Nous innovons en format ici en vous présentant la traduction d’une interview parue sur le blog d’un journaliste américain très célèbre (1) qui aurait « fait parler » un ancien médecin honteux, ex-fabricant de vaccin. Le propos est intéressant mais rend finalement mal à l’aise. Certes, s’il vient à quiconque la mauvaise idée de s’épancher à visage découvert sur les pratiques internes en cours dans les firmes productrices de vaccins on peut s’attendre à ce qu’il lui arrive d’énormes ennuis (2). Mais quelle est la part de réalité -et donc de manipulation- autour d’un texte pareil? L’AIMSIB a demandé à l’un de ses cofondateurs non-médécin, Eric Marquant, de nous donner son analyse personnelle. L’interview décoiffe mais l’analyse d’Eric aussi, alors… Bonne lecture.

L’avis d’Eric Marquant

Lorsque l’on m’a soumis la lecture de ce document :
https://blog.nomorefakenews.com/2019/12/18/interview-with-retired-vaccine-researcher/
je me suis tout d’abord demandé qui parlait et de qui cela venait. Un certain Jon Rappoport interviewait un dénommé Mark Randall. Le premier est un journaliste free-lance, animateur d’un blog à la prétention non dissimulée « No more fake news »  (3), probablement le « champion » du genre dans un domaine où la concurrence est vive et où l’argument ultime est toujours d’accuser l’autre d’être le pire des pires propagateurs de Fake News. Les médias officiels en font leur fonds de commerce aujourd’hui à grands renforts d’éthique professionnelle et de prétentions aux recherches documentées, mais de mémoire publique la liste des fausses informations propagée par lesdits officiels est telle qu’une vie entière ne suffirait pas à en énoncer l’exhaustivité. Quant à Mark Randall, on sait de lui qu’il est le nom d’emprunt d’un anonyme qui aurait travaillé pour des laboratoires de grandes sociétés pharmaceutiques dans le domaine de la vaccination, ainsi que pour le National Institutes of Health, toutes choses impossibles à vérifier et qui pourraient laisser place et matière à contestations, si ce n’est à quelques remises en doute de leur véracité. Comme vous le voyez nous partons avec de lourds handicaps.
La dite interview date de 2002 et a de nouveau été publiée sur le blog de Rappoport en décembre 2019. Supposons maintenant vraie l’existence de ce Mark Randall et qu’il ait effectivement mené une activité de recherche sur les vaccins.

Lorsque celui-ci nous parle du fait qu’il n’y a pas de test réellement scientifique pratiqué sur les vaccins, que la remise en question de ceux-ci ou l’affirmation de doutes à leur encontre est absolument impossible, que si un individu développe une maladie pour laquelle il est sensé avoir été immunisé cela ne remettra jamais en cause le vaccin possiblement responsable, que le bon état général de la santé n’est pas dû à la vaccination mais bien à l’amélioration des conditions de vie et que les vaccins sont la dernière défense, l’ultime justification de l’éclat de la médecine moderne ; nous ne pouvons qu’approuver.

En revanche, curieusement, le personnage est pris d’une irrémédiable paranoïa qui ne peut jouer que contre son propos. Ainsi dénonce-t-il pêle-mêle le « cartel médical » dont l’activité ne serait pas là pour aider les gens mais pour leur faire du mal, pour les affaiblir, pour les tuer ; l’OMS ne serait qu’une façade pour des intérêts de dépopulation en Afrique où les vaccins ont été utilisés pour détruire ces pays ; que le Président Sud-Africain Thabo Mbeki savait que le VIH était un canular…

Comment, alors, peut-on soutenir un tel délire et donner, par voie de conséquence, quelque crédibilité aux critiques qu’il avance par ailleurs. Je repose donc la question, qui parle ? N’importe quel anonyme aux ordres ou aux services de quelques industries aurait beau jeu de dénoncer une situation en la rendant irrecevable par quelques délires de persécution. Qui parle ? Et à supposer que le délirant paranoïaque soit par ailleurs tout à fait sincère dans l’exposé de ses critiques, le même mal expliquerait-il son silence pendant la décennie où il fut au service des « criminels » qu’il dénonce depuis ?

La paranoïa est en tous cas mauvaise conseillère et l’art de la falsification traverse indubitablement nos sociétés de part en part.

Qui aurait tout intérêt à rapprocher des arguments sensés à des délires paranoïaques ? Rendre toute critique inopérante en lui faisant dire de telles énormités que l’on n’en retiendrait plus, au bout du compte, que celles-ci. D’après vous ?

Vous pourriez me retourner facilement l’accusation de paranoïa ; mes réserves, face au discours de ce Randall, dénonçant plus une défense de la vaccination que son apparente critique. Car vous pourriez également, peut-être avec raison, penser que ce pauvre Mark Randall, rongé par le remord d’avoir oeuvré dans un secteur de l’industrie peu précautionneux des effets adverses de son activité, ait tenté d’en dénoncer la nocivité et qu’une telle entreprise l’ait terrorisé au point de voir ses anciens employeurs comme des « criminels » prêts à tout, de la suppression de sa pension à l’extermination d’une partie de la planète ?

Il me semble que dans une époque où règne la propagation de la falsification des faits et des données, libre cours est offert à l’expression des points de vue les plus fantaisistes ainsi qu’à l’argumentation d’une réalité tronquée par des officiels préservant leurs intérêts. La « vérité n’étant pas toujours bonne à dire » le public incrédule devra donc se contenter des explications données sous le sacro-saint sceau du « scientifiquement prouvé » , bien maigre preuve d’ailleurs concernant les vaccins dont on se rappelle « qu’ils ne sont en rien discutables », ce qui pour un esprit scientifique est une donnée tout à fait contestable.

Il nous reste heureusement des esprits libres, indépendants et à la démarche scientifique qui eux continuent d’oeuvrer à une meilleure compréhension du réel et dont l’AIMSIB vous offre au fil de ses pages d’en découvrir le travail et la réflexion.

Eric Marquant, Février 2020

 

L’interview originale en Anglais

L’interview traduite en français – Contenu accessible aux membres

Voici la procédure :
Dans le menu, cliquer dans « Mon espace personnel »
Remplir les accès de connexion (si vous avez oublié, vous pouvez générer un nouveau mot de passe à partir de votre email)
Dans le tableau de gauche, aller dans l’onglet « Adhésions » puis cliquez sur « Rappoport »

 

Voir l’article
 

Notes et sources:
(1) https://blog.nomorefakenews.com/2019/12/18/interview-with-retired-vaccine-researcher/
(2) A voir ou revoir absolument, le destin cruel et mouvementé de Brandy Vaughan après qu’elle ait décidé de claquer la porte de chez Merck en ayant compris leurs méthodes de travail. On a mal pour elle…
https://www.prevention-sante.eu/actus/scandale-chez-merck-une-ancienne-cadre-brandy-vaughan-avoue-tout
(3) Nomorefakenews.com

 

 

 

Auteur de l'article :

Lire tous les articles de

Curabitur id, ipsum tristique ut facilisis leo. sit dolor accumsan ipsum