Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Après le 31 juillet 2022, il faut sauver à tout prix l’épidémie… en toute illégalité !

C’est un fait très établi en France, les vacances d’été sont toujours utilisées par l’exécutif pour adopter des lois bancales, liberticides ou tout simplement de circonstance. 2022 ne semble pas déroger à la règle car nous devons toujours craindre énormément la Covid, mais au final on se demande à la lecture de ce qui suit si on ne devrait pas surtout beaucoup plus se méfier de ce gouvernement aux abois. On retrouve ici avec un vif plaisir la plume acerbe de Martin Mazurkiewicz (*) qui sait rester en alerte malgré ce chaud soleil de saison, à noter qu’il sait demeurer remarquablement sagace en hiver aussi (**) Bonne lecture.

Introduction

Le diable se cache dans les détails. Et aussi à l’Élysée. Depuis ce lundi 11 juillet 2022, les députés de l’Assemblée nationale examinent le projet de loi du gouvernement qui vise à succéder au régime de « gestion de crise sanitaire », instauré en août 2021 (celui qui a instauré le pass sanitaire et repoussé une énième fois la sortie de l' »Etat d’urgence sanitaire » déclaré … le 23 mars 2020).

Voilà donc plus de deux ans que la France et nous, bande de couillons de français, sommes matés par un régime législatif extraordinaire auto-déclaré par le diable qui est à l’Élysée.

Mais cette fois, on nous promet : « C’est fini. C’est plus l’État d’urgence. Retour à la normale. Presque au monde d’avant. Mais si, puisqu’on vous le dit ! Après le 31 juillet, finis les pass sanitaire et vaccinal sur le territoire métropolitain, c’est-à-dire pour presque tout le monde. Plus de masques OBLIGATOIRES non plus. Vous pourrez même sortir le soir et acheter votre baguette le lendemain matin sans attestation !

LIBRES, qu’on vous dit ! On vous commande plus, juste on vous recommande. C’est tout.

Ce que dit vraiment le projet de Loi

Ce n’est pas ce que je lis. Le projet de loi est court (1) quatre articles seulement, sept paragraphes en tout. Mais JE NE VOIS ÉCRIT NUL PART QUE L’ON SORT DU RÉGIME D’ETAT D’URGENCE.

On ne me la fait pas, Madame Borne. Rien que le titre, d’abord : « Projet de loi MAINTENANT PROVISOIREMENT un dispositif de veille et de sécurité sanitaire en matière de lutte contre la Covid‑19 ». Si c’est maintenu, même provisoirement (jusqu’au 31 mars 2023 quand même…), c’est que ce n’est pas suspendu.

Et puis surtout : dans un formidable tour de passe-passe, l’article 1er déclare tout guillerettement, ni vu ni connu, qu’il suffit de remplacer dans la loi du 11 mai 2020, la date du « 31 juillet 2022 » par celle du « 31 mars 2023 ».

Mais qu’est-ce que c’est que cette loi du 11 mai 2020 ? Je vous le donne en mille ! C’est là, je cite, « loi PROROGEANT L’ÉTAT D’URGENCE SANITAIRE » !

 

Ça va Élisabeth ? Tu pensais vraiment qu’on n’allait pas le voir ? Satan, Belzébuth ou Véran me rétorqueront : « Mais non, voyons. Ce n’est pas la même chose, puisqu’on ne reprend qu’une partie de cette loi, tout en y apportant de substantielles modifications. Et puis, on vous le répète : plus de pass en métropole. Fini, tout ça… Circulez, profitez. Avec un masque, c’est tout de même mieux. Et ne touchez pas aux gens, c’est dangereux. ».

Mais regardons bien : il reste QUOI dans la nouvelle loi qui n’est pas permis en régime « normal » ?

Réponse :

  1. Le maintien de l’obligation de présenter un test PCR négatif ou un pass sanitaire dans certains lieux (montrant qu’on est à jour de vaccination ou qu’on a été récemment contaminé), uniquement dans les DOM-TOM et la Corse, et « si la situation sanitaire l’exige ». Certes, les députés ont rejeté mardi (219 contre, 195 pour) cette disposition inscrite dans l’article 2. Notez au passage que ces dispositions s’appliqueraient également, le cas échéant, aux professionnels des transports des territoires concernés, et également pour TOUS les Français dès lors qu’ils se rendraient ou reviendraient de l’étranger.

Traduction non contestable : le pseudo-régime d’Etat d’urgence sanitaire continue de s’appliquer sur une PARTIE du territoire, et même sur tout le territoire si l’on tient compte du fait qu’un pass sanitaire peut-être exigé à tous les Français pour entrer ou sortir du territoire national. Il n’est donc pas abrogé.

D’ailleurs, pour les contrevenants, les mêmes sanctions sont prévues que celles inscrites dans la loi de gestion de sortie de crise sanitaire du 31 mai 2021. C’est écrit noir sur blanc !

  1. Et c’est là qu’est l’ARNAQUE de cette loi. Pour appliquer « éventuellement » ces mesures dans les DOM-TOM, le gouvernement prévoit de MAINTENIR les OUTILS qui permettent leur mise en œuvre. Concrètement, il s’agit de conserver le dispositif de la base de données SI-DEP (qui centralise le nom et le statut vaccinal des personnes passant un test PCR), ainsi que l’application « Contact COVID » qui permet d’identifier et prévenir les « cas contact ».

Là encore, ce n’est pas possible en « régime normal » : il est interdit constitutionnellement au gouvernement de créer et d’utiliser un fichier contenant des données de patients. C’est une violation du secret médical. Sauf…dans le cadre de l’Etat d’urgence sanitaire, et ce, grâce à la loi… du 11 mai 2020 !

Ce nouveau projet de loi relève donc bien d’une énième prorogation d’un régime relevant de l’État d’urgence sanitaire.

Le Conseil d’État le reconnaît à demi-mot dans son avis du 24 juin 2022. Il note (2) :  » Il en résulte un état du droit peu lisible, dès lors que les dispositions (…) qui définissent (…) le régime de l’état d’urgence sanitaire, ne sont plus susceptibles de recevoir application au-delà du 31 juillet 2022, sans être pour autant formellement abrogées. »

Alors pourquoi ils font ça ?

Good question. Et mon interprétation est la suivante : le gouvernement a besoin à tout prix de maintenir la base SI-DEP pour continuer à faire vivre artificiellement l’épidémie de COVID.

Sans cette base de données, on pourrait certes toujours faire des tests PCR. Mais que se passerait-il ?

Les testés positifs n’iraient de toute façon que très peu chez leur médecin (puisqu’aucun traitement n’est autorisé), à condition d’ailleurs qu’ils soient vraiment malades. Mais surtout, ils ne seraient plus comptabilisés.

Autrement dit, toute cette nouvelle façon de définir une épidémie qui est apparue avec le COVID, en fonction du « nombre de nouveau cas », s’effondrerait. Il faudrait revenir aux bon vieux indicateurs : nombre de consultations chez les médecins généralistes, estimé chaque semaine par le réseau Sentinelles.

Et pour vous donner une idée, le taux de consultation pour COVID, la semaine dernière (4 au 10 juillet), c’est-à-dire l’INCIDENCE, était de 90/100.000 habitants (3), soit très loin des plus de 1255/100.000 habitants annoncés par Santé Publique France (4), sur la base des « cas positifs » déclarés dans la base SI-DEP pour cette même semaine. 14 fois moins ! Cela change tout, non ?

Capture d’écran du site Sentiweb.

 

Capture d’écran sur site de Santé Publique France.

 

 

Si SI-DEP, alors épidémie

Sans SI-DEP, il n’y a plus d’épidémie. Et sans loi « maintenant provisoirement un dispositif de veille », il n’y aurait plus de SI-DEP.

Il faut, pour le gouvernement, à tout prix maintenir le narratif COVID. Qu’elle nous fasse encore une saison, la Peste 2.0, cet automne-hiver. Pour justifier les hôpitaux qui vont craquer, pour expliquer au maximum, au 20h et sur BFM, à coup de graphiques et de chiffres de tests PCR, le surplus à venir des morts, des malades, qui depuis deux ans ont subi des retards et annulations de soins, sans oublier les effets indésirables des supers vaccins COVID qui ont si bien réglé le problème.

Et avec un peu de chance, avec un bon variant et des tests bien bâclés, on pourra, en cas de crise sociale, politique ou autre, créer une épidémie de toute pièce, justifiant….un nouvel Etat d’urgence, sanitaire, évidemment !

Mais encore une fois, sans tests et sans base SI-DEP, ce ne serait pas possible…

Et le Conseil Scientifique Dépendant ?

Le grotesque législatif se révèle enfin lors qu’on cherche à comprendre quel est le devenir du Conseil scientifique après le 31 juillet.  Qui dira qu’on est en crise sanitaire et ce qu’il faut faire ? Et surtout, sur quelle base légale ? Personnellement, je cherche toujours à comprendre. Dans une première mouture, dont on n’a pas eu connaissance, le gouvernement prévoyait de remplacer le Conseil scientifique par un « comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires ». Notez bien : « DES risques sanitaires ».

Ces filous voulaient visiblement faire un « super » conseil scientifique encore plus délirant que l’actuel, pour traquer, guetter et créer à la demande, à coup de modélisations et d’études foireuses des épidémies ou risques imaginaires, justifiant le déclenchement… d’un Etat d’urgence sanitaire, avec mesures d’enfermement et d’interdictions sympas à la clé.

Ce fameux comité était censé être placé, nous apprend l’avis du Conseil d’Etat (2), sous l’autorité des ministres chargés de la santé et de la recherche. Et, pratique : sa composition (membres) et ses missions devaient être fixées par décret (c’est-à-dire au bon vouloir desdits ministres, sans aucun contrôle démocratique). Coup d’Etat permanent.

Mais là, le Conseil d’Etat a dit : « Non, ça ne va pas le faire ».

Extrait de l’avis du Conseil d’Etat du 24 juin 2022.

Retoqués, donc, les archontes psychédéliques. On se dit qu’on garde donc a priori (et ce ne serait pas une bonne nouvelle) les incompétents du Conseil scientifique, qui continueraient leur mission de ne s’occuper QUE de la COVID. Avec un nouveau Delfraissy.

Que nenni. D’une part, dans son dernier avis, publié le 23 juin dernier (5), soit la veille de l’avis du Conseil d’Etat (!), le Conseil scientifique prend acte des desiderata du gouvernement et annonce sa disparition programmée au 31 juillet…tout en laissant entendre qu’il coopérera tout de même, au moins pendant l’été, avec la nouvelle instance.

Extrait de l’avis du Conseil scientifique du 23 juin 2022.

On résume. Le Conseil scientifique annonce le 23 juin sa disparition au 31 juillet, laissant la place, pour le remplacer, à un « Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires », retoqué par le Conseil d’Etat le lendemain. Nouveau comité dont on ne trouve nulle trace dans le projet de loi actuellement discuté.

Ce qui n’a pas empêché le nouveau ministre de la santé, François Braun, de déclarer lors d’une audition devant l’Assemblée nationale le 5 juillet (6), soit après l’avis négatif du Conseil d’Etat, que « le Conseil scientifique va disparaître, va partir vers un comité de vigilance, de surveillance, de veille ». Et d’annoncer que ses membres seront nommés par décret.

A bon ? Mais c’est écrit où ça ? Dans quelle loi ? Allo le Conseil constitutionnel, allo les députés, allo les sénateurs ? Y’a quelqu’un au bout du fil ? Y’a rien qui vous choque ? On laisse passer ? Plus besoin de faire des lois ?

Le gouvernement annonce, et plus besoin de voter ?

Ah, nos parlementaires sont formidables ! Au lien de s’insurger contre ce flagrant délit de coup d’Etat, ils discutent, pinaillent. Il faut dire que les députés de la nouvelle assemblée, pas plus que ceux de la précédente, ne pigent visiblement que dalle à l’entourloupe qu’on est en train de nous jouer.

« Pass sanitaire, non ! », disent les députés.  « Certificat de voyage, pourquoi pas ! », répondent les sénateurs.  « Pour la loi globale, on verra. A discuter. », entend-on dans les deux chambres, au sein de tous les partis.

Sans s’en rendre compte, les parlementaires sont en passe de fournir au gouvernement les joujoux (SI-DEP, tests) pour fabriquer des vagues, des menaces à venir et des recommandations des injections superboostantes dans ce qui reste d’épaules et de système immunitaire aux Français.

La conclusion du jour

Lundi 11 juillet, ils n’étaient que 368 sur 577 députés à participer au vote de la motion préalable de rejet du projet de loi, présentée par la NUPES.

Motion qui aurait rejeté le projet loi, avant même d’être examinée. Elle n’est pas passée à 18 voix près (174 pour / 192 contre / 209 députés asymptomatiques)…

 

 

Martin Mazurkiewicz
Juillet 2022

 

 

Notes et sources
(*) Martin Mazurkiewicz fut journaliste de 1998 à 2013 (presse écrite, agence de presse, télé). Diplômé en anthropologie, il applique aujourd’hui les principes de cette discipline à la production d’analyses et d’essais. Ouvrage à paraître prochainement : COVID-off.
(**) Mazurkiewicz M,  » Renouvellement d’AMMc du vaccin Comirnaty, Al Capone habite-t-il à l’EMA?  » janvier 2022, https://www.aimsib.org/wp-content/uploads/2023/11/image-4042920-20201130-ob-6b8f5e-dr-helene-banoun.jpg.org/2022/01/09/renouvellement-dammc-du-vaccin-comirnaty-al-capone-habite-t-il-a-lema/
(1)https://www.assemblee-nationale.fr/…/l16b0009_projet-loi
(2) https://www.conseil-etat.fr/…/avis-sur-un-projet-de-loi…
(3) https://www.sentiweb.fr/
(4)https://www.santepubliquefrance.fr/…/coronavirus…
(5) Avis du Conseil scientifique du 23 juin 2022. https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/285587.pdf
(6) https://twitter.com/LCP/status/1544336800134594565?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1544336800134594565%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.huffingtonpost.fr%2Fentry%2Fcovid-le-conseil-scientifique-sarrete-pas-le-suivi-de-la-7e-vague_fr_62c40de2e4b065b10ad92389

 

Avertissement :
La rubrique commentaires est un espace d'échanges et de partages mis à votre disposition. Il vous permet d'exprimer brièvement vos idées, votre accord ou désaccord relatifs à l'article ci-dessus. Cependant vous devez respecter quelques règles simples à savoir vos propos doivent rester dans le cadre du sujet abordé, ils doivent être courtois et conformes aux règles élémentaires de la politesse et de la bienveillance. Tous les commentaires insultants, diffamants, menaçants ou appelant à la haine seront immédiatement supprimés. Nous vous remercions pour votre compréhension

Le site est modéré. Ne vous impatientez pas si votre commentaire n'apparaît pas rapidement.

18 Responses

  1. Je suis déçu : je croyais que le diable était doué d’une certaine forme d’intelligence. Eh bien non en aucune façon ! Vivement qu’il soit remplacé. Un grand merci M. Mazurkiewicz

  2. Heureusement, ce traitement est réservé aux personnes âgées.
    C’est écrit
    Agées de plus de douze ans, d’accord, mais quand même, faut pas râler tout le temps….
    Cet élément du plan mondialiste va peut-être réveiller les consciences, tout comme le plan agricole fait tousser la hollande et le sri lanka, où ça tourne à l’émeute. Les peuples se réveillent enfin.
    L’agriculture des pays-bas a fait un énorme bond dans la productivité écologique, et voilà qu’on met tout ça par terre pour nous faire bouffer des insectes. Pas contents, les bataves. Voyez Alexis Cossette, il fait une bonne synthèse:
    https://odysee.com/@Radio-Quebec:a/opium:2
    Et puis voilà qu’on profite de la vague de chaleur pour nous faire bouffer du réchauffement anthropique.
    Je rappelle qu’on est passés en cent ans de 3 molécules de CO2 sur 10.000 à quatre (une goutte de plus dans 1/2 litre d’eau par exemple). C’est tellement grotesque…
    Je rappelle tout ça parce que ce sont, avec le plan covid, les éléments du plan mondialiste de Davos pour 2030: vous ne possèderez plus rien et vous serez heureux.
    Je conseille la lecture du livre de François Gervais « Merci au CO2 » dont il vous parle ici:
    https://www.youtube.com/watch?v=oxql8o1v-oA&ab_channel=SudRadio

  3. Poussons le raisonnement un peu plus loin : les CBDS (monnaies numériques centralisées) ne sont pas encore tout à fait au point, il faut encore 2 ou 3 ans d’après ce qui a été dit à Davos. L’établissement de l’identification numérique (via le « pass ») est principalement dédié à imposer cette horreur : un contrôle total de nos finances (donc de nos vies…)

    C’est pourquoi il faut prolonger cet état d’urgence, et tous les dispositifs mis en place, au moins jusqu’au lancement des monnaies numériques.

    C’est bien à cela qu’a principalement servi la crise « sanitaire », non ? Changer le système monétaire et dresser le public à accepter l’inacceptable.

  4. l’ article 2 en sursis prévoyait de soumettre au passe les déplacements « en provenance ou à destination du territoire national » !! c’est à dire TOUS nos déplacements, non ?
    et le Sénat va nous la resservir !
    Merci pour cette brillante analyse.
    Qu’ils grillent tous …

    1. Je comprends qu’il s’agit uniquement de déplacements depuis la Métropole vers les territoires français extra-métropolitains, les populations d’outre-mer », Corse comprise, et vice et versa. Hors lignes TGV, lignes aériennes, et maritimes, je ne vois pas comment nos déplacements pourraient être contrôlés. Par ailleurs si cet article 2 même réécrit validait de nouveau l’obligation d’un pass sanitaire, la loi ne pourrait s’appliquer à des voyages vers ou depuis l’étranger, particulièrement dans l’espace Schengen un espace de libre circulation sans contrôles aux frontières intérieures. Une mesure qui nous contraindrait par défaut à voyager en voiture, moto ou vélo pour esquiver allégrement ce genre de contrôle.
      Une loi quasi inapplicable, à part poursuivre un agenda politique sur la base d’une pseudo-épidémie, quoi ?

      Maintenant les sénateurs et sénatrices vont peut-être se calmer un peu, qu’ils seront avertis qu’une PLAINTE SIMPLE a été déposée AUPRÈS DU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE à l’encontre de l’ANSM, de l’AGENCE NATIONALE DE SANTÉ PUBLIQUE, du CONSEIL NATIONAL DE L’ORDRE DES MÉDECINS, du CONSEIL NATIONAL DE L’ORDRE DES PHARMACIENS des chefs de :
      – MISE EN DANGER DE LA VIE D’AUTRUI
      – PRATIQUES COMMERCIALES TROMPEUSES
      – TROMPERIE

      180722 – Plainte « Ce ne sont pas des vaccins »

      1. NOTE D’ACCOMPAGNEMENT DÉPÔT DE PLAINTE AUPRÈS DU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE « CE NE SONT PAS DES VACCINS ! »
      2. Action pénale – PLAINTE SIMPLE : Article 40 du Code de procédure pénale
      3. Texte du mail envoyé à l’ensemble des sénateurs, concernant la plainte « Ce ne sont pas des vaccins »

      https://reaction19.fr/reaction19/actualites/ad-plaintes/ce-ne-sont-pas-des-vaccins/180722-plainte-ce-ne-sont-pas-des-vaccins/

      Merci Carlo Brusa

      1. Oui cher compagnon de manifestation lilloise, la quête du pouvoir est un piège et un vice, si on ajoute à ça la psychopathie qui caractérise bon nombre de nos dictateurs, ils peuvent ne jamais se « calmer » et aller jusqu’ à la destruction totale de leurs « sujets qu’ils aiment tant » ainsi que d’eux mêmes… Continuons à penser librement. Merci à tous.

  5. Mais jusqu’à quand va continuer cette grotesque et pathétique mascarade?
    Je ne suis pas journaliste, pas scientifique, pas virologue, pas épigénéticienne, pas spécialement diplômée, seulement une française lambda, qui a le sens critique et le libre-arbitre depuis bien longtemps.
    Comment est-il possible que les députés de la nouvelle assemblée , majoritaires, derrière leurs agitations frontistes, ne soient pas capables d’envoyer péter en force cette macronie mentalement défaillante, oh combien dangereuse pour les français?

  6. @CATHERINE

    Pourquoi les élus ne les envoient pas bouler ? parce qu’ils sont plutôt d’accord avec cette politique. peut être les quelques du FN qui ont l’habitude d’être dans l’opposition et encore.

    Tant que l’on restera sur ce mécanisme d’élection on élira des gens qui n’ont pas besoin de travailler, qui voudront rester là et donc leur préoccupation principale sera de rester là en vivant grassement sans avoir besoin de travailler et sans être aucunement responsable de ce qu’ils font. tu m’étonnes qu’ils veulent la place.

    Avec le recul, je ne vois que le tirage au sort sur les listes de la CPAM pour nous sortir de là.

  7. Des documents révèlent que la FDA a collaboré avec Moderna pour contourner les normes de sécurité du vaccin COVID
    (Je ne mets que les titres de chapitre):
    Constatation 1 : Le résumé non clinique de Moderna contient surtout des éléments non pertinents.
    Constatation 2 : Moderna a déclaré que l’ARNm de Spikevax ne doit pas faire l’objet d’une étude de toxicité et peut être remplacé par tout autre ARNm sans autre test.
    Constatation 3 : Le programme non clinique de Moderna ne comprenait qu’une seule étude toxicologique non BPL de la substance active du Spikevax.
    Conclusion 4 : il existe un ” conflit d’intérêts sérieux ” entre Moderna et les NIH.
    Conclusion 5 : la FDA n’a pas remis en question les ” études scientifiquement malhonnêtes ” de Moderna qui écartent un ” risque extrêmement important ” de maladie induite par les anticorps du vaccin.
    Conclusion 6 : la FDA et Moderna ont menti au sujet des études de toxicologie de la reproduction dans les divulgations publiques et l’étiquetage des produits.

    Mme Latypova a déclaré que les examinateurs de la FDA auraient dû “facilement voir clair dans la fraude flagrante, les omissions, l’utilisation de modèles d’étude inadéquats et le manque général de rigueur scientifique”.

    (…)

    Il semblerait que la FDA ait fondé sa décision selon laquelle le produit peut être administré en toute sécurité à des milliers d’humains par ailleurs en bonne santé sur deux études menées sur des rats, a déclaré Mme Latypova. Le reste du dossier de 700 pages a été considéré comme consistant en “d’autres études de soutien”.
    (…)
    Mme Latypova a demandé que la FDA, les fabricants de produits pharmaceutiques et “tous les autres auteurs de cette fraude soient arrêtés et fassent l’objet d’une enquête de toute urgence.”

    https://www.wikistrike.com/2022/07/des-documents-revelent-que-la-fda-a-collabore-avec-moderna-pour-contourner-les-normes-de-securite-du-vaccin-covid.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

  8. Coucou,

    Merci a toustes pour les sujets, ainsi que les commentaires.

    Abstinence verbale. Pas envie de remuer le couteau dans la plaie!

    Bien a vous,

  9. Un bon signal qui nous vient d’Italie !

    Pistoia, l’ordonnance d’un juge réadmet au travail un psychologue suspendu pour ne pas avoir été vacciné. « Sérum ADN invasif », écrit le magistrat.

    Italie – Voici les principaux points de cette ordonnance judiciaire(1) qui réintègre donc une psychologue non vaccinée :

    1- Considérant que le but de ce décret-loi est de prévenir les maladies et d’assurer des conditions de sécurité dans le secteur de la santé;

    2- Notant toutefois que cet objectif est inatteignable car ce sont les propres rapports de l’Aifa(2) qui l’affirment;

    3- Considérant que les rapports de l’Aifa, tant ceux contemporains de la suspension du Dr XXXX que ceux plus récents de janvier et mai 2022, et plus encore les rapports des instituts de surveillance européens tels qu’Euromomo ou Eurovigilance, montrent un phénomène opposé à celui que l’on voulait obtenir avec la vaccination, à savoir une propagation de la contagion avec la formation de multiples variantes virales et la prévalence numérique des infections et des décès parmi les personnes vaccinées avec trois doses;

    4- Notant en effet que l’article 32 de la Constitution au sein de la charte constitutionnelle « personnocentrique » après l’expérience du nazi-fascisme ne permet pas de sacrifier l’individu pour un intérêt collectif réel ou supposé et encore moins de le soumettre à des expériences médicales invasives de la personne, sans son consentement libre et éclairé;

    5- Considérant que le consentement éclairé n’est pas concevable lorsque les composants des sérums et le mécanisme de leur fonctionnement sont, comme en l’espèce, couverts non seulement par le secret industriel mais aussi, de façon incompréhensible, par le secret « militaire »;

    6. Considérant que, par conséquent, après deux ans, nous ne connaissons toujours pas les composants des sérums et leurs effets à moyen et long terme tels qu’ils sont écrits par les fabricants eux-mêmes, alors que nous savons qu’à court terme, ils ont déjà causé des milliers de décès et d’événements indésirables graves;

    7- Considéré que pour ces raisons, le Dr XXXXX ne peut être contraint, pour pouvoir subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille, de se soumettre à ces traitements expérimentaux par injection qui sont si invasifs qu’ils s’insinuent dans son ADN, le modifiant d’une manière qui pourrait être irréversible, avec des effets imprévisibles sur sa vie et sa santé à ce jour;

    8- Considérant que du point de vue épidémiologique, la condition du sujet vacciné n’est pas différente de celle du sujet non vacciné, car tous deux peuvent être infectés, développer la maladie et transmettre la contagion;

    9- Considérant que par conséquent l’imposition d’une vaccination obligatoire pour exercer la profession est totalement discriminatoire et viole le règlement européen n° 953/2021 self executing qui interdit la discrimination des citoyens européens basée sur le statut vaccinal;

    suspend l’ordonnance de l’ordre des psychologues de Toscane de XXXXX qui interdit au Dr. XXXXX d’exercer la profession de psychologue jusqu’à sa soumission au traitement sanitaire d’injection contre le Sars Cov-2, autorisant ainsi l’exercice de la profession sans subir d’injection de traitement, travaillant dans n’importe quel mode (à la fois en présence ou à distance) de la même manière que les collègues vaccinés.

    Traduction: IlFattoQuotidiano.fr
    Notes : Texte complet de la sentence : https://www.lecronachelucane.it/2022/07/13/una-sentenza-che-sta-facendo-discutere/
    Aifa = agenzia italiana del farmaco
    13.07.2022
    https://ilfattoquotidiano.fr/pistoia-lordonnance-dun-juge-readmet-au-travail-un-psychologue-suspendu-pour-ne-pas-avoir-ete-vaccine-serum-adn-invasif-ecrit-le-magistrat/

    Hauts les cœurs… la justice avance… lentement mais sûrement

  10. De tout un peu:
    Faites vous plaisir en réécoutant veran le prince du mensonge (le roi étant macron):
    https://t.me/trottasilvano/25189
    et puis
    https://t.me/trottasilvano/25190
    Je vous transmets les remerciements des rats de laboratoire dont nous avons pris la place au cours des expérimentations des vaxxins.
    Le Dr Foucher raconte ses persécutions:
    https://twitter.com/i/status/1549089710471094272
    Le fils du Ministre de la Santé du Quebec, Christian Dubé, se vante sur les réseaux sociaux, de ne pas avoir pris les poisons-vaccins, mais de l’eau saline !! Maintenant ils se fichent ouvertement des vaccinés ! https://www.tiktok.com/@morganefee07/video/7121538886353816837?_t=8U5KY8bOTpd&_r=1

    1. Psychologue libérale, je suis toujours interdite…interdite en effet je le suis devant autant d’ignominie, : entre l’académie de médecine qui pense que nous n’avons pas notre place parmi les soignants , les conseils de l’ordre qui cherchent des poux aux vrais médecins, les politiques qui confondent port de la cravate et sens des responsabilités…etc etc…je suis un peu désabusée, je continue mon « bon ouvrage  » peut-être serai-je un jour dénoncée par un malveillant frustré… ça devient difficile d’aider les patients qui ont perdu toute confiance en l’humanité, l’écoute active et bienveillante du psy est dérisoire face à cette détresse existentielle que je comprends et que dire aux enfants qui seront vaccinés en septembre ? On ne leur dit pas biensur que leur parents sont faibles et lobotomisés…on ne dira rien….comme disait Jacques Brel : on aura juste »mal aux autres  »
      C’est vrai que tout ça est loin d’être terminé mais chaque fois qu’il y a un mince espoir, on y croit..
      Encore une fois, le diable a gagné….provisoirement !

      1. Madame

        il me semble comprendre que vous êtes une « soignante » et que vous vous insurgez contre votre mise à l’écart. Partant de ce principe, est-ce qu’avant votre interdiction d’exercer vous avez publié quelque part, sur les rézos accessibles une publication ou vous vous insurgiez contre l’interdiction des médecins de soigner ? contre les euthanasies sauvages au rivotril ou aux sédatifs vétérinaires ?

        j’adorerais partager votre combat auprès des gens qui me suivent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérer à l’AIMSIB

Rejoignez-nous !

Faire un don

Participez à notre développement

Derniers commentaires

Comme + de 4000 personnes, ne ratez pas notre prochain article !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le directement dans votre boite email !

Nous sommes aussi sur vos réseaux sociaux préférés ! Venez intéragir !

Aller au contenu principal