Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Du neuf à propos des méningites bactériennes

Co-fondateur incontournable de l’AIMSIB, le Docteur Michel de Lorgeril (CNRS Grenoble) a récemment fait paraître le Livre 5 de sa Collection Vaccins et Société (*)  qui s’était donnée pour mission de traiter sereinement mais scientifiquement de la vaccination du nourrisson. Ce cinquième opus aborde les problèmes spécifiques liés à la prévention vaccinale des méningites bactériennes, en savoir un peu plus avant de se procurer cet ouvrage? Bonne lecture.

Il traite des vaccins contre les méningites bactériennes liées à 13 pneumocoques, au méningocoque C et à Haemophilus Influenzae B.

Ce livre est une mine d’or pour tous les professionnels de santé (médecins et infirmières en 1er lieu), aussi pour ceux qui sont en apprentissage (étudiants de toutes les catégories qui doivent acquérir un savoir minimal sur ces dangereuses pathologies) et encore pour les familles qui peuvent trouver en le feuilletant (mieux et plus vite que sur Internet) les informations dont elles ont besoin pour se protéger.

Les scientifiques de leur côté trouveront, en plus d’une forte bibliographie, la base du raisonnement qui permet de se construire une opinion objective sur ces difficiles questions. La majorité des professeurs de médecine eux-mêmes trouveront dans cet ouvrage un renouvellement moderne de leur savoir, ils comprendront les limites de ce savoir et aussi comment depuis des décennies une forme tragique de désinformation est diffusée dans la population et vers les praticiens et médecins de terrain.

Si on devait extraire quelques données simples à retenir avant ou après la lecture attentive de l’ouvrage, on pourrait dire que la méningite bactérienne (quel que soit le type de bactérie, et quel que soit l’âge de la victime) est une maladie sévère qui doit être traitée rapidement et vigoureusement.

Sous nos climats, elle se manifeste de façon sporadique et non épidémique, peut-être en raison de la grande vigilance des professionnels de santé qui traitent de façon préventive avec des antibiotiques les entourages de chaque victime.

Dans ce contexte (cas sporadique et phénomène de remplacement), l’argument altruiste d’une vaccination préventive massive et obligatoire n’est pas légitime.

Il faut d’urgence réfléchir  aux meilleures façons d’identifier et traiter rapidement les méningites bactériennes.

Il faut aussi poser la question de la place de la vaccination dans nos stratégies de prévention.

Les effets adverses des vaccins supposés protéger des méningites bactériennes doivent être réévalués indépendamment des industriels et du Ministère ; les industriels eux-mêmes avouent la neurotoxicité de  ces vaccins.

 

Seules des familles correctement informées (aussi bien sur l’efficacité que sur les effets adverses de chaque vaccin) par des médecins correctement formés peuvent décider de vacciner ou pas leurs bébés, en respectant un parcours vaccinal officiel qui doit être repensé en toute urgence.

 

(*) Collection vaccins et Société, Editions Chariots d’Or

14 réponses

  1. bravo j ‘ai déjà lu les 2 premier opus je vais commander les suivants
    très bien documenter enfin une information neutre plus que nécessaire a notre époque de désinformations massives

  2. Merci au Dr. de Lorgeril, médecin au grand savoir, avec un bagage scientifique hors pair, INTEGRE & INDEPENDANT. Il faudrait quelques centaines d’autres de ces mêmes médecins ayant le même comportement. Malheureusement les trop nombreux médecins à la solde de l’industrie pharmaceutique qui ont transformé le serment d’Hippocrate en celui des hypocrites polluent la science, la médecine et la pharmacie par leur comportement inadmissible et l’ordre des médecins et les organismes gouvernementaux de santé jouent le même jeux. Comme ancien professionnel de la santé de 83 ans je sais de quoi je parle.

  3. Comment faire pour convaincre (en douceur) les gens qui croient encore aux vaccinations? Je crois que je connais une réponse qui m’est propre mais j’aimerais connaître votre position.

    Je suis sur Internet une émission particulière qui interviewe des personnes plus ou moins connues et l’animateur a une ou deux fois fait allusion à la vaccination en sous entendant que ceux qui préconisaient l’absence de vaccination étaient « dangereux » et que c’était de la « désinformation ». C’est comme ça que je l’ai compris: ce ne sont pas ses propres mots.
    Je précise qu’il n’y a eu encore aucune interview sur le sujet de la vaccination. Cela ne semble d’ailleurs pas être le lieu de débat qui porte plus sur les questions économiques et/ou politiques.

    J’aime beaucoup le Dr de Lorgeril car il est ce que tout « scientifique » devrait être: factuel.

    1. Tabou. Enfermement. Croyance. Confiance en la propagande officielle et en une « pseudo » science menée par l’argent, dont les recherches doivent être productives avant tout. Voilà. Les gens entendent ce qui est propagé et choisissent le camp officiel, stimulés par les peurs répandues. Quelques rares résistants restent perplexes et approfondissent. Nous sommes divisés.
      Mais Les livrets de Michel de Lorgeril se placent au dessus de ces divisions et peuvent par leur objectivité, créer la réflexion qui s’impose. Souhaitons qu’ils apportent un peu de sagesse, de recul et fassent tomber le tabou et l’atteinte à la liberté individuelle.
      Merci Michel de Lorgeril

  4. Bonjour,
    Est-ce qu’une version anglaise existe? Cela permettrait un échange intéressant à l’international avec d’autres médecins.

  5. Bien sûr j’ai tout acheté des livres de Michel de Lorgeril et en double puisque je me balade entre Montpellier et Paris où j’enseigne l’homéopathie. J’ai enfin trouvé dans ces livres les arguments qui me manquaient pour parler scientifiquement de la vaccination, mais cela ne suffit pas tant les jeunes médecins sont imprégnés de formatage outrancier et de la sacrée sainte réponse: d’où tenez-vous vos sources? Et quand on leur cite les ouvrages-sources ils traitent de désinformateurs et de charlatans les auteurs de ces ouvrages dont ils n’ont même pas lu le titre.
    C’est à pleurer de honte. Ils n’ont à la bouche que Medline et Cochrane qui n’est plus indépendant depuis qu’ils ont viré Peter Gøtzsche. « ILs », vous vous doutez de qui je parle. Donc, même avec des arguments nous nous trouvons devant un mur de béton qui frôle – pour rester poli – la bêtise et la mauvaise foi hélas pas toujours consciente. C’est triste, triste, triste. Merci à Michel de Lorgeril et à toute l’équipe de l’AIMSIB.

    1. On attend toujours un petit texte de votre part, sujet au choix, longueur au choix… On sait patienter!

    2. c’est chaud pas vrai ? et dire que cette bande de baltringues vont se retrouver en face de patients. Et ensuite ils s’étonnent que les patients n’aient plus confiance dans les prescriptions…

    3. « Nous nous trouvons devant un mur de béton … » Je reviens du colloque Bobigny, un colloque de 1,5 jours organisé par des médecins et pharmaciens sur la surmédicalisation et où je présentais une communication. Il y avait un contestataire de cette contestation. Il contestera vivement tout ce qui n’était pas dans la norme.

      En particulier, à propos des études épidémiologique sur la vaccination HB en lien avec la SEP il dira que les auteurs, voulant à tout prix obtenir des signaux, regardaient sur des durées de plusieurs années alors qu’au delà de 3 mois tout n’est que coïncidence !!! Pour lui, il n’y a pas lieu de publier des études avec des données au delà de ce délai de 3 mois et que, de ce fait, les résultats obtenus avec ces données ne sont que « du pipo » selon ses propres termes !!!

      Il faut faire avec, ne pas se décourager en sachant que trop c’est trop et qu’à force d’en faire « ils » finiront par aller trop loin et ce d’une façon visible par tous.

    4. Ca vous étonne? Quand vous voyez certains energumens de la meute « nofakemed », qui joue le rôle des bien pensants sur les réseaux sociaux, vous aurez compris que la plupart d’entre eux ont un ego surdimentionné qui ne leur permet pas la moindre remise en question de leurs opinions, surtout sur la vaccination. C’est comme-ci vous disiez à un gamin de 5 ans que le Père Noel n’existe pas, certaines croyances ont la peau dure et sont tellement plus confortbles à vivre. Et encore, un gamin accepterait d’aller voir en Laponie si le P-N s’y trouve! Eux sont incapables de parler de vaccination sans apostropher tout interlocuteur trop curieux d’antivax, encore moins d’admettre que certains vaccins n’ont fourni aucune preuve de leur efficacité, voir, que certains ont une balance b/r qui pose question (hann… elle a comparé le vaccins au Père-Noellll…hannn…pas bien!). MdL lui l’a fait et c’est très bien, merci!

      Ils font partie de la classe des « médecins » à laquelle j’oppose la classe des « docteurs en médecine ». Par médecin, j’entends « mécaniciens » qui appliquent des protocoles de réparations standards. Le grade de Docteur, lui, toutes disciplines confondues, engage à la recherche, à la curiosité, à la remise en question permanente… A écouter certains de ces nouveaux médecins, on coirait que « la science » de 2019 sait tout, et que tout ce qu’elle ne sait pas expliquer n’existe pas.

      Bref, les médecins ont pris l’ascendant sur les docteurs en médecine, et en privant la communauté de débats, ces gens là font reculer la compréhension du vivant chaque jour davantage.

  6. Le mur de béton finira bien par tomber un jour ! Les traits sur la photo de Michel de Lorgeril me les laissent à penser et c’est bon signe. Merci pour tout ce que vous faites sans rien lâcher.
    Comme lu trop c’est trop ! Les remises en question s’organisent et si on a pris conscience que le propre de la médecine c’est de douter, ses livrets en attestent alors c’est que les débats contradictoires finiront bien par exister parce que asséner de telles obligations autoritaires et surtout aussi floues c’est, dit-on, qu’il y a un énorme loup qui finira bien pas être débusqué le plus tôt possible maintenant parce que ça commence à bien faire ! Il faut tous se regrouper.

  7. Bonjour,
    Jentends toutes vos reponses.
    Je souhaiterais discuter ici de mon experience personnelle.
    Je suis depuis mon plus jeune age « intolerant au lait » (par experience le lait de vache mattaque plus) et jai rapidement decouvert les capacites de mon systeme immunitaire a developper ou a resister contre telle ou telle epidemie. Cest a dire que si je souhaite avoir un rhume, je dose mon alimentation en laitages, si je souhaite partir en angine, je poursuis mon alimentation, et si je veux une grippe cest facile jen mange tous les jours pendant 15 jours et je me fais un choc thermique (chaud froid), et la cest partie je tombe malade.

    Bref…du coups jai capté que cest notre propre faible systeme immunitaire qui renforce les virus et developpe des souches surpuissantes. De base, lorsque lon est en contact avec une epidemie de gastro, on « peut » et on « sait » etre ballonné 2 a 3 jours sans plus.

    Aujourdhui, apres ces propres decouvertes, jai une question qui me revient toujours a lesprit, ou mest il possible de trouver une experience en laboratoire (microscopique) dune difference de reponse a un virus entre un sujet vaccinné a celui qui ne lest pas mais en bon santé avec taux de lymphocyte dans les normes versus taux de lymphocyte haut ????

    Si quelqun est interessé par mes propos, je linvite fortement a me contacter ou a me repondre.

  8. Grouper les vaccins (pour brouiller les pistes) ?  Perdu :

    Par expérimentation (nazie) sur l’enfant (ce sous-homme) :
    • les USA [9 puis 14 vaccins (très fortement) recommandés]  QUADRUPLENT le nombre de leurs maladies cérébrales chroniques (3 grands groupes dont l’autisme) selon l’extraordinaire étude (tremblante mais la seule véritablement comparative et claire) des épidémiologues groupés autour de Mawson [2017, Journal of Translational Science 3(3) : 1-12] grâce à la pépite constituée par 261 enfants non vaccinés parmi les 666 de 6 à 12 ans enseignés à domicile par leur maman dans 4 états Us.  Première preuve objective d’immunodéficience provoquée massivement.
    • La Guinée-Bissau, par DTCoq aux nourrissons (noirs donc sous-sous-hommes) de 3 à 5 mois, s’entête (depuis 1986, à l’initiative de l’UNICEF de l’ONU) à  DÉCUPLER  leur mortalité [toutes causes confondues, étude tremblotante [le grand philanthrope Bill Gates et sa SAGE de l’OMS (2e manière) veillent au grain] de Mogensen [EBioMedecine 17 (2017) 192-198], 7 pp (assez fouillis) signalant aussi un abaissement du facteur x10 à x3,5 par une vaccination préalable (orale) à la polio].
    Seconde preuve de même métal (comme écrirait Anouilh).

    La criminelle obligation française (de cuistres gov.fr incultes, suivistes de mercantis) à 3 puis 11 vaccins défigure notre démocratie (déjà vermoulue par le petit Macro à ses gagneuses) en totalitarisme toxique [avec, en plus, 2 entorses à l’éthique médicale(MdL)].

    Anti-vaccins ?  Voui, Docteur : c’est un honneur, désormais.

    [de militer contre l’expérimentation humaine (d’autant plus atroce qu’elle est archi-nulle sur tous les plans (efficacité, toxicité, méthode, méthodologie].

Répondre à Surya Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le site est modéré. Ne vous impatientez pas si votre commentaire n'apparaît pas rapidement.

Adhérer à l’AIMSIB

Rejoignez-nous !

Faire un don

Participez à notre développement

Derniers commentaires

Comme + de 4000 personnes, ne ratez pas notre prochain article !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le directement dans votre boite email !

Nous sommes aussi sur vos réseaux sociaux préférés ! Venez intéragir !

Aller au contenu principal