Chères Adhérentes et chers Adhérents, Mesdames, Messieurs,

 

L’année 2022 s’achève sur une défaite en finale pour l’équipe de France de football : elle n’a pas démérité. Néanmoins, cette défaite a peut-être eu un effet positif en laissant les Français sur le qui-vive, en leur évitant de tomber dans une léthargie qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques et désastreuses sur leur mode de vie quand on se rappelle les propos tenus par certains de nos gouvernants.

En cette fin d’année, nous en sommes à la prétendue neuvième vague du Covid qui, à en croire les prédictions des médecins rémunérés par l’industrie pharmaceutique qui passent en boucle sur les chaines de télévision et les réseaux sociaux, pourrait devenir une catastrophe sanitaire si le virus de la grippe et de la bronchiolite se liguaient en même temps ; d’où la nécessité de se faire injecter une cinquième dose de thérapie génique en même temps que le vaccin contre la grippe. Toutes ces informations sont apportées, bien entendu, sans la production de la moindre preuve scientifique avec en plus l’usage du masque comme mesure barrière.

Lors de notre congrès de Marseille en juin 2022, le Dr Éric Loridan a scientifiquement démontré l’inutilité des masques comme mesure barrière pour réduire les infections respiratoires.

Ce médecin, par ailleurs suspendu pour avoir refusé d’être injecté, s’est vu convoqué par le Conseil de l’Ordre comme beaucoup d’autres pour avoir soit soigné des malades, soit prescrit des médicaments ou émis publiquement des conseils contraires à la doxa officielle. Un de nos vœux pour 2023 serait que ce conseil professionnel qui devrait normalement défendre les médecins au lieu de les punir, change de paradigme. Un espoir se présente, certains membres de ce conseil semblent se réveiller, des relaxes de médecins ont été prononcées encore trop peu nombreuses mais c’est un début. La plus médiatique est celle du Pr Perronne.

Autre point positif, on assiste partout dans le monde à un réveil de scientifiques pour dénoncer les abus des politiques sanitaires souvent dictées aux gouvernants par des cabinets conseils ayant eux-mêmes des liens d’intérêts avec les fabricants de ces prétendus vaccins. La corruption est très difficile à prouver surtout avec une justice pas toujours indépendante du pouvoir politique.

Elle se retrouve très certainement à tous les niveaux, il n’y a qu’à lire ce qui se passe en ce moment au parlement européen avec l’affaire du Qatar, il se pourrait bien qu’au niveau de la Commission Européenne on retrouve les mêmes errements quand on connait les difficultés rencontrées par les députés qui la contrôlent pour obtenir des copies des contrats d’achats de vaccins, lisibles et non caviardés.

Concernant la justice que je viens d’évoquer quelques lignes plus haut, l’année dernière je vous informais des actions judiciaires (1) que nous avions entamées notamment cinq importantes avec l’association BonSens.

Pour la première plainte contre X avec constitution de partie civile que nous avons déposée en novembre 2021, le tribunal vient de nous envoyer une ordonnance d’irrecevabilité au motif que les associations n’auraient pas de légitimité à agir puisqu’elles ne sont pas déclarées reconnues d’utilité publique mais seulement d’intérêt général. La requête d’un particulier qui s’était joint à la plainte a également été balayée alors qu’il a subi des préjudices. Le ministère public fait tout ce qu’il peut afin d’éviter de débattre sur le fond. Un débat qui risquerait de remettre en cause le discours officiel. Ces procureurs déclarent que les plaignants n’ont pas d’intérêts à se plaindre par des moyens tout à fait discutables. Il y a possibilité de faire appel dans un délai de dix jours et produire un mémoire documenté contredisant les arguments du ministère public mais cela entraine des frais supplémentaires sans garantie que le juge sera sensible à nos arguments, celui-ci indépendant n’ayant aucune obligation de suivre le réquisitoire du ministère public. Ce n’est pas la première fois que nous sommes confrontés à ce « jugement » avant le jugement, trois autres plaintes dans le passé ont été classées sans suite avec le même motif. Pour les quatre autres plaintes restantes, pour l’instant, elles suivent leur cours mais il n’est pas exclu que nous recevions des ordonnances similaires.

Cependant restons positifs, la vérité finira toujours par éclater, c’est juste une question de temps mais les fautifs ne seront peut-être plus là pour assumer leur faute.

En 2021, nous avions repris, après les périodes tourmentées Covid, l’organisation de notre congrès annuel. Cette année-là, nous avions été obligés de le réaliser uniquement en ligne retransmis en direct sur les réseaux sociaux. Il avait connu un franc succès car vu au total 15.000 fois. En 2022, il a pu avoir lieu à Marseille en juin et était retransmis en direct. Vous pouvez toujours visionner les vidéos des intervenants sur votre espace personnel. Pour 2023, nous allons réitérer l’évènement et nous vous communiquerons, en début d’année, la date et le lieu. Nous continuerons à publier, toutes les semaines, sur notre site des articles qui vous informent sur l’actualité médicale et je remercie tous les contributeurs.

Je me permets de vous rappeler qu’à l’AIMSIB nous sommes tous bénévoles avec chacun en ce qui nous concerne des activités professionnelles et familiales. Le temps que nous consacrons à l’AIMSIB, nous le prenons sur notre temps libre et c’est pour cette raison que je fais appel à tous nos adhérentes et adhérents pour participer, avec vos moyens, au succès de votre association. Vous serez les bienvenus en proposant votre expertise pour rédiger des articles ou en apportant votre aide lors des évènements que nous organisons.

Par ailleurs, nos seuls moyens de financement, dont nous avons besoin pour faire vivre l’association et pour payer nos prestataires de services et avocats, sont vos cotisations et vos dons. Faites-nous connaitre auprès de vos proches afin que nous soyons de plus en plus nombreux.

Nous sommes reconnus d’intérêt général. Par conséquent, toutes les sommes que vous nous versez, vous ouvrent droit à une réduction d’impôts de 66% du montant versé. Chaque année, au moment de la déclaration de revenus, vous recevrez un reçu fiscal.

Chères Adhérentes, chers Adhérents, Mesdames, Messieurs, au nom du conseil d’administration, je vous présente, pour cette nouvelle année 2023, tous nos meilleurs vœux de réussite, bonheur et santé à vous et vos proches en espérant que la situation présente s’améliore et que nous puissions vivre plus sereinement. Nous vous remercions pour votre patience, confiance et générosité.

 

Philippe Harvaux, Président
31 Décembre 2022

 

 

 

 

Notes et sources:
(1) https://www.aimsib.org/2021/12/30/bonne-annee-2022-quand-meme-le-mot-du-president/

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de