Insomnies et cauchemars

J’ai tout d’abord été atterrée lorsque j’ai découvert que les statines pouvaient être responsables des problèmes cognitifs de mon père.Il les prenait depuis 21 ans sans avoir jamais eu de cholestérol. Après son pontage, on lui avait également donné un antihypertenseur, alors qu’il avait une tension optimale. Lorsque deux mois plus tard, je découvrais que ma mère prenait elle aussi sans le savoir une statine combinée à de l’ézétimide (Inegy), j’étais verte de rage. J’ai repensé à son épaule bloquée, à ses diarrhées fulgurantes qui l’empêchaient de sortir de chez elle, à son décollement de rétine, à sa cataracte précoce, à son diabète. Son médecin avait tout de même diminué les doses. L’arrêt de ce médicament a supprimé ses bouffées de chaleur et a amélioré son sommeil, mais évidemment je ne peux rien prouver pour le reste. Lorsque vous mentionnez tous les troubles qui sont pourtant décrits dans les notices, on vous rit au nez :  « Mais évidemment que tous les médicaments ont des effets secondaires, il ne faut pas lire les notices ». Une partie de ma famille ne comprenait pas mon acharnement à vouloir mettre en cause les statines et les médecins de mes parents n’arrêtaient pas d’affoler ma mère sur le danger que l’on faisait courir à mon père. J’en ai passé des nuits blanches à me demander si mon entêtement ne risquait pas réellement de le tuer.

Alors à l’annonce de cette nouvelle association, j’ai souhaité vivement en faire partie. Je n’avais aucune expérience dans le domaine associatif, mais je pouvais apporter mon témoignage et comprendre la détresse des victimes. Je remercie de tout cœur les créateurs de cette association qui ont compris ma démarche et qui m’ont véritablement aidée à positiver : ne plus subir, mais agir . AIMSIB mérite bien son B, croyez-moi et quel dévouement !

J’ai imaginé ce petit film pour alerter sur les effets réellement dévastateurs de ce poison et sur la nécessité de se faire entendre pour que ça cesse. Tout est écrit dans la notice, je n’ai rien inventé, par contre je m’interroge beaucoup sur la grosseur dans le dos de mon père qui se refuse à passer une IRM. Oseront-ils rajouter dans la notice : augmente le risque de cancer ? Cela ne changerait pas grand chose, ils ont bien écrit «  rhabdomyolyse » qui met en jeu le pronostique vital et qui n’effraie personne malgré le retrait de la cérivastatine.

Éviter d’autres souffrances, serait un formidable réconfort. Mon père a renoncé à terminer la construction de son avion. C’est un monoplace et il sait qu’on ne lui accordera pas l’autorisation de voler Une fois de plus, mon père va sans doute renoncer à ses rêves, c’est pourquoi, il est temps de retrouver nos ailes.

Souris 7 la 7ème recrue d’AIMSI

 

 

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de

quis, leo dolor Donec commodo massa vel, Nullam commodo dapibus accumsan