Chère Consœur,

Je vous remercie d’avoir bien voulu vous pencher à plusieurs reprises sur l’intéressant dossier de Madame Anne Marie P…, 65 ans, que je vous avais adressé en bilan d’une ferritinémie augmentée à 266 ng/ml.

Vous confirmez que notre patiente est en pleine forme et que son bilan hépatique est strictement normal, à l’exception du fait que Fer sérique et CTSS sont indosables pour cause de sérum lactescent (Il existait ce jour-là des TG à 5,38 g/l, un CT= 2,92 g/l, LDL = 2g/l et HDL = 0,56).

Non seulement elle est en pleine forme, mais en plus elle ne reçoit aucun traitement pour quoi que ce soit, ni pour un diabète, ou une HTA, et elle ne consomme qu’occasionnellement de l’alcool. Vous relevez une discrète hépato-stéatose à l’échographie.

L’inquiétude de notre patiente est forte, je pense qu’elle vous l’a communiqué et vous avez fort logiquement lancé un dépistage d’ hémochromatose dont nous n’avons pas à ce jour les résultats.

Par contre vos conclusions me troublent, je vous cite;

« D’autre part, il est indispensable de corriger tous les facteurs de risque pouvant aggraver la fonction hépato-cellulaire. …/… Il est nécessaire de corriger les anomalies du bilan lipidique. La patiente me signale qu’elle suit des règles hygiéno-diététiques depuis plusieurs mois. Je remercie le médecin traitant de bien vouloir refaire le point par rapport à cela et de prescrire un traitement dyslipidémiant. »

(Je vais glisser sur dyslipidémiant…)

Que de choses à dire de la part du Médecin Traitant, Dans l’ordre…

  1. Traitement médicamenteux de son hypertriglycéridémie. (HTG)
  2. Traitement médicamenteux de son hyperlipoprotéinémie familiale. (HF)
  3. Traitement médicamenteux de son hypercholestérolémie.
  4. Révision de son régime alimentaire.
  5. Traitement hépato-protecteur par hypolipémiants.

Détaillons les points précédents :

1- Traitement médicamenteux de son hypertriglycéridémie :

Pourquoi traiter? Uniquement en prévention des pancréatites. Avec quel produit? les patients sous fibrates présentent plus de pancréatites que ceux laissés sans traitement, donc on oublie les fibrates. Je vous joins la causerie délivrée par Philippe Giral, lipidologue parisien (1) que l’on voit partout, pour vous en convaincre et surtout ne pas imaginer un quelconque intérêt des statines dans cette indication, car si Giral ne vous en parle pas, malgré tout le bien rémunéré qu’il pense de ces produits, c’est que la solution médicamenteuse de l’HTG n’existe pas en 2016.

2- Traitement médicamenteux de son hyperlipoprotéinémie familiale (HF) :

Là aussi les traitements médicaux de l’HF n’existent pas en 2016, hormis l’aphérèse, réservée aux populations touchées par une HF maligne hétérozygote, ou homozygote. L’interrogatoire de Mme Anne-Marie P. retrouve une maman présentant un profil biologique identique au sien, une dame âgée encore vivante qui n’a jamais souffert de pathologie cardio-vasculaire, comme sa fille de 65 ans d’ailleurs, ni personne de sa famille. Donc, HF familiale bénigne.

3- Traitement médicamenteux de son hypercholestérolémie :

Vous me proposez, m’enjoignez plutôt, d’introduire un anticholestérolémiant.

Je ne vous fais pas l’offense de discuter de l’intérêt thérapeutique de la Niacine,( Vit. B3), ou de l’Ezetimibe, sulfureuse invention marketing fort probablement cancérigène et sans aucun intérêt thérapeutique ce qui a été systématiquement démontré depuis que ce produit existe. Restent les statines. Ce serait en Prévention Primaire (PP), nous sommes bien d’accord, seulement voilà l’ utilisation des statines en PP n’est globalement plus prônée en France que par quelques nostalgiques des temps anciens, toutes les études épidémiologiques d’ampleur ayant totalement démontré leur absence d’efficacité pour diminuer la mortalité.

Vous en doutez? Relisez ALLHAT (2) une exceptionnelle étude épidémiologique réalisée sans aucune pression des sponsors et retranscrite en Français dans l’excellent blog de Pascal Raton que je salue ici.

On pourrait se dire que si ça ne fait pas de bien, ça ne fait de toute façon pas de mal et qu’il est très valorisant pour un médecin comme pour son patient d’assister à une décroissance franche des taux de Cholestérol…

Nous y reviendrons dans quelques lignes.

4- Révision de son régime alimentaire :

Je vous ai bien dit que notre patiente de 65 ans n’était malade de rien, sauf aujourd’hui de son inquiétude, bien légitime.

Je ne sais de quel régime elle s’est inspirée, son HTG supérieure à 5g n’a jamais été enregistré dans mon cabinet.

On rappelle néanmoins que LA PRATIQUE DU RÉGIME ANTICHOLESTEROL EST ABANDONNÉE tout ce qu’il y a de plus officiellement depuis UN AN PAR LES AUTORITÉS FÉDÉRALES AMÉRICAINES tant les conséquences en matière de santé humaine ont été désastreuses, (3) est-il logique que de tels commandements d’un autre âge sévissent encore dans certains de nos hôpitaux français… dont Dron peut-être?

Oui, certainement, Chère Consœur, son alimentation doit être optimisée, par orientation de certains choix alimentaires et abandon de certains autres. Je remercie Mme Anne-Marie P. de bien vouloir prendre rendez-vous à mon cabinet afin que l’on revoie ensemble son optimisation diététique.

Il pourrait être proposé à l’issue de cette consultation une évaluation de son Statut en Acides Gras (SAG), de son Bilan de Stress Oxydatif (BSO), de son niveau d’ homocystéinémie, mais ces dosages sont chers et non remboursés.

5- Traitement hépato-protecteur par hypolipémiants :

Votre concept est séduisant, encore faudrait-il qu’une preuve scientifique intangible vienne la corroborer, puis qu’une extension d’AMM existe afin que cette prescription soit autorisée dans la pratique.

Je ne connais qu’un seul auteur français qui se soit penché sur la question du rapport « statines et maladies hépatiques » (4), il est hélas extrêmement pessimiste, il nous rappelle que l’Agence Américaine du Médicament a mis en garde en 2015 les prescripteurs quant à la survenue d’hépatites fulminantes statino-induites, on fait mieux en termes d’ hépato-protection…

Plus amusant, Michel de Lorgeril dans cet ouvrage nous cite le cas du seul produit connu susceptible d’améliorer les paramètre hépatiques des NASH, un activateur du farnesoid X receptor mais… il augmente significativement la cholestérolémie, ce qui ne va pas vous plaire!

Citons-le pour finir :

« Gardons à l’esprit pour le moment que la prescription de statines (ou la diminution du Cholestérol) pourrait contribuer à la survenue d’une NASH ou d’une NAFLD. Si vous êtes traité par une statine et qu’on vous a diagnostiqué une NASH ou une NAFLD, parlez-en en urgence à votre Médecin traitant, vous avez peut-être identifié la cause. »

Adieu l’hépato-protection des hypolipémiants, l’enfer est pavé de bonnes intentions…

En conclusion,

et de manière très pragmatique, je pense avoir pu vous faire entrevoir, à défaut de vous convaincre, qu’une solution simple et pratique comme prescrire une statine risque de générer bien plus de complications qu’elle n’en résoudra.

­On rappelle :

  • Que les statines augmentent le risque de 300% de développer un diabète,
  • Que leurs cancérogénicités seraient supérieures à l’exposition au tabac pour les localisations coliques, prostatiques, mammaires et thyroidiennes,
  • Qu’elles provoquent impuissances, aboulies sexuelles, myalgies, arthralgies, cataractes, glaucomes, DMLA, démences, dépressions, Alzheimer, Parkinson, AVC hémorragiques, insuffisance rénales, fibroses pulmonaires, hépatites fulminantes, pancréatites…

On n’en serait pas là si les firmes pharmaceutiques n’avaient pas mis la main sur la pensée médicale depuis tant d’années.

L’ Association Internationale de Médecine Indépendante et Bienveillante (AIMSIB) (5) verra le jour en Avril et regroupera plaignants, chercheurs indépendants et Médecins du monde entier qui se reconnaissent dans une éthique intangible;

Soigner sûrement, gober des messages publicitaires et les retranscrire en ordonnances, sûrement plus !

Rejoignez-nous vite, retrouvons notre indépendance professionnelle perdue, réclamons systématiquement la lecture des données brutes de toutes les études que les Industriels nous cachent, imposons la relecture immédiate des essais cliniques ayant donné lieu à AMM pour les statines…

Prochain courrier avant (presque) fin de mes émissions,

Statines, arnaques et corruptions, j’ai assez de matière pour vous divertir 15 minutes!

A bientôt, salutations aux nouveaux arrivés (et félicitations à ceux qui m’endurent depuis le début…)

Tous les billets et commentaires sont fortement bienvenus, dans la limite que la politesse minimale nous impose les uns vis à vis des autres, merci de privilégier le « répondre à tous » qui autorise une réflexion bien plus riche.

Chère Consœur? À vous lire!

Dr Vincent Reliquet

  • (Tourcoing, Nord, France)

(1) http://francais.medscape.com/features/en-pratique/33000109

(2) https://www.cholesterol-statine.fr/allhat.html

(3) Scientific report of the 2015 Dietary guideline advisory commitee, USDA, February 2015

(4) « L’horrible vérité sur les médicaments anticholesterol », de Lorgeril M., Tierry Souccar Ed., p 155

(5) aimsib.org

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de

commodo leo tristique consectetur libero quis velit, vel, dictum