Cet article diffère de nos contenus pédagogiques ou scientifiques habituels. Il s’agit ici de mettre en lumière l’attitude incompréhensible des experts et de l’exécutif qui depuis le début de cette crise de la Covid semblent privilégier tous les mauvais choix se rapportant à la prise en charge des personnes âgées: Absence volontaire de traitement préventif, interdiction faite aux médecins de proposer des soins actifs, isolements systématiques et prolongés, non-hospitalisation des malades, puis enfin « sédation profonde et continue maintenue jusqu’au décès » (ou SPCMD, définition HAS). Le Dr Eric Ménat, médecin généraliste, très investi dans la réflexion autour de la gestion de la pandémie (1), bien connu de ses confrères mais aussi auteur à succès auprès du grand public (2), ne veut plus passer sous silence une faillite intellectuelle et morale aussi évidente, il souhaite qu’un grand déballage ait lieu au plus vite pour peut-être mieux reconstruire demain. Bonne lecture.

Introduction

La France s’est souvent enorgueillie de son respect des droits de l’Homme, d’être le pays de la liberté et de l’égalité où tous les citoyens sont traités sur le même pied d’égalité. Nos anciens ont pour cela toujours été très respectés et protégés. Il suffit de voir avec quelle ferveur nous avons régulièrement mis à l’honneur nos vieux poilus de 14-18. Malheureusement, depuis la pandémie, tout cela parait terminé. C’est le sauve-qui-peut et tant pis pour ceux qui ne peuvent pas suivre ou se défendre. Et nos séniors qui peuplent les EHPAD en sont les premières victimes.

Oubliés, négligés et éliminés

Au début de l’épidémie de COVID-19, souvenez-vous, on ne comptabilisait même pas les morts en EHPAD. Quantité négligeable ? Quand les gens de moins de 70 ans commencent à remplir les réanimations, on ne va quand même pas prendre en compte les décès de ces vieillards !

Mais si ces morts ne sont pas comptabilisés, cela veut dire aussi qu’aucune mesure sanitaire n’a été prise pour protéger et soigner cette population particulièrement fragile.

Il faut dire qu’à l’époque nous n’avions ni masques, ni tests, ni traitement alors autant fermer les yeux sur ce problème que personne ne voulait voir. Puis, comme les chiffres devenaient trop visibles, on a commencé à comptabiliser les morts dans les EHPAD. Ce fut d’ailleurs le moment où le pic de mortalité a été le plus élevé.

Normalement, une fois que le gouvernement a enfin pris conscience que nos anciens tombaient les uns après les autres dans les établissements qui les hébergent, des mesures drastiques auraient dû être prises. Que nenni ! Surtout, on ne veut pas voir ces vieux dans les services de réanimation. Priorité aux jeunes. On peut comprendre qu’entre sauver un patient de 60 ans et un autre de 90 ans, le choix soit vite fait.

Oui, mais voilà, que faire de ces personnes âgées, parfois grabataires et infectées par le virus. Si on ne peut pas les mettre en réanimation, il faudrait quand même les hospitaliser, les isoler et tenter de les soulager et les soigner. Pas du tout ! on les a laissés dans les EHPAD sans soin spécialisé et surtout au meilleur endroit pour infecter leurs voisins de chambre. Et nous avons assisté à des épidémies dramatiques dans certains établissements.

Et quelle solution a été imaginée par le ministère de la Santé et nos experts ? Trouver des moyens pour aider le personnel soignant de ces EHPAD qui s’est démené pour tenter d’aider ces pauvres personnes ? Oh oui, une solution a été trouvée : injecter du Rivotril à ces malades pour qu’ils meurent plus vite et ne souffrent donc pas trop longtemps. Quelle horreur au XXIe siècle dans le pays qui se targuait il y a peu encore d’avoir le meilleur système de santé du monde !

On a donc commencé par négliger nos anciens puis on les a abandonnés à leur triste sort en leur donnant juste le droit de mourir plus rapidement.

Des traitements qui existent et qu’on leur refuse

Pourtant, des solutions plus positives auraient probablement pu être proposées. On va me dire que c’est facile de parler après la bataille. Mais si je veux bien admettre qu’en février et mars nous ne savions pas grand-chose sur ce virus, très rapidement nous avons eu des travaux qui nous ont éclairés et auraient pu être proposés dans les EHPAD.

Ainsi, dès avril nous savions que la vitamine D3 pouvait réduire les formes graves de Covid. Au lieu d’interdire la prescription de l’hydroxychloroquine, pourquoi le gouvernement n’a-t-il pas pris un décret en urgence pour qu’on donne de la vitamine D3 à tous les résidents des EHPAD ? De la même façon, le zinc a été très rapidement identifié comme un antiviral aussi efficace en prévention qu’en curatif.

Certains médecins l’ont fait de leur propre initiative et ils ont pu constater un effet protecteur certain. De la même façon que la majorité des résidents des EHPAD sont carencés en vitamine D ils le sont également en zinc. Encore une fois, pourquoi le ministère de la Santé n’a-t-il pas conseillé à tous les responsables des EHPAD de supplémenter leurs résidents en zinc ?

Ces démarches sont sans risques et si on a un doute on peut tout simplement faire un dosage sanguin de ces deux molécules afin de vérifier leur carence. Combien de personnes âgées mortes pendant le deuxième pic auraient pu être sauvées en faisant ainsi ? Au contraire, elles ont été négligés par la stratégie sanitaire et aucune démarche spécifique ne leur a été proposée.

Ah, si ! On les a totalement isolés…

Privés de bûches en famille

Non seulement on ne leur a donné aucun traitement pour les aider à se défendre, mais on les a totalement isolés dans leur établissement. Plus personne n’avait le droit de leur rendre visite et ils devaient manger dans leur chambre. Combien en sont mort par ce qu’on appelle un « syndrome de glissement », un joli terme médical pour parler de la dépression du sujet âgé qui se laisse mourir. Car pour beaucoup, ne vaut-il pas mieux la mort plutôt qu’une vie sans aucun contact avec ses proches ? Sans parler du déclin cognitif qui s’est accéléré chez beaucoup d’entre eux.

Nos ainés ont donc eu le choix entre le Rivotril ou le syndrome de glissement !

Aurions-nous pu faire autrement ? Probablement. Mais on ne le saura jamais puisque personne n’a eu l’envie d’essayer. Quels risques aurions-nous pris si on avait donné un traitement préventif à toutes ces personnes fragiles ? Vitamine D, zinc, mais aussi vitamine C ou probiotiques. Autant de traitements naturels qui ont montré leur rôle dans la prévention des infections virales.

Peut-être se seraient-ils mieux défendus contre le coronavirus ? Et d’après les études qui ont été publiées depuis huit mois, on peut même penser sérieusement qu’on aurait divisé le nombre de décès par deux, sans parler des morts de tristesse et de solitude !

Mais non, nos experts ont préféré les isoler dans leur chambre, là où on ne les remarquait pas trop !

Et que dire de tous ces grands-parents encore valides et autonomes qui n’ont pas pu voir leurs petits-enfants depuis 6 mois, qui n’ont pas pu les embrasser, les serrer dans leurs bras alors que c’est souvent leur principal plaisir dans la vie. Était-ce vraiment indispensable de les isoler ? Et si ces grands-parents avaient eu un traitement préventif ? Peut-être auraient-ils pu avoir une vie moins triste. Ça fait bientôt un an que cela dure et un an à ces âges, ça compte triple !

On pourrait croire que j’exagère, que je caricature, que je fais un procès uniquement à charge. C’est vrai que la situation n’était pas simple. Mais les propositions que j’évoque ici ont été énoncées par plusieurs médecins dès le mois de Mars 2020 (2) et nous les avons publiées fin avril avec le Dr Vincent Reliquet donc nos experts ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas. (3)

Et nous venons de les renouveler dans le « manifeste des médecins » qui propose une QUATRIÈME VOIE (4) afin d’aborder autrement cette épidémie virale : N’hésitez pas à vous joindre aux 72000 signatures. (5)

Mais nos experts n’en veulent apparemment pas puisque malgré des centaines d’études et même un rapport de l’Académie de Médecine (6), il n’y a toujours aucune recommandation, sur la vitamine D ou d’autres approches préventives.

Ce sont d’ailleurs les mêmes experts qui ont suggéré que Papy et Mamie devraient manger la bûche dans la cuisine pendant que les autres feraient la fête dans le salon ! De qui se moque-t-on ? Est-ce que la France est bien le pays de l’égalité et de la fraternité ?

Ce sont aussi les mêmes qui suggèrent qu’on ne soit que six à Noël. Six personnes sans compter les enfants qui comptent néanmoins comme des adultes à partir de treize ans ! Est-ce qu’il y aura la place pour nos anciens à table ? Il faudra choisir entre les oncles, les tantes et les grands-parents. Qui va rester à la porte, qui passera Noël tout seul face à sa télévision ?

Est-ce vraiment raisonnable ? A-t-on demandé l’avis de ces personnes âgées ? A-t-on encore suffisamment de respect pour nos anciens pour prendre en compte leur ressenti et écouter leurs préférences?

Et maintenant ils vont servir de cobaye

Non seulement on ne leur demande pas leur avis, mais nous venons d’apprendre de la bouche du Premier Ministre qu’ils allaient nous servir de cobaye ! Non, non, je n’exagère pas. Evidemment, ce ne sont pas les mots exacts employés par Monsieur Castex, mais moi qui suis médecin et qui connais la science, c’est exactement ce qu’on se propose de faire à partir de janvier.

On nous explique que sur recommandations de la HAS, nous allons d’abord vacciner les personnes âgées dans les EHPAD et autres établissements d’hospitalisation de longue durée.

Or, je suppose que vous avez entendu nos plus éminents spécialistes de la vaccination nous expliquer qu’à ce jour nous n’avons aucun résultat clair sur l’efficacité et la sécurité des vaccins.

C’est ce qu’a expliqué le Pr Eric Caumes sur LCI. Il est professeur d’infectiologie et a défendu la vaccination pendant toute sa carrière. Si lui n’a pas d’informations suffisantes sur le vaccin pour le conseiller alors on peut avoir des doutes. (7)

Mais c’est aussi ce qu’a expliqué le Pr Christian Perronne qui a lui aussi a toujours été un grand défenseur des vaccins jusqu’à siéger à l’OMS. Si ce grand spécialiste, qui ne peut pas être taxé « d’antivax », émet des doutes sur l’efficacité et la sécurité, alors on doit peut-être s’inquiéter. (8)

Et que dire de l’intervention du Pr Alain Fischer, un autre grand défenseur des vaccins et qui intervenait en sa qualité de « Monsieur Vaccin » du gouvernement aux côtés de Jean Castex. Il nous a clairement expliqué qu’en gros, à ce jour, on n’avait aucun chiffre fiable sur l’efficacité et la sécurité des vaccins qu’on va utiliser dans 1 mois en France ! (9)

Mais si vous pensez que je caricature ou que j’exagère, il faut que vous sachiez aussi que ces vaccins, qui sont déjà commandés, n’ont JAMAIS été testés chez des personnes âgées ou fragiles ou malades. C’est le principe des phases III. Le Dr Blachier l’a très bien expliqué sur CNEWS récemment :

On ne teste pas chez les vieux, car on sait que dans cette population les vaccins marchent moins bien et on ne veut pas que les résultats des études s’en ressentent et que l’efficacité ne soit plus significative. (10)

Donc, pour résumer, la Haute Autorité de Santé a proposé de vacciner en priorité nos ainés les plus fragiles avec un vaccin sur lequel même les plus grands spécialistes n’ont aucune certitude et qui n’a jamais été testé dans une telle population.

On a donc bien décidé de les prendre comme cobaye ! Il n’y a aucun autre terme pour résumer ce projet.

D’ailleurs, une autre spécialiste, le Pr Odile Launay l’a très bien résumé sur RTL : dans cette population qui est à risque de faire une forme grave de Covid on peut se permettre de prendre des risques d’effets secondaires si cela peut réduire le risque de mourir du Covid. (11)

Oui, mais voilà : on en sait foutrement rien ! Peut-être que ça ne va même pas protéger efficacement nos anciens.

Ne croyez-vous pas qu’il serait temps d’avoir un peu plus de respect et de considération pour nos anciens, pour nos parents, nos grands-parents, nos arrières grands-parents qui n’ont qu’un seul désir : vivre en paix au plus proche de ceux qu’ils aiment, de ceux qu’ils ont enfantés, qu’ils ont élevés et à qui ils ont donné tout leur amour.

Il serait temps de leur rendre cet amour, ce respect qu’on leur doit et ne plus décider pour eux comment ils doivent vivre. Il serait temps qu’on les aide à se défendre contre ce virus. On a tous des exemples autour de nous de personnes âgées qui ont très bien lutté contre cette infection pourtant potentiellement mortelle. Dans ma clientèle j’ai plusieurs cas de patients qui vont de 85 à plus de 100 ans qui ont fait une COVID prouvée et s’en sont parfaitement « sortis ». Donc c’est possible ! On peut donc augmenter les défenses de toutes ces personnes, mais aussi les soigner quand ils sont malades. Comme des milliers de médecins qui ont signé le manifeste, c’est ce que j’ai fait pour tous mes patients. Je suis incapable de prouver que ceci explique cela, mais à ce jour aucun de mes patients n’a eu besoin d’être hospitalisé pour une COVID. Et nous sommes nombreux dans ce cas-là ! Et tout ça sans vaccin !

Conclusion

Alors pour revenir à ce vaccin, j’ai une proposition à faire qui pourrait à la fois faire renaitre la confiance dans la population et qui permettrait de sécuriser nos institutions et la bonne marche de notre république :

Qu’on commence par vacciner tous les députés et sénateurs ainsi que tous les membres du gouvernement et tous les experts qui nous expliquent depuis 8 mois comment nous devons nous comporter. A eux de montrer l’exemple ! Quel que soit leur âge puisqu’on nous explique depuis des mois que des cas graves peuvent apparaitre chez des personnes de moins de 50 ans.

N’est-il pas prioritaire de protéger notre système démocratique en vaccinant avant tout ceux qui le font fonctionner plutôt que de commencer par les plus vieux qui ont une espérance de vie limitée ?

Et si cette vaccination chez nos élus et nos décideurs se faisait devant les caméras et sous contrôle d’huissier, je suis certain que cela permettrait de rassurer toute la population sur l’intérêt du vaccin et son absence de risques.

Donc, messieurs les décideurs, si vous voulez redonner confiance au peuple, à vous d’agir ! Je suis certain que si vous jouez le jeu, tout le monde suivra.

Et scientifiquement parlant, ce sera bien plus rigoureux que de vacciner ces pauvres vieux dans les EHPAD qui n’ont demandé à personne de servir de cobayes !

 

Dr Eric MENAT
Décembre 2020

 

 

 

 

 

Notes et sources:
(1) http://www.profession-gendarme.com/chloroquine-contre-coronavirus-le-cri-de-revolte-du-dr-menat/comment-page-1/
https://www.nexus.fr/video/entretien/menat-hydroxychloroquine-petition/
https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/des-tests-pour-nous-eclairer-ou-nous-aveugler
https://www.petition-chloroquine.fr/
(2) « Ostéoporose, se soigner par l’alimentation« , Menat E, Grancher Ed.
« Cancer, être acteur de votre traitement« , Dumas A, Menat E, Leduc Ed.
« Diabète type 2, les aliments à éviter ou pas », Menat E, Alpen Ed.
« Constipation« , Menat E, T. Souccar Ed.
« Petit guide pratique en cas de pandémie » Menat E, Bazin M, Ellebore Ed.
« Maigrir avec la nutrition comportementale« , Villemur E, Menat E, T. Souccar Ed.
(3) https://www.aimsib.org/2020/03/15/pandemie-covid-19-les-recommandations-essentielles-de-laimsib/
(4) https://www.docteurreliquet.fr/wp-content/uploads/2020/04/dossierbonuscovid19_sante_corps_esprit.pdf
(5) https://www.aimsib.org/2020/11/17/covid-rearmons-nos-generalistes/
(6) https://manifestes-libertes.org/
(7) https://www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-nationale-de-medecine-vitamine-d-et-covid-19/
(8) https://www.youtube.com/watch?v=S4uIDh-ajU0&list=PLJmhFfpvkGMPpVcl3k3Pppci6xwnuBmm0&index=3&t=42s
(9) https://www.youtube.com/watch?v=2fcFa2xI6sY&list=PLJmhFfpvkGMPpVcl3k3Pppci6xwnuBmm0&index=1
(10) https://www.youtube.com/watch?v=Kq7ZrQjT_OE
(11) https://www.replay.fr/players/48c2d91c3dc97d0d6119960c31c60158
(12) https://www.youtube.com/watch?v=OptD2CTw0Xw

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de

lectus facilisis Donec felis risus. tristique venenatis, accumsan luctus elit. quis, ut