Message spécial à l’intention des membres du personnel médical non vacciné, résistez! A ce jour, le décret mettant en application l’Art. 12 Div. II de la Loi 2021-1040 du 5 août n’est toujours pas paru, et ne peut donc toujours pas être applicable: https://www.senat.fr/application-des-lois/pjl20-796.html

 

 

Que peut-il naître d’une fusion réussie entre influences industrielles sans fin, science dévoyée et amoralité politique complète? Ceci, une situation inextricable faite de coercition des populations, d’inefficacité sanitaire et de drames à venir. A ceux qui croient qu’on grossit exagérément le trait, merci de vous pencher sur l’implacable démonstration du Dr Eric Ménat, membre AIMSIB et du CSI. Où vous verrez aussi que les bonnes intentions de certains « gentils blancs » peuvent révéler toute la noirceur de leurs âmes, bonne lecture…

 

Résumé
– La HAS informe les médecins que les vaccins AstraZeneca et Janssen ont une efficacité limitée face aux nouveaux variants et en particulier le delta.
– De fait, la DGS retire la possibilité aux Français d’utiliser ces deux vaccins à l’avenir, qui ne sont plus accessibles à la commande.
– Les soignants vaccinés avec ces deux vaccins représentent donc un danger pour eux-mêmes et pour les autres, supérieur aux soignants non vaccinés.
– Pour que la logique de la loi soit respectée il parait donc nécessaire que tous les soignants ainsi vaccinés soient immédiatement interdits d’exercer.
– La France, après avoir retiré le droit d’utilisation du vaccin AstraZeneca auprès de sa population de moins de 55 ans, en interdit ce jour complètement l’usage sur son sol et se débarrasse de ses lots inutilisés en les transférant à l’Afrique, dont les populations se comptent pourtant très majoritairement parmi les moins de 55 ans..

Introduction

Avant de commencer, je veux rappeler que je n’ai aucun conflit d’intérêt et que je ne suis pas « anti-vax ». Être « anti-vax » est tout aussi absurde que d’être « pro-vax ». En tant que médecin et scientifique j’utilise les médicaments (les vaccins font partie des médicaments) en fonction de leurs indications, de leurs contre-indications et surtout de la balance bénéfice-risque qui est différente pour chaque individu.
Si mes patients veulent se faire vacciner et que la balance bénéfice-risque parait favorable pour eux, je ne peux que leur conseiller de le faire et j’ai même vacciné moi-même un certain nombre de patients.
Et faisant ainsi j’ai pu lire des avis officiels de la HAS (Haute Autorité de Santé), de la DGS (Direction Générale de la Santé) et même du COSV (Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale) qui m’ont interpellé. Et je suis surpris que ces éléments ne soient pas portés à l’attention du public. C’est donc ce que je me propose de faire ici.

Retour sur l’évolution de la Covid en Inde

Le 8 juillet, il y a donc déjà 2 mois, la Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport essentiel sur la stratégie vaccinale face aux nouveaux variants et en particulier le variant delta qui devenait majoritaire à ce moment-là.
Avant de commenter ce rapport je voudrais rapidement rappeler les chiffres de l’Inde, principal pays où a émergé ce variant Delta (appelé d’ailleurs variant Indien à l’époque).
Il a été à l’origine d’une flambée de cas et de décès que vous pouvez visualiser sur ces courbes.

Cas de Covid en Inde et en France

 

Décès par Covid en Inde et en France

J’ai fait figurer la France sur ces courbes pour que vous puissiez avoir un élément de comparaison.

On constate que le nombre de cas qu’on disait catastrophique à l’époque en Inde en montrant les corps de malades dans la rue a finalement été 2 FOIS PLUS BAS que le nombre de cas lors de l’épidémie de variant anglais et même plus bas que le nombre de cas de variants delta en France.

On constate aussi que malgré un système de santé bien moins développé qu’en France leur taux de mortalité n’a pas été si élevé et bien plus bas que celui de la France pendant le variant anglais.

Pour finir, le plus important à noter sur ces courbes, c’est que l’épidémie de variant delta en Inde s’est éteinte aussi rapidement qu’elle avait débuté. Et pourtant, seulement 10% de la population indienne est vaccinée. Donc une chose est sûre : Ce n’est pas grâce au vaccin que l’Inde s’est débarrassée du variant delta.

En l’occurrence, beaucoup de provinces ont traité avec de l’Ivermectine, du zinc et des antibiotiques. Est-ce l’explication ? Des études plus approfondies nous permettront de l’affirmer, mais le vaccin n’y est pour rien.

Tout ça pour dire que baser la TOTALITÉ de notre lutte sanitaire sur le seul vaccin parait pour le moins surprenant et peu logique au regard de ces chiffres.

Les curieuses préconisations de la HAS

C’est pourtant la politique sanitaire de la HAS, des experts du gouvernement et du ministère de la Santé, mais ce n’est pas la seule surprise dans le rapport de la HAS.

Capt. écran

Voici un des principaux extraits de ce rapport :
« L’étude de Lopez Bernal et al. (1) a étudié l’efficacité en vie réelle de la vaccination dans la prévention de l’infection symptomatique à COVID-19 à l’égard des variants alpha et delta. Les résultats indiquent une légère perte d’efficacité sur les formes symptomatiques des deux vaccins contre le variant delta par rapport au variant alpha, cette diminution est un peu plus importante pour le vaccin Vaxzevria© (Astra-Zeneca, ndlr) que pour le vaccin Comirnaty »

Ce tableau montre une chose très importante que je vous ai encadrée :

Dans la vraie vie, après 2 doses de vaccin « Astra », l’efficacité est en moyenne de 59.8% et peut même descendre à 28.9 %. C’est ce que la HAS appelle une « légère perte d’efficacité » !? Je ne sais pas s’il faut qualifier cela de prudence ou d’hypocrisie. Dans la vraie vie, cela veut dire que près de la moitié des personnes vaccinées par le vaccin Astra ne SONT PAS PROTÉGÉES.

Voici ce que conclut la HAS dans ce rapport
– « L’efficacité des vaccins à ARNm et du vaccin Vaxzevria© sur la prévention des formes graves de Covid-19 est maintenue vis-à-vis des différents variants circulants en France, et en particulier vis-à-vis du variant delta. »
– « Toutefois pour ces vaccins, l’efficacité vaccinale après la première dose sur la survenue de formes symptomatiques est clairement diminuée avec le variant delta. »
– « Dans le contexte actuel de diffusion rapide du variant delta, hautement transmissible et à risque d’échappement immunitaire, la HAS souligne qu’il est indispensable que l’ensemble de la population ciblée puisse bénéficier d’un schéma vaccinal complet rapidement afin d’être protégée de façon optimale. Dans ce cadre, elle estime qu’il convient de privilégier l’accès aux vaccins qui disposent du meilleur niveau d’efficacité pour la prévention non seulement des formes graves et symptomatiques, mais également contre la transmission, avec un espacement minimal entre les deux doses. Il s’agit des vaccins Comirnaty© (BioNTech/Pfizer) et Spikevax© (Moderna). »

Il est donc clairement dit que le vaccin Astra est moins efficace, et le vaccin Janssen est curieusement passé sous silence à ce stade.

– « Elle considère également la meilleure réponse immune obtenue par un schéma de vaccination hétérologue Vaxzevria/ARNm par rapport à un schéma homologue Vaxzevria, avec des éléments rassurants sur la tolérance. »

Là encore on voit qu’un rappel avec le Pfizer est plus efficace qu’un rappel avec le vaccin Astra chez des personnes primo-vaccinées avec Astra, ce qui est tout de même assez surprenant et prouve s’il le fallait encore que le vaccin Astra est réellement moins efficace.

– « Compte tenu des résultats d’efficacité en vie réelle obtenus après deux doses du vaccin Vaxzevria sur la prévention des formes sévères de COVID 19, la HAS estime toutefois que la poursuite du schéma vaccinal avec le vaccin Vaxzevria est envisageable chez les personnes âgées de plus de 55 ans qui le souhaitent, dans le cadre d’une décision médicale partagée et après leur avoir apporté une information claire sur les différentes options possibles. »

Vous noterez l’extrême prudence des termes et l’utilisation de l’adjectif « envisageable ». On a vraiment l’impression qu’ils veulent dire « on peut le faire, mais il vaudrait mieux éviter ». La suite va venir confirmer cette impression.

– « Les données in vitro relatives au vaccin Janssen, bien que très encourageantes sont, à ce stade, insuffisantes pour conclure formellement à la conservation de l’efficacité du vaccin sur le variant delta. »

On comprend ici que pour le vaccin Janssen, en réalité, on ne sait pas du tout s’il est efficace ou non et surtout à quel niveau il protège les personnes vaccinées. Nous verrons plus loin dans le rapport suivant de la HAS daté du 26 aout que le doute sur cette efficacité s’est largement confirmé.

Mais je préfère analyser les choses par ordre chronologique. Ce sont les communiqués de la Direction Générale de la Santé (DGS) qui vont nous donner les réponses concrètes après ce rapport qui, curieusement, n’a pas été repris ni commenté par les journalistes et les experts sur les plateaux télé.

Voici le communiqué et les consignes que les médecins reçoivent de la DGS fin juillet, 3 semaines après le rapport de la HAS. J’ai fait des copies d’écran pour que vous puissiez lire les termes exacts utilisés:

Capt. écran

 

On constate donc que 3 semaines après le rapport de la HAS, la DGS décide d’empêcher les médecins de commander le vaccin Astra. Autrement dit, plus aucune confiance de la DGS envers ce vaccin qui est mis sur la touche ! C’est toujours le cas aujourd’hui, au moment où j’écris ces lignes début septembre. Et à mon avis il y a peu de chances que ça change au regard des nouveaux variants encore moins sensibles aux vaccins actuels.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! Deux semaines plus tard c’est au tour du vaccin Janssen de ne plus être disponible. Officiellement pour un problème de stock ! Mais ci-dessus la DGS nous demandait déjà de privilégier les vaccins à ARNm.

Capt écran

Vous noterez que lors de ce premier message, il parait prévu par la DGS de reprendre dès que possible la vaccination par Janssen. Réelle volonté ou hypocrisie de la DGS qui ne veut pas pointer du doigt l’inefficacité de ce vaccin ? La suite des messages officiels va nous donner la réponse.
2 semaines plus tard, le vaccin Janssen n’est toujours pas disponible alors que la mesure précédente était qualifiée « d’exceptionnelle » !? :

Mais surtout, la HAS complète son rapport du 8 juillet par des recommandations publiées le 26 aout. On y comprend que tous les doutes émis sur l’efficacité vaccinale dans le premier rapport semblent se confirmer:

Capt écran

Malgré les chiffres annoncés sur l’efficacité vaccinale le 8 juillet (voir tableau plus haut) et une efficacité de près de 90% après 2 doses de Comirnaty© la HAS recommande une 3è injection, car dans la vraie vie, l’immunité des personnes vaccinées chute trop vite et de plus en plus de personnes vaccinées tombent malades et font même des formes graves.

Mais au-delà de cette 3ème dose de rappel appelée « boost » et promise à devenir obligatoire, n’en doutons pas, comme c’est le cas dans d’autres pays, c’est une phrase concernant le vaccin Janssen qui m’a le plus interpellé. Voilà ce que nous dit la HAS :

Capt. écran

Si jamais vous avez du mal à comprendre cette phrase, je vous l’explique:
Dans cette recommandation, la HAS nous explique à mots feutrés qu’une seule injection de Janssen est tout à fait insuffisante comme elle le craignait déjà dans son rapport du 8 juillet. Pire, non seulement elle considère qu’il faudrait faire une 2è injection vaccinale pour ces personnes, mais surtout pas une 2è injection de Janssen. NON, surtout pas.

Si une personne à eu une primo-vaccination par une injection de Janssen, la deuxième injection devra utiliser un vaccin à ARNm, Pfizer ou Moderna. Cela montre à quel point la HAS n’a aucune confiance dans le vaccin Janssen, ce qui n’est pas très surprenant puisqu’il utilise la même technologie que le vaccin Astra qu’elle déconseille depuis plus d’un mois !

Sauf qu’au moment de cette recommandation, il n’existe aucune étude qui permette de dire si le fait de faire un rappel avec un vaccin à ARNm après une première injection de Janssen sera efficace et sans danger. Ni même dans quel délai il faut faire ce « rappel ». La HAS se base uniquement sur les observations réalisées directement sur la population qui a eu une première injection d’Astra puis une 2ème de Moderna ou Pfizer. Études qui sont donc uniquement observationnelles rappelons-le puisque réalisées dans la vraie vie sans aucun groupe contrôle (ou placébo) ni randomisation.

Le Pr Raoult a été abondamment critiqué et insulté pour bien moins que ça, mais c’est une autre histoire !
De fait, nous recevons un message de la DGS fin aout qui confirme l’impossibilité de commander les vaccins Astra et Janssen et donc l’obligation de n’utiliser que les vaccins Moderna et Pfizer. Ces deux-là ont tiré le gros lot et sont débarrassés de toute concurrence ! Et nous scientifiques, n’avons plus de population contrôle qui ne recevrait pas de vaccin à ARNm ce qui fait qu’on ne pourra pas faire d’études sur les effets secondaires à moyen et long terme puisque tous les vaccinés auront reçu un vaccin à ARNm. Sauf, heureusement, ceux qui refusent la vaccination et grâce à eux, nous aurons peut-être un jour des chiffres de comparaison fiables pour déterminer si les vaccins à ARNm peuvent donner des effets secondaires à moyen terme.

Capt.écran

Vous constatez donc que l’indisponibilité du Janssen qui devait être très « exceptionnelle » commence à durer ! Voici d’ailleurs le dernier message reçu de la DGS au moment où j’écris ces lignes;

Capt. écran

Sans surprise donc !

Situation à haut risque dans les établissements de santé

La HAS et la DGS nous expliquent donc à travers ces rapports et recommandations que les vaccins AstraZeneca et Janssen sont peu efficaces. Ils protègent en moyenne à 50% vis-à-vis du variant delta.

En réalité, ce n’est pas beaucoup mieux avec les vaccins à ARNm puisqu’en Israël qui a utilisé exclusivement le Pfizer (bravo pour la liberté de choix de la population), l’efficacité est estimée entre 40 et 60% et l’énorme rebond épidémique les ont incités à rendre obligatoire une 3è injection.

Et pourtant, cette faible efficacité sera probablement bien pire avec les futurs mutants.

Pour revenir à la France, je vous rappelle qu’une loi récente rend la vaccination contre la Covid obligatoire chez tous les soignants. Et même chez toute personne travaillant dans des établissements de soin, même les comptables ou autres administratifs qui ne voient jamais un malade !

Pourquoi ? Parce que d’après eux, une personne non vaccinée qui travaille dans un centre de santé ou qui est en contact avec des malades (comme tous les soignants libéraux ou les pompiers et même les gendarmes) serait dangereuse pour elle-même et/ou pour autrui. Elle pourrait attraper la Covid et mourir ou bien elle pourrait transmettre la maladie à un malade et le tuer.

C’est la SEULE justification de cette obligation. Elle n’est absolument pas liée à cette volonté utopiste et inefficace d’immunité collective. Si c’était le cas, alors la vaccination devrait être obligatoire pour tous (ce qui pourrait finir par arriver).

Oui, mais voilà, beaucoup de soignants ont été vaccinés avec l’AstraZeneca au début de la campagne de vaccination. Bien d’autres ont choisi le Janssen pour n’avoir qu’une seule injection. Or, si ces vaccins ne protègent qu’à 50% alors la conclusion logique c’est que LA MOITIE des soignants ou du personnel des établissements de santé sont dans la même situation que les non-vaccinés. Ils peuvent attraper la maladie, faire une forme grave ou, pire, transmettre la maladie aux patients.

Pire, ces soignants se pensant protégés ils risquent d’être moins prudents que les non-vaccinés. Pire encore, étant vaccinés ils peuvent entrer sans problème dans les établissements de santé sans faire de PCR contrairement aux non-vaccinés qui sont obligés de présenter un test négatif à chaque fois.

De fait, les soignants vaccinés avec Astra ou Janssen sont, pour la moitié d’entre eux, de véritables dangers pour les autres et pour eux même. Bien plus encore que les non-vaccinés. Afin de respecter la logique de la loi du 5 aout, il parait indispensable qu’on interdise IMMÉDIATEMENT l’accès des établissements de santé à TOUS les soignants qui ont été vaccinés uniquement avec Astra ou Janssen et cela.

De même, les soignants libéraux vaccinés avec ces 2 vaccins devraient être interdits d’exercer pour ne pas faire courir un risque démesuré à leurs patients.
Ne pas appliquer cette mesure de sécurité en cohérence avec le sens de la loi interdisant d’exercice tous les soignants non vaccinés serait équivalent à une mise en danger d’autrui et des plaintes pourraient être déposées par les nombreuses victimes potentielles ou réelles.

Il me parait URGENT que le ministre de la Santé se saisisse de ce problème sanitaire majeur et que toute personne ayant été vaccinée uniquement par Astra et Janssen soit privée immédiatement de son passe sanitaire.

Je ne doute pas que des avocats soient déjà en train de réfléchir aux multiples plaintes qui pourraient être déposées si de telles mesures n’étaient pas prises.

Humanisme ou hypocrisie marketing

Pour terminer cette analyse, basée exclusivement sur les chiffres et les textes officiels, je veux vous faire part de mon sentiment de malaise quand j’ai lu cet article :

Capt. écran

Imaginez ma surprise fin aout, alors que la HAS a expliqué que les vaccins Astra n’étaient pas suffisamment efficaces et que la DGS ne permet plus aux médecins français de les utiliser depuis fin juillet, de découvrir que « généreusement », la France allait envoyer ces doses de vaccins inutilisés et inutilisables chez nous aux pays africains.

Je trouve que c’est tout à fait honteux pour la France, pays des Droits de l’Homme, de s’enorgueillir d’envoyer des vaccins dans des pays qui n’ont pas les moyens de les acheter alors qu’elle-même ne les recommande pas pour ces concitoyens.

Comment qualifier cette honteuse et fausse générosité envers les pays africains ? Ces vaccins ne sont pas bons pour nous, mais ils le seraient suffisamment pour « eux » ?

N’y aurait-il pas ici un relent nauséabond de colonialisme méprisant ? De suffisance des pays industrialisés envers des pays dits « en voie de développement » qui, pourtant, ont bien mieux géré la crise sanitaire que nous jusqu’à présent. C’est même pire que ça, car envoyer ce vaccin peu efficace à ces populations statistiquement bien plus jeunes que nous, c’est leur offrir un cadeau doublement empoisonné et leur proposer un « médicament » dont le rapport bénéfice-risque est plus que douteux.

En effet, je rappelle que le vaccin Astra était contre-indiqué en France avant 55 ans à cause de sa mauvaise tolérance.

En tout cas, tout cela ne fait pas honneur à notre pays. Il est bien loin le temps des « Lumières » où la France rayonnait par son exemple et son humanisme.
A bon entendeur !

Dr Eric MENAT
Septembre 2021

 

 

 

Notes et sources:
(1) Lopez Bernal J, Andrews N, Gower C, Gallagher E, Simmons R, Thelwall S, et al. Effectiveness of COVID-19 vaccines against the B.1.617.2 variant [preprint]. medRxiv 2021. http://dx.doi.org/https://doi.org/10.1101/2021.05.22.21257658

 

Crédit photo: AA

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de