Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Chères élites, prenez soin de nous !

Dernier article avant la trêve, des médecins, des scientifiques et des juristes voudraient faire comprendre à nos élites que l’intérêt technologique et financier des uns ne correspond pas forcément à l’intérêt sanitaire et économique des autres. Pendant que Wall Street rêve de la déclinaison des services que pourrait rendre l’ARNm à leurs portefeuilles boursiers (création régulière de nouvelles maladies incurables, par exemple), l’Ordre National des Médecins annonce une fin de partie générale pour toutes les médecines « alternatives » plus ou moins multi-centenaires au reproche fondé que celles-ci commencent à porter une ombre menaçante sur les royalties de toujours les mêmes *. Excellentes vacances à tous, n’oubliez pas de réserver vos places pour notre congrès de septembre avant de partir à la plage… Bonne lecture.

 

Mesdames et Messieurs les scientifiques, les juristes et les politiques,

Quel que soit le virus contre lequel on cherchera à se protéger par la technologie d’injection d’ARN messager synthétique modifié, l’injection d’ARN messager présentera au minimum des risques de déclenchement d’attaques auto-immunes graves et de production de protéines différentes de celles attendues entraînant des risques de déclenchement de maladies à prions (Creutzfeldt-Jakob, etc.).

D’autres risques de maladies pourraient s’ajouter en fonction de la toxicité intrinsèque de l’antigène choisi par les fabricants d’injections d’ARN messager. Aucun essai clinique approfondi n’a été réalisé à ce jour sur les risques à court, moyen et long terme inhérents à l’ARN messager.

De plus, en l’absence d’essais cliniques approfondis sur la toxicité des protéines produites par l’ARN messager synthétique modifié, pour chaque virus contre lequel on cherche à se protéger, à court, moyen et long terme, le risque sanitaire est réel. Les nombreuses études menées sur la technologie de l’ARN messager synthétique, en développement depuis plus de dix ans, ont parfaitement démontré son manque d’efficacité et sa très forte toxicité.

Voir : Banoun, H. ARNm : Vaccin ou thérapie génique ? The Safety Regulatory Issues. Int. J.Mol. Science. 2023, 24, 10514. https://www.mdpi.com/1422-0067/24/13/10514

Il en résulte un nombre très inquiétant d’effets délétères post-vaccinaux.

C’est ce que montrent, par exemple, les documents de pharmacovigilance de Pfizer demandés par l’Agence européenne des médicaments et rendus publics : 508 351 rapports individuels d’effets indésirables contenant 1 597 673 événements dont un tiers classé comme grave (contre environ 15 % en temps normal).
https://www.globalresearch.ca/wp-content/uploads/2023/05/pfizer-report.pdf

Les données démographiques montrent une surmortalité inexpliquée dans plusieurs pays en 2021 et 2022, en particulier dans les populations jeunes.
En France, en 2022, la surmortalité est de 9,8 % par rapport à 2019 (soit +60 181 décès).
https://www.insee.fr/fr/statistiques/6206305?sommaire=4487854
Les conséquences des « vaccins » à ARN messager vont donc bien au-delà des effets indésirables classiques (par exemple l’apparition de « turbo-cancers » depuis deux ans).
Dans ce contexte unique, une équipe de scientifiques et de cliniciens de renom a mené une étude qui SUGGÈRE notamment que :

– Les vaccins à ARN messager pourraient être à l’origine d’une NOUVELLE MALADIE : « maladie de l’ARN messager » ;
– L’ARN messager est distribué dans tout le corps, sans aucun contrôle ;
– La durée de vie de l’ARN messager dans l’organisme est inconnue ;
– L’ARN messager (ou la contamination par l’ADN) pourrait s’intégrer dans le génome et avoir un impact sur la personne concernée et sa descendance.

Cette étude passe en revue les liens de CAUSALITÉ BIOLOGIQUE entre la vaccination à l’ARN messager et les effets « indésirables », dont de nombreux effets graves et des décès.

Elle propose un protocole d’autopsie, afin que la véracité du danger des injections d’ARN messager puisse, le cas échéant, être médicalement établie.

La situation est grave. L’heure n’est plus à la communication et à la procrastination.

L’HEURE EST À LA SCIENCE ET AUX PREUVES !

Mesdames et Messieurs les scientifiques, les juristes et les politiques, aidez-nous à retrouver notre sécurité sanitaire et les droits des générations actuelles et futures.

Autopsie après décès suite à la vaccination contre COVID 19
Lien vers le document complet : https://www.researchgate.net/publication/370066677_Pourquoi_demander_une_autopsie_apres_le_deces_d%27une_personne_vaccinee_avec_un_vaccin_a_ARN_messager_anti-COVID19_Quels_examens_reclamer_afin_d%27etablir_le_lien_de_causalite_entre_l%27injection_et_le_dec

https://nouveau-monde.ca/pourquoi-demander-une-autopsie-apres-le-deces-dune-personne-vaccinee-avec-un-vaccin-a-arn-messager-anti-covid-19/

Bien à vous

Hélène Banoun, Jean-Marc Sabatier, Nicole et Gérard Delépine, Claude Escarguel, Stéphane Gayet, Gérard Maudrux, Jean-Pierre Joseph, Virginie de Araujo-Recchia, Maud Marian et Jean-Luc Duhamel

(*) https://www.sauver-la-medecine-naturelle.com/signature

25 réponses

  1. A-t-on vraiment identifié les symptômes strictement spécifiques et sans équivalents de ce qui est communément appelé « Covid 19 » (de large préférence, par logique élémentaire, en utilisant le féminin ) ?

    Est-il logique de dire qu’on a fait en 2022 une covid 19 , naturellement ou « artificiellement », s’il semble, « SGDG », qu’on a été victime d’un variant d’un variant d’un variant du virus né apparemment durant l’automne 2019 dans un laboratoire chinois semblerait-il ?

    Platon aurait dit « La perversion de la cité commence par la fraude des mots. ». On ne peut que lui donner raison, mais, mille fois hélas, beaucoup trop de vecteurs d’opinions, même les mieux intentionnés, depuis l’automne 2019, sur ce grave sujet spécifique , ne semblent pas en avoir pleinement conscience et ils n’avaient/ont vraiment pas constamment le souci du juste mot pour la juste chose, le souci des mots pesés pour éviter d’accroître, voire pour contribuer à réduire, les maux pesants.

    Et avant tout en appelant anti-didactiquement « vaccin » , même avec des guillemets, au lieu d’IGE (Injection génique expérimentale). A fortiori au pays de ce triste sire de Louis Pasteur dont le culte enseigné des l’école primaire est totalement injustifié.

    Pas si étonnant que ça quand des/ces gens cultivés, je ne citerai pas de noms suisses ou français ou autres, citent mal le vrai propos bien de circonstance de Camus « Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde » 

    La plandémie Covid, combien de malheur ? Combien de morts et d’abîmés officiels déjà ? Combien de morts et d’abimés « en instance de déclaration » ?

    1. Bonjour Chère Madame,
      Je vous lis depuis le début de vos interventions.
      Merci infiniment Hélène Banoun.
      Nous vous devons tout le savoir que vous nous transmettez.
      Merci pour votre immense courage. Votre détermination à
      faire éclater la vérité vous honore .
      Vous êtes une lumière dans ce monde de plus en plus sombre
      chaque jour.
      Vous êtes notre force, notre espoir d’un monde plus sain pour les générations futures.
      Jamais nous ne vous remercierons assez !
      Bon courage.

  2. Encore un excellent article Mme Banoun et félicitationà tous les chercheurs,médecins, scientifiques que vous avez cité et qui n’ont pa

    1. Suite ( interrompu accidentellement ) « pas eu peur de se « mouiller ».
      J’ajoute que cette volonté des « zotorités » sanitaires d’interdire – c’est bien le mot- vient du fait que la majorité de médecin, veules, aveugles et sourds aux arguments de ceux qui lançaient l’alerte sur la dangerosité de ces injections ARn, ont été ceux qui ont refusé de soigner et leur hypocrisie, leur fausseté, leur lâcheté va jusqu’à vouloir faire croire que les médecine dites « naturelles » ou d’appoint, ou alternatives qui ont été utilisées avec succès entre autre par des médecins bienveillants et intelligents sont inutiles, inefficaces voire dangereuses ! En les interdisant cela les confirmera d

      1. Zut, encore sauté , suite :  » dans leur mensonges, leur lâcheté et leur donnera bonne conscience pour dire « voilà, nous avions raison de suivre la doxa, on ne pouvait pas soigner ni guérir, seule la vaxx … » Pauvres médecins qui seront les premiers à se plier à ‘l’IA.

  3. Bonjour,
    Comme il fallait s’y attendre, la décision de diminuer la population du Globe prend tout son sens avec tous ces mécanismes plus ou moins « scientifiques » que nous « concoctent » un tas d’irresponsables néfastes et mortifères ….. La « shoah » me semble tout à fait dépassée par cette « horreur » sans nom !!!….. Mon dieu, mon dieu, mon dieu, qu’est-ce qu’il nous arrive depuis cette prétendue « pandémie » qui occupe tant les esprits parmi les plus « clairvoyants », et pourquoi la « veulerie » d’une majorité de médecins s’exerce-t-elle de façon si cruelle ???….. Nous vivons une poque « formidable », au sens ancien du mot ….. Courage, fuyons, mais où ….. Prenez soin autant qu’il est possible de le faire !!!….. Pierre.

  4. Merci à madame Banoun dont je suis les interventions au Conseil Scientifique Indépendant depuis le début de cette crise sanitaire. J’ai 74 ans et j’ai longtemps respecté les conseils sanitaires concernant la vaccination (tétanos, grippe …) jusqu’à ce que, il y a 11 ans, mon petit fils de 9 mois en parfaite santé s’est retrouvé paralysé quelques jours après la vaccination Rougeole Oreillons Rubéole. il a été atteint d’une myélite transverse, maladie auto-immune attaquant la moelle épinière. Il a maintenant 12 ans et reste fortement handicapé, se déplaçant avec un déambulateur ou un fauteuil roulant. Les médecins qui l’ont pris en charge à La Timone nous ont dit qu’ils ne savaient pas ce qui avait déclenché cette maladie mais qu’il étaient certains que ce n’était pas le vaccin. Aucune déclaration n’a été faite aux autorités de santé alors que c’est obligatoire. Depuis quelques années la notice du ROR a évoluée et figurent maintenant en bonne place dans les effets secondaires possibles la myélite transverse, le syndrome de Guillain-Barré … Chat échaudé craignant l’eau froide je ne me suis pas fait vacciné contre la COVID 19. Mon épouse a fait de même. J’ai eu la COVID début 2022, variant Delta, j’ai été soigné (Azithromycine) et j’ai eu quelques jours de fièvre sans conséquences. Bizarrement je n’ai pas contaminé mon épouse qui l’a eu quelques mois plus tard. Par contre ma sœur qui a été malade à la même période que moi n’a pas bénéficié de soins précoces, elle a été admise à l’hôpital tardivement et y est décédée malgré ses 3 doses de vaccin. Je suis révolté de la façon dont nos gouverne-ments ont agis.

      1. Très Chère Madame Hélène Banoun,

        Soyez assurée qu’une multitude de personnes et en constante augmentation vous découvre, vous connaît, vous suit, admire vos travaux inestimables, admire vos découvertes, admire votre courage et votre droiture face à l’adversité. Ces personnes, pour l’immense majorité, sont invisibles et silencieuses et ne peuvent donc pas, hélas, vous témoigner directement leur immense gratitude hautement méritée pour le combat que vous menez pour elles.
        Même si cette population semble inactive, je peux témoigner (puisque j’en fais également partie) qu’elle oeuvre cependant au quotidien, modestement, selon ses propres moyens et à sa façon, pour le bien commun et contre la tyrannie, dans les actes les plus anodins de la journée et de la vie courante.
        Permettez-moi, en mon nom et au nom de toute ses personnes, qui ne se cachent pas mais qui n’ont pas forcément les attributs pour s’exposer non plus, de vous saluer humblement.
        Prenez soin de vous en vous entourant de gens bienveillants et protecteurs.
        Merci de continuer de nous informer correctement et contradictoirement comme vous le faites merveilleusement.
        PS : Vos écrits sont – parmi – les textes les plus brillants (c’est mon opinion sincère et personnelle) de toute la littérature en matière de santé de mes quarante dernières années de lecture. Je les partage autour de moi avec les personnes idoines… Quel beau travail nous vous devons !

    1. Merci, cher Monsieur Guéganton de toutes les informations gênantes, occultées, que, malheureusement, vous nous apportez.

      Il ne faudra jamais oublier que le ministre de service avait immédiatement interdit (et sa sœur ?) le couple HCQ + AZM (hydroxychloroquine + azithromycine) préconisé avec ténacité par le Pr Raoult pour être appliqué le plus précocement possible, afin de diviser la létalité par au moins 5.  Pire, après les 3 jours de dégonflage de l’immonde vaisse du Lancetgate, il n’est jamais revenu sur son oukase, ce qui a justifié que la moitié des médecins hospitaliers qui utilisaient ce traitement précoce auparavant l’ont définitivement abandonné.  Non assistance médicale à patients en danger.  Bravo les philanthropes hippocratiques.  

      Cela veut dire qu’il faut cesser de s’en remettre totalement à eux, ces allopathes sectaires et aux ordres, mais prendre de plus en plus nous-mêmes notre santé en mains [par exemple avec au besoin (jusqu’à début de légère diarrhée de saturation) des mégadoses de vit.C (80 g/j) ou de chlorure de magnésium (10 g/j) ou de pluri-insaturés (20g/j en continu et sans diarrhée) dont nous avons parlé dans nos commentaires.  Elles sont sans aucun danger, contrairement à ce que distillent nos empoisonneurs habituels sur la défensive depuis 1930.

      Et puis soyez gentil, n’employez plus ce mot collabo de maladie AUTO-IMMUNE.  Il dissuade instinctivement nos plus grands esprits de s’atteler à sa cause précise, ce qui est si précieux pour les sans-scrupules.  Il me fait bouillir car je serai toujours impoliment du parti des souffrants et jusque dans les meilleurs salons.

      Il nous faut décontaminer le vocabulaire médical (le même que celui du CSI malgré son immense bonne volonté). Qu’est-ce que cela leur coûterait de dire au plus  IMMUNE-tout-cout, ce qui ne les mouillerait même pas avec les complotistes, ces terreurs ?  Seront-ils un jour capables d’échapper à l’inflence des pharmas auteurs exclusifs de leur cursus ?  Seul le courageux Dr Jean Seignalet (qui avait d’ailleurs soigné efficacement (donc très impopulairement) des palanquées de maladies prétendument incurables) avait osé le terme XÉNO-IMMUNE, le seul utilisable si l’on veut cesser de rendre le patient responsable de sa maladie [ce que l’on fait systématiquement pour commencer (tant que les faits ne s’interposent pas)].

      Soyons responsables de nos santés.  Prenons-les de plus en plus directement en charge. 

      À l’opposé, il circule une douzaine de préventions premières dont le cumul pourrait bien diviser par 10 000 (selon mes misérables petits calculs reposant sur l’idée qu’elles se composent multiplicativement comme les toxicités ; si, si, Mme Médef) les cas de maladies infectieuses et sans doute de cancers (rôle des globules blancs contre ces derniers ?)
      Aucun intérêt, pardi. D’ailleurs, les médias mainstream ferment leurs gueules hermétiquement sur le sujet pour ne pas déplaire souverainement à leurs commanditaires (intéressés seulement par la vente de médicaments les plus dangereux possibles, comme les ARNeries).

    1. Merci à vous pour l’info et le lien. Vraiment, ces gens sont prêtes à tout pour des raisons financières. C’est un scandale de vouloir interdire ces médecines qui ont fait leurs preuves depuis des millénaires!!! Nous sommes revenus quelques siècles en arrières, comme au temps de l’inquisition. Et pourtant, au 21 siècle, en 2023, nous sommes censés être plus ouverts et plus intelligents!! A croire que non finalement…. C’est malheureux…J’espère que cette chasse aux sorcières cessera bientôt.;;;

    1. Questions formulées trop longuement et de manière trop générale. Les réponses ou commentaires sont disséminées sur ce forum…

  5. Bonjour,

    Je me permets de vous écrire pour vous demander si l’AIMSIB a réalisé une enquête concernant l’obtention technique des données de réalité afin de confirmer ou d’infirmer l’existence d’ADN et d’ARN.
    A partir des bases GATACA déterminées par la chimie moderne (ex : ADENINE C5H5N5) et selon les recommandations du SMI, 1 unité (H) étant égale à 1.66 x 10 puissance -23 kilogramme, soit 1.66 millionième de milliardième de nanogramme, j’ai calculé le poids d’un ADN qui contient 67.500 codons pour 22.500 gènes et j’ai trouvé un poids de : 1.14 x10-19 kg, soit 1.14 millième de milliardième de nanogramme.
    Je sais que nos appareils fonctionnent en luminescence fluorimétrie et/ou spectroscopie de masse et/ou électrophorèse. Je tiens à vous signaler que nos échelles de détection ne correspondent absolument pas à des quantités aussi petites. De plus nous modifions notablement les structures observées par l’ajout d’hydrogène, de fluor, de phosphore, de chlore, de sodium, d’eau, à des pH entre 2 et 14, ainsi que des cuissons entre 70°C et 310°C pour la PCR ou le spectroscope gazeux.
    Nous ne pouvons pas changer un atome de carbone dans un « ARN », le crispr cas9 est une arnaque à 150 € la boîte d’expérimentation, avec des composants acides.
    Ces injections sont des produits de synthèse qui n’ont rien à voir avec notre constitution biologique réelle.
    Il me semble que l’ensemble des activistes de la résistance, lorsqu’ils sont scientifiques devraient à minima vérifier la faisabilité pratique des découvertes dites « génétiques ». Nos généticiens sont souvent dépendants des informaticiens qui construisent des bases de données, quasiment sans contrôle externe.
    Nous voyons dans le micromètre (+/- 5µ) avec nos microscopes à balayage électronique, mais pas en dessous!
    Bien à Vous, n’hésitez pas à me contacter, je vous enverrai mon tableau de calcul.

    1. Merci de poser les questions que tout chercheur devrait poser.
      Les avancées technologiques semblant faciliter les recherches, obligent à une « confiance » en celles-ci incompatible avec le principe de base de la démarche scientifique de partir de faits vérifiés.

    2. J’aimerais bien connaître le pouvoir séparateur de votre microscope électronique, parce que 5µ, ce serait plutôt celui d’un microscope optique (si mes souvenirs sont bons).

    3. Ceci dit, vous avez parfaitement raison, Monsieur Du Lei, si l’on en juge par le silence surpris qui accueille votre aimable suggestion métrologique.

      1. Oui, le silence, hub37. Nous sommes dans le questionnement mais il est évident qu’il est difficile d’avoir la maîtrise de A à Z, difficile d’avoir décortiqué toutes les étapes de la science.
        C’est bien pour çà que l’on ne peut rien affirmer et que les questions sont d’autant plus nombreuses qu’on a pris conscience de failles énormes. C’est de cette fragilité dont les scientifiques doivent prendre conscience et sortir de leurs certitudes plus que jamais, particulièrement quand on leur remonte des éléments ignorés (censurés, en fait).
        Pas simple…

    4. L’Aimisb ni aucun de ses membres n’a les moyens techniques et financiers pour mener des expériences.
      J’ai travaillé en pharmacologie moléculaire anticancéreuse sur des molécules capables de s’intercaler entre les bases de l’ADN
      Dans le laboratoire nous avions évidemment tous les moyens techniques, humains et financiers adaptés à l’étude de l’ADN.
      Je ne comprends pas vos questions
      Vous remettez en cause la découverte de Watson et Crick de 1953 et toutes les innombrables expériences effectuées depuis?

  6. En fait, Watson et Crick ont volé à une femme (de leur labo)  SA  découverte.  La première question à se poser est donc, selon moi, de savoir s’ils l’avaient bien comprise avant de lancer leur battage…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le site est modéré. Ne vous impatientez pas si votre commentaire n'apparaît pas rapidement.

Adhérer à l’AIMSIB

Rejoignez-nous !

Faire un don

Participez à notre développement

Derniers commentaires

  • Bernard Guennebaud sur Les virus existent-ils ? (28/05/2024) :

    Pour ma part je ne fais aucune généralisation à d'autres maladies et d'autres pathogènes à part...

  • Pierre sur Les virus existent-ils ? (27/05/2024) :

    Aucune justification !...

  • Brigitte Fau sur Les virus existent-ils ? (27/05/2024) :

    Oui Bernard, Tissot avait vu ce vivant à l'intérieur des cellules qui n'est pas la cause de la mal...

Comme + de 4000 personnes, ne ratez pas notre prochain article !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le directement dans votre boite email !

Nous sommes aussi sur vos réseaux sociaux préférés ! Venez intéragir !

Aller au contenu principal