cholestérol
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Droit de réponse du Pr Philippe Even

cholestérol
Un membre de l’association AIMSIB, le Professeur Philippe Even, a subi des critiques infondées, mensongères et calomnieuses sur un média national ; sans possibilité de réponse.
Le Professeur Even souhaite exprimer courtoisement et fermement sa désapprobation en réponse à de telles pratiques. Nous approuvons sa démarche et publions la Lettre ouverte qu’il a rédigée pour répondre à ses détracteurs.
Outre les aspects médicaux et scientifiques, il est important de préciser les aspects juridiques des faussetés propagées par la Ministre.
Du côté de l’AIMSIB, nous ne pouvons que constater la calamiteuse concordance des désinformations concernant les vaccins et les médicaments anticholestérol.
Les mêmes acteurs sont à l’œuvre dans deux champs, pourtant éloignés, de la médecine. Cette arrogance, doublée d’une méconnaissance des méthodes scientifiques, caractérise la démarche intellectuelle des intervenants politiciens, bureaucrates et administratifs qui s’expriment pour défendre in fine les intérêts de l’industrie des produits de santé.
Le manque d’humanité et d’humilité de ces intervenants est pitoyable !
Plus personne ne peut s’étonner des récents scandales à répétition (traitement hormonal thyroïdien, dépakine, vaccins en général, aluminium vaccinal en particulier, etc…) qui secouent le monde de la santé ; qui pourtant (parce qu’il concerne des patients de tous âges et des souffrants) devrait être à l’abri de tels procédés. Plus l’autoritarisme et la désinformation systématique s’expriment pour rétablir la confiance et moins les citoyens ont confiance. Ainsi va cette époque trouble.

le Conseil d’administration de l’AIMSIB

[box]

Professeur Philippe EVEN
Paris, le 25/09/2017
 
Monsieur Nicolas Demorand
France Inter
Cher Nicolas Demorand,
 
Vous m’aviez reçu, il y a quelques années et j’avais gardé un excellent souvenir du journaliste.
J’ai été l’objet il y a quelques jours de commentaires violents et inexacts sur votre chaine, de la part d’un auditeur cardiologue (Dr Philippe…) et d’Agnès Buzyn.
Tout était faux et je souhaite en informer exactement un journaliste que j’estime.
  • Trois études, chacune sur 500.000 à 800.000 patients, ont montré que le cholestérol (CHO) est identique chez les sujets qui font un infarctus que chez les autres. le cholestérol n’y joue donc aucun rôle.
  • J’ai personnellement analysé les 25 plus grandes études sur les statines (75 articles dans les grands journaux anglo-saxons), sur 150.000 patients, la moitié sous statines, les autres sans statines, tous suivis en moyenne 5 ans. Pour être synthétique, il n’y a aucune réduction statistiquement significative
    • ni de la mortalité cardiaque
    • ni des infarctus graves
    • ni des accidents vasculaires cérébraux
  • Une autre analyse multipubliée a été réalisée par le Center of Trial Service Unit (CTSU) d’Oxford, organisme privé entièrement financé par l’industrie pharmaceutique, cosmétique, agro-alimentaire et plastique, organisme condamné pour avoir nié la toxicité de l’agent orange de Monsanto utilisé au Viêt-Nam et pour plusieurs affaires similaires toujours avec Monsanto ou Imperial Chemical Industries.
    Le CTSU a analysé les mêmes études que moi sur les statines et conclut à leur efficacité.
    Pour parvenir à ces conclusions, le CTSU a utilisé des résultats secrets, non vérifiables, fournis à lui seul par les firmes pharmaceutiques, qui se protègent derrière le principe de la propriété industrielle pour refuser l’ « open access » sur la réalité des faits (mais 20 procès depuis 2005 ont obligé dans d’autres affaires les firmes à ouvrir leurs dossiers : dans 20 procès sur 20, elles ont été condamnées à 1 à 9 milliards de dollars pour dissimulation des accidents et majoration des résultats favorables).
    Le CTSU a ainsi annoncé une réduction « d’au moins » 20% des accidents cardiaques, avec, par exemple 100 morts dans le groupe testé contre, soi-disant, 80 sous statines. Soit en effet 20% de moins. Mais, pour y parvenir, il avait fallu traiter 10.000 patients, soit une réduction réelle de 20/10.000, soit 0,2%, obligeant à traiter 500 patients pour, peut-être, écarter 1 accident, donc un résultat non significatif.

Je vous supplie de lire ces quelques extraits de mes collègues anglo-saxons les plus célèbres, sur les statines.

  • Pr JPA. IOANNIDIS (université de Stanford) : les statines sont le pire désastre de la médecine : IL N’Y A AUCUNE PREUVE DE LEUR EFFICACITE. Les nouvelles guidelines conduisent à une STATINISATION DE LA PLANETE. Elles sont fondées sur des calculs falsifiés, sans la moindre preuve et leurs auteurs sont liés par de multiples conflits d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques (The Lancet 2014, 383 : 166).
  • Pr E.N. CURTIS (Berkeley, Californie, 2007) : L’histoire des statines est celle des nouveaux habits de l’Empereur, une banqueroute scientifique, une théorie à jeter dans les poubelles de l’histoire de la médecine en sautant dessus à pieds joints. Il n’y a absolument aucune preuve scientifique de la théorie du CHO. Elle est entirely wrong. C’est de la junk science. Le CHO has nothing to do with coronary diseases. • Pr PC. GOTZSCHE (Copenhague 2013, Cofondateur de la Cochrane Collaboration) : « Toutes les études sur les statines sont falsifiées. Leurs conclusions doivent être toutes rejetées. La théorie du CHO est une pure affaire d’argent ».
  • Pr R. HAYWARD (université Ann Arbor) et Pr HM. KRUMHOLZ (université Yale) : « Il n’y a aucun lien entre le cholestérol et les accidents cardiovasculaires, ni aucun lien entre sa réduction et celle du risque cardiaque. » (NEJM, 2013)
  • Pr M. KENDRICK (Berkeley) : « Traiter des millions de gens à coup de milliards en se basant sur des données que personne ne peut vérifier, conduira à un désastre de la Santé publique. » (2014).
  • Dr R. SMITH (Californie), médecin et chercheur (physiologiste) pour l’US Air Force, l’US Navy et le département de la Santé : « La théorie du CHO est entièrement fausse, fondée sur un « perjured preaching for money » et une cascade de « misinterpretations, mistakes and statistical malpractices ».
  • Pr DC. LUNDELL (ex-chief of Cardiac Surgery, Yale University Hospital, puis cofondateur du 2ème plus grand centre américain de chirurgie cardiaque, le Lutheran Heart Hospital) : « Je me suis longtemps lourdement trompé. Aujourd’hui, je l’ai compris et je ne plus rester silencieux. L’athérome est une maladie purement inflammatoire. Le CHO n’encrasse pas les artères. Il ne joue aucun rôle dans l’athérome et les maladies coronaires. C’est une escroquerie à l’échelle mondiale, qui a stérilisé les recherches sur l’athérome et rapporté 30 milliards par an à l’industrie. Les recommandations de lutte contre le CHO de la FDA, de l’American Heart Association et du National Cholesterol Education Program (NCEP) sont rédigées par des experts en majorité liés par de multiples contrats à l’industrie pharmaceutique. Il s’agit d’une gigantesque escroquerie, car malgré les statines, plus d’Américains mourront encore cette année de maladies cardiaques que jamais auparavant (DC. Lundell et TR. Nordstroem, The Cure of Heart Diseases, Heart Surgeons Health Plan, 2007).
  • Pr T. HAMAZAKI (Tokyo, Japon), Ann.Nutr.Metab.2013 : « L’hypothèse que plus on abaisse le niveau de cholestérol, moins les complications cardiaques sont fréquentes est totalement erronée. » (Annals of Nutrition and metabolism, 2013)
  • Pr K. CHAND (vice-président, British Medical Association) : « Les essais cliniques des statines sont falsifiés, amplifient les bénéfices, sous-estiment ou masquent les risques, qui, réanalysés par le British Medical Journal, surpassent les bénéfices » (The Lancet, 2014).
  • Et surtout, après les nouvelles recommandations britanniques de novembre 2013, étendant encore le champ des indications des statines, deux lettres ouvertes le 10 juin et le 21 octobre 2014 au secrétaire d’Etat britannique à la Santé, J. Hunt, au président de la Commission Santé de la Chambre des Communes, reprises dans tous les médias anglais et signées par Lord I. McColl, le Pr Sir Richard THOMSON, président du Royal College of Physicians, le Pr K. CHAND, vice-président de la British Medical Association, les Prs C. GERADA et D. NEWMAN (New York) et toujours le Dr M. KENDRICK et dix autres.
    « Nous demandons le retrait des nouvelles recommandations du NICE (National Institute of Clinical Excellence), qui tendent à médicaliser des millions de gens sains, car :

    • 8 des 12 experts sont liés aux firmes commercialisant les statines ;
    • les complications des statines sont systématiquement cachées ;
    • le rapport s’appuie exclusivement sur les analyses du CTSU d’Oxford, organisme privé financé par les mêmes firmes, qui compte de multiples biais et dissimulations des résultats sans évaluation objective des risques ;
    • le CTSU a en outre reçu des centaines de millions des compagnies produisant les statines et, par exemple, 149 millions de dollars pour la seule étude REVEAL, sponsorisée par Merck. »

 

  • Enfin, hier, le livre de N. Teicholz, « The big fat surprise » (Simon and Schuster, NY) confirme la totalité de ce qui précède et reçoit le prix du meilleur livre de l’année du New York Times. …
    et l’un de nos cardiologues, sous 60 contrats illégaux avec les firmes, car non autorisés par les universités, écrit dans le Monde :

«  L’affaire des statines est tranchée. Il n’y a pas de controverse. Leur efficacité et leur absence de risque sont établies par des preuves multiples ( ?) et robustes ( !) ». Triste !

Concernant Mme Buzyn, je n’ai pas été radié du Conseil de l’Ordre pour les statines, mais :

  1. Suspendu d’exercice par le Conseil régional (CROM)
  2. 25 académiciens des sciences français et américains, plus les directeurs de l’Inserm et de l’Institut Pasteur et des professeurs du Collège de France ont pris ma défense publiquement et stigmatisé le Conseil de l’Ordre.
  3. Menacé d’une plainte devant la Cour Européenne de Justice pour entrave à la liberté d’expression scientifique, le Conseil National de l’Ordre a cassé le jugement initial.
    J’ai alors démissionné en juin 2015 du C.O…. qui m’a radié pour propos insultant à l’égard de quelques cardiologues le 1er avril 2017… alors que j’étais sorti depuis 2 ans de son espace juridictionnel. Pitoyable (pour voir où en est arrivé le CO, lisez le rapport accablant de la Cour des Comptes 2013).

Pardonnez-moi ce courrier trop long, mais j’aimerais que N. Demorand soit, comme toujours, bien informé.

Très cordialement,

Philippe Even

P.S. : Vous avez deviné la raison de ce pataquès : 6 millions de Français et 50 millions dans le monde sous statines, 1 milliard en France, 20 milliards dans le monde. Depuis 20 ans. C’est le premier marché mondial de médicament avec les psychotropes, bien avant les anticancéreux, les antalgiques, les antidiabétiques et les antihypertenseurs. Pactole à protéger, vital pour l’industrie.[/box]

20 réponses

  1. J’ai partagé sur FB et je vais utiliser également mes mails. Nous sommes de tout de coeur avec vous professeur et bien déterminés à faire éclater la vérité.

  2. Félicitations Dr Even pour ce combat, voilà 10 ans que l’on suit votre croisade contre la corruption et dans l’intérêt de la santé pblique, un combat humain et humanitaire que les victimes – ô combien nombreuses – de certains médicaments ne peuvent qu’approuver.

    Hélas nous avons beau être nombreux (Cf. THINCS /Uffe Ravnskov et ses + de cent scientifiques de haut niveau dénonçant « La Grande Supercherie du Cholestérol), nos ENNEMIS à la solde de Big Pharma ne désarment pas, et sont bien déterminés à détruire les lanceurs d’alerte susceptibles de tuer la poule aux oeufs d’or.

    Dans ce domaine hélas, et nos hommes poltques ET notre corps médical auront fait la preuve de leur grande lâcheté et de leur complet désintérêt pour la santé publique. Sans parler (pourquoi pas, puisque l’argent est au coeur du débat) du gaspillage des finances publiques…

    Encore une fois merci pour cet acharnement, vous n’êtes pas seul, et si l’AIMSIB a été créée, c’est justement pour que les hommes comme vous – en dehors de toute pression financière, médiatique et politique – puissent prendre la parole.

    Bien amicalement
    phil

  3. Les faits sont têtus il est plus facile de s’arranger avec les statistiques. M.Twain.
    Pour ajouter de l’eau au moulin du Pr Even on peut consulter les chiffres sur les coronarographies et les angioplasties coronariennes donnés par les ARS(agences régionales de santé) par exemple en Ile de France on est passé de 40 229 coronaro.en 1999 à 54 497 en 2015 et de 47 Millions de boites d’hypolipémiants à 70 Millions en 2009…Voilà la réalité des statines plus on protège de patients et plus il y a de coronarographies !

  4. Il y a une tirade célèbre écrite par le Pr Peter Götzsche dans son livre « Remèdes Mortels et Crime Organisé. Comment l’Industrie Pharmaceutique a corrompu les services de santé », il évoquait les académic whores ou putain académiques en désignant les médecins qui s’autorisaient à promouvoir des médicaments pour la seule raison qu’ils étaient très grassement payés par les firmes pharmaceutiques pour ce très coupable job.

    Au Danemark, tout le monde a bien compris que la locution collait parfaitement à la réalité, donc aucune réaction officielle ne fut enregistrée. Loi minimale de la démocratie et de la liberté d’opinion.

    Mais quand le Pr Philippe Even évoqua en France ce passage par citation simple dans « Corruption et crédulité en Médecine, stop aux statines et autres dangers », vous connaissez la suite? Elle est vraiment pas pareille la liberté d’opinion danoise et française…

  5. Il faudrait s’intéresser aux « études » réalisées par les radiologues.
    Obliger les médecins à publier le montant de ces études. S’assurer du consentement éclairé des patients …
    En réalité AUCUN n’est informé, et les « études » sont remplie par des gugus qui n’ont rien de médecin; des besogneux membre d’une association qui gére les dites études et éloignent du lien direct entre médecins et labos !
    Et curieusement, on n’a pas de mal à imaginer qu’on pourra trouver pas loin, l’ordre ! ce qui lévera le doute sur les conflits d’intérêts et le souci de bannir la probité.

  6. Bravo et merci de votre détermination sans faille ! Le combat est rude mais pas désespéré ! L’Aimsib va devenir incontournable pour celles et ceux qui souhaitent vraiment s’informer et connaître les vérités que l’on sait si bien cacher !

  7. Merci Professeur pour avoir partagé votre lettre qui remet bien les « pendules à l’heure » et indique des liens irréfutables; Si j’ai été un peu critique avec vous sur le blog-info de MdL à propos de votre récente prestation télévisuelle face à deux stakanovistes des la vaccination, débat au cours vous avez manqué, à mon sens de pugnacité et vous êtes constamment laissé interrompre par ces nervis, je trouve que ce courrier est dans le droit fil de ce que vous dénoncez avec force depuis des années et que votre combativité et votre rigueur intellectuelle sans faille n’est en tout cas pas amoindrie sur ce sujet des statines et du cholestérol qui me tient tant à cœur et pour cause. C’est toujours un plaisir de vous lire. Merci monsieur le Professeur.

  8. Je fais partie des très nombreux malades cardiaques mis sous statines selon une préconisation de la Haute Autorité de Santé. Mais l’on ne nous fournit aucune explication : juste le médicament est prescrit par tous les cardiologues !

    Je n’ai jamais eu de cholestérol et n’en ai plus maintenant.

    Les cardiologues nous indiquent malgré tout que « le meilleur traitement de la pathologie cardiaque est l’activité physique régulière (= quotidienne) ». Alors ça pose question sur la consommation importante de médicaments …

  9. Mon cher collègue ,je te félicite pour ton action et ton infatigable énergie .Deux remarques : 1) Le conseil de l’ordre ne mérite aucune attention car ce n’est qu’un ramassis d’anciens stagiaires incompétents et le passé de cet organisme est pourri par des malversations financières condamnées par la Cour des Comptes .2) Agnès Buzyn est une jeune collègue peu au courant des affaires et je compte sur toi pour lui remettre les idées en bonne place ! Avec mes meilleurs sentiments .F. Delaunay A.I.H.P. 1959

  10. Bonjour Docteur,

    Diplômée de la faculté de médecine de Bobigny en aromathérapie et en phytothérapie ,et diplômée de l’université de Pierre et Marie Curie en éducation thérapeutique sur les pathologies chroniques, j’anime des formations pour les pharmaciens tant en aromathérapie qu’en éducation thérapeutique sur les pathologies chroniques.
    J’aimerai vous contacter car je vais publier mon livre sur les huiles essentielles cet été au plus tard et j’aimerai parler des effets secondaires des médicaments et faire valoir l’efficacité en aromathérapie en matière de guérison.

    Je souhaiterai échanger avec vous sur les effets des médicaments !
    Je voudrais être le plus juste dans mes explications tant sur les huiles essentielles que sur les médicaments surtout en ce qui concerne l’usage des médicaments concernant les pathologies respiratoires, rhumatismales et les problèmes anxio dépressifs car je viens de publier à la Fnac et sur Amazon mon livre qui s’intitule « bien dormir grâce à des remèdes naturels ».
    Je cite les médicaments qui sont souvent trop prescrits et leurs effets sur la santé à moyen terme.
    Vous remerciant par avance pour votre aide précieuse.

    Veuillez trouver ci joint l’accès à mon site internet
    http:www.palntes-bienetre.com

    Très cordialement

    1. Madame,
      Les crédules Français sont déjà affrontée à des vaccins inévalués parce qu’inefficaces et dangereux. Vous en profitez pour les intoxiquer d’un charlatanisme pire, celui des HUILES AUX ESSENCES hypertoxiques par construction (liposolubles donc cumulatives toxicologiquement).

      Vous en profitez pour barbariser l’adjectif ‘’essentiel », réservé depuis 1930 aux 3 acides linoléique et linoléniques, indispensables à raison de 15 et 3 (à 5) g/j.

      Je vous en veux doublement.

  11. prix Nobel pour de Monsieur avant qu’il ne décède. je viens d’arrêter mon traitement de désensibilisation allergique prescrit à mes 51 ans et qui me donnait des gros problèmes d’oesophagie, gasto….idem pour mon fils de 13 ans, très peu allergique..après avoir pris connaissance de cette escroquerie non scientifiquement démontrée, dans son livre. UN GRAND MERCI. 10 ans de vie gagné peut être….et on se moque de ce grand homme.

  12. Bravo Monsieur pour votre courage contre vos détracteurs et merci infiniment pour votre humanité et le partage de vos connaissances !

  13. Professeur,

    Le Docteur de Amorim souhaite que vous preniez connaissance de sa brève:

    Mise au point

    Et si au lieu de rembourser on se décidait d’arrêter de charger la mule ?
    (Réaction au magazine)

    Fernando de Amorim
    Paris, le 31 août 2018

    Une bonne manière d’entrer dans un débat c’est, me semble-t-il, lui donner une connotation humoristique. Dans Le Point du 30 août 2018, un encart signé de Pierre-Henri Allain où il propose le remboursement des psychologues. Citoyen lambda, mais responsable d’une école de psychanalyse, le RPH – Réseau pour la psychanalyse à l’hôpital –, et directeur de la CPP-Paris IXe, j’aimerais dire que sa proposition est typique des personnes qui ne comptent pas les sous. Les français se noient sous les charges et depuis 1991 – année de la création, dans le service de mes estimés patrons, le Professeur Loïc Guillevin et le Professeur Philippe Casassus, de la première CPP, à l’hôpital Avicenne (AP-HP) – je m’inquiétais, comme tant d’autres, des dépenses de santé dans le Pays. Le moment où j’ai appris la mise en place de l’expérience évoquée par Monsieur Allain – remboursement des vingt séances chez les psychologues dans le Morbihan, la Haute-Garonne, les Bouches-du-Rhône et les Landes pendant trois ans par les caisses primaires d’assurance-maladie – j’avais déjà signalé que cette expérience n’habillera pas Paul et laissera Pierre nu. En somme, les deux seront dépourvus car dans cette opération la société paye toujours, les psychologues n’y trouveront pas leur dignité clinique ni une assise financière, enfin, les patients vont avoir vingt séances remboursées par l’Autre social. Et après ? Retour à la case-départ car, sans une vraie psychothérapie, le symptôme reviendra. C’est sa nature.

    La clinique n’est pas affaire de diplôme. Même s’il est nécessaire, et essentiel, ce n’est pas le diplôme de psychologue ou de psychiatre qui habilite quelqu’un à assurer des psychothérapies. C’est la clinique quotidienne qui forge un clinicien. Or, en France, nous avons une armada de ventre mou, habillés de diplômes de psychologues cliniciens et qui, face à Monsieur Dupont – triste, au chômage, cocu, suicidaire – ne sont pas formés à savoir par quel bout prendre la plainte pour mener à bien la cure pour que ledit Monsieur puisse sortir de cette mauvaise passe inévitable dans une existence humaine. Que les consultations, médicales, des psychiatres soient remboursées, rien de plus légitime. Qu’ils assurent de, soi-disant, psychothérapie ou même psychanalyse, tout en rédigeant des feuilles de soin, c’est une absurdité clinique. Ils le savent. Ils gagnent des sous, le patient des miettes, la société perd.

    Depuis 1991 j’engage des étudiants désireux de devenir des cliniciens en psychothérapie et psychanalyse. Ils reçoivent des patients qui payent des sommes symboliques tout en continuant leur cursus universitaire et surtout en étudiant Freud et Lacan. Aucun suicide jusqu’à présent – et je ne touche pas du bois car la clinique ne tolère ni superstition ni tricherie –, une diminution évidente de prise de médicaments, d’hospitalisations et des arrêts-maladie. Cette expérience est menée sans un seul centime du contribuable ou d’un quelconque ministère. Que du désir des jeunes français. Qu’ils en soient ici remerciés.

    Diplômés, les étudiants quittent la CPP et s’installent en tant que cliniciens dans le libéral et gagnent correctement leurs vies. Et c’est normal, ils sont de vrais cliniciens. La compétence est une construction désirante et non une lutte syndicale. Si, selon l’encart, 360 psychologues se sont inscrits dans cette expérience, c’est parce qu’ils n’ont pas de travail, et ils ont raison de saisir cette aubaine qui est préférable à avoir un patchwork de quart temps, tiers-temps ou mi-temps, dans le meilleur des cas, ou de travailler comme secrétaire, vendeuse ou chauffeur. Nos jeunes psy sont formés pour le chômage, et cela me déplaît.

    Comment garder des jeunes gens, dans la période de leur vie où leur libido dégouline par les oreilles, dans les universités de psychologie et de psychiatrie pendant cinq à douze ans pendant qu’au même moment une partie importante de la population nécessite une écoute qui, bien conduite, pourra changer un avenir ?

    Proposez pour traiter la dépression, le remboursement des psychologues est un gaspillage en La mineur. Je suis pour la défense de notre système de santé et notre couverture sociale. Or, cette proposition des CPAM propose des économies de peu d’importance et surtout de manière fugace.

    Soyons plus ambitieux. La société se doit de porter de l’aide financière aux maladies organiques. Un patient qui est atteint d’un cancer mérite, dans une société civilisée comme la nôtre, que toute la population puisse contribuer à son traitement. En revanche, il est notoire cliniquement que quelqu’un qui souffre psychiquement nécessite d’assumer une part de responsabilité dans le traitement qui est le sien. Cela du côté du patient. Maintenant du côté du psy : le fait même qu’un praticien soit remboursé, ne va pas l’engager à assurer un travail de qualité, car il sait que s’il opère de manière compétente ou de manière médiocre il sera rémunéré à la fin du mois. Depuis presque trente ans je crie au loup à ce sujet, mais comme je ne suis pas berger mais clinicien, probablement ne sais-je pas bien comment le dire. Et pourtant, actuellement il existe plusieurs CPP à Paris et en région parisienne, la dernière-née pointera son nez fin septembre à Créteil. Dans ces CPP, l’étudiant est en formation clinique avec un superviseur en même temps qu’il fréquente l’université. Dans la CPP, le clinicien est payé selon les moyens du patient.

    Le jeune étudiant devenu jeune diplômé continue à recevoir des personnes moins favorisées financièrement dans une sorte d’engagement avec a) le souhait de Freud qui, en 1918, s’inquiétait de ce que les psychanalystes ne pouvaient accueillir que peu de patients pauvres, b) une tradition médicale hippocratique, c) une sorte de remerciement à la société française qui a payé ses études, et enfin, d) avec la psychanalyse qui lui a révélé l’existence du désir et la construction possible d’une vie viable car vivable.

    Concrètement, les membres du RPH montrent qu’il est possible de mettre en place des CPP, ayant pour but, non pas des remboursements, mais la construction d’une dignité.

    Diminuer les prises de médicaments, les hospitalisations, les arrêts de travail et de l’autre côté, former des cliniciens de qualité comme le font discrètement les psychanalystes engagés avec la société, c’est ce que font les psychanalystes français dans le silence, et la discrétion de leur cabinet. Ne nourrissez pas une clinique au rabais qui n’a de clinique que le nom.

  14. bonjour docteur,

    pouvez vous m’indiquer un cardiologue sur LA ROCHELLE
    qui partage votre point de vue qui est le mien car je viens d’arrêter la provastatine 20 mg que je prenais depuis 3 ans

    1. Bonjour,
      Les membres de l’AIMSIB s’organisent entre eux, ce type de renseignement vous sera transmis par Christine à secretaire@aimsib.org
      Ne vous attendez pas à y trouver des cardiologues, ils savent que le premier d’entre eux qui contredira ouvertement le credo ambiant sera immédiatement mis au ban de sa profession. Vous trouverez quelques généralistes épars…

  15. Grand merci, cher Monsieur le Professeur, pour cette lettre ouverte à un journaliste (qui l’a bien méritée).

    Quelle veine j’ai de trouver ici l’occasion de vous remercier infiniment aussi pour votre INDISPENSABLE livre, avec le Pr Debré, « Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux » éd. cherche midi. Encore une preuve de grand courage, détesté donc par nos oppresseurs.

  16. la vaccination Covid aura fait la fortune des laboratoires car la politique de santé est avant tout financière comme le dit Philippe Even guidèe par l’obligation d’écouler le stock d’invendus..sans tenir compte des effets secondaires graves de ce vaccin (cardiaques,gynécologiques et auditifs avec réveil des maladies autoimmunes) abandonnant les malades du vaccin (50.000 graves et 200.000 avec des effets secondaires) alors que l’immunité naturelle dès 70% d’infectés aurait permis de se passer de cette gigantesque et mondiale campagne de vaccination.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le site est modéré. Ne vous impatientez pas si votre commentaire n'apparaît pas rapidement.

Adhérer à l’AIMSIB

Rejoignez-nous !

Faire un don

Participez à notre développement

Derniers commentaires

Comme + de 4000 personnes, ne ratez pas notre prochain article !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez le directement dans votre boite email !

Nous sommes aussi sur vos réseaux sociaux préférés ! Venez intéragir !

Aller au contenu principal