Sommaire lettre octobre 2021

1) Les raisons scientifiques qui montrent que le maintien de l’état d’urgence et du pass sanitaire n’est pas justifié
2) Les dernières émissions du CSI
3) La censure
4) Transmission de l’ARNm vaccinal de vacciné à non vacciné

Bonjour

Pour des informations plus fréquentes, merci de vous référer à mon compte twitter : https://twitter.com/BanounHelene

Vous trouverez ci-dessous les liens vers le Conseil Scientifique Indépendant jeudi 30 septembre 2021.
Il y a été question d’immunité naturelle versus immunité artificielle dans la Covid-19 et d’Ethique, morale et corruption (présentation de Jean-Dominique Michel).

Comme vous avez pu le constater la censure s’intensifie : Youtube a interdit de publier les vidéos qui évoqueraient la toxicité ou le manque d’efficacité des vaccins anti-Covid, Twitter supprime beaucoup de comptes en ce moment. Le discours officiel passe de plus en plus mal auprès de la population mais peu de gens s’opposent ouvertement à celui-ci et espèrent sans doute que toute cette folle politique sécurito-sanitaire va s’effondrer d’elle-même. Il me semble au contraire que si aucune opposition puissante ne se construit rien n’empêchera les dirigeants d’appliquer leur plan fr restructuration complète de l’économie à la faveur de cette pandémie (comme il est exposé dans The Great Reset, le livre du Forum Economique Mondial)
Ci-dessous également un florilège des contenus interdits sur Youtube.
La vidéo de la FDA (Vaccines and Related Biological Products Advisory Committee – 9/17/2021
https://youtu.be/WFph7-6t34M) devrait alors être supprimée ! Pour vous en convaincre, lisez ce thread sur Twitter (écrit par un immunologiste de très haut niveau qui préfère rester anonyme et qui nous a résumé les 8h de réunion) : https://twitter.com/2020Marceau/status/1442824210074775552, https://threadreaderapp.com/thread/1442824210074775552.html

1) Les raisons scientifiques qui montrent que le maintien de l’état d’urgence et du pass sanitaire n’est pas justifié

Pourquoi n’y a-t-il aucune justification scientifique au maintien de l’état d’urgence sanitaire ni à celui du pass sanitaire et de l’incitation à la vaccination (le pass étant une obligation déguisée) ?.
Les tests vont devenir payants, ceci rendra donc la vaccination obligatoire pour ceux qui n’ont pas les moyens de se faire tester à leurs frais.

Où en est l’épidémie ?
Au 8 octobre 2021, selon les chiffres de Santé Publique France (site Géodes, https://geodes.santepubliquefrance.fr/#c=home), il y avait environ 2000 « cas » positifs de tests Covid par jour (à titre de comparaison, en octobre 2020 c’était aux alentours de 70 000 par jour). Le taux de positivité était de 0,6%, soit compris dans la fourchette du taux de faux positifs et les chiffres de tests positifs sont donc ininterprétables (en avril 2020le taux de positivité a été jusqu’à 10% et 16% en octobre 2020)
Le 7 octobre 2021, 6903 personnes étaient hospitalisées avec un test Covid positif (ce qui ne signifie pas qu’elles étaient hospitalisées à cause de la Covid) ; en avril c’était autour de 31 000 et 33 000 en novembre 2020. Le 7 octobre 2021 également 47 personnes ont été admises en soins critiques (600 par jour en avril 2021 et 500 en novembre 2020).
Le réseau Sentinelles (Inserm, Sorbonne Université, Santé Publique France https://www.sentiweb.fr/document/5425 ) de surveillance des épidémies, qui est l’étalon-or mondial des systèmes de surveillance (copié dans le monde entier), ne nous révèle pas les mêmes chiffres.
En semaine 39 (27 septembre-3 octobre), on estime qu’il y a eu 103 infections respiratoires aigües (IRA) pour 100 000 habitants (en mars-avril 2021, autour de 500/100 000) ; 4 personnes sur 100 000 habitants ont consulté un médecin pour suspicion de Covid-19, ce qui représente 2420 malades par semaine (et non 2000 par jour comme annoncé su Geodes) : ne pas confondre un « cas » positif en test et un malade qui a des symptômes et qui consulte (voir Dr Helene BANOUN, pharmacienne biologiste du CSI : « Avril 2021 : Ou en est l’épidémie de Covid-19 ? » https://crowdbunker.com/v/p8D9UuSLVE0 et CSI n°6 20 mai 2021 Hélène Banoun: « Tests PCR et antigéniques » à 1h09min https://crowdbunker.com/v/iMae5L8QMllkh )
Ce dernier bulletin Sentinelles nous dit aussi que parmi les virus respiratoires trouvés chez les malades prélevés par leur médecin généraliste seulement 2,6% étaient des SARS-CoV-2 (virus de la Covid-19).

On sait maintenant que les vaccins anti-Covid-19 sont peu efficaces et toxiques.
En particulier, comme l’a rappelé le Conseil Scientifique (gouvernemental) en août 2021, ils n’empêchent pas la transmission du virus
(https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/note_d_alerte_conseil_scientifique_20_aout_2021_actualise_25_aout_2021.pdf) : la charge virale des infectés est la même chez les vaccinés et les non-vaccinés donc il n’est pas justifié de les imposer à qui que ce soit car ce ne sont pas des vaccins altruistes . Ils devraient être proposés seulement aux personnes fragiles susceptibles de faire des formes graves de Covid-19.
La toxicité des vaccins est bien établie, il suffit de regarder sur les bases de données officielles de déclaration des effets indésirables (EI), sachant qu’il existe une sous notification importantes des EI (officiellement 1 à 10% seulement des EI sont signalés à la pharmacovigilance). Pour EudraVigilance (https://www.ema.europa.eu/en/human-regulatory/research-development/pharmacovigilance/eudravigilance , site compliqué à consulter!), au 29 septembre 2021, on comptabilisait 435 789 EIs graves suite au 4 vaccins autorisés en Europe et 15 230 décès, pour 304,2 millions de personnes ayant reçu au moins une dose.

Conclusion : comment imposer de manière indirecte une vaccination avec des produits peu efficaces et toxiques contre un virus qui ne circule plus ?

2) Les émissions du CSI

CSI n°26 du 7 octobre 2021
https://crowdbunker.com/v/DKDMzPMA
https://crowdbunker.com/v/_jCkooc4Zb8
CSI n°26 du 7 octobre 2021 – Pierre Chaillot – Les statistiques de la DREES ( Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques) dépendant des Ministères dit  » sanitaires et sociaux » et du Ministère de l’Economie et des Finances) ; Ce qui se cache derrière le comptage officiel et de ces 954 décès « oubliés » : https://odysee.com/@ColCovMed-Reunion:9/CSI-n%C2%B026-du-7-octobre-2021—Pierre-Chaillot—Les-statistiques-de-la-DREES—Ce-qui-se-cache-derri%C3%A8re-le-comptage-officiel-:3

CSI n°26 du 7 octobre 2021  – Vincent Pavan & Maitre Heringuez – Compléments de La plainte contre X déposée par Reinfo Liberte  pour « Faux et usage de faux », « escroquerie », « trafic d’influences », concernant une étude frauduleuse et non publiée, mais ayant servi pour faire voter le Pass Sanitaire à nos parlementaires :  https://odysee.com/@ColCovMed-Reunion:9/CSI-n%C2%B026-du-7-octobre-2021—-Vincent-Pavan—Maitre-Heringuez—Compl%C3%A9ments-de-La-plainte-contre-X-d%C3%A9pos%C3%A9e-par-Reinfo-Liberte-:9

CSI n°26 du 7 octobre 2021 – Débat & discussion collégiale,  et importance des maires et des décisions locales du terrain … https://odysee.com/@ColCovMed-Reunion:9/CSI-n%C2%B026-du-7-octobre-2021—D%C3%A9bat—discussion-coll%C3%A9giale,–et-importance-des-maires-et-des-d%C3%A9cisions-locales-du-terrain-…:0

CSI du 30 septembre 2021
https://crowdbunker.com/v/elREd2fo
Hélène Banoun : immunité naturelle et immunité vaccinale dans la Covid-19
Jean-Dominique Michel : Ethique, morale et corruption
https://odysee.com/@UContemplatif:8/01FGP9RYANVYQQMC6FHZNX4XSG:5

CSI n°25 du 30 sept 2021 – Hélène Banoun – Immunité naturelle vs immunité vaccinale:  https://odysee.com/@ColCovMed-Reunion:9/CSI-n%C2%B025—H%C3%A9l%C3%A8ne-Banoun—Immunit%C3%A9-naturelle-vs-immunit%C3%A9-vaccinale:b

CSI n°25 n°25 du 30 sept 2021 – Jean-Dominique Michel – Ethique, manipulations et propagande au temps du Covid: https://odysee.com/@ColCovMed-Reunion:9/CSI-n%C2%B025—Jean-Dominique-Michel—Ethique,-manipulations-et-propagande-au-temps-du-Covid:a

Voici le texte complet de ma présentation déposé sur Reasearchgate

Covid-19 : Immunité naturelle versus immunité vaccinale
Octobre 2021
https://www.researchgate.net/publication/354985184_Covid-19_Immunite_naturelle_versus_immunite_vaccinale
https://www.aimsib.org/2021/10/03/covid-19-immunite-naturelle-versus-immunite-vaccinale/
Résumé
Il devrait être inutile d’écrire un article pour démontrer la supériorité de l’immunité naturelle sur la vaccinale, mais cela devient nécessaire devant les nombreuses attaques sournoises qui tendent à faire passer l’immunité artificielle comme plus performante. De plus il est officiellement recommandé de vacciner les personnes qui ont déjà été infectées par la Covid-19. Les survivants du SARS-CoV de 2003 possèdent une mémoire cellulaire immune plus de 17 ans après l’infection. De nombreuses études ont exploré l’immunité humorale (anticorps) et cellulaire vis à vis du SARS-CoV-2 après une infection Covid-19 : celle-ci persiste au moins un an (et même 14 mois) de manière robuste chez les convalescents et elle serait de meilleure qualité que l’immunité vaccinale : les anticorps naturels sont plus puissants, ont un spectre plus large et sont capables d’évoluer face aux variants de manière plus efficace que les anticorps vaccinaux. Ces études in vitro sont confirmées par la protection contre les réinfections conférée par une primo-infection, particulièrement dans des pays précocement et beaucoup vaccinés comme Israël et le Royaume Uni. La vaccination d’une personne primo-infectée pourrait aussi diminuer l’efficacité de son immunité naturelle contre de futures réinfections. Les anticorps neutralisants ne sont peut-être pas le bon corrélat de protection contre l’infection, en effet, d’une part on a trouvé de fort taux d’anticorps neutralisants chez des malades atteints de Covid sévères et d’autre part, les vaccinés, plus sensibles aux réinfections que les primo-infectés, présentent des taux d’anticorps équivalents à supérieurs aux taux observés chez les primo-infectés. On mesure in vitro la capacité neutralisante de ces anticorps dirigés contre la protéine spike membranaire. Cette capacité neutralisante peut être différente in vivo ; elle peut être amoindrie par la présence d’anticorps facilitant l’infection et enfin, des anticorps sont produits contre d’autres antigènes viraux lors d’une infection naturelle. L’immunité cellulaire pourrait être le bon corrélat de protection et ce type de réponse pourrait être de moins bonne qualité chez les vaccinés. De plus la vaccination de sujets convalescents pourrait comporter des risques : on observe plus d’effets indésirables systémiques chez les sujets convalescents que chez les naïfs après la première dose de vaccin. La vaccination pourrait diminuer la capacité à réagir à de futurs variants. Elle pourrait aussi avoir un effet non spécifique de remodelage de la réponse immune innée en diminuant la réponse potentielle à d’autres virus ou aux cancers et en modifiant l’évolution des maladies inflammatoires et auto-immunes. Il faudrait donc explorer l’immunité naturelle d’une population avant de proposer une vaccination : jusqu’à 50% de la population pourrait avoir été infectée dans certains pays.
Covid-19 : Natural immunity versus vaccine immunity
october 2021
https://www.researchgate.net/publication/354985096_Covid-19_Natural_immunity_versus_vaccine_immunity

https://www.qeios.com/read/DP264J

3) la censure
https://support.google.com/youtube/answer/9891785?hl=fr&ref_topic=9282436
Règlement concernant les informations médicales incorrectes sur la COVID-19
Florilège
1er octobre 2021
Contenus qui recommandent l’utilisation d’ivermectine ou d’hydroxychloroquine pour le traitement de la COVID-19
Contenus qui affirment que les vaccins contre la COVID-19 ne réduisent pas le risque d’attraper cette maladie
Contenus qui affirment qu’une personne ou un groupe d’individus sont immunisés contre le virus, ou ne peuvent pas le transmettre à autrui
Contenus qui affirment que le virus n’existe plus ou que la pandémie est terminée
Contenus qui visent à dissuader les personnes de consulter un professionnel de santé si elles sont malades
Contenus qui affirment que les vaccins contre la COVID-19 ne permettent pas d’éviter la transmission de cette maladie
Contenus qui affirment qu’il est plus sûr d’atteindre l’immunité collective par l’infection naturelle que par la vaccination
Contenus qui affirment que les enfants ne contractent pas la COVID-19

4) Transmission de l’ARNm vaccinal de vacciné à non vacciné

J’ai reçu d’un collectif soignants ceci : AVC chez enfant de 7 ans dont l’entourage a été fraîchement vacciné.
Ce n’est pas la première fois qu’il y a un témoignage pouvant faire supposer que le vaccin peut se transmettre; la seule explication est que l’ARNm et non la spike vaccinale se transmet (peut-être par contact, excrété dans la sueur?).
Ensuite la personne contaminée fabrique la spike à partir de l’ARNm qu’elle a reçu, ce qui explique qu’elle peut en ressentir les effets. Si c’était seulement la spike vaccinale qui était transmise, ce serait en trop faible quantité (et rien ne dit qu’elle soit excrétée dans la sueur). Ci-jointe une bibliographie (pas encore complètement analysée!) qui montre la concentration et l’excrétion d’ARNm dans la sueur : à creuser!

Une phrase du protocole Pfizer sème le doute:
Voilà comme je comprends cette phrase trouvée dans le protocole Pfizer :
(« A female is found to be pregnant while being exposed or having been exposed to study intervention due to environmental exposure. Below are examples of environmental exposure during pregnancy: •A female family member or healthcare provider reports that she is pregnant after having been exposed to the study intervention by inhalation or skin contact. •A male family member or healthcare provider who has been exposed to the study intervention by inhalation or skin contact then exposes his female partner prior to or around the time of conception. »)
L’ARNm vaccinal peut pénétrer à travers la peau ou être inhalé en cas d’erreur de manipulation lors de l’essai clinique (ou de la phase post commercialisation) et le fabricant n’exclut pas la possibilité qu’il soit actif par cette voie d’inoculation grâce aux nanoparticules vectrices

Et aussi page 69 du protocole Pfizer
https://cdn.pfizer.com/pfizercom/2020-11/C4591001_Clinical_Protocol_Nov2020.pdf …

8.3.5.2.
« Exposition pendant l’allaitement Une exposition pendant l’allaitement se produit si : On constate qu’une participante allaite pendant qu’elle reçoit ou après l’arrêt de l’intervention de l’étude. Une femme allaite alors qu’elle est exposée ou a été exposée à l’intervention de l’étude (c’est-à-dire, exposition environnementale). Un exemple d’exposition environnementale pendant l’allaitement est une femme membre de la famille ou prestataire de soins de santé qui signale qu’elle allaite après avoir été exposée à l’intervention de l’étude par inhalation ou contact avec la peau. L’investigateur doit signaler l’exposition pendant l’allaitement à Pfizer Safety dans les 24 heures suivant la prise de conscience de l’investigateur, qu’un EIG soit survenu ou non. L’information doit être communiquée à l’aide du formulaire de déclaration des EIG liés aux vaccins. Lorsque l’exposition pendant l’allaitement se produit dans le cadre d’une exposition environnementale, l’information sur l’exposition ne concerne pas le participant inscrit à l’étude et n’est donc pas enregistrée sur un CRF. Cependant, une copie du formulaire de rapport d’EIG du vaccin rempli est conservée dans le dossier du site investigateur. Un rapport d’exposition pendant l’allaitement n’est pas créé lorsqu’un médicament Pfizer spécifiquement approuvé pour une utilisation chez les femmes qui allaitent (par exemple, des vitamines) est administré conformément à l’usage autorisé. Toutefois, si le nourrisson subit un EIG associé à un tel médicament, l’EIG est déclaré avec l’exposition pendant l’allaitement.
8.3.5.3. Exposition professionnelle Une exposition professionnelle se produit lorsqu’une personne reçoit un contact direct non planifié avec l’intervention de l’étude, qui peut ou non conduire à la survenue d’un EI. Il peut s’agir de prestataires de soins de santé, de membres de la famille et d’autres personnes qui participent aux soins du participant à l’essai. »

L’ARNm vaccinal est stabilisé par rapport à un ARN naturel
Oui les vésicules extra cellulaires peuvent se retrouver dans la sueur
Une première biblio sur ce sujet qui montre la concentration et l’excrétion d’ARNm dans la sueur : à creuser!
Bart, Geneviève, Daniel Fischer, Anatoliy Samoylenko, Artem Zhyvolozhnyi, Pavlo Stehantsev, Ilkka Miinalainen, Mika Kaakinen, et al. « Characterization of nucleic acids from extracellular vesicle-enriched human sweat ». BMC Genomics 22, no 1 (9 juin 2021): 425. https://doi.org/10.1186/s12864-021-07733-9.
https://bmcgenomics.biomedcentral.com/track/pdf/10.1186/s12864-021-07733-9.

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fphys.2020.00676/pdf.
Karvinen, Sira, Tero Sievänen, Jari E. Karppinen, Pekka Hautasaari, Geneviève Bart, Anatoliy Samoylenko, Seppo J. Vainio, Juha P. Ahtiainen, Eija K. Laakkonen, et Urho M. Kujala. « MicroRNAs in Extracellular Vesicles in Sweat Change in Response to Endurance Exercise ». Frontiers in Physiology 11 (2020): 676. https://doi.org/10.3389/fphys.2020.00676.

Sato, Fusako, Gyula Soos, Charles Link, et Kenzo Sato. « Cystic Fibrosis Transport Regulator and Its MRNA Are Expressed in Human Epidermis ». The Journal of Investigative Dermatology 119, no 6 (décembre 2002): 1224‑30. https://doi.org/10.1046/j.1523-1747.2002.19601.x.

Inhaled RNA Therapy: From Promise to Reality
https://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0165614720301802 octobre 2020
Revue des possibilités des thérapies à ARNm
L’ARNm nu ou enveloppé dans des particules lipidiques (en particulier à base de PEG comme dans les vaccins ARNm anti-Covid), est capable d’être inhalé dans un aérosol et de transfecter les cellules épithéliales pulmonaires. Des études sur animaux ont montré l’efficacité de cette technique. Des essais cliniques sont en cours pour le traitement par cette technique de la fibrose cystique
Des essais cliniques concernant la prévention de la grippe ont montré l’efficacité et la sécurité de ces  vaccins à ARNm par inhalation

Outer membrane vesicles derived from E. coli as novel vehicles for transdermal and tumor targeting delivery
http://xlink.rsc.org/?DOI=D0NR03698F
Nanoparticules lipidiques avec une bicouche lipidique capable de passer la barrière de la peau et transporter matériel génétique. Ces particules proches des liposomes peuvent pénétrer la peau par les follicules pileux ou par voie directe dans les keratinocytes, grâce à leur similarité avec les memebranes cellulaires

Recent Advances in Extracellular Vesicles as Drug Delivery Systems and Their Potential in Precision Medicine
Administration intranasale, orale et intra-oculaire et sous conjonctivale de vésicules extra-cellulaires capables de transporter des médicaments
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/labs/pmc/articles/PMC7690579/
L’administration intranasale représente la deuxième voie la plus fréquemment rapportée. L’administration de VE dérivées de CSM dans le SNC a été décrite dans plusieurs études [128,129,130,131,132]. Dans la lignée de ces résultats, Scholl et al [133] ont décrit l’administration intranasale de VE dérivées de gliomes obtenus in vitro à des tissus de gliomes chez des rats. Les avantages de cette voie d’administration peuvent être particulièrement importants dans le traitement des troubles neurodégénératifs [134]. On a également rapporté que l’administration intranasale d’EV dans les poumons était un succès [135,136]. À ce jour, les données comparatives entre la voie intranasale et les autres voies d’administration sont limitées. Dans un rapport récent, Bonafede et al [105] ont comparé l’administration de VE dérivées de cellules souches adipeuses par voie intranasale et intraveineuse dans un modèle murin de sclérose latérale amyotrophique. La plupart des effets protecteurs ont été obtenus de manière similaire pour l’administration intraveineuse et intranasale. En revanche, l’administration intranasale était plus efficace pour réduire l’activation des astrocytes [105].

L’administration orale a été décrite pour les VE provenant du lait bovin dans un modèle de souris. Six heures après l’administration, les vésicules étaient localisées dans le foie, le cœur, la rate, les poumons et les reins [144]. De plus, une étude comparative entre l’administration orale et intraveineuse de VE de lait bovin a décrit un enrichissement des vésicules administrées par voie intraveineuse dans la rate, le foie et, dans une moindre mesure, les poumons des souris. À l’inverse, l’enrichissement a eu lieu principalement dans le foie, lorsque les mêmes VE ont été administrées par voie orale [145]. Ces résultats mettent en évidence la voie orale comme une stratégie possible pour simplifier l’utilisation des VE comme DDS, sans nécessiter de personnel de santé spécialisé.

L’injection intraoculaire et sous-conjonctivale de VE dérivées de CSM a permis de délivrer les vésicules à la rétine dans un modèle de lapin de rétinopathie induite par le diabète [146].

RNA Aptamer Delivery through Intact Human Skin
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0022202X17329640
De grandes molécules d’ARN peuvent pénétrer la peau intacte et conserver leur activité biologique

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de