684
[11] Breeher LE, Wolf ME, Geyer H, et al. (2022) Work absence following COVID-19 vaccination in a cohort of healthcare personnel. J Occup Environ Med 64: 6. https://doi.org/10.1097/JOM.0000000000002376
[12] Cohen DA, Greenberg P, Formanowski B, et al. (2022) Are COVID-19 mRNA vaccine side effects severe enough to cause missed work? Cross-sectional study of health care-associated workers. Medicine 101: e28839. https://doi.org/10.1097/MD.0000000000028839
[13] Klugar M, Riad A, Mekhemar M, et al. (2021) Side Effects of mRNA-Based and Viral Vector-Based COVID-19 Vaccines among German Healthcare Workers. Biology 10: 752. https://doi.org/10.3390/biology10080752
[14] Waters A (2022) Covid-19: Reassess effects of mandatory vaccination on staffing, urge unions. BMJ 376: o139. https://doi.org/10.1136/bmj.o139
[15] Whelan R, Evans M (2021) Some Hospitals Drop Covid-19 Vaccine Mandates to Ease Labor Shortages. The Wall Street Journal . Available from: https://www.wsj.com/articles/some-hospitals-drop-covid-19-vaccine-mandates-to-ease-labor-shortages-11639396806.
[16] Yong E (2021) Why health-care workers are quitting in droves. Atlantic : 16.
[17] AAMC. Major health care professional organizations call for COVID-19 vaccine mandates for all health workers. Association of American Medical Colleges (2021) .
[18] Emanuel EJ, Skorton DJ (2021) Mandating COVID-19 vaccination for health care workers. Ann Intern Med 174: 1308-1310. https://doi.org/10.7326/M21-3150
[19] Maneze D, Salamonson Y, Grollman M, et al. (2022) Mandatory COVID-19 vaccination for healthcare workers: A systematic review. Int J Nurs Stud 138: 104389. https://doi.org/10.1016/j.ijnurstu.2022.104389
[20] Alwan NA, Burgess RA, Ashworth S, et al. (2020) Scientific consensus on the COVID-19 pandemic: we need to act now. Lancet 396: e71-e72. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)32153-X
[21] WHO COVID-19 vaccines, 2024 (2024). Available from: https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/covid-19-vaccines
[22] Covid CDC, Team VBCI, Birhane M, et al. (2021) COVID-19 Vaccine Breakthrough Infections Reported to CDC – United States, January 1-April 30, 2021. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 70: 792-793. https://doi.org/10.15585/mmwr.mm7021e3
[23] Brown CM, Vostok J, Johnson H, et al. (2021) Outbreak of SARS-CoV-2 Infections, Including COVID-19 Vaccine Breakthrough Infections, Associated with Large Public Gatherings-Barnstable County, Massachusetts, July 2021. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 70: 1059-1062. https://doi.org/10.15585/mmwr.mm7031e2
[24] Subramanian SV, Kumar A (2021) Increases in COVID-19 are unrelated to levels of vaccination across 68 countries and 2947 counties in the United States. Eur J Epidemiol 36: 1237-1240. https://doi.org/10.1007/s10654-021-00808-7
[25] Doshi P (2020) Will covid-19 vaccines save lives? Current trials aren’t designed to tell us. BMJ 371: m4037. https://doi.org/10.1136/bmj.m4037
[26] Pfizer BNT A Phase 1/2/3, placebo-controlled, randomized, observer-blind, dose-finding, study to evaluate the safety, tolerability, immunogenicity, and efficacy of SARS-CoV2 RNA vaccine candidates against COVID-19 in healthy individuals, clinicaltrials.gov (2020). Available from: https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04368728
[27] Braunstein GD, Schwartz L, Hymel P, et al. (2021) False Positive Results With SARS-CoV-2 RT-PCR Tests and How to Evaluate a RT-PCR-Positive Test for the Possibility of a False Positive Result. J Occup Environ Med 63: e159. https://doi.org/10.1097/JOM.0000000000002138
[28] Salvatore PP (2020) Recent Increase in COVID-19 Cases Reported Among Adults Aged 18–22 Years—United States, May 31–September 5, 2020. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 69. https://doi.org/10.15585/mmwr.mm6939e4
[29] Suthar AB, Schubert S, Garon J, et al. (2022) Coronavirus Disease Case Definitions, Diagnostic Testing Criteria, and Surveillance in 25 Countries with Highest Reported Case Counts. Emerg Infect Dis 28: 148-156. https://doi.org/10.3201/eid2801.211082
[30] Cao S, Gan Y, Wang C, et al. (2020) Post-lockdown SARS-CoV-2 nucleic acid screening in nearly ten million residents of Wuhan, China. Nat Commun 11: 5917. https://doi.org/10.1038/s41467-020-19802-w
[31] Mina MJ, Peto TE, García-Fiñana M, et al. (2021) Clarifying the evidence on SARS-CoV-2 antigen rapid tests in public health responses to COVID-19. Lancet 397: 1425-1427. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(21)00425-6
[32] Skittrall JP, Fortune MD, Jalal H, et al. (2021) Diagnostic tool or screening programme? Asymptomatic testing for SARS-CoV-2 needs clear goals and protocols. Lancet Reg Health Eur 1: 100002. https://doi.org/10.1016/j.lanepe.2020.100002
[33] Singanayagam A, Hakki S, Dunning J, et al. (2021) Community transmission and viral load kinetics of the SARS-CoV-2 delta (B.1.617.2) variant in vaccinated and unvaccinated individuals in the UK: a prospective, longitudinal, cohort study. Lancet Infect Dis 22: 183-195. https://doi.org/10.1016/S1473-3099(21)00648-4
[34] Morris DZ, Mukherjee S (2021) It’s official: Vaccinated people don’t spread COVID-19. Fortune .
[35] Reynolds C (2021) Tam warns Canadians that full vaccination does not equal full protection from transmitting COVID-19. The Globe and Mail . Available from: https://www.theglobeandmail.com/canada/article-tam-warns-canadians-that-full-vaccination-does-not-equal-full/.
[36] Pezzullo AM, Axfors C, Contopoulos-Ioannidis DG, et al. (2023) Age-stratified infection fatality rate of COVID-19 in the non-elderly population. Environ Res 216: 114655. https://doi.org/10.1016/j.envres.2022.114655
[37] CDC Centers for Disease Control and Prevention, Underlying Medical Conditions Associated with Higher Risk for Severe COVID-19: Information for Healthcare Professionals, 2022 (2022). Available from: https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/hcp/clinical-care/underlyingconditions.html
[38] Chenchula S, Vidyasagar K, Pathan S, et al. (2023) Global prevalence and effect of comorbidities and smoking status on severity and mortality of COVID-19 in association with age and gender: a systematic review, meta-analysis and meta-regression. Sci Rep 13: 6415. https://doi.org/10.1038/s41598-023-33314-9
[39] Wise J (2021) Covid-19: Highest death rates seen in countries with most overweight populations. BMJ 372: n623. https://doi.org/10.1136/bmj.n623
[40] Brown RB (2021) Outcome Reporting Bias in COVID-19 mRNA Vaccine Clinical Trials. Medicina 57: 199. https://doi.org/10.3390/medicina57030199
[41] Edwards E (2023) What people with ‘super immunity’ can teach us about Covid and other viruses. NBC News . Available from: https://www.nbcnews.com/health/health-news/are-immune-covid-science-trying-unravel-immunity-virus-rcna72885.
[42] Phipps WS, SoRelle JA, Li QZ, et al. (2020) SARS-CoV-2 Antibody Responses Do Not Predict COVID-19 Disease Severity. Am J Clin Pathol 154: 459-465. https://doi.org/10.1093/ajcp/aqaa123
[43] Chemaitelly H, Tang P, Hasan MR, et al. (2021) Waning of BNT162b2 Vaccine Protection against SARS-CoV-2 Infection in Qatar. N Engl J Med 385: e83. https://doi.org/10.1056/NEJMoa2114114
[44] Chemaitelly H, Nagelkerke N, Ayoub HH, et al. (2022) Duration of immune protection of SARS-CoV-2 natural infection against reinfection. J Travel Med 29: taac109. https://doi.org/10.1093/jtm/taac109
[45] Gazit S, Shlezinger R, Perez G, et al. (2022) Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 (SARS-CoV-2) Naturally Acquired Immunity versus Vaccine-induced Immunity, Reinfections versus Breakthrough Infections: A Retrospective Cohort Study. Clin Infect Dis 75: e545-e551. https://doi.org/10.1093/cid/ciac262
[46] Hall VJ, Foulkes S, Charlett A, et al. (2021) SARS-CoV-2 infection rates of antibody-positive compared with antibody-negative health-care workers in England: a large, multicentre, prospective cohort study (SIREN). Lancet 397: 1459-1469. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(21)00675-9
[47] Kerr L, Cadegiani FA, Baldi F, et al. (2022) Ivermectin Prophylaxis Used for COVID-19: A Citywide, Prospective, Observational Study of 223,128 Subjects Using Propensity Score Matching. Cureus 14: e21272. https://doi.org/10.7759/cureus.21272
[48] Kory P, Meduri GU, Varon J, et al. (2021) Review of the Emerging Evidence Demonstrating the Efficacy of Ivermectin in the Prophylaxis and Treatment of COVID-19. Am J Ther 28: e299-e318. https://doi.org/10.1097/MJT.0000000000001377
[49] McCullough PA, Kelly RJ, Ruocco G, et al. (2021) Pathophysiological Basis and Rationale for Early Outpatient Treatment of SARS-CoV-2 (COVID-19) Infection. Am J Med 134: 16-22. https://doi.org/10.1016/j.amjmed.2020.07.003
[50] Risch HA (2020) Early Outpatient Treatment of Symptomatic, High-Risk COVID-19 Patients That Should Be Ramped Up Immediately as Key to the Pandemic Crisis. Am J Epidemiol 189: 1218-1226. https://doi.org/10.1093/aje/kwaa093
[51] Shrestha NK, Burke PC, Nowacki AS, et al. (2023) Effectiveness of the Coronavirus Disease 2019 Bivalent Vaccine. Open Forum Infect Dis 10: ofad209. https://doi.org/10.1093/ofid/ofad209
[52] Pfizer BNT Appendix 2.2 Cumulative and Interval Summary Tabulation of Serious and Non-serious Adverse Reactions From Post-marketing Data Sources (New York) (2022). Available from: https://tkp.at/wp-content/uploads/2023/10/OCR_04.-Comirnaty-2-PSUR-APPENDIX-2.2-CUMULATIVE-AND-INTERVAL-SUMMARY-TABULATION-OF-SERIOUS-AND-NON-SERIOUS-ADVERSE-REACTIONS-FROM-POST-MARKETING-DATA-SOURCES-pages-714-1050.pdf
[53] CDC NewsroomCDC, Statement from CDC Director Rochelle P. Walensky, MD, MPH on Today’s MMWR, 2021 (2021). Available from: https://www.cdc.gov/media/releases/2021/s0730-mmwr-covid-19.html
[54] GOV.UK UK, Regulation 174 Information for UK healthcare professionals, 2023 (2023). Available from: https://www.gov.uk/government/publications/regulatory-approval-of-pfizer-biontech-vaccine-for-covid-19/information-for-healthcare-professionals-on-pfizerbiontech-covid-19-vaccine
[55] Faksova K, Walsh D, Jiang Y, et al. (2024) COVID-19 vaccines and adverse events of special interest: A multinational Global Vaccine Data Network (GVDN) cohort study of 99 million vaccinated individuals. Vaccine 42: 2200-2211. https://doi.org/10.1016/j.vaccine.2024.01.100
[56] Fraiman J, Erviti J, Jones M, et al. (2022) Serious adverse events of special interest following mRNA COVID-19 vaccination in randomized trials in adults. Vaccine 40: 5798-5805. https://doi.org/10.1016/j.vaccine.2022.08.036
[57] World Council for Health WCH Covid-19 Vaccine Pharmacovigilance Report, Bath, World Council for Health (2022). Available from: https://worldcouncilforhealth.org/news/independent-pharmacovigilance-report-recall-of-covid-19-vaccines/
[58] Association of American Physicians and Surgeons, AAPS Statement Calling for Moratorium on COVID-19 Shot Mandates and Genetic Injections, 2023 (2023). Available from: https://aapsonline.org/aaps-statement-calling-for-moratorium-on-covid-19-injections-and-mandates/
[59] Girma S, Paton D (2023) Covid-19 vaccines as a condition of employment: impact on uptake, staffing, and mortality in elderly care homes. Manage Sci . https://doi.org/10.1287/mnsc.2023.4832
[60] Alexander PE, Armstrong R, Fareed G, et al. (2021) Early multidrug treatment of SARS-CoV-2 infection (COVID-19) and reduced mortality among nursing home (or outpatient/ambulatory) residents. Med Hypotheses 153: 110622. https://doi.org/10.1016/j.mehy.2021.110622
[61] Carvallo H, Hirsch R, Alkis P, et al. (2020) Study of the efficacy and safety of topical ivermectin + iota-carrageenan in the prophylaxis against COVID-19 in health personnel. J Biomed Res Clin Investig 2: 1007. https://doi.org/10.31546/2633-8653.1007
[62] Kulldorff M, Gupta S, Bhattacharya J Great Barrington Declaration, Great Barrington Declaration and Petition, 2020 (2020). Available from: https://gbdeclaration.org/
[63] Bacchi CL (2009) Analysing Policy: What’s the Problem Represented to Be?. London: Pearson.
[64] Nader L (1972) Up the anthropologist: Perspectives gained from studying up. Reinventing Anthropology : 284-311.
[65] Becker H (1963) Outsiders: Studies in the Sociology of Deviance. New York: Free Press.
[66] Goffman E (1963) Stigma: Notes on the Management of Spoiled Identity. New York: Touchstone.
[67] Link BG, Phelan JC (2001) Conceptualizing Stigma. Annu Rev Sociol 27: 363-385. https://doi.org/10.1146/annurev.soc.27.1.363
[68] Semyonov M, Raijman R, Gorodzeisky A (2008) Foreigners’ impact on European societies: public views and perceptions in a cross-national comparative perspective. Int J Comp Sociol 49: 5-29. https://doi.org/10.1177/0020715207088585
[69] Fairclough N Critical Discourse Analysis: The Critical Study of Language, Routledge (2013). https://doi.org/10.4324/9781315834368
[70] Bowen GA (2009) Document analysis as a qualitative research method. Qual Res J 9: 27-40. https://doi.org/10.3316/QRJ0902027
[71] Braun V, Clarke V (2006) Using thematic analysis in psychology. Qual Res Psychol 3: 77-101. https://doi.org/10.1191/1478088706qp063oa
[72] WHO COVID-19 advice for the public: Getting vaccinated, 2023 (2023). Available from: https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/covid-19-vaccines/advice
[73] Banoun H (2023) mRNA: Vaccine or Gene Therapy? The Safety Regulatory Issues. Int J Mol Sci 24: 10514. https://doi.org/10.3390/ijms241310514
[74] FDA What is Gene Therapy? (2018). Available from: https://www.fda.gov/vaccines-blood-biologics/cellular-gene-therapy-products/what-gene-therapy
[75] Health Resources & Services Administration About the National Vaccine Injury Compensation Program | HRSA, 2023 (2023). Available from: https://www.hrsa.gov/vaccine-compensation/about
[76] Holland M (2018) Liability for Vaccine Injury: The United States, the European Union, and the Developing World. Emory Law J 67: 415.
[77] Office of the Surgeon General Confronting Health Misinformation: The U.S. Surgeon General’s Advisory on Building a Healthy Information Environment, Washington, DC, US Department of Health and Human Services (2021). Available from: https://www.hhs.gov/sites/default/files/surgeon-general-misinformation-advisory.pdf
[78] National Library of Medicine Disinformation-MeSH (2022). Available from: https://meshb-prev.nlm.nih.gov/record/ui?ui=D000087862
[79] Bessi A, Coletto M, Davidescu GA, et al. (2015) Science vs Conspiracy: Collective Narratives in the Age of Misinformation. PLoS One 10: e0118093. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0118093
[80] Uscinski JE (2018) The Study of Conspiracy Theories. Argumenta 3: 233-245.
[81] Vaccine Confidence Project The Vaccine Confidence Project, What We Do him, 2010 (2010). Available from: https://www.vaccineconfidence.org/
[82] Achat HM, Stubbs JM, Mittal R (2022) Australian healthcare workers and COVID-19 vaccination: Is mandating now or for future variants necessary?. Aust NZJ Public Health 46: 95. https://doi.org/10.1111/1753-6405.13191
[83] Shaw J, Hanley S, Stewart T, et al. (2021) Health Care Personnel (HCP) attitudes about COVID-19 vaccination after emergency use authorization. Clin Infect Dis 75: e814-e821. https://doi.org/10.1093/cid/ciab731
[84] de Graaf Y, Oomen B, Castro-Sanchéz E, et al. (2023) Nurses’ roles, views and knowledge regarding vaccines and vaccination: A pan-European survey. Int J Care Coord 26: 129-136. https://doi.org/10.1177/20534345231207527
[85] Niznik JD, Berry SD, Syme M, et al. (2002) Addressing Hesitancy to COVID-19 Vaccines in Healthcare Assistants. Geriatric Nursing 45: 169-173. https://doi.org/10.1016/j.gerinurse.2022.04.011
[86] Tylec A, Janiszewska M, Siejko K, et al. (2023) Determinants of the decision to be vaccinated against COVID-19 as exemplified by employees of a long-term health care centre. J Public Health 45: 237-244. https://doi.org/10.1093/pubmed/fdab395
[87] Hubble MW, Renkiewicz GK, Hunter S, et al. (2022) Predictors of COVID-19 Vaccination Among EMS Personnel. West J Emerg Med 23: 570. https://doi.org/10.5811/westjem.2022.4.54926
[88] Thaivalappil A, Young I, MacKay M, et al. (2022) A qualitative study exploring healthcare providers’ and trainees’ barriers to COVID-19 and influenza vaccine uptake. Health Psychol Behav Med 10: 695-712. https://doi.org/10.1080/21642850.2022.2106231
[89] Heyerdahl LW, Dielen S, Dodion H, et al. (2023) Strategic silences, eroded trust: The impact of divergent COVID-19 vaccine sentiments on healthcare workers’ relations with peers and patients. Vaccine 41: 883-891. https://doi.org/10.1016/j.vaccine.2022.10.048
[90] Lucia VC, Kelekar A, Afonso NM (2020) COVID-19 vaccine hesitancy among medical students. J Public Health 43: 445-449. https://doi.org/10.1093/pubmed/fdaa230
[91] Poyiadji N, Tassopoulos A, Myers DT, et al. (2022) COVID-19 vaccine mandates: impact on radiology department operations and mitigation strategies. J Am Coll Radiol 19: 437-445. https://doi.org/10.1016/j.jacr.2021.11.002
[92] Ford A, Heidke P, Kurup C, et al. (2023) Factors influencing Australian nursing and midwifery students COVID-19 vaccination intentions. Vaccine X 14: 100352. https://doi.org/10.1016/j.jvacx.2023.100352
[93] Oberleitner LM, Lucia VC, Navin MC, et al. (2022) COVID-19 Vaccination Concerns and Reasons for Acceptance Among US Health Care Personnel. Public Health Rep 137: 1227-1234. https://doi.org/10.1177/00333549221120590
[94] Ulrich AK, Pankratz GK, Bohn B, et al. (2022) COVID-19 vaccine confidence and reasons for vaccination among health care workers and household members. Vaccine 40: 5856-5859. https://doi.org/10.1016/j.vaccine.2022.07.057
[95] Evans CT, DeYoung BJ, Gray EL, et al. (2022) Coronavirus disease 2019 (COVID-19) vaccine intentions and uptake in a tertiary-care healthcare system: A longitudinal study. Infect Control Hosp Epidemiol 43: 1806-1812. https://doi.org/10.1017/ice.2021.523
[96] Digregorio M, Van Ngoc P, Delogne S, et al. (2022) Vaccine Hesitancy towards the COVID-19 Vaccine in a Random National Sample of Belgian Nursing Home Staff Members. Vaccines 10: 598. https://doi.org/10.3390/vaccines10040598
[97] Viskupic F, Wiltse D (2021) The Messenger Matters: Religious Leaders and Overcoming COVID-19 Vaccine Hesitancy. PS Polit Sci Polit 55: 504-509. https://doi.org/10.1017/S104909652200004X
[98] Lohiniva AL, Hussein I, Lehtinen JM, et al. (2023) Qualitative Insights into Vaccine Uptake of Nursing Staff in Long-Term Care Facilities in Finland. Vaccines 11: 530. https://doi.org/10.3390/vaccines11030530
[99] Iwu CA, Ositadinma P, Chibiko V, et al. (2022) Prevalence and Predictors of COVID-19 Vaccine Hesitancy among Health Care Workers in Tertiary Health Care Institutions in a Developing Country: A Cross-Sectional Analytical Study. Adv Public Health 2022. https://doi.org/10.1155/2022/7299092
[100] Hoffman BL, Boness CL, Chu KH, et al. (2022) COVID-19 Vaccine Hesitancy, Acceptance, and Promotion Among Healthcare Workers: A Mixed-Methods Analysis. J Commun Health 47: 750-758. https://doi.org/10.1007/s10900-022-01095-3
[101] The Canadian Human Rights Commission Discussion paper on systemic racism, Ottawa, Ont., The Canadian Human Rights Commission (2023). Available from: https://www.chrc-ccdp.gc.ca/en/resources/publications/discussion-paper-systemic-racism
[102] Choi K, Chang J, Luo YX, et al. (2022) “Still on the Fence”: A Mixed Methods Investigation of COVID-19 Vaccine Confidence Among Health Care Providers. Workplace Health Saf 70: 285-297. https://doi.org/10.1177/21650799211049811
[103] Wirpsa M, Galchutt P, Price C, et al. (2023) Mandatory COVID-19 vaccination for healthcare workers: The experience of chaplains evaluating religious accommodation requests from coworkers. Soc Sci Med 332: 116103. https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2023.116103
[104] Woodhead C, Onwumere J, Rhead R, et al. (2022) Race, ethnicity and COVID-19 vaccination: a qualitative study of UK healthcare staff. Ethn Health 27: 1555-1574. https://doi.org/10.1080/13557858.2021.1936464
[105] Loh E, Michael S, Beetson R, et al. (2022) Case for mandatory COVID-19 vaccinations for workers in health and aged care settings: a guide for leaders. BMJ Lead 6: 143-145. https://doi.org/10.1136/leader-2021-000572
[106] Singh AK, Kumari R, Singh S, et al. (2021) The dilemma of COVID-19 vaccination among Health Care Workers (HCWs) of Uttar Pradesh. Indian J Community He 33: 319-324. https://doi.org/10.47203/IJCH.2021.v33i02.017
[107] Badahdah AM, Al Mahyijari N, Badahdah R, et al. (2022) Attitudes of physicians and nurses in Oman toward mandatory covid-19 vaccination. Oman Med J 37: 1-4. https://doi.org/10.5001/omj.2022.87
[108] Iliyasu Z, Garba RM, Aliyu MA, et al. (2022) “I Would Rather Take the Vaccine Than Undergo Weekly Testing”: Correlates of Health Workers’ Support for COVID-19 Vaccine Mandates. Int J Env Res Public Health 19: 13937. https://doi.org/10.3390/ijerph192113937
[109] Moudatsou M, Stavropoulou A, Rovithis M, et al. (2023) Views and Challenges of COVID-19 Vaccination in the Primary Health Care Sector. A Qualitative Study. Vaccines 11: 803. https://doi.org/10.3390/vaccines11040803
[110] Dzieciolowska S, Hamel D, Gadio S, et al. (2021) Covid-19 vaccine acceptance, hesitancy, and refusal among Canadian healthcare workers: A multicenter survey. Am J Infect Control 49: 1152-1157. https://doi.org/10.1016/j.ajic.2021.04.079
[111] Dubov A, Distelberg BJ, Abdul-Mutakabbir JC, et al. (2021) Predictors of COVID-19 Vaccine Acceptance and Hesitancy among Healthcare Workers in Southern California: Not Just ‘Anti’ vs. ‘Pro’ Vaccine. Vaccines 9: 1428. https://doi.org/10.3390/vaccines9121428
[112] Plummer E, Wempe WF (2023) Evidence on the Effects of the Federal COVID-19 Vaccine Mandate on Nursing Home Staffing Levels. J Am Med Dir Assoc 24: 451-458. https://doi.org/10.1016/j.jamda.2022.12.024
[113] Heyerdahl LW, Dielen S, Nguyen T, et al. (2022) Doubt at the core: Unspoken vaccine hesitancy among healthcare workers. Lancet Reg Health Eur 12: 100289. https://doi.org/10.1016/j.lanepe.2021.100289
[114] Dennis A, Robin C, Jones LF, et al. (2022) Exploring vaccine hesitancy in care home employees in North West England: a qualitative study. BMJ Open 12: e055239. https://doi.org/10.1136/bmjopen-2021-055239
[115] Chrissian AA, Oyoyo UE, Patel P, et al. (2022) Impact of COVID-19 vaccine-associated side effects on health care worker absenteeism and future booster vaccination. Vaccine 40: 3174-3181. https://doi.org/10.1016/j.vaccine.2022.04.046
[116] Ritter AZ, Kelly J, Kent RM, et al. (2021) Implementation of a coronavirus disease 2019 vaccination condition of employment in a community nursing home. J Am Med Dir Assoc 22: 1998-2002. https://doi.org/10.1016/j.jamda.2021.07.035
[117] Yassi A, Barker S, Lockhart K, et al. (2023) Urban-rural divide in COVID-19 infection and vaccination rates in healthcare workers in British Columbia, Canada. Can J Rural Med 28: 47-58. https://doi.org/10.4103/cjrm.cjrm_24_22
[118] Syme ML, Gouskova N, Berry SD (2022) COVID-19 Vaccine uptake among nursing home staff via statewide policy: the mississippi vaccinate or test out policy. Am J Public Health 112: 762-765. https://doi.org/10.2105/AJPH.2022.306800
[119] Fadda M, Bezani K, Amati R, et al. (2022) Decision-making on COVID-19 vaccination: A qualitative study among health care and social workers caring for vulnerable individuals. SSM Qual Res Health 2: 100181. https://doi.org/10.1016/j.ssmqr.2022.100181
[120] Lee JT, Hu SS, Zhou T, et al. (2022) Employer requirements and COVID-19 vaccination and attitudes among healthcare personnel in the US: Findings from National Immunization Survey Adult COVID Module, August–September 2021. Vaccine 40: 7476-7482. https://doi.org/10.1016/j.vaccine.2022.06.069
[121] Casey SM, Burrowes SA, Hall T, et al. (2022) Healthcare workers’ attitudes on mandates, incentives, and strategies to improve COVID-19 vaccine uptake: A mixed methods study. Hum Vaccin Immunother 18: 2144048. https://doi.org/10.1080/21645515.2022.2144048
[122] Kinder M Brookings, Meet the COVID-19 frontline heroes, 2020 (2020). Available from: https://www.brookings.edu/articles/meet-the-covid-19-frontline-heroes-2/
[123] Russell D, Onorato N, Stern A, et al. (2023) A Qualitative Study of Home Health Aides’ Perspectives towards COVID-19 Vaccination. J Appl Gerontol 42: 660-669. https://doi.org/10.1177/07334648221130677
[124] Déom N, Vanderslott S, Kingori P, et al. (2023) Online on the frontline: A longitudinal social media analysis of UK healthcare workers’ attitudes to COVID-19 vaccines using the 5C framework. Soc Sci Med 339: 116313. https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2023.116313
[125] Sternberg RJ, Roediger HL, Halpern DF Critical Thinking in Psychology, Cambridge University Press (2007). https://doi.org/10.1017/CBO9780511804632
[126] Lutz W (1988) Fourteen Years of Doublespeak. English J 77: 40-42. https://doi.org/10.58680/ej198810154
[127] Brown P (1995) Naming and Framing: The Social Construction of Diagnosis and Illness. J Health Soc Behav : 34-52. https://doi.org/10.2307/2626956
[128] Cassell J (1976) The contribution of the social environment to host resistance: The fourth Wade Hampton frost lecture. Am J Epidemiol 104: 107-123. https://doi.org/10.1093/oxfordjournals.aje.a112281
[129] Dubos R, Savage D, Shaedler R (1966) Biological Freudianism: Lasting effects of early environmental influences. Pediatrics 38: 789-800. https://doi.org/10.1542/peds.38.5.789
[130] McKeown T, Record RG, Turner RD (1975) An Interpretation of the Decline of Mortality in England and Wales during the Twentieth Century. Popul Stud 29: 391-422. https://doi.org/10.1080/00324728.1975.10412707
[131] McKeown T, Record RG (1962) Reasons for the Decline of Mortality in England and Wales during the Nineteenth Century. Popul Stud 16: 94-122. https://doi.org/10.1080/00324728.1962.10414870
[132] McKinlay JB, McKinlay SM (1977) The Questionable Contribution of Medical Measures to the Decline of Mortality in the United States in the Twentieth Century. Milbank Q 55: 405-428. https://doi.org/10.2307/3349539
[133] Chemaitelly H, Ayoub HH, AlMukdad S, et al. (2022) Protection from previous natural infection compared with mRNA vaccination against SARS-CoV-2 infection and severe COVID-19 in Qatar: a retrospective cohort study. Lancet Microbe 3: e944-e955. https://doi.org/10.1016/S2666-5247(22)00287-7
[134] Cohen S (1996) Psychological Stress, Immunity, and Upper Respiratory Infections. Curr Dir Psychol Sci 5: 86-90. https://doi.org/10.1111/1467-8721.ep10772808
[135] Cohen S, Janicki-Deverts D, Miller GE (2007) Psychological Stress and Disease. JAMA 298: 1685-1687. https://doi.org/10.1001/jama.298.14.1685
[136] Panchal U, Salazar de Pablo G, Franco M, et al. (2023) The impact of COVID-19 lockdown on child and adolescent mental health: systematic review. Eur Child Adolesc Psy 32: 1151-1177. https://doi.org/10.1007/s00787-021-01856-w
[137] Pandey K, Thurman M, Johnson SD, et al. (2021) Mental Health Issues During and After COVID-19 Vaccine Era. Brain Res Bull 176: 161-173. https://doi.org/10.1016/j.brainresbull.2021.08.012
[138] Levy N (2007) Radically Socialized Knowledge and Conspiracy Theories. Episteme 4: 181-192. https://doi.org/10.3366/epi.2007.4.2.181
[139] Chaufan C (2023) Is Covid-19 “vaccine uptake” in postsecondary education a “problem”? A critical policy inquiry. Health 15: 13634593231204169. https://doi.org/10.1177/13634593231204169
[140] Chaufan C, Hemsing N, McDonald J, et al. (2022) The Risk-Benefit Balance in the COVID-19 “Vaccine Hesitancy” Literature: An Umbrella Review Protocol. Int J Vaccine Theory Practice Res 2: 652-669. https://doi.org/10.56098/ijvtpr.v2i2.62
[141] Chaufan C, Hemsing N (2023) In the name of health and illness: An inquiry into Covid-19 vaccination policy in postsecondary education in Canada. J Res Appl Med 1: 1-21. https://doi.org/10.31235/osf.io/gdbj3
[142] Chaufan C “You are not a horse”: Medicalization, social control, and academic discourse in the Covid-19 era, New Dehli, Jaypee Brothers Medical Publishers (Forthcoming).
[143] Zola IK (1972) Medicine as an Institution of Social Control. Sociol Rev 20: 487-504. https://doi.org/10.1111/j.1467-954X.1972.tb00220.x
[144] Tracy SJ (2010) Qualitative Quality: Eight “Big-Tent” Criteria for Excellent Qualitative Research. Qual Inq 16: 837-851. https://doi.org/10.1177/1077800410383121
[145] Angell M Drug Companies & Doctors: A Story of Corruption (2009). Available from: https://ahrp.org/marcia-angell-drug-co-doctors-a-story-of-corruption/
[146] Steinbrook R, Kassirer JP, Angell M (2015) Justifying conflicts of interest in medical journals: a very bad idea. BMJ 350: h2942. https://doi.org/10.1136/bmj.h2942
[147] Pinkoski N First Things, Coronavirus and the Cult of Expertise, 2020 (2020). Available from: https://www.firstthings.com/web-exclusives/2020/03/coronavirus-and-the-cult-of-expertise
[148] Cohn SK (2007) The Black Death and the Burning of Jews. Past Present 3–36. https://doi.org/10.1093/pastj/gtm005
[149] Brandt AM (1989) A Disease and its Specter. Science 246: 679-679. https://doi.org/10.1126/science.246.4930.679
[150] McClain C (1988) Of Medicine, Race, and American Law: The Bubonic Plague Outbreak of 1900. Law Soc Inq 13: 447-513. https://doi.org/10.1111/j.1747-4469.1988.tb01126.x
[151] The Lancet The Spread of Small-pox by Tramps. Lancet (1904) 163: 446-447. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(01)87511-5
[152] Kraut AM (2010) Immigration, Ethnicity, and the Pandemic. Public Health Rep 125: 123-133. https://doi.org/10.1177/00333549101250S315
[153] BBC Trusted News Initiative, 2023 (2023). Available from: https://www.bbc.co.uk/beyondfakenews/trusted-news-initiative/bbc.com/beyondfakenews/trusted-news-initiative/
[154] CISA Disinformation Stops With You (2022). Available from: https://www.cisa.gov/sites/default/files/2023-08/Disinformation%20Stops%20With%20You%20Infographic_508_0.pdf
[155] UN United Nations guidance note on addressing and countering COVID-19 related hate speech (2020). Available from: https://www.un.org/en/genocideprevention/documents/Guidance%20on%20COVID-19%20related%20Hate%20Speech.pdf
[156] WEF World Economic Forum, Global Risks Report 2023, 2023 (2023). Available from: https://www.weforum.org/publications/global-risks-report-2023/
[157] WHO Ten health issues WHO will tackle this year, 2020 (2020). Available from: https://www.who.int/news-room/spotlight/ten-threats-to-global-health-in-2019
[158] Peattie L (1984) Normalizing the unthinkable. Bull At Sci 40: 32-36. https://doi.org/10.1080/00963402.1984.11459192
[159] Agamben G Medium, Biosecurity and Politics (Giorgio Agamben), 2020 (2020). Available from: https://d-dean.medium.com/biosecurity-and-politics-giorgio-agamben-396f9ab3b6f4
[160] Thaler RH, Sunstein CR (2021). Nudge: The Final Edition, New York, Penguin Books
[161] CEPI CEPI, Preparing for the next “Disease X”, 2021 (2021). Available from: https://cepi.net/news_cepi/preparing-for-the-next-disease-x/
[162] CDC Preventing Chronic Disease (PCD), PCD’s Commitment to Diversity, Equity, and Inclusion, 2023 (2023). Available from: https://www.cdc.gov/pcd/about_the_journal/pcd_diversity.htm
[163] Health Canada Employment Equity, diversity and inclusion at Health Canada and the Public Health Agency of Canada, 2017 (2017). Available from: https://www.canada.ca/en/health-canada/campaigns/jobs-health-canada-public-health-agency-canada/employment-equity-diversity-inclusion.html
[164] NHS Leadership Academy Inclusion, equality and diversity – Leadership Academy, 2024 (2024). Available from: https://www.leadershipacademy.nhs.uk/resources/inclusion-equality-and-diversity/
[165] WHO Diversity, equity and inclusion, Careers at WHO: Diversity, equity and inclusion, 2023 (2023). Available from: https://www.who.int/careers/diversity-equity-and-inclusion

Avertissement :
La rubrique commentaires est un espace d'échanges et de partages mis à votre disposition. Il vous permet d'exprimer brièvement vos idées, votre accord ou désaccord relatifs à l'article ci-dessus. Cependant vous devez respecter quelques règles simples à savoir vos propos doivent rester dans le cadre du sujet abordé, ils doivent être courtois et conformes aux règles élémentaires de la politesse et de la bienveillance. Tous les commentaires insultants, diffamants, menaçants ou appelant à la haine seront immédiatement supprimés. Nous vous remercions pour votre compréhension

Le site est modéré. Ne vous impatientez pas si votre commentaire n'apparaît pas rapidement.

23 Responses

  1. Corruption et fraude dans la crise COVID depuis 2020. Les preuves incontestables d’une dérive totalitaire.
    Livre d’Ariane BILHERAN. Parution le 20 juin 2024.
    Avec les contributions de :
    -Maître Virginie de Araujo-Recchia, avocate, sur la corruption juridique ;
    -Ariane Bilheran, sur la corruption philosophique et psychologique ;
    -Slobodan Despot, rédacteur en chef de L’Antipresse et Laurent Mucchielli, sociologue, directeur de recherche au CNRS, sur la corruption des médias de masse ;
    -Pierre Chaillot, chercheur, auteur de la chaîne Décoder l’éco, sur la corruption des chiffres et de leurs interprétations ;
    -Jean-Dominique Michel, anthropologue de la santé, sur la corruption systémique et endémique des systèmes de santé.
    https://www.editions-tredaniel.com/corruption-et-fraude-dans-la-crise-covid-depuis-2020-p-11393.html
    https://www.fnac.com/a18800118/Ariane-Bilheran-Corruption-et-fraude-dans-la-crise-COVID-depuis-2020

    1. Cet article est assez complexe et ne permet pas, à mon sens, de vraiment comprendre les manipulations successives mises en oeuvre pour que les soignants adhèrent à la vaccination. Pour l’avoir vécu au sein d’un CHU en France, les DRH ont été reçu des consignes drastiques de l’ARS pour que les soignants adhèrent à la vaccination de grès ou de force. Toutes les « armes d’ingénierie sociale ont été utilisées tour à tour : d’abord l’administration a joué sur la peur d’être un « déviant » ( celui qui contamine les patients, les membres de l’équipe qui ce sont conformés aux règles). les non vaccinés ont été rappelés à l’ordre, marginalisés, dénigrés, voire menacés par les « bons soignants’. Ensuite, l’administration a appliqué des mesures plus coercitives, « non éthiques » quand l’obligation vaccinale s’est imposée ( refus systématique des demandes de disponibilité, de congés pour les personnels voulant reculer l’échéance de la vaccination, de retraites anticipées et enfin suspension des soignants non vaccinés, …).
      Les soignants n’ont pas réagi de la même façon, selon leur statut social,. Les médecins ont, dans leur ensemble, d’emblée; accepté l’obligation vaccinale.
      Les paramédicaux ont été plus critiques concernant les bienfaits de cette vaccination mais n’ont pas résisté longtemps face à la pression croissante de l’administration dès que l’obligation vaccinale a été décrétée. Les cadres de santé ont joué un rôle majeur; qui recevaient l’ information ou plutôt la désinformation descendante hebdomadaire de la Direction. L’encadrement a fait respecter, avec parfois un excès de zèle, les mesures coercitives édictées par la DRH ( harcèlement des soignants non vaccinés jusqu’à ce qu’ils se fassent vacciner, contrôle par la sécurité sociale systématique des agents en maladie, cartes professionnelles identifiant les « soignants vaccinés » des « non vaccinés », liste officieuse des non-vaccinés). Il n’ y a pas eu de franche opposition des soignants par peur de la suspension, par facilité, manque de courage, mais plutôt des stratégies individuelles. Beaucoup ont préféré se taire et trouver des échappatoires individuels : certains ont sciemment attrapé le covid pour obtenir des dérogations temporaires de vaccination et pouvoir retravailler ensuite. Les grands principes sécuritaires comme le principe de précaution, et éthiques (consentement libre et éclairé, respect de l’intégrité du corps) et la mission d’accueil sans discrimination d’un établissement de soins, ont volé en éclat.
      En tout cas, si je fais un bilan objectif de cette crise, il n’y a pas eu beaucoup de patients morts du covid dans mon CHU. Par contre une armada de moyens dispendieux a été déployée qui a fortement grévé le budget du CHU : soignants payés pour rester à domicile dans l’attente d’un renfort potentiel en réanimation, fermeture de lits, création de circuits et structures d’accueil pour les patients porteurs de covid, déprogrammation de chirurgie réglée et en particulier pédiatrique pour dérouter du personnel IDE et AS dans les secteurs devant accueillir les patients  » covid », refus d’accueil des patients non vaccinés ,… .
      Enfin, une casse sociale énorme est à déplorer : auprès des patients qui ont subi une véritable perte de chance pour certains ( retard d’hospitalisation voire refus d’hospitalisation, déprogrammation de chirurgie, …) et auprès des soignants paramédicaux mis à rude épreuve pendant 2 ans et qui ont perdu la « foi » en leur profession : départs du CHU ( démission, demande de disponibilité )

      1. Cet article n’est pas facile à lire, c’est vrai mais il est très utile de savoir ce qui existe même si ce n’est pas ce qu’on aimerait lire soi-même. Nous ne sommes pas seuls au monde et d’autres pourraient être sensibilisés aux problèmes à partir d’un tel article qui n’était pas, à l’origine, destiné aux lecteurs de l’Aimsib.
        Nous n’avons pas tous le même vécu ni la même formation donc pas la même approche des problèmes. Les auteurs expriment une composante qui peut ne pas être la nôtre mais qui existe aussi. Si un tel article ne nous est pas utile, il le sera certainement pour d’autres.

  2. Excusez moi d’être brutale…mais voilà le genre d’article qui aurait pour résultat d’embrouiller les lecteurs les plus  » fragiles  » et ..au final leur faire croire que le pseudo vaccin Covid PEUT ÊTRE PRIS AU SERIEUX …
    Je ne pense pas qu’accepter de reconnaître que le SarsCov2 est une arme biologique et que les pseudos vaccins n’ont jamais eu pour effet de protéger les vaccinés, mais leur nuire à plus ou moins long terme , ainsi que l’avait déclaré le pr Montagnier…soit une théorie complotiste débile..c’est une réalité et on gagnera beaucoup de temps en acceptant de voir la réalité…

      1. En clair : l’AIMSIB doit-elle se faire le relais d’études si « académiques » au lieu d’articles concis en faisant la synthèse ?
        L’obligation vaccinale est purement politique et se retranche derrière une « science » que de nombreuses études contredisent et qui n’intéressent surtout pas les politiciens ni les experts chargés d’apporter des justifications aux décisions.

      2. à Brigitte Fau
        Dans la première réponse que vous faites à Hélène Banoun, vous mettez en avant académique.
        Moi, j’ai surtout retenu critique.
        Du coup, ça me fait penser à la pub Bordeau Chesnel…

  3. Un vaccin nasal contre le virus de la covid ?
    9 septembre 2021 :
    Au cours d’un communiqué de presse, des chercheurs Français avaient annoncé avoir obtenu des résultats prometteurs avec un vaccin nasal contre le virus Sars Cov-2

    https://www.inrae.fr/actualites/vaccin-100-francais-administrable-voie-nasale-contre-covid-19-resultats-pre-cliniques-positifs

    Ces chercheurs de l’université de Tours et de l’institut national de recherche agronomique l’INRAE travaillent au développement d’un vaccin nasal qui promet d’avoir un meilleur effet sur la transmission que les vaccins actuels.

    « Ce vaccin offrirait une réelle différence avec les vaccins existants : éliminer les transmissions. À l’heure actuelle, les vaccins ne permettent que de réduire ce risque de moitié, éloignant l’idée d’une immunité collective. Cela est dû au fait que la charge virale se trouve principalement dans le nez, qui constitue la porte d’entrée du virus. Ce candidat-vaccin entraîne une défense locale directement dans le nez et agit donc à l’endroit clé des contaminations et permettrait de protéger le patient vacciné d’être infecté ou de pouvoir transmettre le SARS. »

    Ces informations sur la localisation du virus par laquelle il se transmet viennent confirmer ce qu’on savait déjà. Comme pour la grippe, cette localisation externe ne peut pas être contrée par un vaccin injecté. Pour la grippe il est reconnu que « par la vaccination on ne cherche pas à casser les épidémies mais à protéger les personnes vulnérables » comme me répondra Isabelle Bonmarin au congrès SFSP de Tours en novembre 2015 à une question que j’avais posé au cours d’une session spéciale sur la grippe. Isabelle Bonmarin intervenait en tant que responsable des études sur la grippe à l’InVS (Institut national de veille sanitaire remplacé en 2017 par Santé Publique France).

    Ce candidat vaccin nasal ne semble donc pas avoir obtenu le succès escompté à l’époque de ce communiqué de presse. J’en ignore les raisons. Mais les commentaires faits par ces chercheurs à propos de leurs recherches sur un tel vaccin nasal démontrent qu’un vaccin injecté ne peut entrayer la transmission puisqu’il ne peut atteindre les virus installés au fond des fosses nasales. Comme pour la grippe, ces virus pourront être répandus dans l’air par la respiration, les éternuements et aussi se retrouver sur les mains et ainsi sur les objets touchés par ces mêmes mains. On connait très bien tout cela avec les limites de la vaccination contre la grippe.

    On peut voir une analogie avec les vaccins injectables et oraux contre la polio. Les virus polio sont des entéro-virus vivant dans l’intestin. Aussi ils ne peuvent être atteints par un vaccin injecté. D’où l’idée d’un vaccin oral poursuivant sa course dans l’intestin du vacciné. Mais sa course, il peut aussi la poursuivre plus loin encore en rejoignant l’environnement et en polluant les eaux usées. D’où de très grosses difficultés pour éradiquer les virus polio d’origine vaccinale qui ont eux aussi la capacité de provoquer des paralysies.

  4. Voici un lien vers un article rapportant des publications sur la transmission des virus grippaux :
    http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2015/10/14/32774465.html

    On peut penser qu’une partie de ces résultats pourrait s’appliquer à la transmission du covid. En particulier :
    « Les particules respiratoires émises par les patients sont de taille très variable. Les particules expulsées peuvent être réparties en deux catégories, selon leur mode de déplacement : les particules « balistiques » et les particules « inhalables ». Les particules balistiques sont des particules dont le diamètre aérodynamique moyen est supérieur à environ 100 µm1 et sont principalement affectées par la gravité, plutôt que par les frottements de l’air. Leur rayon d’action pour la transmission de l’infection est très proche du point de départ : généralement moins d’un mètre. Les particules inhalables sont celles dont le diamètre aérodynamique se situe généralement dans l’intervalle allant de 0,1 à 100 µm; selon leur taille et leur forme, elles peuvent rester dans l’air pendant une durée allant de quelques secondes à plusieurs jours. »

    « L’endroit où les particules se déposent dans les voies respiratoires de l’hôte potentiel du virus dépend principalement de leur taille. Les particules balistiques peuvent se déposer directement sur les muqueuses, mais la probabilité qu’elles soient inhalées est faible. »

    Donc c’est clair, il existe des particules porteuses du virus et qui ne seront pas inhalées. Le virus pourra donc se transmettre directement en rebondissant en quelque sorte sur la personne impactée SANS être au préalable passé dans l’organisme, donc sans avoir pu rencontrer des anticorps.
    Quoi qu’il en soit, ces extraits permettent au moins de constater que ces questions font l’objet d’études incluant des considérations balistiques inattendues.

  5. Merci beaucoup pour la qualité de votre recherche. Elle me conforte dans la conviction à laquelle je viens d’accéder : les dominants (ceux qui occupent un pouvoir) imposent leur représentation du monde aux dominés ! Le fonctionnement démocratique s’améliorera lorsque les dominants accepteront et prendront réellement en compte la représentation du monde des dominés. Au lieu de vouloir les soumettre. A ce moment, nous pourrons fédérer les énergies et avancer ensemble.

  6. Hors sujet , mais médical quand même : l’un de vous a t il un lien pour télécharger le livre de Pierre Delbet :  » prophylaxie du cancer  » ( éloge du chlorure de magnésium )
    mon ordi a grillé a à cause d’un éclair en juillet dernier et j’ai perdu de nombreux fichiers .
    Merci par avance .
    Et bon été pour ceux qui auront des vacances et pour les aussi

      1. Merci très beaucoup Marcelle !!!
        Vincent vous fera de ma part un cadeau que lui rembourserai quand il daignera venir vers chez moi
        Bon été à tous

  7. Par définition les dominants sont des dérangés mentaux. Il faut les éviter car il y en aura toujours. Concernant la « covid dites 19 » c’est une énorme farce dans laquelle il ne faut pas entrer. Certains y ont été obligés ou se sont crus obligés d’y entrer par peur. La solution est individuelle. Pour vivre heureux vivons cachés. Les révolutions sont toujours des échecs car d’autres déréglés mentaux arrivent. Bien qu’en minorité ils sont très nombreux. On pourrait les déstabiliser mais la peur rend toute action impossible. Demandez aux gens de quitter définitivement Facebook ou twitter, ils sont incapables de le faire. L’étau est déjà trop serré. Tout est foutu. Ce soir en rentrant chez vous, n’allumez pas la télé !

    1. On pourrait au moins dire que les dominants, les leaders si vous préférez, ont un égo très fort sinon ils ne seraient pas leaders. Si vous marchez sur ce qu’ils considèrent comme étant leurs plates bandes, ils vous font la guerre même et surtout si vous êtes du même bord qu’eux. En politique ils appellent cela une primaire. On a pu constater que les primaires politiques pouvaient être redoutables. Mais il n’y a pas qu’en politique.

    2. A mon avis vous confondez dominés et utilisateurs de Facebook, Twitter …etc ..
      Facebook est effectivement un endroit tout à fait nul qui appartient aux « dominants  » J’ai personnellement été menacée parce que j’avais postée la fameuse affirmation du pr Montagnier « Les non vaccinés sauveront le monde « ..et je me suis desincrite
      Twitter n’est déjà plus du même niveau ..et c’est tout de même sur les réseaux sociaux ,en particulier sur vk – sur lequel je suis inscrite depuis – que l’on peut trouver les informations dont on a besoin .
      Quant à la télévision…rien à dire …à l’inverse du cochon, il n’y a rien de bon …

  8. Article intéressant mais beaucoup trop long,…je me suis endormi avant la fin. Une synthèse avec le renvoi su l’original aurait pu suffire.
    D’autant que d’est un sujet souvent abordé ici et dont on peut dire le principal :Toutes les décisions prises sont et ont été politiques, ça n’avait rien à voir avec la santé des gens ou simplement la médecine et on en est arrivé à ça : La médecine vue par Frédéric DELIGNE (dessinateur et caricaturiste) : https://www.cjoint.com/c/NGikL4LbCwk

  9. Une pensée émue pour les courageux soignants qui ont résisté et perdu beaucoup pour certains. Ils méritent, (maintenant que l’on connait la vérité sur l’efficacité de ses injections) tout notre respect.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérer à l’AIMSIB

Rejoignez-nous !

Faire un don

Participez à notre développement

Derniers commentaires

Comme + de 4000 personnes, ne ratez pas notre prochain article !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le directement dans votre boite email !

Nous sommes aussi sur vos réseaux sociaux préférés ! Venez intéragir !

Aller au contenu principal