Ce produit, encore appelé couramment thimerosal, a été très largement utilisé dans les vaccins jusque dans les années 2000 en tant qu’agent stérilisateur avant que l’ensemble de la communauté médicale ne le soupçonne d’effets secondaires redoutables sur le système nerveux central. Curieusement toutes les grandes instances internationales n’ont jamais pu lui démontrer la moindre dangerosité, ni l’OMS [1], ni la FDA[2] ni l’EMA[3] ni notre défunte AFSSAPS[4] donc cette molécule reste encore trouvable dans la composition de certains vaccins à travers le monde. Et pourtant, en grattant un peu, mais alors juste un peu… Bonne lecture.

Science officielle

La science officielle nous explique que tout va bien et que de toute manière, la causalité n’est pas démontrée. C’est explicité dans ce communiqué de presse de l’ANSM.

La base de ce consensus a été établie sur l’étude [5] menée par les CDC d’Atlanta (que les américains surnomment désormais Corruption, Deceit and Cover-Up) que l’on peut trouver aisément en ligne :

 

étude CDC

La fine équipe habituelle des faussaires des CDC est aux manettes ! La conclusion c’est que à part 2 ou 3 petites choses dans certains HMO (Health Maintenance Organization) tout va bien !

Conclusions

L’auteur principal de cette étude est Thomas Verstraeten, retenez bien son nom, on va souvent parler de lui.

Science officieuse

Ce qu’il y a de bien avec les américains, c’est qu’ils ont le Freedom of Information Act (FOIA) qui permet à n’importe qui d’obtenir par une procédure judiciaire n’importe quel document administratif ! Et cela permet d’obtenir des documents vraiment passionnants. Alors maintenant on vous raconte l’histoire de ce qui s’est passé en réalité : L’étude présentée plus haut n’est que le résultat final après avoir trituré, manipulé et caviardé les données qui dérangent. Parce qu’avant, le résultat de l’étude (on ne dispose pas du manuscrit initial, uniquement du résumé) c’est ça :

Risque de troubles neurologiques augmenté de 80%
Risque d’autisme multiplié par quasiment 8
Risque de troubles du sommeil multiplié par 5
Risque de troubles du langage multiplié par 2

 

Le vrai résumé avec les vraies données

verstraeten-1999-increased-risk-of-developmental-neurologic-impairment-after-high-exposure-to-thimerosal-containing-vaccine-in-first-month-of-life

Les vaccins considérés sont:

un vaccin particulièrement intéressant

 

On a même un mail de Verstraeten daté de fin 1999 qui explique que ce risque ne va pas s’en aller par l’opération du Saint-Esprit (« it just won’t go away ») – l’étude finale a été publiée dans Pediatrics en novembre 2003, c’est que ça prend du temps de falsifier toutes les données !

L’en-tête

la conclusion

2.7

Ces points sont parfaitement connus des plus grands experts en vaccins, en effet cela a été présenté à un meeting ayant eu lieu à Simpsonwood, on récupère via le FOIA la transcription des débats, on lit les pages 152-153; et on y trouve cette perle :

pages 152-153

-« On peut regarder les données dans tous les sens, ajouter des stratifications, je peux sortir des risques très élevés. Je peux sortir des risques très faibles, en fonction de la manière de tourner les choses. Je peux évacuer [le risque] pour certains et il revient pour d’autres. Pour moi c’est clair, il y a des choses qui ne s’en iront jamais. Si on l’évacue ici, alors il va revenir par là. C’est très clair, notre signal ne va pas partir tout seul ».

Comment ça fonctionne ?

En fait c’est simple:

On joue sur les critères d’inclusion/exclusion des sujets et la censure (« stop date ») : si un enfant reçoit plusieurs diagnostics (troubles du sommeil, problèmes de coordination, autisme etc…) il suffit de censurer le sujet dès le premier diagnostic établi (qui sera un évènement le plus commun et bénin possible), comme le diagnostic d’autisme qui se porte très tard, lorsque le sujet reçoit ce diagnostic là il a été sorti de l’étude depuis longtemps!

Analyse de la génération 0

Les données sont évaluées suivant différentes phases (on parle de « round » ou de « génération »). La génération 0 constitue les données brutes avant les tripatouillages. L’analyse est téléchargeable ici, c’est encore pire que le résumé soumis par Verstraeten présentée plus haut.

safeminds-generation-zero

Chacun peut donc constater que la seule préoccupation des chercheurs est de faire disparaître tout signal qui serait découvert. Vous pouvez maintenant en déduire la crédibilité de toutes ces études rassurantes dont on vous abreuve du matin au soir dans la très respectable littérature scientifique.

https://annals.org/aim/article-abstract/2706170/researcher-requests-inappropriate-analysis-reporting-u-s-survey-consulting-biostatisticians

Conclusion

Il parait que c’est ça la vraie science. Il parait même que c’est de l’Evidence-Based Medicine, le Graal ultime en Médecine, la preuve parfaite par laquelle tous les raisonnements et toutes les conduites à tenir de tous les médecins du monde ne devraient obéir grâce à ce seul type de démonstrations « scientifiques ». Et ça c’est vraiment beau….

 

Sources
[1] http://www.who.int/vaccine_safety/topics/thiomersal/Jun_2008/en/index.html
[2] https://www.fda.gov/vaccines-blood-biologics/safety-availability-biologics/thimerosal-and-vaccines#saf
[3] http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/Scientific_guideline/2009/09/WC500003905.pdf
[4] Repris par l’ANSM, https://ansm.sante.fr/S-informer/Communiques-Communiques-Points-presse/THIOMERSAL
[5] Safety of thimerosal-containing vaccines: a two-phased study of computerized health maintenance organization databases. Pediatrics. 2003 Nov;112(5):1039-48.

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de