Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Entrée triomphale du Pr André Fougerousse à l’AIMSIB

Chimiste pur et dur certes, mais pas seulement (1). Un formidable humaniste à la carrière complète, Doyen Honoraire, ancien Maire, Conseiller Régional, Vice-Président de Communauté urbaine mais surtout, affreusement vigilant quant aux dérives intellectuelles en cours. Un vaccin mérite réflexion. Alors onze vaccins ? Cent fois plus ! Son éclairage du jour sera capital ; Une maladie infectieuse n’est souvent infectieuse que parce que le terrain est déficient, régalez-vous de cet article empreint d’une grande sérénité et témoin d’une formidable connaissance du vivant. Mon conseil, allez quand même vous régaler de sa lettre ouverte (2) à Emmanuel Macron… Tout ira mieux ensuite.


Le débat informel qui agite notre pays au sujet des onze obligations vaccinales insupportables, voulues par des responsables politiques redevables, met en relief la conspiration du silence qui sévit depuis très longtemps en France, qui étrangle la liberté d’opinion et l’intérêt général de la science.

Cette conspiration est née avec l’avènement du mythe du ‘’savant Pasteur ‘’, époque où naissait également l’industrie pharmaceutique (1850 – 1870). Les interprétations simplistes de Pasteur étaient une bénédiction : chaque maladie est due à un microbe de forme invariable, venant de l’extérieur, dont l’obsession est d’attaquer et de tuer l’être humain. L’industrie s’est mobilisée pour produire des poisons capables d’exterminer ces bactéries et virus. Elle s’est aussi immédiatement lancée dans les vaccinations, à la suite d’expérimentations truquées du chimiste Pasteur.

J’ai été fonctionnaire, c’est-à-dire chargé d’une fonction par l’État, recruté pour être enseignant, chercheur et gestionnaire à l’université. J’ai appris de mes maîtres la rigueur et les contraintes qui honorent la recherche universitaire. J’exige que les décideurs politiques, afin de garantir le sérieux des débats et des décisions parlementaires, s’astreignent aux exigences qu’ils nous assignent.

La liberté d’opinion, garantie par la Déclaration des droits de l’Homme, permet que l’on puisse prendre en compte les travaux scientifiques publiés qui contestent les dogmes officiellement affirmés, et qui pourraient faire avancer la science.

Avec des collègues et amis nous avons créé, fin 2011, l’association BEVINKER (1) qui a pour objectif de faire connaître les travaux du Professeur Antoine BECHAMP (Faculté de Médecine de Montpellier, contemporain de Louis PASTEUR), du Docteur Jules TISSOT (Professeur au Museum d’Histoire Naturelle – publication majeure en 1946), de Louis Claude VINCENT (ingénieur de l’Ecole Supérieure des Travaux Publics en 1936) et de Corentin Louis KERVRAN (directeur de conférences en Physique  biologique à l’université de Paris en 1965).

Antoine BECHAMP, qui a eu une expérience hospitalière (que n’a jamais eue le chimiste PASTEUR), a contesté les dogmes pastoriens. Tout tissu vivant renferme des particules vivantes, qu’il a appelées microzymas, capables de produire des fermentations, d’organiser des bactéries, des virus ou des mycéliums, en fonction des caractéristiques du terrain. Et ces formes sont interchangeables (poly- ou pléomorphisme). Par conséquent ce sont les terrains déséquilibrés qui provoquent les maladies, et tenter d’exterminer les ‘’méchants’’ microbes et virus n’a pas de sens, et entraine de lourdes conséquences à long terme.

Jules TISSOT est allé plus loin que BECHAMP. Il a identifié les microzymas aux colibacilles, et montré que les microbes sont d’origine interne, issus d’une involution des constituants de la matière vivante provoquée par la modification du terrain. Dans son ouvrage de 1946 il a bien montré que les bactéries et virus sont les conséquences des maladies, d’où l’inefficacité des vaccinations. Il cite souvent l’ ‘’aliment-virus ‘’ provenant d’aliments frelatés, comme sources de maladies.

Louis Claude VINCENT a proposé une représentation du terrain. Le graphique proposé est un diagramme potentiel / pH, utilisé par les chimistes pour définir les domaines de stabilité des dérivés d’une même famille (diagrammes de POURBAIX). Il a eu l’excellente idée d’utiliser une unité de potentiel, le rH2, unité corrigée pour être indépendante du pH. En mesurant rH2, pH et résistivité (teneur en sels minéraux) sur les liquides biologiques, il a déterminé les domaines de développement distincts des bactéries, des mycéliums et des virus. La mesure du rH2 permet aussi d’estimer très facilement le niveau de la menace du stress oxydant sur les organismes vivants.

Corentin Louis KERVRAN a mis en évidence la capacité des microbes (présents sur ce globe depuis trois milliards d’années ; ils ont eu tout le temps d’expérimenter) à mettre en œuvre des réactions de transmutations biologiques, ce qui fait hurler les scientifiques classiques, peu curieux. Il a publié un ouvrage traitant « Des exemples de travaux pratiques pour laboratoires »(1970). Nous serons surpris lorsque nous découvrirons les implications de ces réactions dans le fonctionnement de nos microbiotes, sauf si, une fois encore, la conspiration du silence sévit…

Tous ces travaux convergent vers l’observation du fait que les microbes qui peuplent l’humus sain et nos systèmes digestifs sont en communication permanente, et sont capables, en les respectant, de nous faire profiter d’étonnantes transformations, ce qui signe la solidarité bienveillante qui nous lie aux microbes.

 

(1) http://www.andrefougerousse-recherche.fr/
(2) http://www.andrefougerousse-recherche.fr/435764009

 

14 réponses

  1. Comment résister à de telles lettres ouvertes ? Ils ne veulent pas débattre ? Àlors elles ne doivent pas rester lettres mortes, elles doivent être diffusées partout pour le grand public !
    Ils n’ont vraiment peur de rien ! C’est d’une violence inouïe cette obligation vaccinale !
    Merci infiniment Pr Fougerousse !

    1. Merci Hermine. Je ne peux pas rester silencieux devant de telles aberrations, qui n’apportent aucun bénéfice, en termes de santé publique, mais qui laisseront de nombreuses victimes…

    2. Salut André,

      Les choses commencent à bouger. L’AIMSTB, ENFIN une association qui OSE se dissocier de l’establishment et dire LA vérité scientifique. Bravo et merci à elle d’exister. Cela fait un bail que nous l’attendions tous avec impatience.

      Ah !, toi aussi André t’en fait partie de cette excellente association que je découvre ??

      Bien, bien. Je reconnais bien là mon ami contestataire des théories fumeuses et boiteuses officielles.

      Bien à toi.

      Richard.

  2. Chère « Liberté » affichée sur chaque mairie…
    Chère France qui se veut une démocratie…
    Il s’agit véritablement d’une maltraitance de la part de politiciens qui ont une attitude méprisante devant le bon sens scientifique !
    c’est l’histoire de Galilée et de l’Héliocentrisme devant le tribunal de l’inquisition…
    les dogmes sont à remettre en question si l’on veut évoluer !!!
    Oui « le virus n’ est rien, le terrain est tout  » disait Mr A Béchamp.
    Oui Merci Mr Fougerousse !!

    1. Merci Hélène. J’ai reçu une réponse du chef de cabinet de l’Elysée. Les termes sont dictés par Big Pharma. On ne répond à aucune de mes objections. Une belle illustration du macrocynisme…

  3. Bonjour,
    oui, ce cher Professeur André Fougerousse est un grand personnage. J’ai eu le plaisir de rencontrer grâce à la BioElectronique de Vincent, cette magnifique science du vivant, avec laquelle nous pouvons tant apprendre.
    Merci à vous André pour cet engagement sans cesse renouvelé !
    Louis-Claude Vincent disait, il y a environ 50 ans: « Quand nous connaitrons tout des conséquences de la vaccination, ce sera le plus grand des scandales ».

  4. Bonjour,
    Je ne suis pas aussi diplômé que mon collègue André Fougerousse. Après le concours de l’ENS St Cloud (aujourd’hui Lyon), j’ai réussi l’agrégation de chimie, passé un DEA d’écotoxicologie et enseigné la chimie organique au niveau universitaire pendant 34 ans. Les naissances de mes nombreux enfants m’ont définitivement barré le chemin du doctorat.
    Je suis un réfractaire assez déterminé à la chimie appliquée à tort et à travers dans la médecine (cela fait 45 ans que je n’ai pas touché à de telles substances).
    Je me pose pas mal de questions quant aux mécanismes qui essayent de décrire l’action de tel ou tel médicament, et je trouve que l’on ne cherche pas très souvent la solution dans des considérations très simples de chimie. Par exemple, il est bien connu depuis une vingtaine d’années que l’ion peroxynitrite intervient de manière décisive dans les processus inflammatoires, à tel point qu’on sait maintenant en doser la quantité grâce à l’analyse de nitrotyrosine formée. Mais aucun biologiste ne se pose alors la question de savoir si les AINS ne réagiraient pas également avec ce peroxynitrite. Pourquoi? Parce que ceux-ci sont des cycles aromatiques activés vis-à-vis de la nitration par ce peroxynitrite (phénols semblables à la tyrosine : paracétamol, acide salicylique,.. ou encore alkylbenzènes (ibuprofène),…).
    C’est d’autant plus intriguant que McMurry et Begley explicitent, dans leur ouvrage « The Organic Chemistry of Biological Pathways », seconde édition du 11 janvier 2016, (W. H. Freeman) que la synthèse de la cyclo-oxygénase est initiée (p. 366) par l’ion Peroxynitrite.
    Pourquoi un explication purement chimique faisant intervenir des mécanismes classiques connus depuis 150 ans ne serait-elle pas meilleure qu’une explication qui ne ferait appel qu’à une « présence » de la substance ? Je pense que le danger de l’approche chimique réside dans le fait qu’elle admet que le médicament modifie profondément la chimie cellulaire et donc peut autoriser une suspicion plus grande quant à sa dangerosité. En effet, si l’on admet que le paracétamol (ou un autre AINS) consomme du peroxynitrite, qui intervient dans le processus de l’immunité non spécifique, on explique alors la chute de cette immunité et la dégradation globale de la santé qui s’ensuit.
    Ceci n’est qu’un exemple de la réflexion globale qu’il faudrait mener pour mieux comprendre ce qui ne va pas en médecine. Évidemment, s’il ne s’agit que d’obtenir le maximum d’émoluments, cette démarche est totalement toxique.

  5. Je ne soupçonnais pas jusqu’à il y a peu, l’ampleur des travaux d’Antoine Béchamp, ni la qualité exceptionnelle de sa démarche scientifique. En l’ignorant (semble t’il volontairement), la science passe sans aucun doute à côté de l’essentiel. Soyez curieux, cela vaut la peine, le livre d’A. Béchamp sur les microzymas est accessible par ce lien :
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65140517/f9.image.r=.langFR
    Et comme il est particulièrement volumineux (plus de 1000 pages), pour ceux qui veulent se faire une idée, j’ai fait un condensé de l’avant-propos sous forme de diaporama-video :
    https://www.youtube.com/watch?v=zA3I-cBaIwU
    Bien à vous

  6. Fichtre! Mais alors les anti-pasteuriens (auxquels je ne comprend pas grand-chose mais je mets les bouchées doubles pour comprendre) auraient un autre modèle de compréhension de la vie?

    Un micro-organisme crée une maladie, Pasteur. Un terrain déficient fait le lit de nombreuses maladies portées par un germe ou un autre, Béchamp.

    Alors j’ai bien compris? mais alors du coup on entrevoit plein de choses! La diphtérie, le tétanos et la polio vaincus par la même supplementation alimentaire, un sel de magnésium!

    Vive l’intelligence, encore!

  7. C’est vrai que de devoir tout reconsidérer demande un peu de recul.
    Les dogmes de Pasteur sont encrés dans la société. C’est un sacré tour de force ; il faut lui reconnaître ce talent d’avoir su les défendre sans les démontrer.
    Pourtant on sait désormais qu’il a surtout revendiqué les découvertes des autres (2).
    Il ne s’agit pas d’être anti-Pasteur, il s’agit de regarder les faits scientifiques et là, on découvre que les expériences de Pasteur prouvent le contraire de ce qu’il affirme (2). Alors que l’exemplarité de la démarche scientifique d’Antoine Béchamp ne laisse place à aucun doute. Est-ce la raison pour laquelle on a tenté d’ignorer, de cacher ses travaux (absent de l’encyclopédie universalis), ceux-ci ne peuvent être contredits.
    (1) https://www.youtube.com/watch?v=kwFKQyeRuz0&t=196s
    Même wikipedia donne des explications sur les mensonges de Pasteur
    (2) https://youtu.be/aOrQRzOoFn8

    1. J’estime qu’il faut exiger sans relâche que les vaccinations soient abordées selon une démarche scientifique sérieuse, indiscutable. Pourquoi Big Pharma ne s’y soumet-elle pas, en profitant de l’occasion pour démontrer qu’ils sont les seuls à avoir raison ?

  8. Bonjour,
    Je lis les CV des nouveaux arrivants et j’en profite pour donner (redonner ?) juste 2 points de vue en restant bref. Je suis chimiste, j’ai travaillé 41 ans dans l’industrie pharmaceutique, en labo de recherche puis en responsabilité Environnement d’un grand groupe français sur un grand site multiactivités pharma de la région parisienne.
    Je confirme que le cholestérol est bénéfique à la santé et au cerveau, y compris jusque 4 ou 5 g/l et qu’il est totalement innocent dans l’athérosclérose. Je confirme que les statines sont des poisons et que 6 millions de français en prennent pour rien mais, pour beaucoup d’entre eux, subissent des effets secondaires graves: musculaires, articulaires, tendineux (c’est mon cas) digestifs, cognitifs, sexuels, … Il est même publié que diminuer le cholestérol favoriserait la maladie d’Alzheimer ou maladies apparentés et le diabète.
    Autre confirmation de chimiste, adressée aux physiciens : l’effet de serre c’est 80 % de vapeur d’eau et du CO2 mais 99% naturel avec aussi du méthane et quelques gaz à fort effets. Le réchauffement est naturel et impossible à modifier (paramètres de Milankovitch, activité solaire) Le CO2 augmente dans l’atmosphère concernée par l’effet de serre car plus l’eau des mers et océans se réchauffent (naturellement) et plus le CO2 naturel s’évapore. Ce n’est pas l’inverse ! Aucun rapport du GIEC ni Jean Zougel ne prouvent que le CO2 anthropique est responsable mais cela est passé dans les esprits ! Comme la théorie du cholestérol dans les années 50 ! SUPERCHERIE !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le site est modéré. Ne vous impatientez pas si votre commentaire n'apparaît pas rapidement.

Adhérer à l’AIMSIB

Rejoignez-nous !

Faire un don

Participez à notre développement

Derniers commentaires

  • Bernard Guennebaud sur Les virus existent-ils ? (28/05/2024) :

    Pour ma part je ne fais aucune généralisation à d'autres maladies et d'autres pathogènes à part...

  • Pierre sur Les virus existent-ils ? (27/05/2024) :

    Aucune justification !...

  • Brigitte Fau sur Les virus existent-ils ? (27/05/2024) :

    Oui Bernard, Tissot avait vu ce vivant à l'intérieur des cellules qui n'est pas la cause de la mal...

Comme + de 4000 personnes, ne ratez pas notre prochain article !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le directement dans votre boite email !

Nous sommes aussi sur vos réseaux sociaux préférés ! Venez intéragir !

Aller au contenu principal